Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 23:01

Des neutrinos qui vont plus vite que la lumière ? C'est ce que semblent indiquer les mesures effectuées par une équipe de chercheurs menée par Dario Autiero, chercheur du CNRS, dans le cadre de l'expérience internationale OPERA. Ce résultat étonnant sera publié vendredi 23 septembre 2011 à 2h (heure de Paris) sur ArXiv et présenté ce même jour à 16h lors d'un séminaire au CERN, à Genève, retransmis en ligne.

 

Avec la théorie de la relativité restreinte énoncée en 1905, Einstein avait notamment prouvé que rien ne pouvait dépasser la vitesse de la lumière dans le vide. Pourtant, plus d'un siècle après, au terme de trois années de mesures de très haute précision et d'analyses complexes, l'expérience OPERA1 fait état d'un

résultat totalement inattendu : les neutrinos arrivent au Gran Sasso avec une petite mais significative avance par rapport au temps que la lumière aurait pris pour faire le même parcours dans le vide.

 

L'expérience OPERA est dédiée à l'observation d'un faisceau de neutrinos produit par les accélérateurs du CERN à Genève et détecté 730 km plus loin depuis le laboratoire souterrain de Gran Sasso en Italie. Cette distance, la lumière la parcourt en 2,4 millisecondes. Pourtant, l'expérience OPERA a pu mesurer des

neutrinos arrivant à Gran Sasso 60 nanosecondes plus tôt. Autrement dit, sur une « course de fond » de 730 km, les neutrinos franchissent la ligne d'arrivée avec 20 mètres d'avance sur des photons hypothétiques qui auraient parcouru la même distance.

 

« Nous avons mis en place un dispositif entre le CERN et le Gran Sasso nous permettant une synchronisation au niveau de la nanoseconde et mesuré la distance entre les deux sites à 20 centimètres près. Ces mesures présentent de faibles incertitudes et une statistique telle que nous accordons une grande confiance à nos résultats », explique Dario Autiero, chercheur du CNRS à l'Institut de physique nucléaire de Lyon (IPNL). « Nous avons donc hâte de confronter nos mesures avec celles en provenance d'autres expériences, car rien dans nos données ne permet d'expliquer pourquoi nous semblons observer

des neutrinos en excès de vitesse. » Ces résultats reposent sur l'observation de plus de 15 000 neutrinos.

 

« Ce résultat est totalement inattendu », affirme Antonio Ereditato, de l'Université de Berne et porte-parole de l'expérience OPERA. « De longs mois de recherche et de vérifications ne nous ont pas permis d'identifier un effet instrumental expliquant le résultat de nos mesures. Si les chercheurs participant à l'expérience OPERA vont poursuivre leurs travaux, ils sont impatients de comparer leurs résultats avec d'autres expériences de manière à pleinement évaluer la nature de cette observation ».

 

Jusqu’ici, la vitesse de la lumière a toujours été considérée comme une limite infranchissable. Si ce n'était pas le cas, cela pourrait ouvrir des perspectives théoriques complètement nouvelles. Compte tenu de l'énorme impact qu'un tel résultat pourrait donc avoir pour la physique, des mesures indépendantes

s'avèrent nécessaires afin que l'effet observé puisse être réfuté ou bien formellement établi. C'est pourquoi les chercheurs de la collaboration OPERA ont souhaité ouvrir ce résultat à un examen plus large de la part de la communauté des physiciens.

 

L'expérience OPERA a été inaugurée en 2006 afin d'étudier les rares transformations (oscillations) des neutrinos du muon en neutrinos du tau. Une de ces oscillations a été observée en 2010, témoignant de la capacité unique de cette expérience en matière de détection des signaux quasi insaisissables des

neutrinos tau.

 

Quatre laboratoires du CNRS sont impliqués dans l'expérience OPERA :

- l'Institut de physique nucléaire de Lyon (CNRS/Université Claude Bernard-Lyon 1),

- l'Institut pluridisciplinaire Hubert Curien (CNRS/Université de Strasbourg),

- le Laboratoire de l'accélérateur linéaire (CNRS/Université Paris-Sud 11) qui a participé jusqu'en 2005,

-          le Laboratoire d'Annecy le Vieux de physique des particules (CNRS/Université de Savoie).

 


 

Lire l’article sur le site du CNRS

 

http://www.cnrs.fr/fr/pdf/neutrino.pdf

 

(Les liens proposés ne semblent pas fonctionnels)

 

 

·                      PS  : reste à savoir si ces résultats sont reproduits et validés par d’autres expériences, si la physique moderne pourrait en être complètement bouleversée, ou seulement révisée à la marge. Selon John Ellis, physicien britannique,  même si les neutrinos peuvent dépasser la vitesse de la lumière, «cela ne veut pas forcément dire qu'Einstein a eu tort, prévient-il. Je prends l'exemple de la théorie de la gravitation de Newton, qui marche très bien dans de très nombreux cas, mais qui doit être modifiée par la théorie d'Einstein dans des circonstances exotiques. Il faudra peut-être aussi modifier les prédictions d'Einstein dans des conditions extrêmes Anton Suwalki

 


 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

(Clovis Simard,phD) 02/01/2012 06:16


 Mon Blog(fermaton.over-blog.com),N0-28. THÉORÈME-G. - L'AMOUR EXISTE ENCORE.

Stéphanie 07/10/2011 15:35



Aux derniéres nouvelles c'est remis en quéstion ou c'est interprété autrement .


Une histoire de paquets d'ondes ...



ptoufle 28/09/2011 11:26



Le problème c'est que ça va encore être la porte ouverte à tous le fadas passionnés de "sciences alternatives", abonnés à Nexus, qui vont pouvoir continuer à clamer haut et fort que la relativité
restreinte (voire même générale) est dépassée et que les ET nous visitent bel et bien...


@Bruno


je suppose que ce qu'a voulu dire Klein est que les équations peuvent aussi bien  marcher avec une constante qui n'est plus la vitesse d'un photon dans le vide, mais c =
c(lumière)+7.5km/s  ...


...Sauf si on a déjà pu vérifier expérimentalement que le c des équation de Lorentz est bien le c de la célérité de la lumière dans le vide déjà mesurée, avec une précision suffisante pour
exclure 7.5km/s de plus.



cdc 27/09/2011 11:50



Un lien qui marche, celui du CERN : http://public.web.cern.ch/public/


Bien, mais nous vivons décidément une époque formidable. Avec les lourds questionnements sur la matière et l'énergie sombres, le fuyant boson de Higgs et maintenant des neutrinos-tachyons,
il y a encore pas mal de travail devant nous ! Pour autant bien sûr que le politique votes les budgets...



Bruno 26/09/2011 17:54



@Laurent Berthod:


 


Ce que vous rapportez là est étonnant venant de
Klein. La constance de la vitesse de la lumière dans tout
référentiel galiléen (càd en mouvement uniforme par rapport à un référentiel "fixe") est un POSTULAT de la relativité restreinte. Einstein a
remplacé l'addition des vitesses par une transformation trouvée par H. Lorentz qui respecte cette constance et se comporte comme une addition aux
petites vitesses. Cette transformation fait intervenir un dénominateur où se trouve racine[1-(v/c)^2]. L'argument de la racine devant rester positif, la vitesse limite d'un corps matériel est
toute trouvée: c'est c, la vitesse de la lumière dans le vide. C'est Maxwell qui a identifié sa valeur numérique, bien avant Einstein, en découvrant par hasard les ondes
électromagnétiques: c dépend de deux autres constantes expérimentales qui fixent les valeurs numériques des champ électrique et magnétique (permitivité ε et perméabilité µ du vide: c =
racine[1/(ε*µ)]).


 


A la lumière de ces faits, les déclarations de Klein sont très
surprenantes ! Il a peut-être voulu dire qu'on ne connaissait pas précisément les valeurs de ε et µ mais, à ce que j'ai compris, la différence mesurée est trop importante pour
que ce soit ça.



Olivier 26/09/2011 17:21



J'ai pas pu m'empecher de calculer "la vitesse du neutrino":


c = 299792458 m/s


d = 720000 m


tc = c/d =0.002401661 s


tn = tc - 60 nanosec = 0.002401601 sec


Vn = d/tn = 299799947 m/s (plus ou moins une vache)


Le Neutrino irait plus vite de 7500 m/s (pas mal, mais bat pas encore un chevalier du zodiaque^^)



Sceptique 26/09/2011 14:56



Certains astro-physiciens interrogés sur cette observation disent atteindre qu'elle soit confirmée par d'autres expériences, mais aucun n'y voit la mise en cause de la théorie de la
relativité. 


Il y a, de toute façon, des anomalies, fournies par les observations, qui ne "collent" pas avec les théories en vigueur, et qui obligent à formuler les hypothèses de la matière sombre et de
l'énergie sombre. Lesquelles ne sont pas prouvées jusqu'à ce jour. La fin de la science n'est pas pour demain.



Laurent Berthod 26/09/2011 00:48



Bon, allez, puisqu'il n'y a toujours pas de commentaire, je me lance !


 


J'ai entendu à la radio Etienne Klein dire que, dans le fond, la théorie de la relativité prévoyait seulement qu'il y avait une vitesse indépassable et que comme on n'en avait pas trouvé
jusque là de plus grande que la vitesse de la lumière, on avait cru que c'était elle. Et que si la récente expérience était confirmée, cela ne remettrait pas en cause la validité de la
théorie de la relativité d'Einstein.


 


Je suis absolument incapable de me prononcer sur cette proposition d'Etienne Klein.