Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 16:30

Michèle Rivasi s’est sentie obligée de se justifier après la publication du dernier article de Wackes Seppi. Au-delà des clauses de styles, on peut se demander si elle n’aggrave pas son cas…

Anton Suwałki

 


 

« Michèle Rivasi, sur Angelina Jolie : ignoble, indécent, révoltant ! » [1] a fait réagir Mme Rivasi sur le Huff [2].

 

Elle y a publié une « mise à jour », preuve que notre coup de gueule a porté. La voici, publiée en intégralité, à notre initiative, comme un droit de réponse :

 

« Mise à jour du 06/06/2013 - C’est avec beaucoup de tristesse que je constate à quel point le message que j’ai voulu faire passer dans ce billet a mal été interprété. C’est pourquoi il m’a semblé nécessaire d’apporter ici quelques clarifications sur un sujet grave, auquel peu osent s’attaquer sous cet angle.

 

Mon opinion n’est pas une "infamie", et la comparaison avec les propos de Christine Boutin très peu flatteuse et hors de propos, ce n’est pas du tout le même message qui est délivré.

 

Je n’ai jamais écrit qu’Angelina Jolie avait programmé de communiquer à dessein lors du procès en cours à Marseille: c’est la conséquence de cette sortie médiatique qui a malheureusement dévié l’attention du public sur un sujet loin d’être moins grave: des milliers de femmes souffrent aujourd’hui le martyr à cause de Jean-Claude Mas, fondateur des prothèses mammaires PIP, qui a sciemment employé du silicone non médical dans ses prothèses. Bien consciente que le jugement sera rendu ultérieurement, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une première issue, cruciale pour l’avenir de ce procès. C’est en rencontrant ces victimes de PIP, au cours d’une conférence de presse que j’ai tenu à organiser à Marseille le 16 mai dernier qu’il m’est apparu nécessaire de rappeler les dégâts que peuvent occasionner la course au profit effrénée de certains.

 

En tant que femme, très concernée par les sujets de santé (voir mes travaux aux Parlement européen au quotidien), je n’ai jamais critiqué la décision d’Angelina Jolie, femme courageuse et respectable, qui n’a pas hésité à recourir aux grands moyens pour éviter un cancer du sein. De même, je mesure à quel point ce choix auquel sont confrontées de nombreuses femmes concernées par un cancer d’origine génétique est plus que douloureux. Je leur adresse mon plus profond soutien.

 

Ce qui est "ignoble", ce ne sont pas mes mots, mais bien les actions de certaines personnes et industries peu scrupuleuses comme Jean-Claude Mas et d’autres qui feront la Une des journaux lors de prochains scandales sanitaires à venir.

 

Ma position a toujours été de défendre ces victimes, les patients et les consommateurs en général, trop souvent manipulés par un lobby industriel qui ne pense qu’au profit, qu’au "business". Mme Jolie fait partie de ces personnes que je souhaite ardemment soutenir, qu’il n’y ait pas de méprise sur ce point.

 

Ce souci d’être du côté des victimes ne m’a pas quittée depuis que j’ai décidé de créer la Criirad en 1986, pour venir en aide aux victimes de Tchernobyl. Révoltée par l’attitude qui consiste à laisser les gens souffrir inutilement car il y a plus fort qu’eux au-dessus, je ne lâche aucun combat lorsque je l’estime juste.

 

Dans le cas des dispositifs médicaux -dont les prothèses mammaires font partie-, dois-je rappeler à quel point ces objets que nous introduisons dans notre corps ne sont pas anodins? Nous en avons bien évidemment besoin car ils sauvent des vies, mais il est crucial que les sociétés qui les fabriquent apportent un soin extrême à leur sécurité, afin qu’aucun effet secondaire ne puisse nuire à la santé de leurs porteurs et menacer leur vie. D'autre part, il est important de rappeler que le risque de banaliser le port de prothèses mammaires, notamment à des fins esthétiques, est réel. Il ne faut pas que ces dernières deviennent un objet de consommation banal, car il s'agit d'un implant nécessitant de la chirurgie parfois lourde. Au moindre problème, la ré-opération est de mise, avec les risques que cela comporte (anesthésie etc).

 

Le développement d'un cancer est un phénomène multifactoriel et la recherche sur la génétique ne doit pas occulter la recherche sur les déterminants plus collectifs, liés à l'environnement et aux conditions de vie. Il faut pouvoir agir en amont des maladies afin de ne recourir qu'en dernier recours à ces pratiques douloureuses, tant physiquement que psychologiquement, que représente l'ablation d'une partie du corps.

 

Aujourd’hui le dépistage précoce de la maladie est effectivement primordial pour amorcer un traitement au plus tôt, mais il ne doit pas être le seul moyen de réduction des risques. Prédire n'est pas forcément prévenir. »

 

Pas un mot d'excuse, ni de regret ; pas même pour avoir écrit un billet susceptible d'être mal compris.  C'est son égo qui est mis au centre : Mme Rivasi se dit triste de voir combien le message qu'elle a voulu faire passer dans ce billet a mal été interprété.

 

Nous ne nous étendrons pas sur ses protestations de bonne foi.  Mme Rivasi a écrit ; nous avons traduit ; elle répond qu'elle n'a pas écrit ce que nous avons écrit, ce qui est vrai ; mais nous maintenons notre explication de texte.  Pas seulement parce que nous l'avons écrite, mais parce qu'elle est indiscutable et qu'il y a des éléments de confirmation encore plus indiscutables.

 

Ces protestations ne tromperont pas grand monde.  Ainsi, Mme Rivasi revient sur les conséquences du timing de l'article de Mme Jolie dans le New York Times et de sa reprise en France : « [..] c’est la conséquence de cette sortie médiatique qui a malheureusement dévié l’attention du public sur un sujet loin d’être moins grave ». Cela ne corrige pas l'assertion initiale : « C'est donc ainsi que le message "attention aux prothèses mammaires, danger!" a été subrepticement remplacé et précédé par son contraire: "vive la mastectomie préventive qui sauve des vies et des familles!" » (c'est nous qui graissons).

 

Ce qui a été présenté comme une action à caractère frauduleux deviendrait donc un fâcheux contretemps ?  L'attention du public n'a pas été attirée, mais « dévié[e] » sur un sujet dont la gravité est exprimée par une litote qui ne peut être que de façade, associée qu'elle est à l'adverbe « malheureusement ».  Admettons pour les besoins de la démonstration que c'en soit une et reprenons, car il faut bien que Mme Rivasi comprenne ce qu'elle a signé : la sortie médiatique (une expression qui prête aussi à discussion) a malheureusement dévié l'attention du public sur un sujet grave...

 

Quant au fond, on ne peut que conclure que la « mise à jour » constitue une tentative ratée de produire nouveau message.

 

Un nouveau message qui se veut certes plus convivial et s'épanche sur des choses connues, mais qui n'est toujours pas débarrassé du déni de réalité, ni des scories idéologiques.

 

Déni de réalité ? Ce « sujet loin d’être moins grave », vu le contexte, c'est au mieux « tout juste aussi grave », et ce, pour les besoins de la tentative de décabossage.  Mais quand le dossier de la fraude des prothèses PIP sera clos, quand toutes les prothèses défectueuses auront été remplacées, quand la justice se sera prononcée, le problème du cancer du sein, le problème lancinant des femmes porteuses de gènes défectueux demeureront.  On est sur des registres complètement différents.  Du reste, là où le littéraire voit une figure de style, le scientifique constate que l'étalon de la gravité est une malversation.

 

Scories idéologiques ? En témoigne : « [...] les actions de certaines personnes et industries peu scrupuleuses comme Jean-Claude Mas et d’autres qui feront la Une des journaux lors de prochains scandales sanitaires à venir ».  L'art de la politique, selon Mme Rivasi, c'est de faire l'amalgame entre une personne et une industrie.  Le fond de commerce, c'est le scandale sanitaire.

 

Encore un lapsus calami ? Pas du tout.  Regardez la « profession de foi » : « Ma position a toujours été de défendre ces victimes, les patients et les consommateurs en général, trop souvent manipulés par un lobby industriel qui ne pense qu’au profit, qu’au "business". » On espérait un recentrage sur la santé, en tant que telle, de l'intérêt et de la compassion pour les victimes de la maladie ; on reste englué dans le discours anticapitaliste.

 

Et que vient faire Mme Jolie ici : « Mme Jolie fait partie de ces personnes que je souhaite ardemment soutenir, qu’il n’y ait pas de méprise sur ce point » ? La déclaration est certes belle, mais l'enchaînement des deux phrases, dans un même paragraphe, trahit la clause de style, sinon le manque de sincérité.

 

Ce nouveau message, enfin, n'effacera pas ce qui a été écrit dans le Huff, ni surtout ce qui a été dit lors de la conférence de presse que Mme Rivasi a tenue à Marseille le 16 mai 2013, en marge du procès PIP, manifestement en vue d'une exploitation politique de l'affaire.  En voici l'odieux morceau de bravoure [3] :

 

« Alors qu’Angelina Jolie révèle avoir subi une double mastectomie pour prévenir un risque très élevé de cancer du sein et des ovaires, on peut s’attendre à une forte augmentation d’opérations, mais au profit surtout des industries qui fabriquent les prothèses mammaires. Un autre secteur se voit également ravi : la société américaine Myriad Genetics qui fabrique des tests de dépistage du cancer du sein. Quand on sait que ces tests sont vendus plus de 3 000 dollars pièce, on peut se poser la question : à qui profite le crime? »

 

Mais peut-être est-ce là encore un message que nous interprétons mal...

 

Wackes Seppi

 


Notes :

[1]  http://www.imposteurs.org/article-michele-rivasi-sur-angelina-jolie-ignoble-indecent-revoltant-par-wackes-seppi-118230625.html

 

[2]  http://www.huffingtonpost.fr/michele-rivasi/abblation-agelina-jolie-fausse-solution_b_3342277.html

 

[3]  http://www.michele-rivasi.eu/medias/conference-de-presse-a-marseille-proces-pip-plus-jamais-ca/

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

natalya dress 14/10/2015 10:54

Effective techniques of working! This site has made a great experience about different studies. Particular topic is well worth!

click here 30/06/2015 09:39

But let me just situation this before we history the causes why you would need professional SEO talking to alternatives, if you want something done right from the begin, you need an personal that knows the organization and how aspects are done. Why, because economical dedication techniques are there to enhance your advantage. That is the whole purpose of a economical dedication.

Website 24/09/2014 07:32

Superb the sharing of bunch of information with always fresh updates and innovations. Remarkable work!

Outlook setting 13/06/2014 12:47

I felt like every reader has their own imagination and it is the way that they comment on various posts. I thing your piece of article was taken in wrong sense by these people. Its oke . Just ake a new article over the same blog and it may help people to know what you actually want to convey.

vitamin c serum 15/04/2014 12:59

J'ai apprécié la leçon que vous postez. Typiquement talents manuscrit est atteint par practic . Je le partage accompagnant mes clients alternatifs sur les lieux de réseautage sociable , que l'info est effectivement vraiment bénéfique . Contenir le partage de votre processus surprenant

Stéphanie 19/06/2013 18:15


Oui , je pense que vous avez raison en fait .....Mon explication est trop "psychologisante ...

Wackes Seppi 19/06/2013 10:05


 


Peut-être.


 


Mais je pense qu'il y a des explications plus simples.


 


Mme Boutin a disjoncté sur le « mariage pour tous », et une femme qui se fait enlever les seins commence à devenir dans son esprit un homme.


 


Mme Rivasi s'est fait une spécialité d'utiliser les aléas et les dysfonctionnements des services de santé pour s'en prendre au monde médical, à l'industrie pharmaceutique, aux fournisseurs de
prothèses, au monde de l'expertise. Mme Jolie a représenté pour elle une opportunité et une contrariété. Une opportunité de s'en prendre au monde médical, à l'industrie des prothèses et à celle
des tests génétiques ; une contrariété car sa « conférence de presse » -- j'ose écrire : juchée sur un empilement de prothèses PIP – n'allait pas avoir l'éclat espéré.


 


En cherchant à étayer cette réponse, j'ai relu la réaction de Mme Boutin au tollé qu'avait suscité son tweet. Il est intéressant de la comparer à ce qu'a dit et écrit Mme Rivasi :


 


« Se faire enlever un sein est un choix qui n'est jamais pris à la légère. Or, en l'espèce, il semble bien qu'Angelina Jolie n'était pas (encore) porteuse de cancer. Je m'interroge donc
sur l'opportunité de cette opération. Celle-ci pose la question et les limites de la médecine prédictive, qui supprime par avance la possibilité d'un mal qui n'est pas encore développé ! Et qui
n'empêchera pas le développement d'autres cancers sur d'autres organes. La médecine serait-elle réservée à ceux qui ont de l'argent? N'oublions pas cette opération coûte cher. Nous pouvons y voir
une consécration de la société des riches [...] Devant le récent scandale des prothèses PIP, le cas Angelina Jolie pose plus de problèmes que de réponses. »


 


http://www.lexpress.fr/actualite/politique/christine-boutin-angelina-jolie-n-etait-pas-encore-porteuse-de-cancer_1249535.html#qFxXY565rWBRMX1y.99

Stéphanie 17/06/2013 15:14


Dans les déclarations de médames Boutin et Rivasi , personnellement je perçois comme un relent de misogynie inavouable ...... Ou comme une inavouable envie de revanche jalouse et aigrie à
l'encontre d'Angélina Jolie ......... Quelque chose au fond de trés trivial sur lequel viend se plaquer tout un blabla rationnalisant qui n'est qu'un masque intéléctuel ........