Vandalisme d’un laboratoire public

Publié le par Anton Suwalki

Signalé par Marcel Kuntz sur son blog :

 

http://www.marcel-kuntz-ogm.fr/article-vandalisme-labo-public-52897421.html

 

Dans la nuit du 22 au 23 juin 2010, le Laboratoire Génome et Développement des Plantes de l'Université Perpignan via Domitia, du CNRS et de l’Institut pour la Recherche et le Développement (IRD) a été vandalisé : des tags "non aux OGM" ont été inscrits sur les chambres de cultures où les plantes ont été en grande partie détruites ; des congélateurs de stockage à -80°C ont été débranchés et vidés. Plusieurs chercheurs ont ainsi perdu plusieurs mois d'expérimentation et du matériel biologique unique.

 

Les chercheurs de Perpignan ignorent pour l’instant s’il s’agit d’une acte isolé ou d’une action organisée d’activistes anti-OGM qui pourraient en annoncer d’autres…  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G


La même chose en images. Le discours est calqué sur celui sur les OGM. On appréciera le journaliste qui parle de "tournesol OGM" et la cerise sur le gateau avec l'intervention de séralini pour
clore le reportage. Bien entendu, la parole n'est pas donnée aux développeurs de ce tournesol ou à l'agriculteur victime de ces imbéciles.


http://info.francetelevisions.fr/video-info/player_html/index-fr.php?id-video=&chaine=&id-categorie=JOURNAUX_LES_EDITIONS_REGIONALES_CENTRE_1920&ids=&timecode=false&sequence=false



Répondre
G


Les délinquants volontaires s'en prennent désormais aux plantes conventionnelles.


http://www.lanouvellerepublique.fr/ACTUALITE/Faits-Divers/24-Heures/Des-militants-fauchent-des-parcelles-de-tournesols



Répondre
A


Le fauchage d'OGM s'étend en Catalogne!


 



Répondre
G


En fait il y a une petite erreur. Il semblerait que l'attaque a eu lieu dans la nuit du 23 au 24 juin, soit la nuit suivante de celle à Perpignan.



Répondre
G


Et ça continue... le champ expérimental de Pully a été aussi la cible d'une attaque d'activistes anti-OGM il y a deux jours.


http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/31259440



Répondre
M


Rectification : ma mémoire m'a joué un tour, c'était "chercheurs=bénêts" qui était écrit, ce qui est beaucoup plus niais.



Répondre
M


Je l'ai déjà signalé en commentaire d'un autre article de ce blog, mais à l'Université Lyon 1 il y a quelques mois c'était des graffitis "no nano", mais aussi "chercheurs = brevets", et "la
science progesse, la conscience régresse", qui avaient fleuri. Heureusement pas de casse, rien d'autre que des graffiti, que beaucoup de chercheurs n'avaient sans doute même pas remarqués, ou
alors sans rien d'autre qu'un haussement d'épaules, mais il me semblait déjà que ça annonçait un sale climat...


Ceci dit, ce serait naïf de croire que seules les entreprises privées vont être touchées par ce genre de vandalisme, alors qu'en réalité de nombreux labos publics bossent sur des projets
directement commandés par des boîtes privées et parfois à leur seul profit (applications très limitées, ou visée d'un brevet et surtout pas d'autres publications, confidentialité, etc...) Ce que
par ailleurs je trouve scandaleux, car il s'agit tout simplement d'argent public pour la recherche fondamentale qui est accapparé par le privé pour le profit.


Je le dis en tant que chercheur d'ailleurs. Mais c'est un autre débat, et il est clair que les militants qui font ce genre d'actions, sont dans la démagogie anti-scientifique et anti-chercheurs,
et nous perçoivent comme des ennemis à désarmer. Pas encore à abattre mais je doute que la volonté n'existe pas chez certains...



Répondre
K


Bien évidement les médiats n'ont pas relayés cette information.



Répondre