Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 21:08

 

 

 

Article paru dans le Figaro du 4 Novembre 2011


 

Le chercheur fraudait depuis dix ans

 

Un psychologue néerlandais a falsifié des données dans des dizaines de travaux scientifiques.

 

Trois grandes universités néerlandaises sont ébranlées par un scandale de fraude scientifique qui a duré pendant plus d'une dizaine d'années, et concerne des «douzaines de publications scientifiques» de haut niveau. L'homme à l'origine de ce scandale est un professeur de psychologie sociale très réputé, Diederik Stapel, âgé de 45 ans. Il a été suspendu de son poste de professeur à l'université de Tilburg en septembre dernier, peu de temps après l'ouverture d'une investigation de grande envergure sur l'étendue des falsifications dont il s'est rendu coupable.

 

Les trois universités qui mènent l'enquête, son établissement actuel et ses deux précédents employeurs, les universités d'Amsterdam et de Groningen, ont publié cette semaine une version préliminaire de leur rapport qui est accablante pour le chercheur hollandais. Grâce à la coopération de ce dernier les enquêteurs ont établi qu'il «a trafiqué des données dans des douzaines d'études scientifiques» et que 14 des 21 thèses de doctorat qu'il a supervisées étaient douteuses.

 

La prestigieuse revue américaine Science a retiré cette semaine une publication de Diederik Stapel publiée en avril 2011 dans laquelle il affirmait que le chaos et les incertitudes poussaient les gens à des comportements discriminatoires.

 

«Les chercheurs sont sous le choc, a déclaré à Science Gerben van Kleef, un spécialiste de la psychologie sociale à l'université d'Amsterdam. Tout le monde se demande comment cela a pu se produire, et surtout dans de telles proportions.»

 

La méthode de travail de Stapel en psychologie sociale, pour étudier comment le comportement et les émotions des gens sont influencés par les actions ou la simple présence d'autres individus, était très simple. Il préparait avec soin des questionnaires psychologiques, mais ne les faisait jamais passer à personne, inventant lui-même les pourcentages de réponses.

 

Résultats falsifiés

 

Il cachait la vérité à ses collaborateurs en leur disant qu'il avait recueilli ses données dans d'autres universités, ou qu'il les avait en sa possession depuis quelque temps et qu'il n'avait pas eu le temps de les exploiter.

 

Et quand il lui arrivait de réaliser vraiment des expériences, il falsifiait ensuite les résultats. En choisissant des sujets polémiques et dans l'air du temps, comme l'influence du pouvoir sur la morale, il n'avait ensuite pas de mal à publier ses conclusions falsifiées dans des revues de bonne qualité, pourtant dotées de comités de relecture chargés de détecter ce genre de fraude grossière.

 

Après au moins une décennie d'impunité, l'alerte a été donnée cet été par trois jeunes chercheurs travaillant dans l'équipe de Diederik Stapel. Ces derniers ont trouvé étrange que leur professeur se réserve totalement l'accès aux données brutes avant qu'elles ne soient dépouillées. Ils ont fait des analyses statistiques rapides et se sont aperçus d'incohérences grossières dans des résultats. D'autres chercheurs avaient déjà sonné l'alerte auprès de l'université, mais Stapel n'avait jamais été inquiété par le passé.

Cyrille Vanlerberghe

 

 

Commentaire :

A se fier à Google Scholar, Diederik Stapel est un chercheur particulièrement prolifique, qui aurait donc passé plus d’une décennie à falsifier ses données. A chaque fois qu’un cas de fraude scientifique est avéré, les réactions sont identiques, «Les chercheurs sont sous le choc (et) tout le monde se demande comment cela a pu se produire, et surtout dans de telles proportions ». Cet étonnement est peut-être, ce qui serait rassurant, dû au fait que  le phénomène reste quantitativement marginal. Dans le flot immense de publications scientifiques, seuls quelques cas par an de fraude avérée défraient la chronique.  Mais la frontière entre les cas de fraude délibérée (considérée comme rare) et les cas de dilettantisme, d’ études à la méthodologie et aux résultats douteux publiée par des revues scientifique pas trop regardantes sur la qualité, est difficile à établir. Ces dernières ne sont pas rares du tout.

 

L’affaire Diederik Stapel est intéressante sous plusieurs aspects :

 

-                      L’individu n’est pas un homme sans talent contraint de frauder pour justifier son statut de chercheur : il est même sans doute brillant et réputé, comme l’était par exemple Jacques Benveniste, l’inventeur de la fumeuse mémoire de l’eau.

 

-                      Cette autorité a dû faciliter la fraude, endormir la vigilance de certains de ses collègues et des revues scientifiques dans lesquelles il a publié. Sa signature apparait plusieurs centaines de fois dans des articles revues spécialisées (1), mais aussi dans la prestigieuse revue Science, qui vient de retirer une étude qu’elle avait publiée en Avril (2) .

 

 

-                      Ainsi, des études médiocres ou/et frauduleuses peuvent passer le filtre du processus de relecture des revues scientifiques les plus réputées . Rappelons que le cas est loin d’être unique : c’est par exemple la revue Nature qui avait publié l’étude de Benveniste sur la mémoire de l’eau. Le processus d’évaluation par les pairs , des spécialistes reconnus dans le domaine concerné censés établir la recevabilité d’une étude (3), est loin d’être parfait. Mais ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain. Malgré ses failles, ce système représente tout de même un rempart qui jusqu’à présent garantit au moins à la science de ne pas être submergée par les thèses pseudo-scientifiques. Un filtre imparfait est mieux que pas de filtre du tout.

 

-                       Comment analyser les failles du système ? Dans un article publié sur le site du CNRS (4) , il est souligné que « les commentaires mettent en cause les comités de lecture et les experts censés rapporter sur la qualité scientifique des articles soumis à la publication. On liste les causes qui auraient affaibli un système pourtant réputé vertueux à l’origine. L’énorme production scientifique serait la cause de la moindre capacité des experts à la suivre et d’être par conséquent au courant des derniers résultats, de pouvoir apprécier donc ce qui est original, ce qui est de la réplication ou de l’ajout sans grand intérêt et ce qui serait complètement inventé. Trop sollicités, les experts ne seraient plus en mesure d’évaluer sereinement les articles qui leur sont soumis. » . Mais comment remédier à ces problèmes ? La réponse n’est certainement pas simple. La vigilance ne devrait-elle pas aussi venir des universités et autres organismes de recherche face à certains chercheurs capables de publier 5 études de suite dont les 4 dernières ne font que diluer les thèses soutenues dans la première ? Les critères d’évaluation des chercheurs sont-ils les bons ? Entre les « chercheurs » qui ne publient pas et ceux qui publient plus vite que leur ombre, il y a peut-être un juste milieu ou la qualité et l’originalité pourrait primer sur la quantité.

 

-                      Autres facteurs qui pourraient favoriser la publication de mauvaises études (sinon la falsification) : «D’autres commentaires expriment le regret d’un âge d’or révolu. La science est devenue une entreprise qui imite l’organisation industrielle. Soumis aux pressions de rentabilité, les chercheurs deviendraient moins attentifs à la vérification de la partie expérimentale. La course aux financements et à la publication faciliterait la publication de résultats partiels présentés comme définitifs. Des chercheurs accepteraient de cosigner des articles dont ils connaissent mal le contenu et auquel ils n’ont participé qu’à la marge. ». Malgré la croissance de la part des financements extérieurs dans la recherche publique (5) , cette interprétation semble très exagérée. Certes, cela conduit à une réorientation de l’offre de recherche publique avec ses effets jugés pervers par certains représentants de ces institutions(6), mais il ne semble pas que les conventions de recherche (en France du moins), où les universités ont des obligations de moyens, mais pas de résultats, aboutissent à une telle pression.

 

-                      Cette pression des financements peut se traduire en conflits d’intérêt d’ordre financier,  mais ceux-ci sont plus facilement identifiables  que d’autres motivations qui peuvent pousser les chercheurs à fabriquer des données ou à falsifier des résultats. Des garde-fous sont donc dans ce cas plus faciles à mettre en place, à condition que l’institution veuille s’en donner les moyens. Rien n’atteste que les manquements à l’éthique scientifique liés à la pressions des financeurs soient en augmentation. 

 

-                      Nous ignorons si la prévalence de la fraude scientifique est plus importante en psychologie qu’ailleurs. Mais dès lors qu’elles touchent à l’homme, les scientifiques sont perméables à certains facteurs susceptibles d’influencer le chercheur , voire d’altérer son honnêteté intellectuelle : les idées préconçues, l’adhésion à une idéologie dominante ou au contraire contestataire, les enjeux supposés de société etc.…   Rappelons le cas de Galton, et de nombre de savants anglais, psychologues ou biologistes, de la fin du 19ème et du début du  20ème siècle, qui étaient de chauds partisans de l’eugénisme. Certains tels Cyril Burt ont manifestement falsifié leurs résultats pour « prouver » l’origine héréditaire de l’intelligence (7). Mais ceux qui y ont vu, non sans raisons,  la justification théorique d’un ordre social existant n’auraient pas dû pour autant rejeter l’idée que l’héritage génétique joue un rôle dans l’intelligence (8).   Retour de bâton tout aussi funeste, le débat sur la part de l’inné et de l’acquis est devenu pendant des décennies un terrain d’affrontement idéologique interdisant toute discussion scientifique sereine.  Le rôle des facteurs génétiques, dans certaines pathologies psychologiques ou mentales a été tabou, systématiquement nié par une branche de la psychiatrie : le bilan de l’admirable « Bruno Bettelheim » (9) et de ses adeptes pour les malades et leurs famille fut dans certains cas, tels que l’autisme, fut désastreux.

 

-                      L’affaire Stapel n’est pas directement liée à l’idéologie. Toutefois ,Le Figaro précise : «En choisissant des sujets polémiques et dans l'air du temps, comme l'influence du pouvoir sur la morale, [Stapel] n'avait ensuite pas de mal à publier ses conclusions falsifiées dans des revues de bonne qualité ».  Bonne qualité, est-ce si sûr ? Cela pourrait être le révélateur d’une discipline où abondent les publications médiocres et d’un intérêt très mineur, mais qui passent parce que les sujets sont dans l’air du temps . On « comprend » alors  Stapel : puisqu’il s’agit d’enfoncer des portes ouvertes, pourquoi se fatiguer à collecter sérieusement des données, et ne pas les inventer pour en tirer les conclusions que tout le monde attend ?

 

-                      Comment est-il possible que pendant, au moins 10 ans ,ses collaborateurs n’aient pas émis de soupçon sur ses pratiques ? Étaient-ils aveuglés par la notoriété du professeur, ou bien tout simplement craignaient-ils un chef autoritaire ? N’est-il pas dans le rôle des universités de veiller à ce que l’autorité nécessaire d’un directeur de laboratoire de recherche ne dérive pas vers un autoritarisme incontrôlable ?

 

 

En guise de (modeste) conclusion à cette (modeste) réflexion qui pose davantage de questions qu’elle n’apporte de réponse, soulignons une raison d’optimisme : le fait que des faits avérés de fraude scientifique continuent visiblement à indigner la communauté concernée, quel que soit le domaine. Si imparfaite que soit la vigilance par rapport à des « inconduites » d’individus, si défaillantes que soient parfois des institutions lorsque certains portent gravement atteinte à l’éthique scientifique, la réaction collective face aux tricheurs avérés, quelles que soit leurs motivations,  ne doit tolérer aucune indulgence.

Anton Suwalki


 

 

 

Notes :

(1) Journal of Personality and Social Psychology, Journal of Experimental Social Psychology, Journal of Consumer Psychology etc…

(2) Coping with chaos: how disordered contexts promote stereotyping and discrimination

(3) recevabilité ne veut pas dire que les résultats de l’étude sont validés .

(4) http://histoire-cnrs.revues.org/566

(5) puisque cette critique vise sans doute la recherche publique.

(6)        Cité par Sciences2, le diagnostic de la Coordination des universités de recherche intensive françaises :  « «L’université ne peut plus faire de recherche en dehors des contrats et ne remplit plus sa mission d’exploration de domaines scientifiques qui n’intéressent pas un financeur extérieur. L’expérience montre pourtant que bien souvent ce sont dans ces domaines qu’émergent les résultats de recherche les plus avancés».

La valeur de cette affirmation serait à vérifier en comparant les systèmes de financement et la part des budgets consacrés à des recherches d’ « exploration » , en clair peu susceptibles d’aboutir à court terme à une application technique valorisable sur le plan économique.  Je n’ai pas de données à ce sujet, mais certains lecteurs en ont peut-être…

(7)        http://www.sciencepresse.qc.ca/scandales/burt.htm

(8) Les données de Cyril Burt étaient sans doute frelatées ou arrangées, il n’en reste pas moins que les études disponibles laissent peu de doute sur le  fait que l’hérédité joue un rôle au moins aussi important que l’environnement sur le QI.

http://www.douance.org/qi/benesteau.htm

Certes, on objecte souvent à propos de ces corrélations les limites de la mesure de l’intelligence par le QI, difficile néanmoins  de nier qu’il mesure au minimum certaines aptitudes intellectuelles, l’aptitude à effectuer certaines opérations logiques, des capacités d’abstraction etc..  Paradoxalement, ces objections  ignorent  que ces corrélations confortent l’idée que le QI capte au moins une partie de l’intelligence, même si celle-ci ne peut se réduire  à ce qu’on mesure par le QI.

 

(9)  http://www.psychiatrie-und-ethik.de/infc/fr/bettelheim.html 

Article paru dans le Figaro du 4 Novembre 2011

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anton Suwalki
commenter cet article

commentaires

www.seomysitepro.com 21/08/2014 13:14

It was shocking to for me to read about the scandal in which a psychology professor defrauded for at least 10 years. For a decade this professor has been cheating over the number of researchers in the university. I hope that the authorities take strong action against this scandal.

go here 06/06/2014 14:39

Even though DiederikStapel defrauded, I think he is really talented. Otherwise he can’t do all these. A decade means it is such a long time and can’t believe all these. People seem to be surprised by this type of frauds.

Rivendell 01/12/2011 19:39


Et le pire, LE PIRE, c'est que le soutient à l'homéopathie, l'acupuncture et autres charlataneries est soutenu par un parti en passe d'obtenir 10% des sièges à l'assemblée!
http://eelv94120.over-blog.com/article-alors-que-le-developpement-des-medecines-douces-est-ralenti-les-ravages-des-medicaments-allopathiqu-76285893.html Ou comment les obscurantistes adeptes de
la médecine de l'époque où on avait une espérance de vie de 40 ans veut se servir du médiator pour nous faire croire ses sottises! ou encore:
http://eelv94120.over-blog.com/article-colloque-evenement-la-region-est-la-premiere-collectivite-fran-aise-a-ouvrir-le-debat-autour-de-medecines-alternatives-meconnues-mais-legales-ce-20-mai-a-l-hemicycle-73445970.html
la liste des invités est aberrante!


Il y a quelques siècles, ce sont ces gens là, qui auraient mis Copernic au bûcher!

Laurent Berthod 01/12/2011 17:01


Les "pauvres mortels" ne se sont pas laissé berner par des scientifiques fous, mais par un escroc.

Rivendell 01/12/2011 16:26


@:  Baudouin Labrique


Et vous avez vu les conclusions de l'"article" que vous citez? C'est grooso-modo: les méthodes pour prouver la véracité des techniques scientifiques se trompent parfois DONC le fait qu'on ne
puisse pas prouver par ses méthodes la véracité des OVNIS/ de la mémoire de l'eau / de la guérison du cancer par l'hypnose / de la télépathie / du complot franco-maçon aves les martiens pour
éradiquer les juifs ne prouve pas que ces hypothèses sont fausses!


On présume dès lors que les partisans du soin par l'acupuncture ou les magnétiseurs trouveront des instances qui sauront elles les juger à leur juste valeurs... pour preuve, elles, elles
condamnerons le médiator, juste châtiment des pauvres mortels qui se sont laissés bernés par les scientifiques fous et leurs instances à la merci des lobbys...

Sceptique 29/11/2011 10:45


Le fait d'y croire (à l'homéopathie) est indispensable à l'effet placebo. Mais la Ministre, Georgina Dufoix, n'était pas la dernière, à y croire, et à d'autres "médecines douces et/ou
alternatives". Il parait qu'elle a toujours la foi!

JG2433 27/11/2011 14:15


@ Sylvain,


Ce qui n'avait nullement empêché Mme Georgina Dufoix, ministre de la Santé en 1984-1986, de justifier, à l'époque, le remboursement des médicaments homéopathiques par la Sécurité sociale, au
motif que de plus en plus de gens "y croyaient". 

Sylvain 27/11/2011 13:05


@ Baudouin Labrique


Votre commentaire me semble juste, mais vous généralisez beaucoup à la fin de votre article en vous servant de l'argument des erreurs de la science pour légitimer un peu tout et n'importe
quoi. 


Par exemple, l'homéopathie ne devient pas valide sous prétexte que certains chercheurs fraudent. Surtout que l'homéopathie se base aussi sur une fraude... En plus, il est plutôt
rassurant de voir que des fraudeurs se font repérer et écarter. 

Baudouin Labrique 26/11/2011 08:28


On a l’air de s’étonner de cet type de fraude et l’émoi suscité est d’autant
plus grand qu’on penserait que c’est un cas isolé ! En fait :


"Pourquoi la plupart des conclusions des recherches scientifiques publiées sont
fausses" ("Why Most Published Research Findings Are
False")


 


Ce n'est pas moi qui le dis : je ne reprends ici
que le titre d'un article scientifique dont le contenu est d'autant moins suspect, qu'il a non seulement été publié sur Plos Medecine qui jouît d'une la solide réputation de sérieux, mais en plus cet article est avalisé par
la bible de référence en matière de publications scientifiques médicales PubMed  (cette dernière offre la base de données bibliographiques produite par la National Library of
Medicine - USA).


Comme les grands médias se contentent, sans
esprit critique suffisant, de relayer tels quels les résultats de diverses recherches scientifiques, nous sommes donc enclins à les prendre "pour argent comptant" et à leur donner un crédit
souvent inconditionnel te fort exagéré, mais comme on le verra à  mettre désormais chaque fois en question..


Suite de l’article sur : http://www.retrouversonnord.be/Epistemologie_des_sciences.htm#recherches


 

Sceptique 26/11/2011 06:41


J'ajoute que l'enseignement de la théorie du genre dans le cadre des sciences de la vie relève de l'option "politique", visant à banaliser tous les choix sexuels et à
prévenir le rejet des "nouveaux" par la société, toujours normative. 

Sceptique 26/11/2011 06:33


@Laurend Berthod


Cher Laurent,


Les biologistes n'ont pas d'avis argumenté sur les phénomènes de l'homosexualité, du transsexualisme. Aucun fait biologique mesurable ne leur est associé. Ils ne relèvent donc que du psychique et
du culturel, qui échappent à la science du corps. La théorie des niveaux d'organisation de Henri Atlan permet de comprendre l'autonomie du niveau, propre à l'homme, du langage, dont il résulte
l'émergence d'une culture, fond commun de mots et de leur utilisation, d'idées, de savoirs, de créations. Le cerveau intervient dans le psychisme
par sa propre pathologie d'organe. Il l'altère(drogues, ivresse, hypoglycémie, déficit vasculaire), le désorganise (schizophrénie), l'affaiblit (démence). De son bon état dépend le fonctionnement
de celui qui le surplombe. "Mens sana in corpore sano".            Il faut reprocher aux théoriciens du genre de nier le rôle des niveaux organiques, dont le
cérébral, dans la sexualité. Car c'est grotesque.


Mais il est vain de la part des "organicistes" de chercher à tout prix des causes organiques à toutes les bizarreries et turpitudes de la sexualité humaine.

Laurent Berthod 26/11/2011 00:57


Mon cher Sceptique,


 


Oui; j'ai lu les deux interventions, du théologien et du philosophe (ou du sociologue, je ne sais plus) dans La Recherche, à propos du genders.


 


J'aurais aimé y voir aussi un biologiste nous expliquer que cette théorie ne relève pas de la biologie et qu'en conséquence on ne voit pas pourquoi l'Educastration
Nationale la met au programme de SVT.


 


Bien à vous.

Sceptique 25/11/2011 21:09


Absolument d'accord. C'est sans doute parce qu'il était question de falsifications que le mot anglais m'est revenu.

JG2433 25/11/2011 20:41


@Sceptique


Bonsoir,


Juste une (petite) précision, à propos de vocabulaire :


En français, nous emploierons plutôt le terme "réfutable" à la place du terme anglais "falsifiable".

Sceptique 25/11/2011 17:39


Si on se réfère à la classification de Karl Popper, séparant les vraies sciences, "falsifiables", des sciences humaines, non falsifiables (en fait non vérifiables puisqu'un autre chercheur ne
peut reposer les mêmes questions aux mêmes personnes, pour confronter les réponses), on peut se demander pourquoi une étude psychologique est publiée dans Science?


Quel peut être l'intérêt d'une falsification en sciences humaines? Il n'y a ni prix Nobel, ni brevetage, avec ses "royalties". Seule une perversité peut y pousser et à persévérer, pour le plaisir
de tromper son monde*.


@Laurent Berthod: le dernier numéro de La Recherche contient quelques pages concernant la théorie du "gender", fustigeant les abus, "politiques" (visant à manipuler les législateurs) de cette
théorie. J'ai moi-même écrit un article critique dans mon blog ("de la théorie du genre").


*La psychiatrie n'est pas "out" dans cette affaire, mais au contraire "in"!

Laurent Berthod 24/11/2011 21:51


Je me demande dans quelle mesure ce qui est dit dans cet article des publications médiocres, voire frauduleuse, ne serait pas entièrement applicable à tous les trucs qu'on lit de la part des
tenants de la théorie des "genders" !