Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 17:09

C’est une leçon amère pour moi : il est impossible de contrôler le devenir d’un canular publié sur Internet, et cela peut avoir des conséquences exactement inverses aux but recherchés.Par exemple, on peut à travers un canular inviter les lecteurs à faire preuve d’esprit critique, à réfléchir avant de rediffuser des informations non vérifiées, ou tout simplement chercher à amuser les lecteurs en pariant qu’ils sauront faire la part des choses, comme c’était le but recherché ici.  La preuve est faite que ce pari est très risqué.

 

Ce hoax (voir ci-dessous) me semblait tellement gros que je n’avais pas jugé utile de le faire précéder d’un message d’avertissement « Attention : ce qui suit est une grossière blague de ma part ! », d’autant plus que c’était publié un 1er avril, et dans la rubrique Détente et nouvelles insolites. Compte-tenu de l’invraisemblance du « scoop », ces précautions me paraissaient amplement suffisantes.

 

 Si les lecteurs assidus d’Imposteurs ne s’y sont pas trompés, contre toute attente, il y a eu des gens, qui tapant sur Google « Union rationaliste » , sont tombés rapidement sur le lien vers le hoax « Une célèbre astrologue(1) adhère à l’Union rationaliste », et  y ont crû !!!


         Moi qui comptait simplement divertir les lecteurs avec cette invraisemblable histoire d’une astrologue qui reconnaît l’imposture de sa discipline, renonce à son fond de commerce pour s’engager auprès d’une association qui combat les pseudosciences, je n’aurai jamais imaginé qu’on puisse prendre cela au pied de la lettre. C’est pourtant bien ce qui est arrivé. Avec des conséquences fâcheuses qui motivent cette mise au point.

        

        

         Pour essayer de réparer au mieux les conséquences bien involontaires de cette farce, le texte d’origine sera supprimé et le lien renverra vers cette mise au point. L’équipe de Hoaxbuster sera également prévenue.

         Avec mes excuses sincères à l’U.R.

 

Anton Suwalki

          

Nos lecteurs comprendront facilement pourquoi le nom de celle-ci a été « censuré » dans la présente mise au point, compte tenu de ce qui précède.

      (2) les autres collusions supposées sont tout aussi abracadabrantes, elles ont été « censurées » pour les mêmes raisons

 

Le canular 

Une célèbre astrologue(1) adhère à l’Union rationaliste

C'est une nouvelle sensationnelle qui fera pourtant beaucoup moins de bruit dans la presse people que la thèse de « sociologie » obtenue en 2001 par une célèbre astrologue

 

Dans  un communiqué de l’AFP du 01/04/2010 à 00h01, nous apprenons que la célèbre astrologue a définitivement relégué sa discipline au rang des « pires anachronismes et fumisteries pseudo-scientifiques » (selon ses propres termes), et tiré un trait sur sa regrettable carrière.

 

Selon cette célèbre astrologue, c’est dès la fin des années 80 qu’elle a commencé à avoir des états d’âme . Elle a peu à peu réalisé l’inanité de l’astrologie qui prétend prédire le destin d’individus par l’observation des astres. C’est en 1996, découvrant le brillant canular d’Alan Sokal, qu’elle décide de mettre fin au commerce de la crédulité auquel elle s’adonne depuis plus de 20 ans. 

 

Pourtant, et c’est là la preuve d’une grande préoccupation éthique de l’ex-astrologue, elle s’interroge dès lors sur les possibles effets psychologiques collatéraux de révéler trop abruptement à tous ceux qu’elle a embobinés que toutes ses prédictions n’étaient que sornettes : elle décide subtilement , tout en continuant à fanfaronner publiquement sur la noblesse de sa « science », de travailler secrètement à en saper la crédibilité.

 

C’est tout le sens de sa fameuse thèse de sociologie, directement inspirée du canular sokalien.  « Mon but était, au-delà de la démystification de l’astrologie, d’attirer l’attention sur l’inquiétante perméabilité d’une certaine frange des sciences sociales au n’importe quoi (..) Les vives réactions de l’AFIS, les analyses décapantes du professeur Henri Broch pour qui j'avoue ma grande admiration, et les nombreuses protestations parmi les sociologues m’ont convaincue que j’avais au moins en partie atteint mon but ».

 

Il est désormais temps pour cette célèbre astrologue de jeter publiquement le voile. Cette adhésion à l’Union rationaliste, d’une valeur hautement symbolique, est aussi pour elle le moyen d’indiquer au grand public la force de ses engagements et de ses activités futures. Elle participera notamment à une série de conférences pour dénoncer l’astrologie. Elle entend aussi défendre jusqu’au bout et de manière intransigeante une des valeurs essentielles de l’UR : la laïcité, « qui signifie, au-delà de la seule question de la religion, s’opposer à toute intrusion des pseudosciences à l’école et notamment dans les manuels scolaires ».

 

Enfin, avec un certain nombre de ses collègues « repentis », elle compte mettre en place un fonds destiné à l’indemnisation des victimes des pseudosciences.

Un beau programme en perspective !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

go to the site 20/06/2014 13:08

We can see many articles in internet about astrology and rationalism. Some say these two things are interconnected and some say it does not. According to my opinion, there is somewhere a relation between both these things. Thanks for sharing your views on this topic.

Sceptique 07/10/2012 07:31


L'intéressée a-t-elle protesté personnellement contre le canular qui risquait de lui faire perdre sa "clientèle"?


Les dévots et les contempteurs de l'astrologie ont-ils les mêmes lectures?

Laurent Berthod 10/09/2012 22:17


Amon humble avis, l'histoire que vous nous racontez est le signe de quelque chose de plus grave encore. Les chefs d'établissement qui ont refusé l'accès à l'UR, non seulement n'ont pas vérifié
leurs sources, alors que tout laissait supposer qu'il s'gissait d'un canular. Maiss ils n'ont même pas compris le sens de votre texte. L'interpréter comme une collusion entre l'UR et la célèbre
astroloque est un contresens manifeste, puisque la célèbre astrologue y fait amende honorable, dénonce ses propres mensonges et ceux de l'astrologie.


Que l'enseignement de nos enfants soit confié à des gens qui fonctionnent si mal intellectuellement est bien triste pour notre pauvre pays !


Bien à vous.

Baudouin Labrique 10/09/2012 19:17


Suite


 


n’est donc pas installée. Un
tel biais est aggravé potentiellement par une qualité de relation d’aide[1][2] déficiente (ils ne sont généralement pas formés à l’accompagnement psychologique adéquat).


Ensuite, prétendant prédire
l’avenir, ils présupposent généralement ou induisent que les paramètres futurs sont fixés au départ, préjugeant ou laissant croire que ce qu’ils voient restera constant quoi qu’il arrive. Sur le
plan conscient, on sait que ce que l’on projette dans le futur est d’autant plus sujet à modification que cela est éloigné dans le temps, l’eau ayant coulé sous les ponts, comme l’exprime avec bon sens la pensée populaire ; en conséquence, cela vaut immanquablement pour tout ce qui est
avancé comme prévisions en consultation.


 


Effet nocebo


 


Qu’il le veuille ou pas,
l’intervenant exercera sur le client les effets produits par sa position d’autorité (en la matière) : "ce qu’il dit est vrai" et ce sera très
difficile de s’en détacher. Cela pourrait provoquer des changements inopportuns de comportement, sous l’influence négative d’une sorte d’effet nocebo[2][3], suscité par le contenu négatif des prédictions.


Pire, il encourage ou
installe la dépendance du client à ses pratiques, en entretenant, sciemment ou pas, l’idée qu’il détient un savoir-pouvoir réel sur ses destinées, soutenant parfois avoir accès à des forces
occultes qui tirent quelque part les ficelles. Dans de telles conditions existe un risque
certain d’aliénation du libre arbitre.





Manipulations en pagaille


 


Une des manipulations utilisées en Voyance et en Astrologie s’explique
par l'effet Barnum, en référence aux
talents de manipulateur de l'homme de cirque Phineas Barnum ; elle consiste à présenter au client un discours censé refléter
sa propre personnalité. Cependant, des tests scientifiques[3] ont démontré qu’il est cousu de propos vagues et passe-partout, et qu’il donne globalement plutôt une image valorisante voire flatteuse du
consultant que le contraire, de sorte que la presque totalité de ceux à qui on le tient s’y retrouve sans opposer quelque résistance ou esprit critique. Ce phénomène est amplifié vu la croyance
qui prédispose le consultant à tenir pour véridiques des informations estimées dignes de foi.

Baudouin Labrique 10/09/2012 19:16


Extrait de mon livre "Quand les thérapeutes
dérapent" :


Savoir livresque et
dogmatique


 


Les astrologues partent d’un savoir livresque dont ils tirent des enseignements dogmatiques au travers de l’inter­prétation donnée aux diverses positions des
planètes et, pire, lancée à la tête du client, sans se rendre compte à leur juste mesure des effets iatrogènes produits !


[…]


 


Prédictions et relation d’aide, contre
nature


 


Au travers des
interprétations toutes subjectives auxquelles se livrent les uns comme les autres, ils se posi­tionnent dans les faits comme de regrettables maîtres à
penser et prennent de très gros risques iatrogènes, car ils touchent à la personnalité profonde des individus...


Pire, ils sont la plupart du
temps entrés dans leur pratique sans s’être suffisamment armés des balises qui sous-tendent une authentique relation d’aide[1][2] digne de ce nom et sans avoir réalisé un réel travail sur soi (notamment destiné à ne pas interférer sur le client).


Dans de telles conditions, il
me paraît sinon impossible, du moins très difficile, d’exercer ces deux disciplines dans le respect total des règles éthiques et déontologiques qui prévalent dans un accompagnement psychologique
de qualité.








[...]


Prisme déformant


 


À supposer que les voyants et
les astrologues soient capables de prédire l’avenir pour les autres, au moins deux problématiques cruciales se posent.


Tout d’abord, le fait que
tout passe par leur subjectivité : ils ne pourraient transmettre ce qu’ils "perçoivent" pour l’autre qu’au travers de leurs
propres référentiels, forcément contaminés par le prisme de leur vécu personnel et de leurs propres ressentis ; la bonne distance