Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 19:02
Le Vélot d’or à Nicolas Defarge

Une nouvelle fois, le Vélot d’or récompense un membre du CRIIGEN pour ses inepties à propos des OGM. Aujourd’hui, le lauréat de ce prix prestigieux est un membre peu connu de cet « organisme indépendant » : Nicolas Defarge. Membre de son conseil scientifique, il est aussi cosignataire de la plupart des études publiées par le CRIIGEN, ce qui est tout dire... Une interview réalisée pour un documentaire « alternatif » tourné en Argentine , Sin prisa pero sin pausa (Lentement, mais surement), lui permet de développer une diatribe aussi virulente que stupide(1).

Le docteur Defarge est filmé dans un décor soigneusement choisi pour suggérer la désolation provoquée par la culture de soja génétiquement modifié en Argentine, première manipulation. Il évoque son rôle de chercheur au CRIIGEN, l’équipe « qui a le plus publié sur les OGM et les pesticides qui leur ont associé (sic) ». La quantité est évidemment un critère déterminant pour faire parler de soi.

« Ici, on a le cas typique du soja tolérant au RoundUp. L’Argentine est le laboratoire à ciel ouvert de Monsanto, Syngenta, etc…et les autres ». Un laboratoire d’environ 20 millions d’hectares, tout de même…

Nous arrivons donc à l’apothéose qui vaut au docteur Defarge son Vélot d’or :

  • « Quand Monsanto promettent que grâce aux OGM, ils vont éliminer la faim dans le Monde (..) »

Bonne vieille tactique de l’homme de paille qui consiste à dénaturer les propos raisonnables de l’adversaire au profit d’une version caricaturale, facile à réfuter ! Que dit Monsanto sur ce point : « les agriculteurs français et ceux du monde entier doivent relever le défi d'une alimentation saine et abondante dans un environnement préservé. Ajoutés aux autres solutions (protection chimique des plantes, fertilisation, irrigation, machinisme, sélection variétale etc), les outils modernes de la biotechnologie sont des moyens supplémentaires de répondre aux enjeux actuels de nos sociétés(2) ».

Ben, là on a un exemple de ce qui se passe. D’une terre qui a longtemps produit de la nourriture pour les Argentins, ben aujourd’hui ça produit du soja qui va partir en Chine, en Amérique du Nord, en Europe, et qui va être mangé par les vaches et les cochons des pays riches ».

Nos lecteurs auront noté la stupidité absolue du raisonnement : ce n’est évidemment pas le caractère génétiquement modifié du soja qui fait son débouché commercial. A ce compte, Defarge pourrait bien dénoncer les aliments « bio » qui ne servent pas à nourrir les hommes, mais qui sont mangé par les vaches et les cochons des pays riches, et servis dans des restaurants très prisés par l’équipe du CRIIGEN (3) .

Mais le plus drôle, c’est que cette idiotie se double d’une tentative de culpabilisation du consommateur des pays riches (qui est aussi premier consommateur de ce genre de propagande) complètement à côté de la plaque :

En effet, l’Argentine a exporté moins de 20% de sa production de soja en 2015/2016. Sa production sert essentiellement à satisfaire la demande intérieure (cf tableau ci-joint). Ce qui n’a rien d’étonnant, car ce pays (4) est un des plus gros consommateur de viande de l’OCDE (87 kilos par habitant et par an en 2015) , et le premier consommateur de viande bovine de l’OCDE (42 kilos par habitant et par an). Le soja argentin, génétiquement modifié ou pas, nourrit essentiellement les vaches et les cochons argentins, et donc les argentins eux-mêmes.

Cette diatribe ne reflète qu’une haine confuse qu’entretiennent ces gens pour les OGM, associés à une vision d’un monde qu’ils exècrent, sans le connaître ni le comprendre.

Malgré sa syntaxe très approximative, Nicolas Defarge mérite amplement ce Vélot d’or.

Anton Suwalki

  1. http://www.criigen.org/actualite/99/display/Intervention-du-Dr-Nicolas-Defarge-dans-le-tout-nouveau-documentaire-Sin-prisa-pero-sin-pausa-des-berlinois-Kameradisten
  2. http://www.monsanto.com/global/fr/actualites/pages/les-biotechnologies-vegetales-daujourdhui-et-de-demain.aspx
  3. http://www.monsanto.com/global/fr/actualites/pages/les-biotechnologies-vegetales-daujourdhui-et-de-demain.aspx
  4. http://www.lemasderivet.com/

(se reporter au menu et aux séminaires)

  1. http://stats.oecd.org/Index.aspx?lang=fr

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 17:46

Incroyable talent , s’exclamerait Gilbert Rozon en découvrant les trois nouveaux lauréats du Vélot d’or.

Notons que le jury réuni pour l’occasion par Imposteurs n’a pas réussi à les départager. A nos lecteurs d’établir leur propre classement.

 

Marie, pas très claire sur les OGM

 

Conseils minceur, Mode pyjama, Amour & sexo, thème astral…On cause de tout dans le magazine culturel Marie-Claire. Même des OGM et des néonicotinoïdes (1). Entre un billet sur Zahia et unj autre sur lesz retrouvailles d’Alexandra Lamy et Jean Dujardin, une certaine Emmanuelle Ringot se penche pour nous sur les questions agricoles.

« Macabre découverte pour David Schuit : cet apiculteur canadien a perdu près de 600 de ses ruches après la plantation d’un champ de maïs OGM à proximité de son exploitation. Une menace majeure quand on sait qu’un tiers de tout ce que nous mangeons dépend de l'action des abeilles. »

 

Pour bien illustrer cette menace majeure, l’agronome a choisi une photo de ruches… dans un champ de colza. C’est avec plaisir que nous lui adressons la photo suivante(n°1), pour son prochain reportage consacré aux betteraviers de Picardie.

Allons, ne pinaillons pas. Mais au fait, quel rapport avec le fait que le champ soit planté de maïs génétiquement modifié ? Aucun bien sûr. Les plantes génétiquement modifiées de type Bt ne sont nullement toxiques pour les abeilles, et l’emploi de néonicotinoïdes, incriminés à la légère dans l’article (2), n’a strictement rien à voir, ni de près ni de loin, avec le fait que le maïs soit génétiquement modifié . D’ailleurs, s’agit il seulement de maïs G.M ?

Certes, au Canada, il y a de fortes chances pour que ça en soit. Mais la brillante journaliste s’est contenté de recopier un hoax sur Internet, parti d’un fait qui remonte à au moins deux ans. Un article du Toronto Sun daté du 8 juin 2012 mentionne cette affaire (3) , relaie les accusations de l’apiculteur à propos des néonicotinoïdes, sans faire mention aux OGM. Le Post canadien se réveille un an plus tard(4) :pour raconter à peu près la même histoire.

 

Et voici que depuis quelques jours, la toile anglophone puis francophone recycle le fait d’hiver , en y rajoutant « OGM ». Bravo donc à Marie-Claire et Emmanuelle Ringot, pour leur réactivité dans ce concours de pêche aux hoax.

Et surtout, bravo aux quelques commentateurs de cet article, qui ne se sont pas laissés avoir !

 

Jérôme Douzelet, deuxième nominé :

 

Jérôme Douzelet est le chef cuisinier du Mas de Rivet , où le CRIIGEN organise ses séminaires. Lui et Gilles-Eric Séralini sont actuellement en tournée de promotion de leur livre « Plaisirs cuisinés ou poisons cachés » . Sous un titre complètement inepte, « Prise de conscience dans nos assiettes », la Dépêche du Midi publie le compte-rendu d’une de leur conférence à Sébazac Concourès, dans l’Aveyron (5). En lisant le contenu de leur intervention nos lecteurs se rendront aisément compte qu’il est inutile de gaspiller 19,80 €  pour se procurer le livre.

« Ils |les industriels] pervertissent nos sens par les cultures OGM, grand danger alimentaire qui annihile les valeurs gustatives, attente à la biodiversité, dépossède les agriculteurs de leurs racines et de leur savoir-faire, détruit la santé des animaux et des gens », assène Jérôme Douzelet, visiblement en grande forme.

On croyait avoir tout entendu sur les OGM. Vélot d’or à Jérôme Douzelet qui nous apprend que les OGM annihilent les « valeurs gustatives ». On serait tenté de mettre le fin gastronome au défi de reconnaître un aliment issu d’OGM dans une dégustation à l’aveugle. Pour détecter d’éventuels OGM dans votre assiette, pas besoin de technique pointue d’analyse biochimique, ou autre PCR. Procurez-vous un Douzelet (photo n°2).

Gilles-Eric Séralini, encore et toujours lui.

 

Dans la lutte pour décrocher le Vélot d’or, GES ne se laisse pas distancer par le vaillant Douzelet. Chacune de ces conférences est l’occasion de débiter des affirmations et des chiffres qui font froid dans le dos, comme le remarque l’auteur de l’article.

« Il a été retrouvé sur les gènes du liquide amniotique (sic !) plus de 400 polluants ! ». Nous reviendrons dans un autre article sur cette affirmation.

Mais GES n’est jamais aussi bon que lorsqu’il donne libre cours à son imagination :

 « Les agriculteurs intensifs refusent de manger les denrées qu'ils produisent, conscients de leur nocivité ». Une nouvelle légende urbaine est née !

N’embêtons pas les lecteurs en commentant chacun de ses propos. Contentons-nous de cette dernière phrase, d’une bêtise abyssale, qui lui permet de décrocher le pompon :

« Pour écouler les stocks de produits chimiques utilisés durant la dernière guerre, ils ont été vendus comme insecticides aux agriculteurs. »

Mais c’est bien sûr ! Pour écouler l’acier qui servait à fabriquer les obus, ces affreux industriels ont fabriqué des poussettes. Ainsi, de l’explosion des bombes à l’explosion démographique (qu’il dénonce régulièrement), un seul et même coupable !

 

« Plus de 500 personnes assistaient à cette conférence. Cinq cents voix qui vont porter le message. » comment la Dépêche. Misère !

Anton Suwalki

  1. http://www.marieclaire.fr/,37-millions-de-cadavres-d-abeilles-decouverts-au-canada,725713.asp
  2. l’hécatombe brutale décrite suggère plutôt une maladie
  3. http://www.torontosun.com/2012/06/08/beekeepers-blame-pesticides-for-bee-deaths
  4. http://www.thepost.on.ca/2013/06/19/bees-dying-by-the-millions
  5. http://www.ladepeche.fr/article/2014/10/23/1977686-prise-de-conscience-dans-nos-assiettes.html
Marie, Jérôme et Gilles-Eric sur le podium du Vélot d’or
Marie, Jérôme et Gilles-Eric sur le podium du Vélot d’or
Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 22:28

Le site Imposteurs redoute une vague de protestations : voici le célèbre Christian Vélot une fois de plus lauréat du Vélot d’or , que l’on peut considérer comme une sorte de prix Nobel de l’ânerie. Certains ne manqueront pas d’y voir du favoritisme, voire du copinage pur et simple.

 

Nous récusons formellement ces accusations. En dépit du gisement d’incroyables talents dont nous disposons dans l’hexagone, nul n’atteint à ce jour le niveau de Vélot. D’autant plus que ce dernier met à chaque fois la barre un peu plus haut.

 

Le contexte :

 

Il y a donc eu la fameuse étude de Séralini et al. sur le maïs génétiquement modifié NK 603 et de l’herbicide RoundUp, dont nous avons annoncé le retrait, depuis confirmé, par la revue Food and Chemical Toxicology (1).

 

Comme on pouvait le prévoir, une bonne partie des médias, Nouvel Obs en tête, volent à la rescousse du soldat Séralini (2) , permettant à celui-ci d’utiliser ce désaveu pour lancer une nouvelle campagne médiatique, plus virulente que jamais.

 

 A en lire le communiqué du CRIIGEN (3), l’équipe semble en proie à de véritables bouffées délirantes : 

 

 « Ces critiques inacceptables ont déjà fait l’objet d’un débat publié il y a un an par la même revue ». GES a répondu, donc les critiques sont « inacceptables » !

 

« Elles ont été promues par la société Monsanto dans la presse (sic !), alors qu’un de ses dirigeants (resic !) Richard Goodman a pénétré au bureau de FCT au poste chargé de l’édition des recherches sur les biotechnologies, après parution de notre étude ». C’est bien connu, Monsanto tire les ficelles de la presse, surtout en France ! Et Richard Goddman, qui a quitté Monsanto il y a 9 ans, en est forcément un de ses dirigeants occultes ! 

 

La paranoïa, réelle ou feinte, ne s’arrête pas là :

 

« la courte étude de Monsanto publiée dans la même revue pour prouver l’innocuité de leur produit comporte erreurs ou fraudes » . Non, sans blague ! Dire que cette étude a été publiée en 2004 (4) dans « la plus importante revue internationale de toxicologie alimentaire »,  selon l’appréciation de GES lui-même. C’était il y a moins d’un an…  

 

On atteint le summum du pathétique en lisant que « bien que réalisée avec la même souche et le même nombre de rats, ses comparatifs sont faux, car les croquettes des rats témoins sont contaminées par des OGM à des doses comparables aux rats traités ». L’escalade d’engagement fait vraiment dire n’importe quoi !

 

« Cela est en lien avec le nombre de rats demandé, très grand, pour les études de cancérogenèse ». Une preuve de plus que l’équipe du CRIIGEN ne maîtrise pas le b.a. ba de la problématique des études à long terme ! 

 

Et Vélot déboula dans le débat !

 

Certes, toutes ces déclarations du CRIIGEN mériteraient individuellement une distinction, Mais c’était sans compter sur l’intervention du maître lui-même.

 

Interviewé dans la Croix au sujet de l’étude de Séralini, Christian Vélot surpasse tout ses concurrents et remporte haut la main le prix qui porte son nom.

 

« Ce travail n’est certainement pas parfait, reconnaît Christian Vélot, mais l’apparition de tumeurs mammaires et d’atteintes hépato-rénales, même si elle n’est pas statistiquement valable, est tout de même un constat clinique irréfutable ».

Il fallait y penser : certes, les mesures rapportées à ce sujet par GES dans son étude n’ont aucune valeur statistique, mais les conclusions qu’on peut en tirer sont néanmoins irréfutables !

 

 

Petit exercice d’application de  ce raisonnement imparable  :

 

Je compte parmi mes meilleurs amis deux suédois qui sont champions internationaux de tennis de table. Certes, statistiquement, ça n’a aucune valeur, mais j’en tire le constat irréfutable que :

-          Les suédois sont un peuple particulièrement doué pour le ping-pong

-          Les suédois sont des gens vachement sympas, d’où le fait que j’en compte parmi mes meilleurs amis.

 

C’est débile ? Oui, je sais…

 

Épilogue :

 

Le journaliste de La Croix n’aura pas relevé l’ineptie de Vélot. Peut-être est-ce cela,finalement, la charité chrétienne ? Quoi qu’il en soit, peu de journaux semblent relever à quel point lui et ses coéquipiers du CRIIGEN en sont réduits à des arguments de plus en plus stupides et délirants pour défendre coût que coûte une étude indéfendable. Peut-on au moins espérer que les nouvelles menaces judiciaires proférées par le groupe (5), qui considère les tribunaux comme le lieu où doivent être tranchés les débats scientifiques (6), permettront à certains d’ouvrir les yeux…     

 

 

 

Anton Suwalki

 

 

 

(1) http://www.imposteurs.org/article-etude-sur-le-mais-genetiquement-modifie-nk-603-l-editeur-desavoue-finalement-seralini-121341860-comments.html#anchorComment

(2) http://arianebeldi.wordpress.com/2013/11/29/commentaires-a-chaud-17-les-journalistes-du-nouvel-obs-a-la-rescousse-du-soldat-seralini/#more-3887

(3) http://www.criigen.org/SiteFr/

(4) http://www.la-croix.com/Actualite/Europe/Le-professeur-Seralini-refuse-la-depublication-de-son-etude-controversee-sur-les-OGM-2013-11-29-1068360

(5) « Si FCT persiste dans sa volonté de retirer notre étude, le CRIIGEN attaquerait en justice, y compris aux États-Unis, pour demander des dommages et intérêts à la hauteur des préjudices colossaux subis »

(6) Ce qui ne les empêche pas d’être atteints du syndrome de Galilée…

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 17:15

Attention : Ne pas confondre le titulaire du Vélot d'or avec son homonyme, le docteur Bernard Astruc, fondateur d'Eutelmed.

http://www.eutelmed.com/a-propos/

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il est rare que nous attribuions le Vélot d’or à des inconnus. Inconnu (sur le plan national en tout cas) , Bernard Astruc pourrait ne pas le rester longtemps. Présenté par Var matin comme « passionné d’agroécologie » (1) et responsable national de Bio Consomacteurs ,il est coordinateur d’une nième pétition anti-OGM (2). La liste des personnalités signataires n’est pas très originale, ce qui n’étonnera pas nos lecteurs, compte tenu des poncifs contenus dans le texte. Signalons l’aimable participation de Marc Jolivet, beaucoup moins drôle que le responsable de l’initiative lui-même.

 

Car, reconnaissons-le, l’interview de  Bernard Astruc à Var matin est franchement désopilante : d’une confusion caractéristique de ce genre de personnage,  il demande un moratoire sur les OGM , «  c’est-à-dire une interdiction de l’importation de tous les OGM, en attendant d’en savoir plus », « L'Europe va lancer des études sur les OGM qui vont prendre deux ans peut-être. Nous devons attendre leurs conclusions avant d'autoriser les OGM. » , et d’ânonner « principe de précaution !!!». 

 

Il faut en savoir plus ? Pourtant , notre Jolivet lorguais a l’air d’en savoir très long, n’attendant pas les conclusions européennes pour annoncer « le plus grand scandale sanitaire des temps modernes ».  C’est à se demander pourquoi évoquer le principe de précaution, à ce stade là. On se doute dès lors qu’il rejettera ces conclusions si elles ne confortent pas ses préjugés.

 

« On voit bien, déjà, que les maladies dégénératives s'accentuent, elles frappent les consommateurs de plus en plus jeunes. Tout ça n'est pas un hasard. La question est : la maladie est-elle une fatalité ? ». N’y voyez pas malice, mais je me demande si cette prose ne constitue pas un signe des effets neurodégénératifs d’une addiction aux aliments bio !

 

 « Non, mais les animaux, eux, sont nourris avec des aliments contenant des OGM, comme le maïs. L'Europe importe 80 % de sa nourriture pour bétail avec ce type d'aliments à base d'OGM. Et il n'y a aucun étiquetage sur l'emballage de la viande indiquant quelle nourriture a pris l'animal. Il n'est pas acceptable que nous mangions des OGM sans le savoir. » Notre savant partage donc la superstition tristement colportée par Greenpeace que manger des OGM transforme les animaux en OGM. C’est vous dire si ses prophéties sont à prendre au sérieux !

 

D’où ce monsieur tire-t-il de telles certitudes ? De l’étude de Séralini, pardi !  Et c’est à ce titre qu’il se dépasse pour décrocher son Vélot d’or : « [Séralini] est d'une transparence totale. 300 scientifiques le soutiennent contre une cinquantaine qui conteste ses conclusions. Je connais bien Séralini, j'ai vérifié plein de choses. Je peux vous dire que ses études sont d'une rigueur scientifique totale. (souligné par moi) »

Hum ! Si lui-même a vérifié, que faire d’autre que s’incliner ? Voilà une caution scientifique qui vaut au moins mille fois celle d’être publié dans « la revue la plus réputée au monde » !(3)

 

A défaut d’espérer faire exploser l’audimat de Rires et chansons qui ne donne pas dans ce genre de comique, Bernard Astruc mesurera son succès au nombre de signatures recueillies pour sa pétition. Nombre qui pour nous constituera une espèce de thermomètre de la déraison.

Anton Suwalki

 

(1) http://action2.bioconsomacteurs.org/

 (2) http://www.varmatin.com/var/les-ogm-le-plus-grand-scandale-sanitaire-des-temps-modernes.1386749.html

(3) http://www.imposteurs.org/article-l-humour-irresistible-du-professeur-seralini-112004020.html

 

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 11:55

Être à la retraite et avoir fréquenté les allées des petits pouvoirs permet de chercher et de repérer (un peu) plus facilement les choses qui fâchent un citoyen averti et rationnel.  Voici donc un complément au récent billet de M. Suwalki [1].

 


C'est pas bath ! C'est Batho !


Mme Delphine Batho, pour s'exprimer sur l'étiquetage des poissons d'élevage, est sans nul doute aussi devenue Ministre de l'agriculture.  Et Ministre de la consommation...

Normal ! Quand on est Ministre de l'écologie, on se mêle de tout.  Et on « veut ».  Mais il serait mieux d'avoir quelques compétences.

On peut lire dans la presse que Mme Delphine « a déploré dimanche 17 février le feu vert de Bruxelles au retour des farines animales pour nourrir les poissons » [2]

Gros problème : ce n'est pas le retour des « farines animales », ci-devant produites avec tous les déchets, y compris d'équarrissage, mais l'autorisation d'utiliser des « protéines animales transformées » (PAT) de porc et de volailles (à l'exclusion de celles des ruminants).  Ces PAT sont, en bref, des déchets d'abattoir, des parties d'animaux consommés par l'homme, parties non utilisées en alimentation humaine.

Mme Batho a certes concédé que ce ne sont plus les mêmes farines animales (20 Minutes [3]),  mais c'était pour biaiser vers une considération stupide, celle que dénonçait justement M. Suwalki dans son billet : « C'est vrai que ce ne sont pas exactement les mêmes farines animales que dans le passé, là ce sont des farines animales faites avec des morceaux propres à la consommation (...) mais ce n'est pas dans le logique de la chaîne alimentaire que de donner de la viande à manger à des poissons ».

On est en droit d'attendre de nos politiques qu'ils fassent de la pédagogie, et non de la démagogie.

On notera incidemment que l'explication sur la nature du produit incriminé a été consciencieusement zappé par l'AFP [2].  C'est ce qu'on appelle une information de qualité...

Et petit problème (habituel) de démagogie : par « Bruxelles » il faut entendre « les États membres »...

Mme Batho l'admet du reste dans la suite (Challenges, Libération [2]) : « "J'en pense le plus grand mal, et d'ailleurs la France, au travers de Guillaume Garot et Stéphane Le Foll, s'est prononcée contre lors du processus de discussion interne à l'Union Européenne", a-t-elle ajouté... »

Le mal de l'anti-européanisme a toutefois été semé.  Madame la Ministre ne déroge pas à la pratique hautement contestable du bouc émissaire bruxellois en usage chez de nombreux politiques, à droite comme à gauche.

Mais... à moins d'avoir manqué quelque chose, nous n'avons trouvé aucune référence à des discussions au niveau ministériel (forcément...) dans lesquelles M. Garot (Ministre délégué à l'Agroalimentaire) ou M. Le Foll se seraient prononcés sur les farines animales ou les PAT.  M. Garot, du reste, n'a participé à aucun Conseil européen...

De fait, la dernière discussion sur les PAT au niveau politique a eu lieu au Conseil (Agriculture) du 21 février 2011, sur la base d'une demande de la Pologne [4].  La majorité des États membres s'était alors déclarée en faveur de l'utilisation des PAT pour l'alimentation des porcs et des volailles.

Mme Batho a donc, vraisemblablement, menti.  Que ce soit volontairement ou par esbroufe, le résultat est le même.

L'autorisation avait bien été votée par les États membres – mais pour la seule acquaculture : le 18 juillet 2012 par le comité permanent de la chaîne alimentaire de la Commission européenne [5].  Par 258 voix pour, 58 voix contre (l'Allemagne et la France) et 29 abstentions (le Royaume-Uni qui a fait inscrire au compte rendu qu'elle était pour la mesure mais qu'elle s'abstenait parce qu'il fallait garantir des contrôles efficaces et que la mesure serait mal acceptée par les consommateurs) [6].

Mme Delphine Batho a aussi fait étalage de sa très grande compétence et connaissance des dossiers : « "Je n'avais pas vu cette décision (d'autorisation des farines animales) qui datait du mois de janvier et qui a été rendue publique la semaine dernière par la Commission Européenne, et j'en pense le plus grand mal", a déclaré Delphine Batho lors de l'émission "Le Grand Entretien" de RCJ (Radio de la communauté juive). »

Elle... n'avait... pas vu...

Elle n'avait pas vu mais s'est fait une opinion – et quelle opinion ! – en une semaine.  Probablement toute seule, un matin, en se... (ah, non, ça, ce fut un ancien président...).

En fait, Mme Batho, qui s'est exprimée dans la deuxième semaine de février 2013 (a priori le 14, les premiers articles datant sauf erreur du 15), ment.  La décision est parue au Journal officiel n° L 021 du 24/01/2013 [7].

Le texte du Règlement est peut-être difficile à comprendre pour des politiques, mais son sens n'a pas échappé à la Fédération européenne des fabricants d'aliments composés (FEFAC) qui a produit un communiqué de presse le jour même de la publication du Règlement [8].

Mme Delphine Batho a ainsi estimé que « "ce n'est pas dans la logique de la chaîne alimentaire que de donner de la viande à manger à des poissons. C'est la même logique d'absurdité financière" que pour la viande de cheval. »  On aimerait bien qu'elle nous explique aussi cette haute pensée à propos de la viande chevaline qui, elle aussi (la pensée), vaut bien un deuxième Vélot d'or.

Et, tant qu'à faire, elle pourra aussi nous expliquer pourquoi il n'est pas dans la logique [...] de donner de la viande à des poissons, alors que c'était le cas avant l'interdiction des farines animales ; et pourquoi il est dans la logique [...] de donner des farines de poissons aux animaux de ferme.


Le grand écart de M. Le Foll


Un autre concurrent sérieux pour le Vélot d'or est M. Stéphane Le Foll.

Comme rappelé ci-dessus, la France avait voté contre le 18 juillet dernier.  On pourrait toutefois admettre que c'était dans l'intérêt de la continuité de l'État (ha ! Ha ! Ha !), puisque M. Bruno Le Maire était viscéralement contre [9].

Mais dans 20 Minutes du 15 février 2013 [10], M. Le Foll explique qu'il n'y a pas d'inquiétude à avoir (avec les poissons nourris aux farines animales), la décision ayant « été prise au niveau européen après une évaluation par l’Autorité européenne de sécurité des aliments »...  Il s'est même donné la peine d'expliquer, ce qui est tout à son crédit : « En l’occurrence, il ne s’agit pas des farines animales dont on parlait pendant la crise de l'ESB, l'encéphalopathie spongiforme bovine, mais de protéines animales provenant de porcs et de volailles propres à la consommation, non introduits dans la chaîne alimentaire pour des raisons commerciales et conditionnées de façon à pouvoir être consommées par les poissons ».

Mais cela ne l'empêche pas de participer à la manoeuvre.  Toujours selon 20 Minutes : « Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a abondé dans [le] sens [de Mme Batho]. "On va s'organiser", a-t-il assuré lors de l'émission Le Grand Jury sur RTL et LCI. "Sans remettre en cause la décision européenne, la France peut très bien faire en sorte avec un label qu'on n'utilise pas" les farines animales, a expliqué le ministre. »

Il a aussi justifié le vote du 18 juillet 2012 : « Nous avons émis un vote négatif non pour des raisons sanitaires mais compte-tenu des efforts faits par les opérateurs français pour garantir une alimentation uniquement à base de protéines de poisson. » Uniquement à base (joli tournure...) de protéines de poisson ? Pas de céréales ni de soja ?

Là aussi, on aimerait comprendre la mécanique intellectuelle, et la logique économique et écologique.

Surtout écologique.  Car, tout de même, la pêche minotière n'est pas anodine.

En définitive, c'est : « Courage, fuyons ! »

Ça mérite au moins qu'on le porte candidat au Vélot d'or.


Hors concours : l'ineffable José Bové


M. José Bové demande déjà, « aux consommateurs de se préparer à boycotter les poissons d’élevage dés [sic] le 1er juin 2013 », date d'entrée en vigueur de l'autorisation des PAT, dans l'hypothèse où « les instances européennes n’acceptent pas » de suspendre leur autorisation, selon sa pensée à la suite d'une demande du  gouvernement français que lui, José Bové, « interpelle » [11].

Les pisciculteurs français seront ravis !

Cette mâle déclaration fait suite à un avis catégorique : « Les poissons, comme demain les porcs et les volailles doivent être étiquetés "NOURRIS AVEC OU SANS FARINES ANIMALES", pour que nous puissions choisir en connaissance de cause. Je doute que les consommateurs se bousculent pour acheter des poissons étiquetés "Nourris avec des farines d’origine animale". »

Résumons : déclaration 1 : il faut étiqueter ; déclaration 2 : il faut « suspendre l'autorisation » (en clair : l'annuler), ce qui prive la déclaration 1 de toute base objective.

Et pour l'étiquetage, difficile de faire mieux pour expliquer l'objet réel de la manoeuvre...

Bravo, M. Bové !

Le raisonnement de ce monsieur – sur fond de fraude à la viande de cheval, divine surprise pour les « antis » [12] – est imparable : « Rien n’empêche si on réintroduit les farines animales dans l’alimentation, qu’elles se retrouvent demain utilisées pour des animaux auxquels elles ne sont pas destinées. »  Il importe donc, selon ce monsieur, de prendre nos décisions en fonctions des fraudes éventuelles...

Exemple d'application : ne produisons plus de voitures car rien n'empêche les excès de vitesse.

Et pour l'écologie, il y a quelques leçons qui se sont perdues : « Si dans la mer, la chaine alimentaire voit les gros poissons manger les petits, on n’a par contre encore jamais vu des poissons s’attaquer à des porcs ou à des volailles. » Ah ? Que dans la mer ? Les porcs n'ont certes pas pour habitude de se baigner dans les rivières à piranhas, mais il arrive à bien des brochets de gober un caneton...

Et dire que ce monsieur est un des phares des écologistes...

Du reste, sa déclaration figure sur le site du groupe des Verts du Parlement européen.

Mais ce qui choque le plus chez ce monsieur, c'est sa méconnaissance des réalités économiques.  Appeler au boycott des poissons les moins chers du marché ? Ça se voit qu'il ne vit pas avec le SMIC...

Un Vélot d'or, vite !


Quasi-unanimité chez les membres français du Parlement européen


Dans son interpellation, M. Bové rappelle que : « Le 6 juillet 2011, une écrasante majorité des députés européens français avait voté à Strasbourg contre la réintroduction des farines d’origine animale (56 Contre, dont Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, 8 pour et 1 abstention). »

Ce n'est pas entièrement exact...

Ce 6 juillet 2011, le Parlement européen avait adopté – oui, adopté – une Résolution sur la législation de l'Union européenne sur les encéphalopathies spongiformes transmissibles et sur les contrôles des aliments pour animaux et des denrées alimentaires – mise en œuvre et perspectives [13] par 485 voix pour, 162 contre et 30 abstentions.  Résolution qui ne fait qu'exprimer un simple avis du Parlement.

Les députés français s'étaient illustrés par un rejet massif de la résolution (seuls les belges (8-13) et les britanniques (20-34) s'y étaient aussi opposés en majorité, sachant cependant que le Royaume-Uni a été le plus touché par la vache folle).

Mais que disait donc cette résolution pour susciter à ce point l'ire gauloise ?  Selon elle, le Parlement se disait « favorable – eu égard notamment au déficit actuel de l'Union en protéines - à la proposition de la Commission visant à lever l'interdiction de nourrir les non-ruminants avec des protéines animales transformées, sous réserve qu'elle s'applique uniquement aux non-herbivores », et ce, sous sept conditions draconiennes [14]

Cette quasi-unanimité gauloise a de quoi surprendre – sauf, bien évidemment, si l'on considère que notre représentation nationale a succombé collectivement à l'irrationalité.  Et ils ont été plutôt nombreux à vouloir justifier leur vote, quelque fois avec des arguments particulièrement pauvres [15]

Mais il y a pire encore : sur les huit qui ont voté pour, six ont rejoint les neinsager a postériori en faisant inscrire dans les minutes, selon le site Vote Watch, le fait qu'ils/elles avaient eu l'intention de voter contre, mais que la machine à voter était défectueuse [16].  Une telle démarche quasi collective est des plus inhabituelle.  N'est donc resté droit dans ses bottes que M. Joseph Daul, ainsi que M. Harlem Désir.

Alors, changement d'avis, remords, ou amicales pressions ? En tout cas, la représentation française au Parlement européen ne sort pas grandie de cette affaire.

À notre sens, elle mérite bien un Vélot d'or collectif.


Et pour conclure : l'hystérie...


Ce qui est tout à fait ahurissant, c'est que cette affaire de farines animales ou de PAT soit une affaire franco-française.  La mèche semble bien avoir été allumée par Mme Batho, peut-être après qu'elle eut pris la température et « senti le vent ».  Et une AFP particulièrement active (comme sur d'autres sujets touchant à l'agriculture et à l'alimentation et à l'hypocondrie française) souffle dessus...

Les rares articles que nous avons trouvés sur des sites anglophones ou germanophones ou bien reprennent, ou bien décrivent l'agitation française.

Même M. Michel Barnier, Commissaire européen aux Services financiers et ex-ministre de l'Agriculture, s'y est mis lors de sa visite du Salon de l'Agriculture, le 26 février dernier [17]... Interrogé par l'AFP...  Fonction bruxelloise oblige, il a pris des pincettes :

« Ce que dit la Commission (européenne) c'est qu'au plan scientifique et de la sécurité, on peut utiliser des protéines animales transformées: ça peut se faire, ce n'est pas une obligation. A titre personnel je reste réservé ».  Et de souhaiter aussi un étiquetage.

Même M. Beulin, président de la FNSEA, emploie des circonvolutions : « Nous ne sommes pas favorables à un retour, comme ça, sans condition; il faudra vraiment expertiser de manière très, très précise ».  Moyennant quoi, Le Monde avec AFP titre : « La FNSEA contre le retour des farines animales sans précaution » [18].  D'autres ont titré « sans précaution » [19]...

Il est loin le temps où M; Beulin déclarait : « Nous avons besoin des farines animales car elles sont bon marché ! ».  C'était, apparemment, en juin 2011 sur RMC [20].

Chicken little Batho est passée par là...


Wackes Seppi



[1]  http://www.imposteurs.org/article-le-velot-d-or-a-delphine-batho-116247684.html

[2]  Par exemple :

  http://www.challenges.fr/economie/20130218.CHA6364/delphine-batho-veut-un-label-sans-farine-animale.html

http://www.liberation.fr/terre/2013/02/17/batho-souhaite-un-label-sans-farine-animale-pour-le-poisson_882420

[3]  http://www.20minutes.fr/planete/1102357-farines-animales-poissons-delphine-batho-pense-le-plus-grand-mal-decision-ue

[4]  http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/en/agricult/119436.pdf

[5]  http://www.actu-environnement.com/ae/news/farines-animales-pat-europe-poisson-16463.php4

(Du reste, excellente analyse de la problématique).

[6]  http://ec.europa.eu/food/committees/regulatory/scfcah/biosafety/sum_18072012_en.pdf

[7]  http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2013:021:0003:01:FR:HTML

[8]  http://www.fefac.eu/file.pdf?FileID=42891

[9]  http://agriculture.gouv.fr/Tant-que-je-serai-ministre-de-l

[10]  http://www.20minutes.fr/economie/1101789-stephane-foll-quil-dautres-triches-cest-fort-possible-generalise-ny-crois-pas

[11]  http://www.greens-efa.eu/farines-animales-9219.html

[12]  La Commission n'a pas été très futée pour le timing...

[13]  http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&reference=P7-TA-2011-0328&format=XML&language=FR

[14]  «  –  que les protéines animales transformées proviennent uniquement d'espèces n'ayant aucun lien avec les EST,

–  que les méthodes de production et de stérilisation utilisées pour les protéines animales transformées respectent les normes de sécurité les plus élevées et les règles établies par le règlement sur les sous-produits animaux et utilisent la technologie la plus récente et la plus sûre qui existe,

–  que les interdictions existantes concernant le recyclage intra-espèce («cannibalisme») restent en place,

–  que les chaînes de production de protéines animales transformées à partir d'espèces différentes soient totalement séparées,

–  que cette séparation soit contrôlée par les autorités compétentes dans les États membres et fasse l'objet d'un audit par la Commission,

–  qu'avant la mise en œuvre de la levée de l'interdiction, une méthode fiable propre à chaque espèce soit adoptée pour identifier l'espèce d'origine des protéines contenues dans les farines animales contenant des protéines animales transformées de façon à pouvoir exclure le recyclage intra-espèce et la présence de protéines animales transformées provenant de ruminants,

–  que la production de protéines animales transformées à partir de matériels des catégories 1 et 2 soit interdite et que seuls les matériels de catégorie 3 propres à la consommation humaine soient utilisés pour la production de protéines animales transformées ».

[15]  http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+CRE+20110706+ITEM-007+DOC+XML+V0//FR

[16]  http://www.votewatch.eu/en/legislation-on-transmissible-spongiform-encephalopathies-tse-and-on-related-feed-and-food-controls-m-2.html#/

Il faut interroger la liste « Votes by member states », cliquer sur le chiffre 8 des « oui » pour la France, puis poser le curseur sur un pouce levé av ec l'astérisque.

[17]  http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/02/27/97002-20130227FILWWW00511-barnier-reserve-sur-les-farines-animales.php

[18]  http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/02/19/la-fnsea-contre-le-retour-des-farines-animales-sans-precaution_1834757_3234.html

[19]  http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Poissons-d-elevage.-La-FNSEA-hostile-aux-farines-animales_6346-2165518-fils-tous_filDMA.Htm

[20]  http://www.dailymotion.com/video/xj5m51_nous-avons-besoin-des-farines-animales-car-elles-sont-bon-marche-xavier-beulin_news

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 19:05

dents de la mer

Bonne tranche de rigolade sur Facebook en découvrant la réaction de la ministre de l’environnement au retour autorisé par Bruxelles des farines animales ou plutôt des PAT (pour protéines animales transformées) issues de volailles et de porcs, dans l’alimentation des poissons d’élevage(1). Elle a déclaré « en penser le plus grand mal ». Il est vrai, que son CV , BAC+10 spécialité SOS racisme, lui donne une autorité particulière pour donner un avis sur un tel dossier.

« il est donc très important que la filière piscicole française s’organise pour qu’il y ait un label "sans farine animale" qui puisse faire son apparition sur les étalages, pour dire aux consommateurs français: le poisson que vous achetez n’a pas été nourri avec de la viande ».

Sacré Delphine ! Et un label de plus , non pas pour « dire »  aux consommateurs , mais pour créer une peur supplémentaire sur laquelle les grands de la distribution surferont : sans OGM, sans conservateur, sans colorants alimentaires, sans farine animale….On attend la suite ? Elevé à plus de 50 kilomètres d’une centrale nucléaire, d’une antenne relais ?

Reconnaissons qu’à défaut d’être compétente dans le domaine dont elle est censée être ministre, elle nous offre une belle occasion de rigoler en sortant cette perle :

« Ce n’est pas dans la logique de la chaîne alimentaire que de donner de la viande à manger à des poissons. »

Vélot d’or, sans contestation possible,   à madame Batho.

Si jamais la ministre obtient des vacances bien méritées, et qu’elle décide de faire une croisière, espérons qu’ elle ne tombe pas du batho au milieu d’un banc de requins blancs affamés.  Des fois qu’elle ait à vérifier ses idées sur la « logique » de la chaine alimentaire !

Anton Suwalki


PS : C’est Yann qui a eu l’idée pour les dents de la mer.


(1)    http://www.agriculture-environnement.fr/edito%2c2/farines-animales-a-quand-un-peu-de-bon-sens%2c860.html

 

(2)    http://www.gouvernement.fr/gouvernement/delphine-batho/biographi

 

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 19:55

fessenheim-manif2Hier après-midi, un de mes amis connaissant mes positions sur le nucléaire me lance ironiquement : « il faut évacuer, un nuage de fumée s’échappe de la centrale nucléaire de Fessenheim ! ». Renseignement pris, pas de fumée, mais simplement une émanation de vapeur d’eau oxygénée d’une cuve de traitement d’effluents des réacteurs. Deux salariés ont été légèrement brulés. C’est du point de vue des accidents du travail (658 000 accidents du travail avec arrêt par an(1)), un non événement absolu auquel personne ne se serait intéressé en temps normal. Un simple accident de manipulation insignifiant, probablement inclassable sur l’échelle INES (2), et qui n’a aucune conséquence ni sur les installations de la centrale ni en termes environnementaux.

 

 Mais voilà, un non événement qui a lieu sur un site nucléaire, et en plus à Fessenheim, qui représente tant d’enjeux en termes d’agitation anti-nucléaire et de tractations électorales, devient un sujet digne de la une du JT de 20 heures.

 

J’attendais donc avec impatience quels seraient les premiers à réagir et à profiter de l’aubaine médiatique pour exiger la fermeture de la centrale. Même sans être sûr de trouver le tiercé gagnant, il n’était pas trop risqué de miser sur au moins un bourrin toujours bien placé quand il s’agit de dire des inepties : Noël Mamère, perpétuel candidat au Vélot d’or.

 

Comme on pouvait s’y attendre, Noël Mamère, a déclaré (3) : « Cet incident est la preuve (sic !) qu'il faut fermer Fessenheim au plus vite. C'est aussi la preuve qu'il ne faut surtout pas se lancer dans une opération de soins palliatifs à des centrales vieillissantes, comme Fessenheim. Ces milliards d'euros, il vaut mieux les dépenser à favoriser la recherche et le développement sur les énergies renouvelables, plutôt que de les consacrer à essayer de rafistoler des centrales en fin de vie ».

 

Attribuer à la prétendue obsolescence de la centrale de Fessenheim cet incident, il fallait pour l’oser  tout le culot bibendumesque de Mamère, un mal incurable pour lequel il n’existe aucun soin palliatif.  

 

La prochaine fois qu’un cuistot de Bègles se brulera en renversant une casserole, il faudra peut-être demander à M. le maire de fermer au plus vite la cantine municipale…Après tout, il s’y est passé il y a un an des choses autrement plus graves que ce que Mamère dénonce aujourd’hui à Fessenheim(4).

 

Anton Suwalki 

 

Notes :      

 

chiffres 2010 : 658 000, dont 41.000 graves, et 529 mortels !

http://www.inrs.fr/accueil/accidents-maladies/accident-travail.html

 (2) http://www-ns.iaea.org/tech-areas/emergency/ines.asp?s=1&l=4

http://pierrealain.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/09/05/mamere-cet-incident-est-la-preuve-qu-il-faut-fermer-fessenhe.html

(4) http://www.leparisien.fr/societe/encore-des-graines-a-l-origine-de-l-intoxication-a-e-coli-25-06-2011-1507777.php

 

fessenheim-manif2

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 15:33

poeme-velot.JPGPour ce « poème automnal » publié sur le site du CRIIGEN (1), nous attribuons ce Vélot d’or au parrain du titre lui-même. Et avec toutes nos excuses pour le retard.

 

Certes, n’est pas Baudelaire qui veut, mais avouez que c’est touchant comme un poème de fête des mères. Tout ça sur le site d’un organisme qui prétend faire de la recherche sur les OGM…

Rien n’interdit à un scientifique de bricoler à ses heures perdues quelques quatrains, ou même des vers sans forme fixe. La licence poétique est un droit inaliénable. Rien n’interdit non plus de flirter avec l’absurde, de s’affranchir du sens des mots. A la première lecture, on se demande d’ailleurs si ça n’était pas son intention en écrivant Lorsqu’ils ont remplacé les vignobles par des vignes OGM. Pas du tout, il y bien un message derrière ça. Sacré cynisme au passage, lorsqu’on sait qu’ « ils » ont détruit les (porte-greffes) de vignes GM, avec la bénédiction du poète.

 

Remplacer des vignobles par des vignes ? Si ses propos sur les OGM flirtent souvent avec l’absurde, la filiation littéraire de CV n’est sans doute pas le surréalisme. L’idée pseudo-scientifique que le contrebandier veut faire passer, c’est que des vignes GM ne sont plus vraiment des vignes, que les OGM ne sont pas des entités biologiques comme les autres, mais des choses monstrueuses. Et à tous ces monstres censés nous envahir si nous ne réagissons pas, CV oppose l’image d’Épinal du bio. Pour faire croire à l’enfer, l’intégriste anti-OGM nous invente un paradis qu’on risquerait de perdre.

         Mais si ce navet, quoique certifié bio, est si indigeste, c’est surtout parce qu’il est écrit sur le modèle d’un texte attribué à un courageux pasteur allemand qui fut emprisonné à Dachau par les nazis.

Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique.

Et lorsqu'ils sont venus me chercher, il n'y avait plus personne pour protester.

         C Vélot essaie donc d’assimiler les OGM aux crimes nazis !

 Le Conseil régional d’Ile de France, qui dans le cadre de ses « Partenariats Institutions Citoyens pour la Recherche et l’Innovation » (2) , donne un tremplin à CV, ignore peut-être ses insuffisances dans le domaine des OGM dont il se prétend un spécialiste, et que nous souvent pointées ici (3). Espérons tout de même que le CR prenne connaissance des outrances du personnage. Comment pourrait-on imaginer que de tels propos , au-delà de la simple question des compétences initiales de CV sur le sujet, soient compatibles avec une activité de recherche objective et rigoureuse ?

Anton Suwalki

(1)http://www.criigen.org/SiteFr//index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=67&Itemid=91

(2) http://www.iledefrance.fr/recherche-innovation/dialogue-science-societe/partenariats-institutions-citoyens-picri/projets-2010/ogm-et-non-ogm-quelle-equivalence/

Nous reviendrons très prochainement sur ce sujet. Les auteurs du projet ne connaissent même pas le principe d’équivalence en substance qu’ils critiquent !

(3) Se reporter au Dossier sur le CRIIGEN

http://imposteurs.over-blog.com/pages/Tout_ou_presque_sur_le_CRIIGEN-4536267.html

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 20:17

chim-re

 

Plus de Vélot d’or attribué depuis janvier dernier. Nos lecteurs devaient trouver le temps long, se demandant comme nous si l’immense réservoir de talents justement récompensés sur ce site n’était pas en voie de tarissement. Qu’ils se rassurent, leurs craintes étaient infondées.

 

En attendant de dédier tout prochainement le Vélot d’or de l’année à une journaliste de Paris Match injustement méconnue, nous attribuons sans hésiter le prix à Philippe Martin  pour le deuxième fois consécutive (*), un exploit inédit !

 

         Car Philippe Martin , député, adjoint au maire, et président du Conseil Général du Gers, ne cumule pas que le mandats. Il accumule les affirmations les plus ineptes sur les OGM. Il nous a ainsi appris que Monsanto mettait « de nouveaux gènes à l’intérieur de son Round Up pour rendre, après 2014, encore plus difficile le fait de le faire»…

 

         En avril dernier, il déposait  devant la Cour de justice de l’UE un recours en annulation au sujet de l’autorisation de la Commission Européenne en Juillet 2010 de mise sur le marché de six variétés de maïs génétiquement modifiés destinés à la consommation humaine et animale.

 

         La Cour ne s’est pas prononcée sur le fond des arguments avancés par Philippe Martin et les départements et régions qui ont suivi cette initiative, mais le recours a été rejeté pour des raisons juridiques : « ce n’est que l’État-membre, en l’espèce l’État français [et non le département ou la région], qui en vertu de l’article 263, deuxième alinéa, a le droit de défendre l’intérêt général sur son territoire ».

 

         Dommage, car les risques évoqués par l’élu du Gers valaient leur pesant d’or , comme nous l’apprend le numéro de mai d’Agriculture et Environnement : « des risques sanitaires pour les personnes vivant sur le territoire du département du Gers »,

 

et surtout :

 

« Ces risques sanitaires touchent également les animaux exploités dans le département du Gers en raison des incertitudes planant autour de la mutation des OGM et de leur influence sur le génome des animaux ».

 

Concernant leur influence sur la santé mentale de nos élus, le doute n’est plus de mise.

 

Anton Suwałki     

(*) http://imposteurs.over-blog.com/article-le-velot-d-or-a-philippe-martin-59830459.html

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 12:00

 

Mis à jour le 11 Janvier

 

Chers amis lecteurs,

 

Tout d’abord, meilleurs vœux à tous !

 

Après une activité réduite depuis les fêtes, le site Imposteurs va repartir de plus belle. Au programme dans les tous prochains jours, de nouvelles pièces à verser au dossier Tout (ou presque) sur le CRIIGEN : retour sur le procès G.E Séralini contre M. Fellous (feuilleton en 4 épisodes) , ainsi qu’un article sur Pierre-Henri Gouyon à propos de la biodiversité.

 

En attendant,  une petite mise à jour du Vélot d’or attribué au député Philippe Martin s’imposait. Se reporter à l’épilogue.

A.S

 

 

 

 


 

 

Philippe Martin est député du Gers et président du Conseil Général du département. Il est l’ un des principaux activistes anti-OGM de son parti (le PS). Élu d’un département agricole qui accueillait entre 1000 et 2000 ha de maïs MON 810 avant son interdiction par le gouvernement , Philippe Martin n’hésite pourtant pas à se pavaner aux côtés de José Bové, auteur de nombreuses exactions dans sa région (1).  Il faut croire que l’électorat bobo pèse plus lourd que les agriculteurs.

 

          C’est une énormité révélée par Agriculture et Environnement qui lui vaut ce Vélot d’or amplement mérité.

 

          Selon Mr. Martin, les OGM font partie d’un « système d’intégration et d’aliénation des agriculteurs ». Il regrette sans doute un temps béni lointain où les agriculteurs n’étaient ni  « intégrés » ni « aliénés », consommaient l’essentiel de leurs maigres récoltes,  ne dépendaient ni des semenciers, ni des fabricants d’engins agricoles, ni de la grande distribution pour vendre leurs minces surplus etc.. C’est à se demander dans quel monde il vit.

 

             Outre la sempiternelle tarte à la crème du principe de précaution pour justifier son hostilité aux OGM, Philippe Martin dévoile toute l’étendue de son ignorance  :« Les agriculteurs sont désormais tenus par une firme qui va leur vendre tout et ils ne pourront pas sortir de cela. Il y a aujourd’hui un énorme débat parce que le Round Up justement va tomber dans le domaine public en 2014. C’est-à-dire qu’aujourd’hui, d’autres semenciers qui payent des royalties à Monsanto pour pouvoir utiliser ce Round Up vont pouvoir aller dans le domaine public. Et Monsanto est tellement inquiet de cela qu’il met de nouveaux gènes à l’intérieur de son Round Up pour rendre, après 2014, encore plus difficile le fait de le faire ».

  

Monsanto est en effet tellement inquiet… que le glyphosate, principe actif du RoundUp, est déjà depuis longtemps dans le domaine public, il existe déjà une multitude de génériques sur le marché.

  

Mais surtout, il faudrait que cet homme de science nous explique ce que viendraient faire de « nouveaux » gènes dans une formulation chimique en dehors de toute entité biologique. Philippe Martin confond donc le RoundUp avec les plantes dans lesquelles on a transféré un gène de tolérance au glyphosate.

 

Le plus drôle est tout de même que cet ignare passe pour un des spécialistes des OGM au parti socialiste.  

 

Il pourrait peut-être demander quelques cours de rattrapage à son collègue Jean-Yves Le Déaut, avant de prétendre pontifier sur le sujet.

Anton Suwalki


 

 

Epilogue :   C’est le site Alerte Environnement qui nous l’apprend : Philippe Martin , militant de pointe du combat anti-OGM, qui considère qu’  « il est anormal que la Commission (Européenne) autorise la mise en marché de produits autour desquels plane une incertitude quant aux effets nocifs pour la santé des hommes, des animaux ainsi que pour l’environnement »,  a manifesté au côté des producteurs de tabac du GERS dont il est député, pour dénoncer la perte des subventions européennes qui leur était jusqu’ici versées à hauteur de 15 à 20 millions d’euros. S’il y avait dans son attitude, au-delà de la démagogie politicienne, une sincérité et une cohérence logique, on peut supposer que si les risques des produits issus d’OGM étaient avérés,  Philippe réclamerait que les culture d’OGM soient subventionnées par l’Union Européenne…


 

 

 

 

(1)http://www.philippemartin-gers.net/

 

(2) http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article678

 

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 11:20

Dans notre dernier article, nous avions signalé que Pascal Frissant , membre de la Confédération paysanne, avait condamné « l’attitude idiote » de certains de ses petits camarades faucheurs volontaires de Colmar, dénonçant même  « d'une sorte de dérive sectaire, semblant dictée par une poussée limite obscurantiste ».

 

Nous avions accueilli ce fait avec un certain amusement certes, mais aussi avec bienveillance car il nous semble qu’il faut toujours encourager les prises de positions intelligentes, d’où qu’elles viennent.

 

Malheureusement, tant les réactions officielles de la Confédération Paysanne que celles de José Bové ou Kastler inclinent à penser que cette prise de position est et restera assez isolée. Et l’irrationalisme le plus profond continuera à guider les idées  les actes et de  cette mouvance.

 

Ainsi, nous avions mentionné que la biodynamie faisaient partie des « alternatives » aux PGM prônées par Guy Kastler.

 

Il nous paraît assez inquiétant qu’un organisme d’évaluation des OGM tel que le HCB accueille en son sein des promoteurs des pareils charlatanismes, quand bien même ceux-ci ne font partie que de son « comité économique, éthique et social » ,et non de son comité scientifique. 

 

Mais il y a pire : Jean-Pierre Frick, membre de la commission viticole de l’Organisation Professionnelle de l’Agriculture Biologique en Alsace et  lauréat du Vélot d’or de la semaine, suggère carrément que l’INRA ouvre une unité de recherche consacrée à la biodynamie :

 

 


 

 

La biodynamie, selon la méthode de Rudolf Steiner, introduit deux aspects complémentaires, l'utilisation des préparats et l'influence des planètes. « Les préparats ne jouent pas sur la quantité. On n'utilise que 100 grammes de bouse de corne à l'hectare et seulement 4 grammes de silice de corne. Ils agissent comme un médicament homéopathique et apportent des informations pour stimuler les fonctions momentanément affaiblies », explique Jean-Pierre Frick.

 

Quant aux planètes, les données des grands observatoires lui ont appris que cet été, Saturne était en opposition avec Jupiter. Ça arrive tous les vingt ans, mais la configuration actuelle du ciel, jusqu'au printemps prochain, ne s'est plus produite depuis 400 ans. « Ce sont des rythmes complexes qui me dépassent, mais j'essaie de travailler de concert avec l'influence des constellations plutôt qu'en opposition ».

 

Le viticulteur de Pfaffenheim est persuadé que l'interaction entre ces rythmes planétaires et certains phénomènes de parasitisme « qu'on ne comprend pas » pourraient constituer des « pistes de recherche gigantesques pour l'INRA. Pourquoi l'esca, une maladie du bois déjà connue des Romains, est-elle si virulente en Alsace en ce moment alors qu'elle ne l'était pas dans les années 70 ? Pourquoi le ver de la grappe est-il moins problématique aujourd'hui que pendant la décennie 1980 ? Ce sont des problèmes qu'on ne peut pas résoudre seulement par des molécules chimiques ».

 

Dernières nouvelles d’Alsace , 5 Septembre 2010

 


 

Voilà donc les superstitions moyenâgeuses qui guident ceux qui prétendent interdire par la force les essais de cultures transgéniques. Un jour peut-être, Monsieur Frick sera directeur de recherche à l’INRA, Joël Spiroux de Vendomois prix Nobel de médecine « alternative », et Elisabeth Tessier titulaire de la chaire d’astrophysique théorique au Collège de France. Souhaitons que ce jour là n’arrive jamais. Car on peut craindre ce jour là le retour des bûchers en place publique.

Anton Suwalki

 

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 15:16

Que ceux qui imaginent que tous les hoax anti-OGM potentiels ont été épuisés se rendent à l’évidence.  Le mal est loin d’être derrière nous.

 

Nous récompensons aujourd’hui le journaliste français Sébastien Portal et son inspirateur américain Jeffrey Smith pour avoir relayé un des bobards les plus désopilants depuis  que la propagande anti-OGM existe.

 

Jeffrey Smith est l’auteur du livre au titre évocateur -La roulette génétique-, c’est un peu le MMR américain (1). Sébastien Portal, titulaire d’une carte de presse, est hébergé par Edwy Plenel sur le site Médiapart.

 

Sébastien Portal s’était déjà illustré en Janvier 2010 (2) en relayant la campagne d’associations écologistes mettant en cause Suzie Renckens, ex coordinatrice du panel OGM de l’EFSA, à cause de son embauche par Syngenta après avoir quitté ses fonctions. Pour les activistes anti-OGM , cela relève du conflit d’intérêt et met en cause la valeur de l’expertise de l’EFSA .S’il s’était donné la peine de faire son métier, S. Portal aurait constaté que Suzie Renckens n’avait au sein de l’EFSA aucune fonction d’expertise, qu’elle n’était elle-même pas membre du panel (3).

 

Mais c’est un autre ragot d’Avril 2010 qui vaut aux compère Smith & Portal leur Vélot d’or : un énorme poisson d’avril.

 

Ils rapportent les résultats d’une étude russe sur des hamsters nourris avec un soja résistant à un herbicide menée par un certain Alexey Surov qui, selon S Portal, pourrait « déraciner une industrie », n’ayons pas peur des mots ! (4)   

 

Nous restons dans les grands classiques : étude non publiée en bonne et due forme (5) malgré l’annonce de S Portal qu’elle le serait en Juillet, et donc sans valeur . Ce qui n’empêche pas le fameux Surov de communiquer à la presse les résultats « inquiétants » dans le cadre des « Journées de défense contre les risques environnementaux » . Des résultats « frappants » selon S Portal … En effet, et le contraire eut été étonnant, étant donné que parmi les sponsors de cette étude, se trouve l'Association Nationale pour la Sécurité Génétique .La vice-présidente de cette association n’est autre qu’Irina Ermakova, elle aussi auteure d’une étude non publiée qui « révélait » des effets délétères d’un OGM (6). Cette même Ermakova, adepte de la théorie du chaos génétiquement provoqué,  n’hésite pas à affirmer que les OGM changent le climat (7) !

 

Nous sommes donc à l’évidence en face d’une nouvelle campagne d’intox qu’un journaliste français s’est empressé de relayer.

 

Cette fois-ci, le soja OGM est supposé affecter la reproduction et provoquer une surmortalité des hamsters.

 

Selon Sébastien Portal :

« Au départ, quatre groupes de cinq paires (mâles / femelles) ont été constitués : le premier a été nourri avec des aliments qui ne contenaient pas de soja, le second a quant à lui suivi un régime alimentaire qui comportait du soja conventionnel, le troisième a été alimenté avec en complément du soja OGM et enfin le quatrième groupe a eu des plateaux repas dans lesquels la part de soja transgénique était encore plus élevée que dans ceux du troisième. A la fin de cette première phase, l'ensemble des quatre groupes a eu en tout 140 petits. »  

 

Par défaut, nous supposons donc que le régime n’a aucun effet sur la première génération, puisqu’aucune différence n’est mentionnée entre les groupes. Que de vicissitudes ! Dans ces études publiées par des anti-OGM, on n’observe jamais le même effet, mais l’essentiel n’est-il pas de démontrer un effet, du moment qu’il est délétère ?

 

« Ainsi, il y a eu au final 52 naissances parmi les spécimens de troisième génération qui n'ont pas consommé du tout de soja, 78 parmi ceux qui ont consommé du soja conventionnel. Mais le troisième groupe, celui qui a été nourri avec du soja OGM, n'a eu que 40 petits, dont 25% sont morts. Et pire, dans le groupe qui a mangé le plus de soja génétiquement modifié, une seule femelle a réussi à donner naissance, soit 16 petits au total dont 20% sont finalement morts. »

 

Chose très bizarre, les résultats indiqueraient donc un effet négatif sur la fertilité des hamsters lorsque leur régime contient du soja OGM, mais positif lorsqu’il s’agit de soja conventionnel. Pourtant, les isoflavones contenues dans le soja sont réputées pour leurs effets contraires, et selon l’AFSSA :

 

« Compte tenu de l'état actuel des connaissances et des incertitudes concernant les effets à long terme des fortes doses d'isoflavones ingérées de façon prolongée par les nourrissons, les préparations aux protéines de soja ne devraient pas être données aux enfants avant 3 ans si celles-ci ne sont pas à teneur réduite en isoflavones. » (8)  Une étude récente semble confirmer la relation entre consommation de soja et la baisse de production de spermatozoïdes chez les hommes (9) .

 

Des éléments qui donnent une idée sur le sérieux qu’on peut accorder à Alexey Surov. Qu’importe à S Portal qui confirme que les choses s’empirent à la 3ème génération , pour les seuls hamsters consommateurs de soja OGM, ça va de soi.

 

Mais le véritable hoax est ailleurs :

 

« Mais une autre surprise de taille a été observée : certains de ces hamsters issus de la troisième génération se sont retrouvés avec des poils... dans la bouche, un phénomène d'une extrême rareté. »

 

Pour illustrer cela, Sébastien Portal publie à son tour les photos publiées par son homologue américain, où l’on voit bien une mâchoire …avec des poils à l’intérieur de la bouche !

 

Si c’est pas une preuve accablante , ça !!!!

 

Assez tristement, les commentaires postés sur le blog indiquent que cette bonne blague ne discrédite pas ses auteurs, elle renforce au contraire les crédules dans leur certitude que que les OGM sont monstrueux, et engendrent des monstruosités.

 

La prochaine fois, notre journaliste se fera peut-être l’écho d’éléphants nourris pendant deux ans avec des feuilles d’acacia OGM, et …horreur !

Regardez ce que ça donne :

http://www.chiens-des-champs.com/annuaire/img/elephant%20rose.jpg

 

Voilà une nouvelle qui à coup sûr va "déraciner une industrie".

 

De son côté, Jeffrey Smith déplore que des scientifiques qui découvrent que des OGM provoquent des effets inattendus sont régulièrement attaqués et tournés en ridicule…

Question ridicule, nul doute que les compères en ont atteint le sommet.

 

Anton Suwalki

   


 

Références :

 

(1)  http://academicsreview.org/

(2)  http://www.mediapart.fr/club/blog/sebastien-portal/250110/ue-un-cas-de-portes-tournantes-entraine-m-barroso-dans-une-polemiq

(3)  http://www.efsa.europa.eu/EFSA/DocumentSet/comm_efsanews_02_en.pdf

(4)  http://www.mediapart.fr/club/blog/sebastien-portal/250410/ogm-l-etude-russe-qui-pourrait-deraciner-une-industrie

(5)  aucune mention de cette étude sur les moteurs de recherche scientifiques

(6)  http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article787

(7)  http://irina-ermakova.by.ru/eng/art/art12.html

(8)  http://www.afssa.fr/Documents/NUT-Ra-Phytoestrogenes.pdf

(9)  http://humrep.oxfordjournals.org/cgi/content/full/den243v1

 

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 13:52

Chantal Jouanno, ministre et tête de liste UMP à Paris pour les élections européennes, semblait moins versée dans la Deep Ecology  que Nathalie Kosciusko-Morizet qui l’a précédée au ministère de l’écologie. Elle a cependant rapidement donné les signes que sa nomination ne changerait pas la politique anti-OGM du gouvernement (1). Plus récemment, elle a franchi un pas se laissant aller à un discours franchement calomnieux à l’encontre des experts du panel OGM de l’EFSA, reprenant à son compte les arguments qu’on croirait tirés d’un communiqué du CRIIGEN (2).

 

Dans la surenchère démagogique verte, Chantal Jouanno s’est surpassée au cours d’un débat en ligne avec les forumeurs organisé par Le Monde le 15 Février dernier (3). C’est un clin d’œil au thème de la relocalisation de l’économie, si cher aux décroissants, qui lui vaut son premier Vélot d’or :

 

« il faut concevoir une région (L’Ile de France, NDLR) presque autosuffisante sur le plan alimentaire. Ce qui suppose de recréer une ceinture maraîchère autour de Paris, de redévelopper une agriculture de proximité aussi diversifiée que possible. »

 

Comme quoi, un politicien est capable de dire n’importe quelle absurdité du moment qu’il s’agit de voguer sur le courant des idées à la mode.

 

Avec 572 800 hectares (4), l’Ile de France compte un peu moins de 2% de la SAU (surface agricole utile) métropolitaine. Comment parviendrait-elle donc à une « quasi-autosuffisance » , quand sa population (11,6 millions d’habitants) représente près de 19% de la population métropolitaine ?

Malgré des rendements généralement plus élevés qu’en moyenne nationale, l’Ile de France n’est « autosuffisante » pour aucune des grandes cultures, son poids dans l’élevage est quasiment insignifiant (0,2% du cheptel bovin et ovin, 0% du cheptel porcin..). Même en dédiant les 385 000 hectares de sols boisés (le bonheur écologique !), et autres landes, friches, sols nus naturels, etc…   , l’ Ile de France n’arriverait pas à couvrir les besoins d’une population aussi dense.

 

Chantal Jouanno ignore ou fait semblant d’ignorer deux principes élémentaires, à la portée d’un lycéen :

-          Les régions très urbanisées à forte densité de population sont par définition dépendantes de régions rurales dont les capacités agricoles excèdent les besoins d’une population peu nombreuse. Où est le problème ? Chantal Jouanno veut-elle raser les villes, et répartir de manière autoritaire la population en micro-territoires autonomes ? A moins de mener une guerre pour annexer l’Eure et Loir, la Champagne, le Loiret ?

-          Cela fait belle lurette que les régions ne produisent pas tout ce dont elles ont besoin : revenir sur la spécialisation des territoires agricoles se ferait au détriment de l’allocation des ressources, impliquant des baisses de rendements considérables(5). Il est logique et souhaitable que la production de pommes soit marginale en Ile de France et concentrée dans des régions affichant des rendements 2,5 fois (ou plus) supérieurs à ceux de l’IDF. Il est tout aussi logique que peu de surfaces agricoles soient dédiées à la production céréalière en région PACA (où les rendements à l’hectare sont 2,5 fois inférieurs à ceux des régions céréalières les plus productives). L’autosuffisance dont parle Chantal Jouanno et dont rêvent les décroissants , c’est en réalité l’auto-insuffisance, une moindre variété de produits en beaucoup moindres quantités. Bientôt le retour de la disette ?

 

Il est peu probable que la ministre de l’écologie croie à ce qu’elle dit et qu’elle ait réellement un tel projet en vue. Il n’empêche qu’elle cautionne par démagogie les pires délires localistes. Ca lui valait bien un Vélot d’or, malgré un bêtisier bien rempli ces dernières semaines.

Anton Suwalki

Notes :

 

(1)   http://imposteurs.over-blog.com/article-28079963.html

(2)   http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article627

     (3)http://www.lemonde.fr/elections-regionales/chat/2010/02/15/regionales-quels-projets-pour-paris_1305863_1293905.html

(4)Source des données : AGRESTE- INSEE

(5) Paradoxalement , certains OGM actuellement en développement pourraient dans le futur contribuer à contrebalancer partiellement les inconvénients de la relocalisation en créant des variétés végétales mieux adaptées à des sols ou des conditions climatiques défavorables. Or Chantal Jouanno et les écologistes font déjà barrage aux OGM existants…

Voir notre article sur la diversification des PGM :

http://imposteurs.over-blog.com/article-36356715.html

(6) Quelques autres candidats (méritants) au Vélot d’or ces dernières semaines :

-          José Bové, qui n’a peut-être même pas les connaissances d’un jardinier amateur, déclarant à propos de la pomme de terre Amflora qu’il était impossible d’éviter une contamination des cultures par la pomme de terre GM Amflora.

http://www.latribune.fr/depeches/reuters/ps-et-verts-partent-en-guerre-contre-la-pomme-de-terre-amflora.html

-          Sur le même thème d’Amflora, Les verts d’Europe écologie Bourgogne pour leur slogan « Non à la patate folle ! ». Ils avaient peut-être quelques verres de Bourgogne de trop dans le nez ?

http://www.dijonscope.com/004318-europe-ecologie-bourgogne-ogm-non-a-la-patate-folle

 

-          Également méritant, Hervé Kempf, champion olympique de haute voltige dialectique, qui commente ainsi la décision de la commission européenne d’autoriser Amflora : « Déni de démocratie, volonté de se plier aux desiderata des industriels, mépris implicite d'une agriculture qui ne serait pas productiviste : voilà ce qu'est cette décision. Mais il y a plus grave encore, qui touche à l'idéal européen lui-même. Pour continuer à imposer les OGM, la Commission veut que chaque État puisse choisir s'il les autorise ou pas chez lui. » . Pour Kempf, laisser le choix est un déni de liberté ! La seule liberté qu’il revendique, c’est la liberté d’interdire les OGM.

 

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/03/06/mal-a-l-europe-par-herve-kempf_1315314_3232.html

 

 

 

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 11:04

Dans le sprint permanent pour décrocher le si convoité Vélot d’or, les politiques sont particulièrement en forme ces derniers temps. Daniel Cohn-Bendit nous avait épatés en mai dernier un peu avant les Européennes (1), arrivant même à coiffer José Bové sur le poteau.

 

Dans la torpeur de l’été, nous avons failli passer à côté de ce morceau d’anthologie que nous devons à Michel Rocard qui a présidé la Conférence d’Experts sur la Création de la Taxe Carbone. Voici comment notre infatigable pédagogue expliquait l’effet de serre le 28 juillet, sur France Info :

 

« Le principe c’est que la terre est protégée de radiations excessives du soleil par l’effet de serre, c’est à dire une espèce de protection nuageuse,… enfin protection gazeuse, qui, dans l’atmosphère, est relativement opaque aux rayons du soleil et quand nous émettons du gaz carbonique ou du méthane ou du protoxyde d’azote -un truc qu’il y a dans les engrais agricoles, on attaque ces gaz. On diminue la protection de l’effet de serre et la planète se transforme lentement en poêle à frire. Le résultat serait que les arrières petits enfants de nos arrières petits enfants ne pourront plus vivre. La vie s’éteindra à 7-8 générations, ce qui est complètement terrifiant. » (2)

 

Complètement terrifiant en effet, le soleil estival semble avoir tapé très fort sur certains crânes, transformant celui de Rocard en véritable poêle à frire.

 

Monsieur effet de serre, chargé de nous vendre la taxe carbone, ne connait pas, fût-ce à un niveau élémentaire, le mécanisme de l’effet de serre. Je ne sais pas si beaucoup de légumes pousseraient dans les serres de Rocard et Pécuchet, qui pense qu’elles servent à protéger des rayons du soleil, alors qu’elles servent au contraire à piéger le rayonnement infrarouge émis par le sol.  Visiblement, il confond effet de serre et amincissement de la couche d’ozone, qui protège des ultraviolets. Il confond aussi monoxyde de carbone (CO) et dioxyde de carbone (CO2). Bref il confond tout.

 

Difficile de distinguer un message dans les vapeurs à effet de serre intellectuelle du discours rocardien … mais à la limite un nouveau slogan pourrait émerger de ce galimatias: Sauvons l’effet de serre !

 

Ces bourdes énormes n’empêchent pas Michel Rocard d’annoncer doctement la fin du monde pour dans 7 ou 8 générations. Vu son niveau de maîtrise de la question, voilà qui devrait presque nous rassurer sur notre avenir.

 

En attendant , le modeste se vante d’avoir sauvé la banquise…

 

Il n’y a pas à dire, ce gouvernement choisit de mieux en mieux ses experts.

 

Anton Suwalki

 


 

 

 

(1)   Le Vélot d’or à Daniel Cohn-Bendit

http://imposteurs.over-blog.com/article-31051957.html

   

(2) Fichier audio de l’interview

http://www.france-info.com/spip.php?article324086&var_recherche=taxe%20carbone&theme=81&sous_theme=188

Seul deux ou trois sites internet ont relevé les confusions de Rocard. Pas la journaliste qui l’interviewait ni l’ensemble de la presse.

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 15:09

 

Après Marie-Monique Robin, Eric Mettout , rédacteur en chef de l’Express, est le deuxième journaliste à décrocher la récompense suprême du Vélot d’or. Nous pensions MMR imbattable, mais nous avions sous-estimé le talent de certains de ces confrères.


Monsieur Mettout (et son collègue Eric Lecluyse) nous en avait pourtant donné un aperçu au cours de ces échanges surréalistes :

http://imposteurs.over-blog.com/article-19737993.html

http://imposteurs.over-blog.com/article-19790383.html

 

Voilà qu’à présent, alors que, sur le blog de l’Express, Emmanuel Grenier défend l’état d’esprit d’Imposteurs et sa contribution au débat rationnel sur les OGM, Eric Mettout joue les défenseurs des opprimés :

« Ne répondit point, cher Emmanuel? Eut-il fallu que vous posassiez (ouah...) une question, non? Or donc, ma réponse, quand la question fût: je trouve personnellement rafraichissant que, pour faire passer leur idée que, non, décidément, la terre n'est pas en danger et surtout pas à cause de l'Homme, des scientifiques, généralement adossés à des lobbies dont la puissance de feu promotionnelle est incomparablement plus forte que celle de n'importe quel autre de leurs confrères, en appellent au "politiquement incorrect", à l'assassinat médiatique et surtout, surtout, à l'esprit critique. Je crois que L'Express (et d'autres probablement) aurait pris position pour Galilée, fut un temps jadis. Et qu'à l'époque, j'aurais été fier qu'on me traite d'avaleur de couleuvres. »


http://blogs.lexpress.fr/nouvelleformule/2008/05/ogm.html

Mais bien sûr, Mr Mettout. A hurler avec les loups contre les scientifiques désignés comme boucs-émissaires, à défendre le dogme anti-OGM au point de considérer toute opinion divergente comme une «pollution du débat », vous nous avez donné une sacrée leçon d’héroïsme intellectuel !


GFP a répondu à ces sottises :

« Monsieur Mettout, ne faites pas semblant de ne pas comprendre. Les questions auxquelles vous ne répondez pas se situent dans le message précédent celui d´Emmanuel Grenier.

Vous poser en défenseur de Galilée est risible. Vous êtes ici au contraire un grand défenseur de la pensée unique. Le peuple pense que la terre est plate (=les OGM sont dangereux), aucun problème, brossons le peuple dans le sens du poil et publions de l´anti OGM puisque c´est ce que le peuple veut entendre. Vous vous foutez complètement de la vérité mais peut être que comme votre confrère MM Robin vous le faites de bonne foi et êtes vous aussi victime d´un aveuglement idéologique qui inhibe vos facultés cognitives.
Et ne prétendez être pourvu d´esprit critique, la lecture des posts précédents prouve le contraire.

Mr Grenier, c´est un plaisir de vous lire, peut être que le journalisme a encore un avenir ».

Concernant sa réaction à mon dernier commentaire peu amène, je confirme à Eric Mettout qu’effectivement j’ai beaucoup de mal à me comporter en gentleman face à des gens comme lui.

Anton Suwalki

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article