Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 11:45

Hier soir, vous avez peut-être lu la chance d’échapper à deux « documentaires » diffusés en prime time sur deux chaines de la télévision publique ! Documentaires, c’est ainsi qu’on nomme les films des bonimenteurs écologistes.

 

On se rappelle la célèbre formule de Patrick Le Lay :

 

« Pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible. »

 

Depuis quelques mois, il n’y a plus de publicité sur les chaines publiques après 20 heures. Le cerveau du contribuable est donc disponible pour des entreprises de bourrage de crâne aussi aliénantes que le pire de TF1.

 

         - Sur France 3, dans l’émission Pièces à conviction animée par Élise Lucet , vous aviez droit à un reportage intitulé « Assiette tous risques »(1).

 

« Trois journalistes de Pièces à conviction ont été les cobayes d’une expérience inédite. Chacun suivant un régime alimentaire spécifique, ils ont été soumis pendant plusieurs semaines aux analyses d’un laboratoire indépendant. Les résultats sont sans appel : manger peut nuire à la santé. »

 

Il n’y a donc pas besoin de beaucoup d’imagination pour deviner quel message subtil va être délivré.

« Au menu : saumon aux pesticides, porc et poulet aux antibiotiques, fruits et légumes toxiques. Pour trouver ces produits il suffit d’aller au supermarché le plus proche. »

 

Une fois n’est pas coutume, les mensonges et outrances du documentaire ont suscité une mise au point de la part du ministère de l’agriculture (2).

 

En quoi consistaient ces régimes spécifiques ? Une dépêche de l’AFP nous l’apprend :

 

« Que faire alors ? Des journalistes ont testé pendant 12 jours les effets de régimes alimentaires opposés. Jean-Pierre, qui n’a absorbé que de la nourriture industrielle bon marché, a grossi de 1,5 à deux kilos, avec dans les urines des rejets d’urée et d’acides gras insaturés et un taux de conservateurs et de colorants multiplié par sept. Romain, qui s’est mis à un régime totalement bio, a maigri de deux kilos et ses analyses d’urine sont parfaites. »

 

Très clairement, on prend les téléspectateurs pour des imbéciles !

 

- Sur France 5, on avait au même moment droit à « Écologie, Ces catastrophes qui changèrent le monde ». D’une colossale finesse :

 

«  En 2007, les jurés du Prix Nobel de la Paix envoient un signal fort en récompensant le professeur Pachauri, qui a démontré la réalité scientifique du réchauffement climatique, et l'ex-candidat à la présidentielle américaine Al Gore pour son film choc 'Une vérité qui dérange' : le lien entre paix et environnement est ainsi souligné. Aujourd'hui, avec la crise économique, l'idée que la croissance verte est nécessaire prend de l'ampleur. Comment en est-on arrivé là ? Le documentaire retrace, à l'aide d'images d'archives, l'émergence de la prise de conscience écologiste : depuis 1945, avec l'accélération de l'industrialisation du monde, des catastrophes écologiques majeures secouent la planète, de la pollution au charbon survenue durant l'hiver 1952 en Angleterre aux conséquences désastreuses de l'ouragan Katrina en 2005, en passant par la plus grave explosion nucléaire civile de l'Histoire, Tchernobyl en 1986. Les conséquences de ces catastrophes, les réactions et engagements qu'elles suscitent font naître un nouveau combat : l'écologie. Sont interviewés experts et témoins connus : Mihkaïl Gorbatchev, Yann Arthus-Bertrand, Noël Mamère, Nicolas Hulot... » (4).

 

La présentation insiste sur le fait que le film est sous-titré pour les sourds et les malentendants, mais rassurez-vous, les « mal-comprenants » n’ont pas été oubliés. Les amalgames les plus grossiers sont utilisés : Pesticides, Accidents industriels, Catastrophe de Tchernobyl, Pollutions au mercure au Japon, Amoco Cadiz, en passant par …Katrina. Peu importe la différence de nature entre ces problèmes, il s’agit de légitimer la « prise de conscience écologiste », mot poli pour désigner le bourrage de crane permanent.

 

Que vient faire Katrina ,  une catastrophe naturelle, dans ce gloubiboulga? Il s’agit d’induire l’idée qu’elle est la conséquence du réchauffement climatique causé par les GES, quand bien même le lien entre une tendance climatique et un événement météorologique particulier n’a strictement aucun fondement scientifique.   

 

Le mal absolu serait donc l’accélération de l’industrialisation du monde depuis 1945 ! Le réalisateur mélange sans états d’âme les choux et les carottes,car cela donne toujours de la soupe écolo. Aucune image choc n’est épargnée au spectateur, des fois que celui-ci relativise les conséquences des catastrophes écologiques majeures qui secouent la planète depuis 1945 par rapport à celles de deux guerres mondiales, des guerres coloniales qui ont suivi, ou celles de la misère dans laquelle des régions entières du globe sont encore plongées.

 

Que les pesticides soient un facteur historique majeur de progrès agricole avant d’être une source de pollution, il était  évidemment exclu de le rappeler pour ces manipulateurs  qui banissent la notion de balance avantages/coûts .  Ils ne se sont évidemment pas privés, par ailleurs, de faire appel au « nuage de Tchernobyl qui s’arrête à la frontière », formule mensongère prêtée par  Noël Mamère à Pierre Pellerin ,directeur du Service de protection contre les radiations ionisantes au moment de la catastrophe.  Deux décennies d’intox auront permis à ce mensonge de passer à la postérité.

 

Qui dit « conscience écologiste » dit grandes consciences : la poignée d’individus qui se sont appropriés le monopole de la bonne parole écologiste et la petite lucarne- YAB, Hulot, Vendana Shiva,  Noël Mamère…- étaient invités à pontifier , une fois de plus.

 

Écologie, Ces catastrophes qui changèrent le monde, qui ne nous épargne pas des images insoutenables des « victimes du progrès », oublie curieusement  les victimes de l’acharnement et l’aveuglement criminel anti-pesticides. Le documentaire s’est ouvert sur la campagne anti-DDT et sur l’éloge Rachel Carson, auteur du Printemps silencieux.  L’interdiction du DDT y compris dans les programmes de lutte contre le paludisme véhiculé par les moustiques , et les millions de morts qu’elle a entrainées(5) en quelques décennies avant qu’enfin l’OMS ait le courage de préconiser sa réintroduction, continue à être impudemment célébrée .

 

La coupe est pleine, et elle déborde depuis longtemps.

Anton Suwalki

 

 


 

 

 

Notes :

(1)http://programmes.france3.fr/pieces-a-conviction/

(2) http://www.agrisalon.com/06-actu/article-24143.php

(3) http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jmeEDUejkTR1aD-iTLrFrLECC5zw

(4) http://www.france5.fr/programmes/index-fr.php?affnum=010423&prgnum=0&numcase=46&date=29-06-2010&plage=1900-2400

(5) http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2006/pr50/fr/index.html

Quelques documents sur le sujet du DDT et de la malaria qui mériterait un dossier complet :

     http://www.cdc.gov/ncidod/EID/vol3no3/roberts.htm

http://www.pathexo.fr/pages/articles/1997/1997-T90-3/MR96-098.htm

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8926025

 

Les articles de Jean Brissonnet sur le sujet :

http://www.pseudo-medecines.org/articles.php?lng=fr&pg=119

http://www.pseudo-medecines.org/articles.php?lng=fr&pg=194

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Astre Noir 24/09/2010 08:58



Un peu hors sujet, mais je viens de remarquer une chose :


 


Le week-end prochain, le journal Libération organise deux journées de débats sur le thème Planète
Durable.


 


Au cours de ce forum, des tas de débats doivent avoir lieu, entre politiques, industriels, intellectuels, techniciens (ce mot pris au sens large : qui maîtrise une technique ou une
technologie)...


 


La plupart de ces débats opposent deux personnalités d'avis différents, et c'est normal pour qu'il y ait débat.


 


En revanche, le débat sur les OGM mettra aux prises :


un adversaire des OGM : Lord peter Melchett, ancien Directeur de Greenpeace UK

un opposant aux OGM, le député socialiste Philippe
Martin



Vous croyez qu'on peut parler de pensée unique dans ce domaine ?



Matrok 09/07/2010 13:50



@ Sebastien : "la télé fait de la télé, le blogueur fait du blog". Certes. Et le commentateur fait des commentaires, le tautologiste fait des tautologies. On n'est pas plus avancé. Je ne vois pas
où tu veux en venir.


Oh si, sur deux ou trois trucs je crains de comprendre : "prendre les téléspectateurs pour des imbéciles", ce n'est peut-être "pas loin de la réalité". Et quand on meurt du paludisme faute de
chasser les moustiques, "c'est la misère qui tue". Beau discours vraiment, et porteur d'espoir... Et si on pense que l'inculture, l'ignorance, l'incurie et la misère, ne sont pas des fatalités,
que penser alors d'une telle défense de l'écologisme ?



dhéron 09/07/2010 09:48



cette propagande.....est également celle de la parapsychologie....des emissions "realisées par de grands journalistes.........",on discute avec son cheval, on magnetise à tous va....ce retour de
la pensée magique dans toutes ses formes...que ce soit la promotion des certains ostéopathes,de la biologie totale, du magnetisme et meme du shamanisme/........



Nabla 08/07/2010 15:52



@ Astre noir


Merci c'est effectivement de ce scandale qu'il était question. J'avais pour ma part retenu le nom de l'entreprise : "Chisso".


C'est donc vraiment écoeurant de se servir du malheur de ces personnes pour faire de la propagande. Les images étaient vraiment traumatisantes.



Sébastien 08/07/2010 15:39



Je n'ai pas vu ces documentaires, et je viens de trouver votre blog, ma foi, fort intéressant. Malheureusement, sur ce post, j'y ai trouvé un parti pris évidant, utilisant les mêmes armes que ce
que vous souhaitez dénoncer, si j'ai bien compris l'histoire.

Tout d'abord, la phrase choc :

« Pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de
le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible. »

Devant ce genre de propos, à la limite d'un point Godwin, on ne peut avoir qu'une réaction: je ne ferais pas parti de ceux la. Vu que je ne suis pas un mouton, je vais donc prendre parti pour ce
qui est énoncé ci dessous.
 
"
Depuis quelques mois, il n’y a plus de publicité sur les chaines publiques après 20 heures. Le cerveau du contribuable est donc disponible pour des entreprises de bourrage de crâne aussi
aliénantes que le pire de TF1.
"

N'étant pas expert en aliénanmétrisme, je ne pourrais pas confirmer ou non cette phrase (pleine de sens évidemment). Je dirais juste que la télé fait de la télé.

[...]

Je coupe dans vos propos, puisque plutôt en accord avec ce que vous dite

« Que faire alors ? Des journalistes ont testé pendant 12 jours les effets de régimes alimentaires opposés. Jean-Pierre, qui n’a absorbé que de la nourriture industrielle bon marché, a grossi de
1,5 à deux kilos, avec dans les urines des rejets d’urée et d’acides gras insaturés et un taux de conservateurs et de colorants multiplié par sept. Romain, qui s’est mis à un régime totalement
bio, a maigri de deux kilos et ses analyses d’urine sont parfaites. »

C'est très clairement une approche "a vu de nez" d'une expérience. Nous sommes très loin des canons des tests scientifiques.
 
"
Très clairement, on prend les téléspectateurs pour des imbéciles !
"

Est ce si loin de la vérité ? C'est de l'intelligence à la "Powerpoint", si ce n'est que l'on a mm pas le loisir d'interpeler le type qui fait défiler le slide.

"
Pesticides, Accidents industriels, Catastrophe de Tchernobyl, Pollutions au mercure au Japon, Amoco Cadiz, en passant par …Katrina. Peu importe la différence de nature entre ces problèmes, il
s’agit de légitimer la « prise de conscience écologiste », mot poli pour désigner le bourrage de crane permanent.

Que vient faire Katrina ,  une catastrophe naturelle, dans ce gloubiboulga? Il s’agit d’induire l’idée qu’elle est la conséquence du réchauffement climatique causé par les GES, quand bien
même le lien entre une tendance climatique et un événement météorologique particulier n’a strictement aucun fondement scientifique.
"

C'est vrai que Katrina fait un peu l'intruse. Seulement, quand on dit réchauffement, on dit augmentation d'énergie. Quand on parle d'effet mécanique, davantage d'énergie donne davantage d'effet
mécanique. C'est comme pour un accident de voiture: on ne peut pas dire que l'accident soit dû à la vitesse (énergie), pour une partie d'entre eux, mais on ne peut pas le retirer de l'analyse des
conséquences.


Mais je suis d'accord que l'on ne peut pas retirer les effets du réchauffement sur les cyclones avec précision,  de 0% à 100% de l'effet.


 


"
Le mal absolu serait donc l’accélération de l’industrialisation du monde depuis 1945 ! Le réalisateur mélange sans états d’âme les choux et les carottes,car cela donne toujours de la soupe écolo.
Aucune image choc n’est épargnée au spectateur, des fois que celui-ci relativise les conséquences des catastrophes écologiques majeures qui secouent la planète depuis 1945 par rapport à celles de
deux guerres mondiales, des guerres coloniales qui ont suivi, ou celles de la misère dans laquelle des régions entières du globe sont encore plongées.
"

Je trouve que ça correspond à un retour de pendule : après un absentéisme total, on passe à une surreprésentation -et surenchère-. C'est dommage mais c'est bassement humain.

"
Que les pesticides soient un facteur historique majeur de progrès agricole avant d’être une source de pollution, il était  évidemment exclu de le rappeler pour ces manipulateurs  qui
banissent la notion de balance avantages/coûts.
"

Ouai, comme les antibiotiques.
La aussi, faut arrêter l'amalgame. L'outil n'est rien intrinsèquement, c'est son utilisation qui le caractérise. Autant un antibiotique est très bien lorsque l'on est malade, autant en régime
alimentaire, c'est douteux: on doit aujourd'hui en assumer les conséquences dans tous les hopitaux !!
Puisque l’on en ait à des considérations de DAF, combien coutent la lutte (et les morts) contre les bactéries résistantes ?

"
Ils ne se sont évidemment pas privés, par ailleurs, de faire appel au « nuage de Tchernobyl qui s’arrête à la frontière », formule mensongère prêtée par  Noël Mamère à Pierre Pellerin
,directeur du Service de protection contre les radiations ionisantes au moment de la catastrophe.  Deux décennies d’intox auront permis à ce mensonge de passer à la postérité.
"

Autant pour moi, il me semblait que l'expression venait du fait que Madelin était passé à la télé, avec un panier de "légumes français", qui ne présentaient aucun risque.

"
Qui dit « conscience écologiste » dit grandes consciences : la poignée d’individus qui se sont appropriés le monopole de la bonne parole écologiste et la petite lucarne- YAB, Hulot, Vendana
Shiva,  Noël Mamère…- étaient invités à pontifier , une fois de plus.
"

Ben ouai, c'est leur job; c'est comme quand le ministre de l'économie nous explique pourquoi on va faire plus de 2% de croissance cette année (comme tous les ans).

Et puis bon, il faut bien l'admettre, le radical passe mieux à la télé: le modéré est trop chiant, trop réfléchit. (Quelque soit l'idéologie)

"
Écologie, Ces catastrophes qui changèrent le monde, qui ne nous épargne pas des images insoutenables des « victimes du progrès », oublie curieusement  les victimes de l’acharnement et
l’aveuglement criminel anti-pesticides. Le documentaire s’est ouvert sur la campagne anti-DDT et sur l’éloge Rachel Carson, auteur du Printemps silencieux.  L’interdiction du DDT y compris
dans les programmes de lutte contre le paludisme véhiculé par les moustiques , et les millions de morts qu’elle a entrainées(5) en quelques décennies avant qu’enfin l’OMS ait le courage de
préconiser sa réintroduction, continue à être impudemment célébrée .
"

Plus que les écologistes, c'est la misère qui tue. Mais chacun savoure sa victoire, n'est ce pas ?

En tout cas, la télé fait de la télé, le blogueur fait du blog. Dans l'un comme dans l'autre, on en est pas plus avancé.



eber 07/07/2010 18:24



@Antonin


Voici le texte du mail que j'ai déposé sur le site de l'émission:


"Le dernier reportage sur "l'étude" faite sur 3 personnes durant 13 jours des effets de 3 alimentations différentes et les conclusions qui en sont tirées est, du point de vue scientifique ce
qu'il y a de pire.Reportage militant avec la complicité de Mme Lucet qui prend pour argent comptant les arguments de gens manifestement peu compétents ignorant les études sérieuses faites par
l'AFSSA et autres agences européennes.C'est une habitude chez elle,manque d'objectivité et donc de professionalisme.En tout cas une étude avec un échantillon de 3 personnes et les conclusions
définitives assénées au grand public ont bien fait rire le médecin épidémiologiste que je suis.


Bravo le service public!###



Antonin 07/07/2010 09:57



@ ebert,


pourriez vous nous montrer le courriel auquel le journaliste a répondu ?



Astre Noir 07/07/2010 08:29



@ nabla :


 


Je n'ai pas vu le reportage, mais s'ils montraient des images d'enfants déformés par le Mercure, il s'agissait probablement de l'histoire de Minamata, dans les années 30 à 60.


 


Un vrai scandale sanitaire et environnemental...mais un cas unique


 


http://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_de_Minamata



Nabla 07/07/2010 03:39



J'ai vu le reportage de france 5 et c'était vraiment navrant. Montrer des images d'enfants déformés par un empoisonnement au mercure (je ne connais pas la validité de cette histoire c'est la
première fois que j'en entends parler, par contre ça me rappelle l'amalgame "agent Orange fabriqué par Monsanto aspergé sur les vietnamiens" conduit à "les OGMs, une des activités de Monsanto,
conduiront aux mêmes effets", à cause des images d'enfants déformés), et faire l'impasse sur les enfants défigurés par la famine, le paludisme, etc...


 


En ce qui concerne le versant politique de la discussion, même s'il n'en a pas été exactement question, ce serait dommage de rejeter la faute sur les anarchistes (les trotskystes ont été bien
défendus déjà). On peut tous constater que même si l'idéologie de la décroissance est passéiste comme le sont certains courants de la droite attachés aux traditions, il y a, du nationalisme
jusqu'au communisme (et ailleurs) des personnes attachées à la raison. Aujourd'hui une bonne partie de la gauche porte l'étandard de l'obscurantisme à cause de la convergence décroissance/casse
des grandes entreprises. Dans le passé, les idées des Lumières étaient surtout portées par la gauche car elle était plus attachée à la République que la droite. Mais je ne pense pas qu'on puisse
en tirer des conclusions politiques.



Sceptique 06/07/2010 08:22



L'ensemble du débat est passionnant, mais j'approuve particulièrement "karg" et OL.



L'écureuil 05/07/2010 22:26



En réponse au commentaire n°26 posté par karg :


Je n'ai rien à ajouter, je partage entièrement votre avis.


Merci à vous.



Tyner 05/07/2010 21:41



Pour info, il y a également Jean-Paul Besset parmi les Verts anciens trotskistes. Rien a en conclure toutefois.



eber 05/07/2010 21:41



Voici la réponse que m'a faite l'un des journalistes de "Pièces à convictions" à mon mail où je mettais en doute la valeur scientifique du reportage;


"Je me permets de vous répondre, suite au mail que vous avez envoyé à France 3, au sujet de l'émission Pièces à Conviction diffusée le 28 juin
dernier. 


Je suis moi-même un des journalistes et réalisateur de cette émission.


Je me permets de vous rappeler tout d'abord qu'il s'agit, comme nous avons pris soin de le préciser, d'une étude à valeur d'exemple. Et en aucun
cas, à valeur scientifique en tant que tel. Il aurait fallu pour cela, je vous le concède, plus de temps et de "cobayes". Cette démarche nous paraissait néanmoins intéressante afin de mieux
nous permettre d'éclairer notre propos. Je ne crois pas que cela vous permette pour autant de mettre en doute le sérieux des uns des autres. Pas plus celui de Mme Lucet que le nôtre.


Vous ne partagez pas l'avis de plusieurs médecins et scientifiques, dont certains de renom, c'est votre droit. De même que certains ne partagent
pas votre point de vue sur les OGM ou sur l'AFSSA.


Il n'empêche que ce que nous révélons sur les modes de productions de nos aliments est probant (vous ne le remettez d'ailleurs pas en doute). Et
que les contrôles de l'Etat en la matière ne sont pas toujours à la hauteur de ce que les citoyens pourraient attendre, comme nous l'avons démontré.


 


Il n'y a pas de militantisme dans notre démarche. Il est seulement patant qu'aujourd'hui certains acteurs du marché agroalimentaire ont des
comportements discutables qu'il nous parassait important de pouvoir mettre sur la place publique.  

Dans l'espoir d'avoir répondu à vos doutes sur notre impartialité et notre devoir de service public, je vous prie d'agréer mes sincères salutations."


 


Romain Icard


Edifiant non?



karg 05/07/2010 21:11



Je pense qu'on a affaire a un vrai coup de buttoir réactionnaire, l'anti science et la deep ecology ne sont que des symptomes parmi d'autre, avec le retour du religieux, de la femme au foyer, du
nationalisme "identitaire" et plus généralement par la remise en cause des valeurs des Lumières.


L'universalisme des valeurs humanistes est trainé dans la boue, un nouveau relativisme culturel (que je qualifierai d'impérialisme négatif) tend a persuader que l'autre doit vivre dans un milieu
naturel, matériel, culturel et religieux fixe et immuable.


Regardez comment ils jugent le développement des pays pauvres qui osent vendre de la vanille ou de la quinoa au lieu de produire quelques maniocs ou du maïs de merde pour nourir leur famille et
basta. Regardez l'ire quand Monsanto a donné quelques tonnes de semences à Haïti, et surtout observé que personne dans les médiats n'a parlé du précédent au Malawi, où l'introduction des semences
hybrides, notamment sous l'impulsion de don de Monsanto a permis d'atteindre l'autosuffisance alimentaire, et en plus avec des prix compétitif.


"Destructuré" "Pertubé" "Désiquilibré, tout changement doit être combattu ou strictement encadré selon leur norme: commerce équitable, biologique, respect de la tradition, non déplacement des
populations.


Le concept d'impéralisme négatif leur va comme un gant: avant l'impérialisme c'était vouloir apporter une vision de la civilisation, qu'on considéré comme supérieur du fait de sa technologie et
de son éthique, aujourd'hui les nouveaux impérialistes veulent empêcher les pays pauvres d'atteindre notre niveau de développement pour les protéger de notre société accusé de tout les mots
(matérialisme, violence, débauche, empoissonnement chimique et magnétique)


L'objectif ultime étant forcément le retour ici d'un ancien temps (indéfini mais ancien) idéalisé et révé. Le lien contextuel entre écologie fondamentaliste et néo nationalisme est évident.


Ca me fait penser aux livres de Lindenberg, j'ai lu le Procès des Lumières je l'ai trouvé brillant, à vrai dire je me délecte de ce que Finkelkrotte ne peut pas saquer.


« Partout où l’ignorance, la malpropreté et la superstition sont encore coutumières, partout où le commerce est faible, l’agriculture misérable, le clergé puissant, on rencontre encore les
costumes nationaux. » Nietzsche, le voaygeur et son ombre.



OL 05/07/2010 20:30



@marceau : le % des "réussites" des médecines dites parallèles ne dépassent pas les 30 %, soit celui de l'effet placebo. Cela ne veut pas dire que ce n'est pas efficace (l'effet placebo est sous
utllisé en médecine), cela veut dire que la plupart des adhérents leur prêtent des prétentions qu'elles n'ont pas. Par ailleurs, si vous cherchez des résultats inefficaces remboursés par la sécu
dans la médecine "classique", allez lire la revue "Prescrire", elle est indépendante des labos.


Conflit d'interet : aucun.



marceau 05/07/2010 14:08



Scientifique de formation, j'ai été plus que déçu des traitements cliniques proposé dans certains cas. J'avoue que vous décriez avec joie bon nombre de pratique dite parallèles etc .... mais qui
ont le mérite de fonctionner avec un pourcentage élévé. J'aimerais vois la critqiue tourner sur notre belle médecine classique avec un taux de réussite souvent pas très glorieux, mais renboursée
par notre sécu nationale. Qu'en est il aussi des QUINTON, BELJANSKI etc .... qui ont été oublié voir persécuté. Je vous renvoie vers les excellent ouvrage de Pierre LANCE sur ces sujets.


En espérant vous lire prochainement !


Philippe MARCEAU



Astre Noir 05/07/2010 08:07



Remarque à Luc Marchauciel : tu demandes "quel dirigeant trotsk est devenu un acteur important de l'écologie politique"...


 


Je ne vois pas de trotskiste parmi les dirigants verts, en revanche, il y a un ancien mao-stal : Alain Lipietz



Luc Marchauciel 04/07/2010 20:38



Matrok : "Remarque à Luc Marchauciel : tu demandes "quel dirigeant trotsk est devenu un acteur important de l'écologie politique"... Je n'ai pas d'exemple en tête, mais quand bien même j'en
aurais un, ça ne prouve rien. Les Weber, Dray, Mélanchon, Cambadélis, Jospin, etc. n'ont pas conféré au PS une "base trotskyste".


Je suis bien d'accord avec ça. C'était précisément un parrallèle avec la situation du PS, pour dire que dans le cas des Verts, il n'y a même pas ces exemples de trajectoires militantes (qui ne
prouvent en gros rien, on est d'accord. Il n'y a même pas rien...)


J'ai un seul exemple en tête : Jean-Paul Deléage, qui était à la LCR et qui est passé aux Verts via Juquin et a fondé la revue "Ecologie politique" (et qui est très loin d'être le pire, il est
notamment très opposé au discours relativiste anti-sciences, il ne peut pas blairer Bruno Latour).


 On a aussi un exemple d'un dirigeant de la LCR passé à l'extrême droite via Chevènement, mais de là à en faire la base de l'hypothèse d'une matrice trotskyste du nationalisme républicain à
relents xénophobes...



Matrok 04/07/2010 20:28



Besancenot ne se dit pas trotskyste, et là dessus bien des trotskystes sont prèts à le croire. Il a été à la LCR, section française de l'une des branches de la 4ème internationale, donc liée
historiquement à l'héritage trotskyste, mais quand on l'interrogeait là dessus, il répondait toujours "c'est pas ma référence", en préférant Louise Michel ou Che Guevara. Je ne vois pas pourquoi
ne pas le croire, d'autant plus qu'il a sans doute quand même une meilleure connaissance du trotskysme que bien des gens qui l'accusent de trotskysme.


Un point d'Histoire en passant : le mot "trotskyste" n'a pas été inventé ni par Trotsky ni par ses premiers partisans qui se disaient "bolchévique léninistes" ou de l'"opposition de gauche"
(comprendre : à Staline). Ce mot "trotskyste" a été en fait inventé par les staliniens et a servi dans tous les actes d'accusations de tous les opposants réels ou fantasmés, politiques ou non, à
Staline et à son régime. Je lisais il n'y a pas longtemps "Dersou Ouzala" de Vladimir Arséniev : cet officier tsariste, ancien ethnologue, qui est passé à travers la révolution russe sans trop de
problèmes, a lui aussi été par la suite victime des purges staliniennes, et a bien malgré lui été accusé de "trotskysme" alors qu'il était à des années lumières de ces idées. En fait, ça révèle à
quel point il s'agissait d'une étiquette infamante et générique. Il faut faire gaffe avant de reprendre sans précautions une telle étiquette qui a aussi son histoire.


Quoi qu'il en soit, si l'écologisme a sans doute quelques racines "de gauche" au sens large, c'est lié à son adoption dans les années 60/70 par des courants issus du mouvement anarchiste. Mais
dans les gènes de l'écologisme politique, il y a aussi des courants plus anciens historiquement, dont un, qu'on peut raisonnablement considérer comme fondateur, et qui remonte (on s'en doute) à
la révolution industrielle. Il s'agit plutôt d'un courant réactionnaire, anti-industriel et par là tout autant anti-bourgeois que anti-ouvrier. Pourtant, les problèmes de la dégradation de
l'environnement et des conditions de vie dégradées par la pollution ont dès le départ préoccupé le mouvement ouvrier, et en particulier le marxisme dont le trotskysme se veut l'héritier et le
défenseur. On trouve chez Marx et Engels, ou chez Rosa Luxembourg (mais à ma connaissance pas chez Trotsky) des réflexions qui sont de nature écologiste. Voila pour la relation bien mince entre
écologisme et trotskysme. Quant à la LCR et au NPA, ce courant a toujours eu tendance à diluer ou à cacher son trotskysme pour s'aggreger ou se dissoudre dans quelque chose de plus large.
L'écologisme en est une composante, mais ça ne rend pas l'écologisme trotskyste.


Remarque à Luc Marchauciel : tu demandes "quel dirigeant trotsk est devenu un acteur important de l'écologie politique"... Je n'ai pas d'exemple en tête, mais quand bien même j'en aurais un, ça
ne prouve rien. Les Weber, Dray, Mélanchon, Cambadélis, Jospin, etc. n'ont pas conféré au PS une "base trotskyste".


À part ça, totalement d'accord avec Luc sur le ridicule des accusations de "dictature verte". Oui, l'écologie peut sans doute être considérée comme une idéologie. Et alors ? C'est quoi une
idéologie ? Qui en est dépourvu ? Quel système politique en est dépourvu ? En ce moment, si malgré la forme démocratique du pouvoir qui me permet par exemple de faire des messages interminables
sur internet, on vit peut-être sous une forme de dictature, ce n'est pas vraiment celle des écolos qui pèse le plus...



Luc Marcauciel 04/07/2010 20:16



@ Sceptique : Pourquoi ne pas croire OB quand il se définit politiquement ???????


Bayrou se dit centriste mais, peut -on le croire ? Cohn Bendit se dit écologiste, mais peut-on le croire ? etc.