Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 14:28

À relire : http://www.imposteurs.org/article-ogm-a-qui-profitent-les-mensonges-de-jacques-testart-115733820.html


Allégation n°2 : coexistence impossible des OGM et des cultures non-OGM


« L’interrogation la plus audacieuse des autorités a porté sur la coexistence des PGM avec les autres plantes, même si cet arrangement est définitivement impossible sans préjudices irréversibles »

 

Cela fait quand même beaucoup de mensonges, d’approximations,  et de mauvaise foi en 2 lignes, Mr Testart.

1. D’abord, de quelles autorités parle-t-on ? On en oublierait presque qu’on habite en France, un pays qui a instauré sous la présidence de Sarkozy un moratoire sur la culture du maïs MON 810, seul plante GM alors autorisée à la culture dans l’Union européenne. Testart devrait manifester un peu plus de gratitude à un gouvernement qui a aussi bien servi sa cause anti-OGM !

 

2. Que signifie « la plus audacieuse » ? Depuis lors, 5 autres pays de l'Union européenne ont imité la France sur la base d’autres interrogations audacieuses, sous couvert d’autres alibis, dirions-nous plutôt : dans le cas de l’Allemagne, un impact supposé sur les coccinelles et sur les papillons monarques (1). Un prétexte scientifiquement non justifié , dénoncé par le propre Comité de biosécurité de l’Allemagne (2) et réfuté par Ricroch, Bergé & Kuntz dans un article de Transgenic Research (3). Est-ce moins « audacieux » que le thème de la coexistence ?

 

3 . Pourquoi la coexistence serait-elle impossible « sans préjudices irréversibles » ? D’une certaine façon, Testart a raison. La coexistence entre voisins étant toujours une affaire d’intelligence, de tolérance et de respect mutuel, lui et ses amis la rendent par définition impossible : les anti-OGM, en parfaits intégristes, n’admettent pas l’existence des OGM, alors la coexistence, vous imaginez…

 

De nombreuses expérimentations ont en réalité confirmé que des distances très faibles entre champs suffisaient à réduire les phénomènes de pollinisation croisée à des taux voisins de zéro (4). Ce que confirme ironiquement la dernière étude de Séralini (5) au secours duquel Testart s’est empressé de voler : « Ces deux types de maïs [NB : GM et non GM] ont été cultivés dans des conditions normales semblables, au même endroit, espacés à une distance suffisante pour éviter la contamination (sic) croisée. La nature génétique, aussi bien que la pureté des graines GM et de la matière récoltée, a été confirmée. »

 

Il reste donc à savoir à quels préjudices irréversibles on devrait  s’attendre en cas de pollinisation fortuite de quelques plants du champ conventionnel par du pollen de maïs GM. Rien d’irréversible bien sûr pour l’immense majorité des agriculteurs qui ne ressèment pas leurs propres graines. Mais objectivement, une infime pollinisation croisée ne représente en rien un préjudice, à moins de considérer aussi qu’un agriculteur « conventionnel » ou même bio, ne peut pas cultiver deux variétés d’une plante sur deux parcelles voisines sans se porter lui-même préjudice. Mais peut-être Testart est-il un adepte de la pureté génétique ?

Anton Suwalki  

 

 

(1) http://www.lefigaro.fr/vert/2009/04/16/01023-20090416ARTFIG00373-l-allemagne-interdit-le-mais-transgenique-mon810-.php

(2) htp://www.bvl.bund.de/EN/06_Genetic_Engineering/ZKBS/01_Allg_Stellungnahmen/05_plants/zkbs_plants_maize_MON810_2009.pdf?__blob=publicationFile&v=1

(3) http://link.springer.com/article/10.1007%2Fs11248-009-9297-5

(4) http://www.smul.sachsen.de/de/wu/2566.htm
 http://www.landwirtschaft.sachsen.de/lfl/publikationen/download/3226_1.pdf

http://www.springerlink.com/content/w1627886480r1xr8/?p=c20289b2f78b46a1ac57e1d23e8cda25 

http://www.blackwell-synergy.com/doi/abs/10.1111/j.1467-7652.2006.00207.x

http://www.dgpc.min-agricultura.pt/upload/membro.id/ficheiros/i008155.pdf

(5) Séralini, G.-E., et al. Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize. Food Chem. Toxicol. (2012), http://dx.doi.org/10.1016/j.fct.2012.08.005

Partager cet article

Repost 0

commentaires

adenoids removed 16/06/2014 14:40

This really sounds like the suppressed minds that forced to keep shut for the years, and speak out loud. We all will join with you and we all could speak out loud, the truth. Thank you for sharing this with us.

Phurias 25/10/2013 18:49


Le pollen voyage c'est évident et dans la nature tout est permis en cette matière. Aucun de ces pollens voyageurs n'est capable de venir par sélection naturel, imposer à grande échelle ses gènes
à toutes les plantes qui descendraient d'une pollinisation croisée. Les gènes (et les OGM n'échappent pas à cette règle) ont une puissance de pénération limitée: ils sont condamner à se retrouvé
transmis mais de manière équilibrée: aucun gène n'est capable d'être meilleur que tous les autres allèles en tous lieux. Donc on ne voit pas pourquoi un gène OGM qui aurait "pollué" ou
"contaminé" (selon la sémantique habituelle) devrait, en raison même qu'il aurait reçu une intervention humaine, s'avérér plus hégémonique que les autres gènes. Encore s'il était toxique on
pourrait comprendre le danger à le voir se multiplier (même faiblement) mais ce n'est pas toxique.

nosiarvi7 08/03/2013 10:43


Sans compter les problemes de carences.


http://www.cea.fr/jeunes/themes/les-sciences-du-vivant/questions-de-sante-l-iode-et-la-thyroide/la-consommation-d-iode


Manger local en Auvergne ne facilite pas les apports en iode.....


(Même si, soit dit au passage, on mange plutot bien en auvergne...)

bob 07/03/2013 21:29


@Anton,


 


Vous auriez pu demander à votre locavore comment il fait pour se procurer localement l'acier de sa grelinette, le caoutchouc du pneu de sa voiture hybride et le processeur de son laptop à faible
consommation. Prôner le retour à la terre avec des outils qui viennent des 4 coins du monde (mis à par les manches de pioche) pour ensuite s'enfermer dans sa loca-bulle, c'est complètement
schizo. Le locavore est en fait un «loco-vore».

anton suwalki 07/03/2013 16:30


Généralement, les anti et les alters refusent de voir les conséquences logiques de leur positions. Ainsi, je demandais à quelqu'un qui me vantait les charmes de la relocalisation de la production
et de la consommation (autonomie à l'échelle de quelques centaines de kilomètres carrés ) s'il était conscient de ce que ça impliquait en termes de police de la population et de strict contrôle
des mouvements migratoires. Vas-tu remplacer le célèbre slogan par "Prolétaires de tous les bourgades, restez chez-vous ?" Naturellement, pas de réponse

Laurent Berthod 06/03/2013 23:31


La pureté génétique, autrement dit la pureté raciale, ça ne vous rappelle rien ?


Il paraît que les partisans de la pureté génétique sont les mêmes qui sont partisans du métisssage, dont les bien-pensants nous rebattent tous les jours les oreilles !

bob 06/03/2013 22:19


«Mais peut-être Testart est-il un adepte de la pureté
génétique ?»


Lui j'en sais rien. Mais ses potes de Kokopelli pronent la «pureté» des semences à tout bout de champ. Pureté des cultivars
anciens, pureté des grandes cultures conventionnelles non. Allez comprendre...

«“Semences de Kokopelli” [...]produire leurs
propres semences en toute pureté variétale. »

Sceptique 06/03/2013 16:32


Au risque de me répéter, la pensée écologique ne peut être qu'absolue et par la même intransigeante C'est une croyance. Elle est impénétrable à notre logique
scientifique, et à quelques autres comme le compassionnel (le riz doré).