Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 18:11

Mme Michèle Rivasi, membre du Parlement européen pour Europe Écologie - Les Verts et siégeant dans le Groupe des Verts/Alliance libre européenne, a commis – c'est le mot qui convient – le 28 mai 2013 un article sur le Huffington Post version française, « L'ablation des seins d'Angelina Jolie: la vraie-fausse solution? » [1]

 

Comme c'est souvent le cas pour les points d'interrogation dans les titres, le sien est purement cosmétique.  La cause est entendue ; son opinion est faite.

 

Son opinion ? Une infamie ! Et accessoirement une insulte au bon sens et à la raison.

 

Mme Christine Boutin nous avait déjà gratifiés d'un dérapage d'une rare inélégance [2].  Mme Rivasi, elle, fait exploser les limites.

 

Selon elle, à l'évidence, l'annonce du choix thérapeutique de Mme Jolie a été programmée pour éclipser les informations sur le procès des prothèses PIP, alors en cours au tribunal correctionnel de Marseille.  Cela ressort d'une affirmation – « Conséquence du scoop planétaire sorti la veille de l'ouverture du festival de Cannes, l'issue du procès PIP est restée inaudible, pour ne pas dire étouffée » – et d'un sous-titre – « Un service rendu à l'industrie de la prothèse mammaire? »

 

Quelle dérisoire théorie du complot !

 

L'« issue du procès », en l'occurrence, c'est la réquisition de quatre ans de prison ferme à l'encontre de M. Jean-Claude Mas, le fondateur de l'entreprise Poly Implants Prothèses (PIP)... On est donc loin de l'issue ; en fait, le jugement sera rendu le 10 décembre 2013.

 

Ce n'est du reste pas la première fois que Mme Rivasi dérape sur les notions juridiques de base.  Dans un article précédent sur les prothèses PIP, elle avait écrit, au mépris de la présomption d'innocence, que l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait été sanctionnée du fait de la – prétendue – mise en examen de son directeur, M. Dominique Maraninchi, pour homicides involontaires et blessures involontaires dans le cadre de l'affaire Mediator [3] ; « prétendue » car c'est l'ANSM en tant que personne morale – évidemment représentée par son directeur – qui avait été mise en examen.

 

« Un service rendu à l'industrie de la prothèse mammaire? » Encore un point d'interrogation purement cosmétique : « De là à supposer que l'industrie de la prothèse mammaire s'inquiétait des effets collatéraux du procès PIP et avait besoin de se refaire une santé, il n'y a qu'un pas » ! Ce point d'exclamation – le nôtre – n'est pas cosmétique.  Car de là à supposer que, selon Mme Rivasi, l'automutilation consentie par Mme Jolie n'avait pas pour motif sa propre santé (celle de Mme Jolie), mais celle de l'industrie, il n'y a qu'un pas.  Que nous franchissons allégrement.  Par obligation logique.

 

La suite est tout aussi nauséabonde : « Car les cancers réservés (sic) surtout aux femmes sont un marché plus que porteur et pas seulement pour les prothésistes: n'est-ce pas la multinationale pharmaceutique AstraZeneca [...] qui a créé le mois de la sensibilisation au cancer du sein en 1985? »  Aborder le cancer et le dépistage sous l'angle exclusif d'un marché, il fallait oser !

 

Il fallait aussi oser recopier sans examen critique un Wikipedia en langue française [4] qui s'est permis des raccourcis qui, oh miracle, collent à l'agenda altermondialiste.  Car AstraZeneca est né 14 ans après, en 1999...  Et l'événement a été fondé sous la forme d'un partenariat entre la American Cancer Society et la division pharmaceutique de Imperial Chemical Industries (ICI) [5].

 

Aujourd'hui, le mois est un événement planétaire auquel contribuent de nombreuses organisations, y compris l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) [6].  Mais Mme Rivasi n'en a cure.  Le (prétendu) péché originel est indélébile...

 

Son idéologie lui interdit aussi de voir, au moins dans l'article commenté ici, que le dépistage précoce de la maladie reste le principal moyen de lutter contre la maladie et de sauver des vies.

 

Nous nous sommes déjà insurgés sur ce site du cynisme absolu d'organisations – y compris le parti « vert » du Parlement européen – qui avaient, ouvertement en 2002 ou en catimini en 2011, préconisé à des gouvernements africains de refuser une aide alimentaire d'urgence susceptible de contenir du maïs GM ; et donc préféré la mort, certes d'autrui, à la vie [7].  Mme Rivasi nous fait également vomir.  Mélangeant allégrement chirurgie reconstructive et esthétique, Mme Rivasi interprète le problème courageusement porté sur la place publique par Mme Jolie comme « un marché de 210 millions d'euros par an, rien qu'en France ».

 

La prévention, c'est « oui, mais au profit des patients » selon un autre sous-titre qui annonce de nouveaux débordements.  Obsédée par les coûts et les profits, Mme Rivasi nous interpelle sur le dépistage des gènes défectueux BRCA1 et BRCA2 : « Pourquoi créer un tel sentiment d'anxiété si ce n'est pour servir les intérêts des industriels spécialistes du dépistage génétique précoce? ».

 

Mme Rivasi n'a manifestement pas compris que Mme Jolie avait été diagnostiquée porteuse du BRCA1 et qu'elle avait un risque de cancer évalué à 87 % pour le sein et 50 % pour les ovaires ; que sa mère est morte à 56 ans d'un cancer [8].  Elle ignore qu'un test, lorsqu'il s'avère négatif, permet de dissiper une anxiété chez des femmes issues de familles douloureusement atteintes.  Ignorance qui ne peut qu'être feinte – et donc bassement politicienne, et donc abjecte – puisque Mme Rivasi est sortie d'une prestigieuse grande école avec une formation scientifique.

 

La rigueur scientifique est également aux abonnés absents quand elle écrit : « Pour rappel, seul 1% des femmes présentent la mutation du gène BRCA1 ou BRCA2. C'est donc que l'épidémie de cancers a d'autres causes. » Mme Rivasi nous livre ainsi un exemple révoltant de propagande avec des statistiques inversées, une problématique que vient d'analyser avec brio notre collègue Nima Yeganefar [9].

 

La réalité est que sur 55 000 nouveaux cas de cancer du sein chaque année en France, des prédispositions génétiques interviennent dans 1000 à 2500 cas selon le Pr Henri Roché [10].  Ou 5 % des tumeurs mammaires qui sont liées au mauvais fonctionnement du BRCA1, plus rarement du BRCA2, selon le Dr Jean-Daniel Flaysakier, pour qui l'acte de Mme Jolie a été doublement courageux [11].  Ce n'est pas rien.  Mais surtout, le risque de cancer du sein des femmes porteuses d'un gène BCRA défectueux, au cours de l’existence, varie de 60 à 87 % selon les études.

 

Ce quasi-déni des cancers d'origine génétique était nécessaire pour passer au véritable sujet que Mme Rivasi voulait traiter.  Après avoir posé au passage la question du vieillissement de la population et de la généralisation et de l'amélioration du dépistage sans y répondre, donc en suscitant le doute sinon l'incrédulité.  Les facteurs liés au mode de vie (sédentarisme, obésité, abus d’alcool, tabagisme, grossesses plus tardives) sont quant à eux passés à la trappe.

 

Ce sujet, c'est évidemment une des cibles des obsessions de l'écologie politique : la chimie et ses vedettes de l'année, les perturbateurs endocriniens.  « Tous les jours un nombre important de produits chimiques que nous avons introduits dans l'environnement perturbent le fonctionnement normal de notre système hormonal. »

 

Et de conclure à l'adresse de Mme Angelina Jolie et, peut-être, des lectrices : « Alors cette "ablation préventive", toujours aussi sexy? »

 

Le vocabulaire manque pour qualifier ce niveau de bêtise, d'arrogance, de mépris, de cynisme et d'impudence.  Nous laisserons donc le mot de la fin à une femme qui a posté un témoignage sur le Huff :

 

« Je suis révoltée par vos propos !

 

Mme Rivasi, je fais partie de ces 1% de femmes porteuses du gêne muté BRCA1. Je suis issue d'une famille lourdement touchée par le cancer du sein et ovaires. J'aurais aimé avoir le choix d'une ablation prophylactique. Mais à 39 ans, c'est un cancer bilatéral du sein qui a fait que j'ai du subir cette mastectomie bilatérale! Je n'ai pas pu éviter la maladie et les lourds traitements qui ont suivi derrière. Ils m'ont certes sauvé la vie mais ils ont laissé de lourdes séquelles physiques et psychologiques. [...] J'aurais aimé avoir le choix de faire des interventions préventives des seins.  [...

 

J'ai aussi fait le test génétique pour que le mot fatalité soit rayé de notre vocabulaire familial et que mes soeurs, mes cousines, mes nièces aient le choix de ne pas tomber malade. Vous croyez vraiment que c'est par plaisir que l'on prend la décision d'une mastectomie ou annexectomie prophylactique ? Non ! On le fait pour vivre simplement, sereinement et vieillir avec les êtres qu'on aime et qui nous aime !

 

Sachez qu'une reconstruction ce n'est pas que par prothèses, renseignez-vous, il y a d'autres méthodes !

 

Et MYRIAD n'a pas le monopole du test génétique en France ! Encore une erreur ! Revoyez votre copie Mme Rivasi, vous êtes apparemment très mal informée et c'est lamentable à votre niveau !

 

Sachez que faire le test génétique contribue à la recherche contre le cancer et pas seulement pour les BRCA1 ou 2 ! Il fait avancer tout court la recherche contre cette maladie !

 

[...]

 

Vos propos sont blessants pour les femmes porteuses de ce gêne BRCA et qui veulent mettre toutes les chances de leur côté pour vivre, mais aussi pour tous les chercheurs et médecins onco-généticiens qui se battent pour ce 1% de femmes, mais pas que ; et aussi pour ceux qui font un énorme travail de prévention. Tout le monde n'est pas corrompu et à la botte des laboratoires ! »

Wackes Seppi

________________

Notes :

[1]  http://www.huffingtonpost.fr/michele-rivasi/abblation-agelina-jolie-fausse-solution_b_3342277.html

 

[2]  Par un gazouillis du 14 mai 2013 : « pour ressembler aux hommes ? Rire ! si ce n'était triste à pleurer ! »

 

[3]  http://www.huffingtonpost.fr/michele-rivasi/scandale-mediator-mise-en-examen_b_2931117.html

 

[4]  http://fr.wikipedia.org/wiki/Ruban_rose#Histoire_du_Ruban_Rose

 

[5]  http://en.wikipedia.org/wiki/National_Breast_Cancer_Awareness_Month

 

[6]  http://www.who.int/cancer/events/breast_cancer_month/fr/index.html

 

[7]  http://www.imposteurs.org/article-13712670.html

http://www.imposteurs.org/article-better-dead-than-gm-fed-on-remet-le-couvert-86536262.html

 

[8]  http://www.nytimes.com/2013/05/14/opinion/my-medical-choice.html?hp&_r=1&

 

[9]  http://blogs.univ-poitiers.fr/n-yeganefar/2013/05/28/probabilites-inversees-et-propagande/

 

[10]  http://www.ladepeche.fr/article/2013/05/16/1626965-cancer-du-sein-le-depistage-genetique-ca-marche.html

 

[11]  http://www.docteurjd.com/2013/05/15/cancer-du-sein-lacte-doublement-couageux-dangelina-jolie/

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anton Suwalki 13/06/2013 21:03


je m'occupe de poster votre réponse à la réponse de MR ce week-end


Anton

Wackes Seppi 13/06/2013 18:11


J'ai posté un petit commentaire sur le site du Dr Flaysakier* :


 


Voici sa réponse :


 


« Le billet de Michele Rivasi est une honte. Écrire autant de conneries en si peu de lignes relève de l’exploit.


 


Voici ce texte qu’il faut lire pour voir qu’on peut effectivement faire pire que Boutin [suit le lien vers le Huff]. »


 


_________________


 


*  http://www.docteurjd.com/2013/05/15/cancer-du-sein-lacte-doublement-couageux-dangelina-jolie/


 


 


 

corrector 09/06/2013 23:21


"le dépistage précoce de la maladie reste le principal moyen de lutter contre la maladie et de sauver des vies."


Est-ce prouvé?

Wackes Seppi 08/06/2013 00:55


Je viens d'écrire un commentaire sur cette « mise à jour » qui, si on l'analyse bien, ne fait que confirmer le problème initial.


 


Je ne partage pas votre point de vue sur AstraZeneca. Au risque de me faire tancer pour une comparaison, il ne viendrait à personne l'idée de dire que la France a été vaincue à Alésia. Ou que PSA
a construit la 2CV.


 


AstraZeneca est né en 1999 de la fusion de Zeneca Group PLC et du suédois Astra AB. Zeneca Group n'est que la partie biosciences des anciennes Imperial Chemical Industries (ICI) dont il est issu
à la suite d'une scission en 1993.


 


Si la division pharmaceutique d'ICI – qui s'est finalement retrouvée dans AstraZeneca – a été à la manoeuvre en 1985 pour le lancement du mois de la sensibilisation au cancer du sein, c'est pour
l'évidente raison que la chose ne pouvait pas être confiée à une autre division.


 


Par ailleurs, puisque Mme Rivasi a repris les insinuations de mercantilisme d'ICI (ou plutôt d'AstraZeneca), il faut savoir que l'idée du mois de sensibilisation a germé à l'époque où ICI avait
mis en place un dépistage du cancer du sein parmi ses employées. Et il a été trouvé que le coût d'un dépistage précoce était moindre que le coût encouru par l'entreprise en l'absence de ce
dépistage. S'il y a eu une motivation financière, ce n'est pas en termes de marché, mais de gestion de ce qu'on appelle maintenant les ressources humaines.


 


 

Emmanuel Grenier 07/06/2013 09:39


Bonjour, suite à l'article de Wackes Seppi, que j'ai fait circuler sur Tweeter, et aux réactions sur le site même du Huffington Post, Michèle Rivasi, s'est sentie obliger de "préciser" sa
position avec une mise à jour en date du 6 juin. Mais je note qu'elle ne renie rien de son sous-titre "Un service rendu à l'industrie de la prothèse mammaire?"


Sa défense serait crédible si elle reconnaissait que son langage complotiste prêtait à confusion, que sa manipulation des stats (le fameux 1% des femmes porteuses du gène BRCA) est condamnable.


Bon, ceci dit, sur AstraZeneca, elle n'a pas entièrement tort dans la mesure où Astra Zeneca résulte de la fusion d'Astra avec ICI, Imperial Chemical Industries, qui est à l'origine du mois de la
sensibilisation au cancer du sein.

Sceptique 03/06/2013 07:41


On associe très légitimement "bête" et "méchant" mais sans se soucier de l'ordre de précession. Bête et méchant est euphonique, mais
c'est la méchanceté qui rend bête. Par son étonnement, Bob en fait la démonstration. Pourvue d'un beau diplôme, Madame Rivasi bouffe du foin par nécessité. La méchanceté idéologique l'a rendue
bête!


J'espère qu'elle a rougi des pieds à la tête en lisant la réponse d'une femme concrète, encore "en chair et en os", grâce à une science qui a encore le droit de contrarier la déesse Nature.

bob 02/06/2013 22:17


Je suis toujours atterré de voir l'élite de la nation, passée par la filière «d'excellence» des meilleures grandes écoles et ayant décroché une agrégation qui est loin d'être donnée, se mettre à
dire d'énormités scientifiques qui aurait recalé n'importe quel bachelier en SVT. Une prof de bio ne peut saborder de cette façon les avancées du dépistage génétique. Je plains ses étudiants en
IUFM (si ça existe encore).

sham 02/06/2013 21:15


dans la même veine, les anglophones pourrront lire cette analyse: http://scienceblogs.com/insolence/2013/05/15/quack-view-of-preventing-breast-cancer-versus-reality/

sham 02/06/2013 21:12


certains écolos s'enfoncent tellement dans leur idéologie qu'il n'y a plus de limite à l'opportunisme. c'est un triste spectacle et surtout une dangereuse dérive. merci pour la citation WS!