Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 18:06

L’article Assessment of the Health Impact of GM Plant Diets in Long-Term and Multigenerational Animal Feeding Trials: a Literature Review, par Chelsea Snell, Aude Bernheim,  Jean-Baptiste Bergé,  Marcel Kuntz, Gérard Pascal,  Alain Paris,  Agnes Ricroch vient d’être publiée dans la revue Food and Chemical Toxicology .

 

 

 

Résultats

Contrairement aux allégations souvent entendues, notre article démontre que des études à long terme sur la sécurité sanitaire des OGM ont bien été réalisées (nourrissage d'animaux).

 

Ces études concernent des lignées GM de maïs, pomme de terre, soja, riz et triticale. Elles appartiennent à deux catégories :

12 études toxicologiques de longue durée, c'est-à-dire d'une durée supérieure (jusqu'à 2 ans) aux 90 jours classiquement utilisés dans les tests de toxicité appliqués aux OGM,

12 études sur plusieurs générations d'animaux .

 

Conclusions

Ces études, toutes réalisées par des laboratoires publics, ne révèlent aucun problème sanitaire lié à la consommation à long terme de nourriture dérivée d'OGM.

 

Elles confirment ce qu'ont toujours dit les toxicologues, à savoir que dans les cas où des études de toxicité subchronique sont jugées nécessaires, allonger la durée de nourrissage des animaux au-delà de 90 jours n'apporte aucun élément d'information supplémentaire.

 

Lire la suite sur le blog de Marcel Kuntz

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Wackes Seppi 24/12/2011 18:23


Découvert sur :


 


http://www.bioconsomacteurs.org/page.php?page=blog&id=3485&type=actus


 


« l’analyse en question, qui traite 24 études sur l’effet des OGM sur les animaux, «comporte des biais majeurs», indique Gilles-Eric Séralini,
professeur de biologie moléculaire à l’Université de Caen et président du conseil scientifique du comité de recherche et information indépendantes sur le génie génétique (Criigen), membre du
comité de soutien de Bio Consom’acteurs. «Les auteurs n’ont pas fait de nouvelles analyses statistiques à partir des données brutes, ils se sont contentés de rassembler les conclusions des
études, indiquer les problèmes de protocoles et de rapprocher certains résultats des moyennes biologiques». »


 


Le reste est à l'avenant.


 


C'est l'hôpital qui se moque de la charité ! Ou Séralini qui ne comprend pas ce qu'est une méta-analyse.

cdc 15/12/2011 15:06


éKarg : Comparaison d'autant plus stupide que ce n'est pas ce que j'avais voulu écrire... La fatigue, sans doute... Je parlais des prévisions cataclysmiques faites par "les bons apôtres" du GIEC
(Hansen, Jones, Trenberth et leurs relais dans la Presse, Kempf ou Foucart) qui promettent la fin du monde à la fin du siècle si on ne fait pas ci ou ça. Je prétends que ce catastrophisme est
comparable au catastrophisme clamé par les anti-OGM, qui sont un troupeau nombreux dans lequel on trouve, c'est vrai, bien peu de scientifiques. Mais ce sont les politiques qui les écoutent.

JG2433 15/12/2011 13:23


Bonjour Karg,


« On peut inventer n'importe quoi sans l'expliquer. »


Serge Galam*, directeur de recherche au CNRS, physicien nous dit :


« Il est impossible de démontrer l'inexistence des fantômes. » 

Karg 15/12/2011 10:32


@Stephanie: la loi est claire:


- interdit de vendre des semences non certifiés, qu'elles soient modernes ou anciennes. En gros ça donne le monopole de la vente à l'obtenteur (c'est lui qui décide de la sortir du catalogue
officiel) et encadre le marché des semences anciennes pour éviter les arnaques (une fois abandonné par l'obtenteur, un tiers peut les faire inscrire dans le catalogue des variétés anciennes, mais
dans ce cas elles sont réservés aux amateurs). Les semences doivent respecter un cahier des charges (pureté variétales, spécifiques, état sanitaire etc.)


- les semences de ferme (c'est à dire des variétés d'une des catalogues, multipliées par l'agriculteur et pour son propre usage) sont autorisés en échange d'une contribution sur les récoltes.
C'est une sorte de licence globale pour les variétés cultivées. La comparaison avec Hadopi est inacceptable.


- les semences paysannes (c'est à dire des variétés diverses, au catalogue ou pas et commercialisé) restent interdite.


Si un agriculteur veut planter une variété traditionnelle il peut tout à fait la faire inscrire au catalogue. Certains l'ont fait via des coopératives (haricot de Tarbes, Choux Magnat). Le
catalogue officiel n'interdit pas de proposer des variétés "ancienne" pour peut qu'elle respecte la DHS et qu'elles apportent une "nouveauté" par rapport au contenu du catalogue. 

Karg 15/12/2011 10:19


"comme - désolé de le dire - les bons apôtres du GIEC prédisent l'avenir
à la fin de notre siècle"


Comparaison stupide:


- les scientifiques anti OGM sont une minorité, comme les
réchauffistes


- le GIEC explique les mécanismes et s'appuit sur des faits, les anti
OGM s'appuit sur des suppositions et le principe de précaution n'a pas besoin de mécanisme. On peut inventer n'importe quoi sans l'expliquer. 

Stéphanie 15/12/2011 09:59


J'aimerais bien un article au sujet des mensonges des écolo-politiques et de certains média au sujet des semences fermiéres parceque j'en ai lu un dans un journal agricole qui dit exactement
le contraire de ce que les écolos raccontent . Bon , je ne reprend pas l'article c'est trop long et je n'ai pas réussi à y accéder par internet donc ..... Mais , à l'occasion , si vous pouviez
développer ce sujet , ça m'interesse .

Sceptique 15/12/2011 07:06


J'ajoute, réagissant au commentaire de cdc, que jusqu'à maintenant, la vérité a toujours fini par s'imposer, mais à l'usure. Car, par définition (pas toujours vérifiée),
elle est présumée inusable. Tandis que les idéologies*, elles, ne le sont pas. Soyons patients!


*Les religions, qui fonctionnent sur le même mode, offrent plus de résistance parce que la Vérité dient d'un ailleurs inaccessible.

Sceptique 15/12/2011 06:59


"en ces temps d'imposture universelle (envers et contre le blog Imposteurs!), dire la vérité est un acte révolutionnaire."


Le premier terme de l'opposition n'est pas discutable: l'imposture est sortie de la discrétion pour se faire militante et politiquement correcte, prononçant au passage la déchéance de la
vérité. 


Mais si la vérité n'a pour elle que sa nature révolutionnaire, ce n'est pas mieux parti. Je ne vois aucune révolution qui n'ait sombré dans le mensonge obligatoire (du côté des acteurs, et de
celui de leurs victimes). 

cdc 15/12/2011 00:46


Oui, j'ai vu ça chez Kuntz. Mais je reste très pessimiste, les anti-OGM fervents pourront toujours brandir un "principe de précaution" aménagé pour les générations suivantes. Pouvez-vous prouver
que même si les parents ont ingéré des OGM à tout-va et ne s'en portent pas plus mal, qu'arrivera-t-il à leurs enfants, 25 ans plus tard ? Ou leurs petits-enfants, 50 ans plus tard ? Ou à toute
l'humanité dans 100 ans (comme - désolé de le dire - les bons apôtres du GIEC prédisent l'avenir à la fin de notre siècle) ?


Le catastrophisme a, hélas ! de l'avenir. J'espère seulement que ce soit un avenir à court terme.