Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 18:00

Comme nous l’annoncions récemment, le numéro hors série de la revue SPS consacré aux attentats vient de paraître.

couv296

 

Éditorial : L’imposture est dans la rumeur p. 1

 

Introduction p. 2


« Oussama Ben Laden n’est pas responsable du 11 septembre… »

« Un missile a été envoyé́ sur le Pentagone… »

« Les tours jumelles ont été́ démolies à l’explosif… »

 

Qui n’a pas un jour entendu ces théories du complot à propos du 11 septembre ? Avec la mort d’Oussama Ben Laden et le dixième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 qui approche, les théories du complot sur ces événements repartent de plus belle. Les partisans de ces thèses alternatives assaillent le net : les forums et les commentaires sous les articles sont envahis de messages arguant de prétendues « preuves scientifiques »…

 

Or, il n’en est rien. Aucune des conclusions fournies par les enquêtes techniques (et nous ne parlerons ici que d’enquêtes techniques) n’a pu être remise en cause de manière sérieuse, rationnelle et scientifique.

 

L’AFIS s’est entourée des plus grands experts français (professeurs d’université́, responsables de centres de recherche, etc.), chacun dans leur domaine de compétence, pour proposer une vulgarisation des résultats scientifiques fournis après souvent de très longues enquêtes.


Vérité et plausibilité (Jean Bricmont) p. 6

 

Les théories conspirationnistes autour du 11 septembre (Phil Molé) p. 7

 

Comment assure-t-on la sécurité des constructions ? (Denys Breysse) p. 17

 

Les effets du feu (Pierre Carlotti), p. 26

 

L’effondrement des Twin-Towers (entretien avec Matthys Levy) p. 33

 

Vous avez dit démolition contrôlée ? (entretien avec Jean-Pierre Muzeau) p. 38

 

L’effondrement de la tour 7 (Joël Kruppa et Bin Zhao) p. 42

 

Affabulation autour des débris métalliques (entretien avec Michel Brillich) p. 50

 

Pas d’avion sur le Pentagone ? (Jérôme Quirant) p. 54

 

Quelques considérations aéronautiques… (entretiien avec Jean Belotti) p. 58

 

La chimie à la rescousse (Emeric Steng) p. 62

 

Quand la sismique se met en branle… (Jérôme Quirant) p. 71

 

Des statistiques molestées en plein Web par les truthers (entretien avec Nicolas Gauvrit) p. 76

 

« 9/11 Truth Movement » entre politique et science (Valery Rasplus) p. 81

 

Comment fonctionnent les rumeurs (Gérald Bronner) p. 87

 

Si j’étais la CIA attaquant les tours jumelles (Nicolas Gauvrit) p. 94

 


Ce numéro hors-série a été coordonné par Jérôme Quirant, assisté́ de Nicolas Gauvrit.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bombay Velvet Box Office Collection 06/04/2015 19:09

Superb... amazing well written

Yves Ducourneau 31/08/2011 19:44



En complément des remarques toujours remarquables de charmord, voici une autre réponse au hors-série de l'AFIS : http://www.reopen911.info/2137.html . L'angle de vue est ici de démontrer que le dossier repose sur un raisonnement à sens unique et
donc, aboutit forcément à la conclusion voulue.



La Coupe Est Pleine 29/06/2011 17:44



Juste un détail Mr charmord, quelle est votre théorie sur les
"alunissages supposés" des vaisseaux Saturn à la fin des années 60 ?


 


Pour ce qui est de vos interrgations sur le 11 septembre, sachez qu'en
faisant une recherche sur ce site même (par ctrl+F) vous trouverez bon nombre de réponses. (ex : la température de l'incendie, lorsque du kérosène s'enflamme dans un immeuble, il y a autre chose
qui brule que le seul carburant ...)



charmord 27/06/2011 17:07



Et bien dites-moi, c'est compliqué de poster des commentaires chez-vous 


 


Bon, alors voici la dernière partie, coupée au montage :


 


A présent, posez-vous la question suivante : les articles de vulgarisation qui figurent dans le dossier de l'AFIS mettent-ils fin au questionnement des truthers?


 


http://www.reopen911.info/11-septembre/des-explosions-dans-les-sous-sols-des-tours-jumelles/


 


Pour beaucoup, la réponse est négative.


 


PS : Le modérateur de ce blog est autorisé à supprimer le commentaire n°14 qui fait double emploi. Merci et désolé pour le multipost mais je n'ai pas vu de limite de caractères, outre que la
première fois, mon commentaire est passé en entier, avant d'être amputé d'une partie 


 


 



charmord 27/06/2011 16:55



Voilà, en un bloc rigide mon intervention. Merci de ne pas la dénaturer :


 


Une première lecture de ce dossier de l'AFIS suscite les observations et remarques suivantes.


 


1. Un nombre considérable de points controversés et non des moindres a été complètement passé sous silence s'agissant des explications données à la ruine des tours jumelles.


 


a) On pense spécialement aux multiples indices d'explosions pour lesquelles pas un mot n'est prononcé alors qu'ils justifient à eux seuls d'approfondir l'enquête et à défaut, des suspiçions d'une
variante dans le modus operandi des attaques, avant même de se poser la question des auteurs. 


 


Ainsi, Mr M. Levy, directeur du bureau d'expertise Weidlinger, ayant produit le rapport d'expertise sur les causes des effondrements en faveur de la société de L. Silverstein, propriétaire et
leaseholder d'une partie non négligeable du complexe du WTC,  affirme-t-il que du kerozène a coulé dans les cages d'ascenseurs et escaliers mais sans prétendre  ni encore moins
démontrer que cet écoulement ait pu être responsable des explosions majeurs qui se produites dans le bas des tours, quelque trois cent mètres plus bas, au moment des crashes, comme le prétend le
rapport du Nist, mais aussi bien après, avant les effondrements, causant outre des dégâts matériels majeurs, de nombreux morts et blessés, selon plusieurs témoignages concordants!


 


Voy ici pour quelques exemples :http://forum.reopen911.info/p254756-15-05-2011-18-45-06.html#p254756


 


b) Les chaleurs extrêmes qui ont, selon des rapports officiels sortis dès 2002 (RJ Lee, notamment), été générées lors de la destruction des tours, ne reçoivent aucune explication plausible
étayée. 


 


La seule qui est fournie par le métallurgiste M. Brilich, attribue le développement des phénomènes jusque là incompris de telles chaleurs et du phénomène de fusion intergranulaire constaté par la
Fema sur diverses poutrelles à des phénomènes anarchiques de réactions chimiques postérieures à la ruine des tours qui se seraient produites dans le tas de décombres. 


 


L'auteur prétend se fonder sur la littérature scientifique en citant trois articles, dont les deux qui sont accessibles en version intégrale sur le net ne me paraissent absolument pas corroborer
son explication, malgré ce qu'il affirme, après vérifications dans les articles. Une dernière vérification est en cours pour le premier article cité.


 


Cette explication, qui est identique à celle donnée par Monsieur Quirant sur son site bastison, sans le moindre début de démonstration, semble au premier abord incompatible avec celle avancée dès
2002 selon laquelle les très hautes chaleurs capables de produire la fusion de l'acier dont des indices probants ont été retrouvées dans des poussières recueillies non seulement dans les ruines
fumantes de de Ground Zéro même mais également dans un immeuble situé à proximité de celui-ci, ont été, selon cet organisme (RJ Lee), générées lors du "WTC Event", soit lors de la ruine des
tours. Vous avez dit qu'il n'y a pas de controverse sur ce point?


 


c) Quant aux raisons de l'initiation de l'effondrement lui-même des tours jumelles, les experts consultés leurs apportent pour toute caution, des modèles informatiques invérifiables censés
démontrer comment elle s'est produite, en répétant les explications données par la théorie officielle, avec quelques variantes notables, comme le nombre de colonnes ayant perdu leur
fonctionnalité dans chaque tour. Pour information, le rapport de la société Weidlinger a fait l'objet de cet article : http://www.journalof911studies.com/letters/h/Report_on_Weidlinger.pdf


 


Monsieur Levy ne semble pas au demeurant pas remarquer que le rapport du Nist contienne la propre démonstration de son insuffisance quand il admet que les tests réels autant que les simulations
qu'ils ont effectué n'ont pas permis de reproduire le scénario de tirage des poutres d'acier sur les fixations, pourtant crucial pour la fiabilité de leur modèle. Tout ceci est expliqué en détail
ici : http://www.darksideofgravity.com/WTC_init.pdf


 


d) Ce qui frappe aussi, c'est le silence radio complet - tout comme pour la version du Nist - sur l'effondrement lui-même dans l'article de M. Levy! Il n'y pas la moindre description et encore
moins d'explication de la théorie de l'effondrement dit progressif dans cet article, cette théorie qui est tant décriée par de nombreux architectes, ingénieurs et scientifiques, dont certains
ayant le même domaine de compétence que les experts consultés, quoique le dossier SPS tente d'insinuer, comme par exemple, DR. R.M Korol, dont la réputation est indiscutable... Exit Z.
Bazant, donc, et sa théorie dite du marteau, pourtant si chèrement défendue par Monsieur Quirant. 


 


e) On, cherchera aussi en vain une explication cohérente à tous les phénomènes qui se sont produits lors des prétendus "effondrements" des tours tels que les squibs et éjections de pans latéraux
des tours bien en deçà du front théorique d'effondrement, les coulées de métal fondu, la désintégration dès les premiers instants du bloc supérieur de la tour Nord, avant l'initiation même du
front d'effondrement théorique à partir des étages impactés, tel que parfaitement lisible à la fin de cette contribution.


 


2. Pour le WTC 7, on a droit de la part des experts consultés à une synthèse conforme des explications que le Nist a finalement délivrées mais sans jamais que les critiques adressées par de très
nombreux ingénieurs et scientifiques à cette théorie soient davantage adressées. 


 


A titre d'exemple, dans l'enchaînement des événements ayant conduit à la ruine de ce troisième immeuble, les experts laissent paraître que la ruine interne de cette tour préalable à
l'effondrement des façades - ce qu'ils appellent "la ruine en chaîne horizontale - soit des plus logique et naturelle. Pourtant, sur le forum de l'association ReOpen911, Monsieur Quirant a
affirmé qu'à partir du moment où l'une des colonnes dans le penthouse east perdait sa stabilité, non seulement, la stabilité du penthouse était perdue mais en outre, le report de charges qui
s'ensuivrait au niveau de la paroi externe était tel que cette-dernière ne pouvait pas résister et allait immanquablement flamber. Dans la version développée par le Nist - reprise par les experts
précités, avant ce flambement localisé à l'est de la tour 7 qui aurait, dans les conditions décrites par Monsieur Quirant, produit l'effondrement dissymétrique du bâtiment immédiatement après
l'effondrement du penthouse, on a une tour qui est privée progressivement mais en quelques secondes par un jeu de domino de la stabilité des 47 colonnes de son noyau, sans le moindre signe
extérieur visible attestant d'un tel phénomène, avant donc l'effondrement visible d'un bloc et quasiment parfaitement symétrique de ses parois externes soutenues par un treillis de poutrelles,
incapable par lui-même de supporter le poids de la tour. 


 


On ne peut se contenter de simulations informatiques comme seules cautions de ce type d'explication d'un effondrement aussi atypique, surtout quand les paramètres de la simulation sont gardées
confidentielles pour des raisons alléguées par le Nist de "sécurité publique" et pire, quand la visualisation de cette simulation non seulement possède un rapport très lointain avec la réalité
visible de l'effondrement mais en outre, s'écarte manifestement de l'enchaînement des événements décrits dans le propre rapport, ce dont aucun des experts consultés pour la rédaction de ce
dossier ne paraît s'émouvoir...


 


3. Le sujet du Pentagone est abordé par Monsieur Quirant de façon particulièrement indigente. La controverse y est caricaturée et certains points majeurs de celles-ci mystérieusement oubliés, en
particulier quand ils sont des plus sérieux, ce qui constitue un peu la marque de fabrique de ce dossier de l'AFIS. 


 


Il s'agit pourtant d'un sujet qui nourrit un foisonnement de questions dont les réponses sont tout sauf aisées pour les chercheurs co



charmord 27/06/2011 16:47



Je reprends à partir du point 3 puisque ma réponse a partiellement disparu et qu'il est possible que vous n'en disposiez plus :


 


3. Le sujet du Pentagone est abordé par Monsieur Quirant de façon particulièrement indigente. La controverse y est caricaturée et certains points majeurs de celles-ci mystérieusement oubliés, en
particulier quand ils sont des plus sérieux, ce qui constitue un peu la marque de fabrique de ce dossier de l'AFIS. 


 


Il s'agit pourtant d'un sujet qui nourrit un foisonnement de questions dont les réponses sont tout sauf aisées pour les chercheurs confrontés à insuffisance effective d'éléments probants et
cohérents. Dans ce cas, il faut avoir l'humilité d'admettre que ces éléments connus sont à l'analyse incapables de fournir un scénario solide de ce qui s'est exactement produit au Pentagone, en
oubliant pas que, comme pour tout autre versant de ce dossier tentaculaire, la charge de la preuve appartient aux enquêteurs qui ont échoué à convaincre de la véracité de leur version, en
produisant des preuves qui n'en sont pas, si l'on prend la peine d'examiner objectivement les choses, en utilisant les principes applicables.


 


4. En ce qui concerne la réfutation de la thèse alternative de la démolition contrôlée, Monsieur Muzeau commence par dire que la thèse de la démolition contrôlée est ridicule pour admettre à la
page suivante que cette hypothèse est théoriquement possible.


 


Il affirme ainsi que, dans la pratique, la démolition par explosifs était excessivement complexe et demandait à une équipe de spécialistes de mettre au point une opération complexe qui ne se fait
pas en quelques jours, ayant du reste impliqué de mettre des grandes quantités d'explosifs dans les tours, à des endroits stratégiques. Un autre expert consulté va plus loin en soutenant qu'il
est impossible d'avoir placé des explosifs au moment où les tours vivaient leurs derniers instants...


 


Cependant :


 


a). Les truthers ne prétendent pas que cette opération aurait été réalisée en quelques jours. Ils ont au contraire, sous l'égide de K. Ryan ayant mené une enquête assez fouillée sur les liens
apparents entre certains représentants des occupants des étages concernés, des sociétés assurant la sécurité des tours, de certaines administrations et départements d'état et personnages clés de
celles-ci, de certaines institutions financières et industrielles, ébauché une piste de recherche alternative dans laquelle un réseau crapuleux aurait pu concevoir des mois voire des années
auparavant, une opération d'une telle ampleur dans une relative discrétion et moyennant l'utilisation de techniques avancées faisant appel à des substances de la dernière génération développées
durant les années 90, pour la destruction des tours. Ces "explosifs" auraient pu être installées en profitant des travaux (réfection de la protection anti-feux, modification de certains étages,
rénovation des ascenseurs juste avant les attentats, ...) que les tours ont subi. 


 


Seule une enquête non orientée dès le départ et effectuée dans les formes aurait pu ou permettrait de connaître la validité d'une telle hypothèse alternative qui n'en est qu'à ses prémisses, mais
qui a l'avantage de pouvoir donner une explication à de nombreux phénomènes sur lesquels la théorie officielle et les experts de ce dossier restent peu diserts, comme le phénomène de fusion
intergranulaire de l'acier dont question au point 1.


 


En attendant qu'elle soit conduite, un nombre impressionnant de faits demeure figé comme autant de "coïncidences", ce qui fait de la théorie officielle la plus improbable de toutes, comme l'a
démontré le récent article tentaculaire paru sur le site ReOpen911 que chacun s'intéressant à ce sujet devrait lire, même s'il est parfois d'un abord difficile :
http://www.reopen911.info/11-septembre/11-septembre-mere-de-toutes-les-coicindences-pere-de-tous-les-hasards/


 


b) Un chercheur du nom de J. Cole a démontré qu'il n'était pas nécessaire de disposer d'une grande quantité de thermite pour sectionner les poutres aux jointures et que cela pouvait se faire dans
une grande discrétion, tant lors de la pose que lors de la réaction.


 


[url]http://www.youtube.com/watch?v=Duf3mtz98eI[/url]


 


Monsieur Muzeau a-t-il envisagé une telle possibilité avec ses étudiants ou leurs a-t-il seulement parlé d'explosifs classiques? Monsieur Muzeau a-t-il expliqué à ses étudiants que des standards
existent lors de tels événements catastrophiques enjoignant les responsables de l'enquête à rechercher si des explosifs ou des incendiaires de quelque type que ce soit ont ou non été utilisés, ce
qui suppose de faire des examens visant à détecter l'éventuelle présence d'explosifs ou d'incendiaires, qu'il n'y eut pas ni de la part de la Fema ni de la part du Nist, qui comptait pourtant en
son sein une belle brochette de grands spécialistes de la chose, spécialement en matière de nanothermites de la dernière génération? 


 


c) Si Moniseur Muzeau se persuade autant que son auditoire qu'aucun spécialiste ne figure parmi les scientifiques, ingénieurs et architectes partisan d'une hypothèse alternative de démolition
contrôlée, on peut sérieusement questionner sa connaissance du sujet autant que l'objectivité de sa démarche, voire l'intérêt de son intervention... L'exemple de R. Korol a été donné plus haut
mais il en existe bien d'autres.


 


5. De façon générale, les rares fois où le dossier de SPS cherche à réfuter les hypothèses ou théories alternatives, c'est pour n'en retenir que les aspects les plus aisément "débunkables" que
les truthers ne soutiennent pas, plus, ou n'ont jamais soutenu (sauf une fraction marginale du mouvement) et se retenir d'exposer les plus solides à l'encontre desquelles aucune explication n'est
fournie dans ce dossier. 


 


On en vient souvent à se demander si les experts consultés ont pris personnellement connaissance des explications et questionnements de ceux qu'ils sont censés taire, résumés dans le lien cité à
la fin de cette réponse ou s'ils se sont contentés des explications de l'initiateur de cette initiative collective.


 


Ce travail collectif est en tous les cas d'une très superficialité, quand bien même il paraît imposant par son volume. Il tient donc davantage de l'argument d'autorité que d'un travail de
vulgarisation convainquant. 


 


L'AFIS n'a pas retenu la suggestion que j'avais personnellement faite à l'un de ses membres (le Webmestre) de confronter les thèses et hypothèses en présence, ce qui aurait permis aux lecteurs de
se faire leur propre idée notamment sur les arguments en présence dans les domaines suivants : Possibilité d'une démolition contrôlée, présence ou absence de nanothermite, aspects sismiques et,
dans un tout autre domaine, indices de délits d'initiés. Il eût pourtant certainement été intéressant de recueillir les avis de pour ne citer qu'eux, K. Ryan, N. Harrit et al, A. Rousseau et M.
Chesney sur les sujets discutés. Au lieu de cela, on a une litanie de propos péremptoires qui ne prennent même pas la peine de résumer correctement avec un tant soi peu d'objectivité les
arguments adverses ni davantage ne les sourcent afin de susciter la curiosité des lecteurs...


 


Il ne reste plus qu'à espérer que ces auteurs, dont le travail est décrié, parfois même ridiculisé, adressent un droit de réponse...


 


En clair, ce travail de SPS, malgré son aspect clair et didactique indéniable - qualité qu'on ne peut du reste dénier à Monsieur Quirant - son initiateur, échoue à faire taire les questionnements
légitimes des truthers dont l'association reopen911 assure la diffusion. Il est déplorable qu'une association qui se propose de dénoncer la pseudo-science ait adopté une méthodologie aussi
critiquable de fermeture au débat alors que l'occasion était rêvée de laisser s'exprimer les uns et les autres pour chacun puisse déterminer, à partir d'arguments rationnels, qui des uns et des
autres produit la pseudo-science.


 


A présent, posez-vous la question suivante : les articles de v



charmord 27/06/2011 16:32



Sinon, il semble que mon commentaire ait été amputé de la fin du texte depuis qu'il a été publié. Aujourd'hui
16:24:46


 


Auriez-vous la bonne obligeance de le publier dans son intégralité?


 


Grand merci déjà!


 


 



charmord 27/06/2011 16:10



Une première lecture de ce dossier de l'AFIS suscite les observations et remarques suivantes.


 


1. Un nombre considérable de points controversés et non des moindres a été complètement passé sous silence s'agissant des explications données à la ruine des tours jumelles.


a) On pense spécialement aux multiples indices d'explosions pour lesquelles pas un mot n'est prononcé alors qu'ils justifient à eux seuls d'approfondir l'enquête et à défaut, des suspiçions d'une
variante dans le modus operandi des attaques, avant même de se poser la question des auteurs. 


Ainsi, Mr M. Levy, directeur du bureau d'expertise Weidlinger, ayant produit le rapport d'expertise sur les causes des effondrements en faveur de la société de L. Silverstein, propriétaire et
leaseholder d'une partie non négligeable du complexe du WTC,  affirme-t-il que du kerozène a coulé dans les cages d'ascenseurs et escaliers mais sans prétendre  ni encore moins
démontrer que cet écoulement ait pu être responsable des explosions majeurs qui se produites dans le bas des tours, quelque trois cent mètres plus bas, au moment des crashes, comme le prétend le
rapport du Nist, mais aussi bien après, avant les effondrements, causant outre des dégâts matériels majeurs, de nombreux morts et blessés, selon plusieurs témoignages concordants!


Voy ici par exemple :[url]http://forum.reopen911.info/p254756-15-05-2011-18-45-06.html#p254756[/url]


b) Les chaleurs extrêmes qui ont, selon des rapports officiels sortis dès 2002 (RJ Lee, notamment), été générées lors de la destruction des tours, ne reçoivent aucune explication plausible
étayée. 


La seule qui est fournie par le métallurgiste M. Brilich, attribue le développement des phénomènes jusque là incompris de telles chaleurs et du phénomène de fusion intergranulaire constaté par la
Fema sur diverses poutrelles à des phénomènes anarchiques de réactions chimiques postérieures à la ruine des tours qui se seraient produites dans le tas de décombres. 


L'auteur prétend se fonder sur la littérature scientifique en citant trois articles, dont les deux qui sont accessibles en version intégrale sur le net ne me paraissent absolument pas corroborer
son explication, malgré ce qu'il affirme, après vérifications dans les articles. Une dernière vérification pour le premier article cité n'a pas révélé davantage l'affirmation qui lui est
attribuée par Mr Brilich.


Cette explication, qui est identique à celle donnée par Monsieur Quirant sur son site bastison, sans le moindre début de démonstration, semble au premier abord incompatible avec celle avancée dès
2002 selon laquelle les très hautes chaleurs capables de produire la fusion de l'acier dont des indices probants ont été retrouvées dans des poussières recueillies non seulement dans les ruines
fumantes de de Ground Zéro même mais également dans un immeuble situé à proximité de celui-ci, ont été, selon cet organisme (RJ Lee), générées lors du "WTC Event", soit lors de la ruine des
tours. Vous avez dit qu'il n'y a pas de controverse sur ce point?


c) Quant aux raisons de l'initiation de l'effondrement lui-même des tours jumelles, les experts consultés leurs apportent pour toute caution, des modèles informatiques invérifiables censés
démontrer comment elle s'est produite, en répétant les explications données par la théorie officielle, avec quelques variantes notables, comme le nombre de colonnes ayant perdu leur
fonctionnalité dans chaque tour. Pour information, le rapport de la société Weidlinger a fait l'objet de cet article :
[url]http://www.journalof911studies.com/letters/h/Report_on_Weidlinger.pdf[/url]


Monsieur Levy ne semble pas au demeurant pas remarquer que le rapport du Nist contienne la propre démonstration de son insuffisance quand il admet que les tests réels autant que les simulations
qu'ils ont effectué n'ont pas permis de reproduire le scénario de tirage des poutres d'acier sur les fixations, pourtant crucial pour la fiabilité de leur modèle. Tout ceci est expliqué en détail
ici : [url]http://www.darksideofgravity.com/WTC_init.pdf[/url]


d) Ce qui frappe aussi, c'est le silence radio complet - tout comme pour la version du Nist - sur l'effondrement lui-même dans l'article de M. Levy! Il n'y pas la moindre description et encore
moins d'explication de la théorie de l'effondrement dit progressif dans cet article, cette théorie qui est tant décriée par de nombreux architectes, ingénieurs et scientifiques, dont certains
ayant le même domaine de compétence que les experts consultés, quoique le dossier SPS tente d'insinuer, comme par exemple, DR. R.M Korol, dont la réputation est indiscutable... 


Exit Z. Bazant, donc, et sa théorie dite du marteau, pourtant si chèrement défendue par Monsieur Quirant. 


e) On, cherchera aussi en vain une explication cohérente à tous les phénomènes qui se sont produits lors des prétendus "effondrements" des tours tels que les squibs et éjections de pans latéraux
des tours bien en deçà du front théorique d'effondrement, les coulées de métal fondu, la désintégration dès les premiers instants du bloc supérieur de la tour Nord, avant l'initiation même du
front d'effondrement théorique à partir des étages impactés, tel que parfaitement lisible à la fin de cette contribution.


2. Pour le WTC 7, on a droit de la part des experts consultés à une synthèse conforme des explications que le Nist a finalement délivrées mais sans jamais que les critiques adressées par de très
nombreux ingénieurs et scientifiques à cette théorie soient davantage adressées. 


A titre d'exemple, dans l'enchaînement des événements ayant conduit à la ruine de ce troisième immeuble, les experts laissent paraître que la ruine interne de cette tour préalable à
l'effondrement des façades - ce qu'ils appellent "la ruine en chaîne horizontale - soit des plus logique et naturelle. Pourtant, sur le forum de l'association ReOpen911, Monsieur Quirant a
affirmé qu'à partir du moment où l'une des colonnes dans le penthouse east perdait sa stabilité, non seulement, la stabilité du penthouse était perdue mais en outre, le report de charges qui
s'ensuivrait au niveau de la paroi externe était tel que cette-dernière ne pouvait pas résister et allait immanquablement flamber. Dans la version développée par le Nist - reprise par les experts
précités, avant ce flambement localisé à l'est de la tour 7 qui aurait, dans les conditions décrites par Monsieur Quirant, produit l'effondrement dissymétrique du bâtiment immédiatement après
l'effondrement du penthouse, on a une tour qui est privée progressivement mais en quelques secondes par un jeu de domino de la stabilité des 47 colonnes de son noyau, sans le moindre signe
extérieur visible attestant d'un tel phénomène, avant donc l'effondrement visible d'un bloc et quasiment parfaitement symétrique de ses parois externes soutenues par un treillis de poutrelles,
incapable par lui-même de supporter le poids de la tour. 


On ne peut se contenter de simulations informatiques comme seules cautions de ce type d'explication d'un effondrement aussi atypique, surtout quand les paramètres de la simulation sont gardées
confidentielles pour des raisons alléguées par le Nist de "sécurité publique" et pire, quand la visualisation de cette simulation non seulement possède un rapport très lointain avec la réalité
visible de l'effondrement mais en outre, s'écarte manifestement de l'enchaînement des événements décrits dans le propre rapport, ce dont aucun des experts consultés pour la rédaction de ce
dossier ne paraît s'émouvoir...


3. Le sujet du Pentagone est abordé par Monsieur Quirant de façon particulièrement indigente. La controverse y est caricaturée et certains points majeurs de celles-ci mystérieusement oubliés, en
particulier quand ils sont des plus sérieux, ce qui constitue un peu la marque de fabrique de ce dossier de l'AFIS. 


Il s'agit pourtant d'un sujet qui nourrit un foisonnement de questions dont les réponses sont tout sauf aisées pour les chercheurs confrontés à insuffisance effective d'éléments probants et
cohérents. Dans ce cas, il faut avoir l'humilité d'admettre que ces éléments connus sont à l'analyse incapables de fournir un scénario solide de ce qui s'est exac



Tietie007 25/06/2011 08:57



Les complotistes, en effet, vivent dans une conception du monde manichéenne, avec les forces du Mal, capitalo-américano-sionisto-mossadiennes, et les Forces du Bien, les anti-alter-mondialistes,
radicaux de tous les bords politiques, qui sont là pour veiller sur nous, pauvres moutons déboussolés !



Stéphanie 25/06/2011 08:52



La théorie du complot c'est aussi à mon avis une sorte de religion délirante , c'est à dire cette croyance que derriére chaque phénoméne de l'univers il y aurait une volonté magique agissante .
Plus exactement il y aurait les bons événements mis en oeuvre par une super entité bienveillante et les mauvais événements mis en oeuvre par une entité diabolique ... "ON" peut voir dans les
photos du 11.09.2001 l'image du diable . Alors tout devient évident : c'est le combat éternel entre les forces du bien et celles du mal . Donc il ne peut s'agir que d'un complot du mal contre le
bien . Et tout est alors lié et même les intoxications aux graines germées font partie du complot maléfique car Ben Laden n'est pas mort et c'est lui qui a empoisonné les graines pour répendre la
bactérie tueuse ... Mais les forces du bien veillaient , et voila que quelque altérmondialiste illuminé viend dénoncé l'action maléfique du complot mondialiste derriére les intoxications aux
graines germées ... Et alors le lien avec le 11.09.2001 deviend évident : Ce sont les cosmopolites judéochrétiens franc-massons et polueurs diaboliques qui ont oeuvré . C.Q.F.D.


C'est un délire religieux au fond : c'est l'affrontement entre Dieu et le Diable . C'est le combat entre le Vrai et le Faut . C'est le conflit entre la Bonne Nature et les Méchants artifices de
l'humanité corrompue . Tout est lié comme dans les théories olistiques cher aux adéptes du Nouille-Age .



Tietie007 25/06/2011 06:59



Je ne l'ai pas trouvé en kiosque !



Stéphanie 24/06/2011 21:33



@Scéptique , merci pour votre explication qui synthétise super bien la quéstion à mon avis . Là je comprend bien le truc .



Sceptique 24/06/2011 15:43



Ceux qui s'abreuvent aux théories du complot ne sont pas forcément idiots, mais, comme l'a remarqué Stéphanie, le "complot", une autre vérité, sont prisés pour la jouissance, le sentiment de
mieux savoir que les autres, d'être "initiés". C'est une pathologie apparentée à la paranoïa, qui ne s'associe à aucun déficit, et qui est fabriquée par le sujet lui-même (aucune organicité de la
paranoïa, aucun psychotrope ne la neutralise, tout au plus il diminue l'agressivité et son risque de passage à l'acte.). Comme pour les autres formes de paranoïa, ils peut y avoir communion sur
le même thème, passage à l'expression collective.



Stéphanie 23/06/2011 19:51



Ouaih ? c'est possible Bruno . Mais tout le monde n'en fait pas un systéme délirant totalitaire politique de parapsychologie . Bon , en même temps peut-être que c'est plus rigolot que
grave la téorie du complot . Je ne sais pas trop ... En même temps c'est interessant de se poser la quéstion . ça me fait penser aussi au phénoméne des faux souvenirs induits par des psys
loufdingues à des gens qui en viennent à croire avoir vécu ceci ou cela . Je ne suis pas sure qu'il y ait un rapport mais c'est de la suggéstion mentale la téorie du complot .



Bruno 23/06/2011 18:36



@Stéphanie:


 


On retrouve aussi des partisans de la théorie du complot dans les milieux éduqués: médecins, ingénieurs mais aussi des sommités dans leur domaine (Cantor, ...) et certains prix Nobel (Montagnier,
...). Le complexe de supériorité touche tout le monde, chacun a besoin de se sentir meilleur que les autres.



Stéphanie 23/06/2011 11:42



L'adépte de la téorie du complot est donc un initié , un être au desssus du vulgaire .


C'est pourquoi on rencontre beaucoup d'adéptes de la téorie du complot dans les milieux parapsychologiques , ésotériques , altérmondialistes , Nouille-Age et autres psycanalisés adéptes des
sciences paralélles et d'orientalisme magique .


En effet Tous ces initiés vivent dans une "réalité" non-officielle : LA VRAIE REALITE , celle de ceux qui savent , qui connaissent les mystéres de l'ésprit , les mystéres de la matiére quantique
parapsychique , les mystéres de la NATURE et les vérités légendaires , là où régne encore la pureté des origines contre le monde officiel pourit , perverti , décadant ...


On trouve beaucoup d'adéptes de la téorie du complot à l'extréme-droite et à l'extréme-gauche . En effet c'est là encore que se rencontrent les initiés aux VERITES INTERDITES par la "science
officielle" . Tous ces braves gens sont en fait ultra-réactionaires et ne haïssent rien tant que la démocratie , ce gouvernement du vulgaire , du non-initié , du petit homme ordinaire trés
méchant et trés polueur .


Grace aux adéptes de la téorie du complot un autre monde serait possible si nous le vulgaire on voulait enfin ouvrir les yeux ... Oui mais voila , on ne veut pas . Donc le chatiement va s'abbatre
sur nous et nous détruire . 



Stéphanie 23/06/2011 10:52



Je pense que ce qui est le plus interessant pour les adéptes de la téorie du complot c'est le sentiment de détenir un savoir supérieur , magique qui de fait les place au dessus du vulgaire , du
naïf , de l'humain ordinaire non-initié . Ainsi le conspirationiste par son savoir supérieur devient un initié . Il appartiend à la confrérie de ceux qui savent , qui ont compris , qui ont
déchiffré la vérité oculte du monde . Lorsqu'on n'a qu'une petite vie bien ordinaire à vivre il faut avouer que ça pimente l'existence . On a son petit scénario dans la tête et on peut se passer
le film quand on veut .


Voilà à mon avis la cause principale pour la fascination envers la téorie du complot .



cdc 22/06/2011 23:45



Je l'ai lu, et c'est - comme toujours - très instructif et, ce qui ne gâte rien, passionnant.