Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 15:32

Les temps changent. Il y a quelques années encore, ceux qui osaient condamner le vandalisme des faucheurs volontaires d’OGM et le saccage de la recherche en biotechnologie étaient une infime minorité. Des voix encore minoritaires, mais de plus en plus nombreuses et d’origine diverse, se font entendre. Dernière initiative en date, cette lettre ouverte d’agriculteurs producteurs de tournesols victimes des faucheurs. Car n’ayant plus d’OGM à se mettre sous la faux, ceux-ci s’en prennent à des « OGM cachés » , et trouveront par la suite, d’autres boucs-émissaires, car comme le souligne la lettre, leur combat, bien au-delà des OGM, est un combat contre la science.

Anton Suwalki

 

 


 

 

Lettre ouverte aux faucheurs volontaires

 

Le 28 octobre 2011,

 

Mesdames les «faucheuses volontaires»,

 

Messieurs les «faucheurs volontaires»,

 

Nous sommes plusieurs agriculteurs à avoir subi, depuis 2 ans, des destructions (pardon fauchages) de nos champs de tournesol que vous avez menées parfois de nuit selon des méthodes commandos parfaitement rodées. Aujourd'hui, nous ne pouvons plus accepter votre discours et votre diktat qui relèvent d'une manipulation doublée d'une grande violence. C'est pourquoi, nous prenons la parole.

 

Vous osez affirmer que nous autres agriculteurs ne connaissons pas les variétés que nous semons. Notre incompétence irait de concert avec notre ignorance ! Laissez-nous vous dire que vous avez une étrange idée des agriculteurs. Nous en avons donc assez que vous nous fassiez la leçon ! En filigrane de vos tracts, nous serions des ignares sujets à manipulation, des rustres sans intelligence, incapables de comprendre ce qu'ils font... Non, messieurs les professeurs, nous sommes capables de nous informer, de comprendre les processus scientifiques des innovations variétales... Nous sommes d'abord des professionnels de l'agriculture et nous revendiquons notre responsabilité à utiliser de nouvelles techniques, lorsque celles-ci sont autorisées. Aussi, votre description des risques que nous ferions courir à la société, par notre méconnaissance (notre inconscience ?), est de la démagogie pure et simple.

 

Vous nous répétez que les tournesols que vous détruisez sont des OGM. Ces OGM seraient même « cachés ». La belle affaire ! Le grand public doit savoir qu'il n'y a aucun OGM en France. Aucun doute là-dessus. Aussi, le semis de ces tournesols est parfaitement légal. Les semences des variétés de tournesol tolérant à des désherbants que nous utilisons sont inscrites au catalogue officiel des semences et les désherbants sont homologués par les autorités.

 

Vous n'hésitez pas à faire une lecture partielle et partiale de la législation européenne. Vous brandissez l'article 1 de la réglementation européenne pour imposer votre diktat. Allez, nous vous prenons au mot et suivons votre raisonnement jusqu'au bout : vous devriez exiger l'interdiction immédiate de toutes les variétés issues des biotechnologies que vous considérez comme des OGM, comme par exemple le Triticale (hybride artificiel entre le blé et le seigle) en Europe. Cette plante est une création faite sur des paillasses de laboratoire et issue d'une série de manipulations génétiques pour reprendre votre vocabulaire. Vous devriez faucher dès demain les 350 000 ha de triticale cultivés en France dont une très grande partie en agriculture biologique. Chiche !

 

Messieurs les Faucheurs, vos actions directes relèvent de la manipulation et nous devons constater que vous êtes particulièrement habiles, notamment pour intoxiquer l'opinion publique. Pourquoi ne dîtes-vous pas que le tournesol est le produit d'une innovation génétique majeure, que vous assimilez à des OGM, réalisée par la recherche publique dans les années 70. Cela a permis de créer des hybrides de tournesols et le développement de la culture de tournesol en France ; aujourd'hui 700 000 ha, moins de 30 000 ha dans les années 70. Autre bonne nouvelle : le tournesol produit sur nos territoires permet d'éviter des importations d'huile de palme notamment. Il permet également de produire des tourteaux, ici, en France, et donc de réduire la dépendance de notre élevage en soja d'Amérique du Sud.

 

En attendant, sur le terrain et dans nos champs, nous rencontrons un vrai problème de désherbage. Vos «faut qu'on » et «y a qu'à» ne sont que des incantations. De notre côté, nous revendiquons bien au contraire la mise en œuvre d'une panoplie de techniques pour maîtriser les mauvaises herbes : rotation des cultures, désherbants, binage, désherbinage... nous recourons à une panoplie de solutions. Nous affirmons notre capacité à optimiser des itinéraires techniques qui respectent l'environnement selon les conditions locales des cultures et éviter le risque de résistance des mauvaises herbes. Nous n'avons pas attendu les faucheurs volontaires pour appréhender ce risque qui est inhérent à toute pratique agricole, à toutes les cultures et cela depuis de nombreuses années. Même si cet argument vous déplaît, il est important d'expliquer que ces tournesols contribuent à la diminution du risque allergique lié à l'ambroisie (jusqu'à 15 % de la population de personnes allergiques dans certaines régions). Cette plante se développe dans nos cultures. Ces nouveaux tournesols tolérants à de nouveaux désherbants que vous pointez du doigt et que vous cherchez à détruire sont une solution pour réduire ce risque. Avons-nous dit qu'il s'agissait de LA solution miracle ? Non, c'est une solution parmi d'autres. Pourquoi donc s'en passer ? Nous vous laissons le soin d'aller l'expliquer aux personnes allergiques.

 

En réalité, le saccage de nos cultures n'est qu'un prétexte pour développer votre combat politique et idéologique contre la science. Oui, nous affirmons que l'accroissement des connaissances scientifiques est une bonne chose autant que les innovations technologiques. Nous estimons qu'un débat avec l'ensemble de nos concitoyens sur les technologies d'obtention végétale et leurs utilisations en agriculture est sain. Mais celui-ci ne doit pas se baser uniquement sur des arguments faussement juridiques, scientifiques et économiques que vous avancez. Au nom de vos méthodes d'agit-prop dites de 'désobéissance civile', parfaitement résumées dans vos manuels, vous vous octroyez le droit de dire ce qui est bien et ce qui ne l'est pas, de jeter l'opprobre sur des producteurs qui, pourtant, respectent à la lettre la réglementation. Saccages, destructions de champs, acte de vandalisme, vos actions sont violentes. N'en déplaise à vos appels au «débat», «dialogue» et votre esprit «non violent» (quelle blague !).

 

Vous osez parler de la liberté du paysan qui serait en danger. En réalité et en filigrane de votre tract, il faudrait interdire toute innovation au monde agricole. Il faudrait contrôler les fermes et rééduquer sous la contrainte les agriculteurs à ce qui correspond à votre projet politique. Côté liberté individuelle, on repassera...

 

En prenant publiquement la parole nous prenons le risque de menaces sur nous-mêmes et nos familles comme cela a malheureusement pu arriver dans le passé. Nous n'avons jamais eu l'intention de répondre à la violence par la violence ce qui aurait correspondu à votre «plan média». Mais il est temps de faire la vérité et de distinguer ce qui relève d'un côté de votre projet politique, et de l'autre, de la réalité technique, agronomique et économique du monde agricole.

 

Mesdames, Messieurs, les destructeurs volontaires, revenez dans le débat en refusant toute nouvelle destruction.

 

Michel BEAUCHESNE - Indre et Loire

 

Fabien LABRUNIE- Indre et Loire

 

Serge FILIPPI - Haute Garonne

 

Michel GASSON - Allier

 

Avec le soutien de Micael BORDAS - maire de la commune sans OGM de Saint Martin d'Août - Drôme

 

 


Autre initiative à noter :

 

l’appel lancé par 41 scientifiques suédois spécialistes de la biologie végétale et soutenu par l’AFBV qui plaide pour une réglementation sur les OGM basée sur la science.

 

Une pétition est à signer :

 http://www.ipetitions.com/petition/changerlegislationogm/

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MATICHARD 19/12/2011 14:43



Stéphanie 29/11/2011 12:55


Personnellement je pense qu'il doit y avoir trés peu d'agriculteurs dans les rangs des "faucheurs volontaires". C'est déja évident car aucun d'entre eux ne sait tenir une faux et je ne pense pas
qu'un agriculteur puisse exercer de telles violences abjéctes envers d'autres agriculteurs . Ces actions sont idéologiques et déstinées à un public urbain de bobos et d'élécteurs
pseudo-écologistes qui se trouvent tous en ville .


Le but est la propagande bien sûr , mais aussi le développement de l'idéologie "nouille-Age"qui veut nous faire croire qu'il existerait une agriculture "naturelle" . L'agriculture depuis ses
origines est une création humaine et croire le contraire reléve de la plus totale stupidité ...

JG2433 24/11/2011 17:47


@La coupe est pleine


Votre question : « Pourquoi vous pensez que l'action des "faucheurs" n'est pas digne d'être
comparée à celle des NSDAP ? » mérite quelque développement de ma part.


Lorsque je souhaitais, dans ma première intervention, donner précisemment une identification au
pronom "ils" employé dans la litanie du Pasteur Niemöller, ce n'était évidemment pas pour autre raison que celle d'accuser les inventeurs et les exécutants de la répression féroce du régime
nazi.


Je suis d'accord avec vous. En démocratie, une action politique (Aktion, mot de la "langue de bois"
employé à l'époque) telle que la destrution délibérée du bien d'autrui, ne devrait pas normalement se justifier.


Le parallèle que vous faîtes entre "faucheurs volontaires" et NSDAP – je dirais plutôt les "SA"
(Sturm Abteilungen, c'est-à-dire Sections d'assaut, encore appelées les Chemises brunes) – ne me paraît donc pas choquant. Bien au contraire. 

La Coupe Est Pleine 24/11/2011 16:12


@JG2433


Pourquoi vous pensez que l'action des "faucheurs" n'est pas digne d'être comparée à celle des NSDAP ?


- Destruction de laboratoires publics


- Menace de chercheurs


- Destruction ciblée de biens privés


- Dénigrement de catégories sociaux-professionnelles (agricuteurs entre autres)


- Pressions sur les élus


- Agitation médiatique


 


Le parallele est frappant, pour moi !


Il ne manque plus que les bûcher de livres, les camps de rééducation, la boucle sera bouclée. Avec la crise qui s'annonce, on repart pour un tour.

JG2433 24/11/2011 11:13


Merci Laurent Berthod pour vos fort aimables explications  qui confirme donc ce que je ne faisais que
supputer, dans mon post n° 17, au sujet du fonctionnement apparement "erratique" du site. 

Laurent Berthod 23/11/2011 21:58


Hier, les administrateurs des blogs tenus sur Over-blog étaient prévenus des lenteurs du serveur et qu'en conséquence leurs publications ou modifications n'apparaîtraient qu'avec retard.
Evidemment, les "simples" commentateurs n'étaient pas destinataires de cet avertissement. Aussi JG2433 n'a pas d'excuses à présenter car il est tout excusé d'avance !

JG2433 23/11/2011 19:33


Et pas aux lecteurs ??


Si, bien volontier !

tybert 23/11/2011 11:42


" Je présente mes excuses à l'administrateur du site. "


  Et pas aux lecteurs ??


 

JG2433 23/11/2011 10:53


Mon manque de pratique sur ce blogue - c'était ma première expérience - est à l'origine des malencontreux doublons provoqués hier.  :-(


Je présente mes excuses à l'administrateur du site. 

JG2433 22/11/2011 15:45


Par deux fois aujourd'hui, mes posts sont apparu au bas de la rubrique des commentaires, mais, lors de réouverture du site (laborieux - voire non aboutie), j'ai constaté que ni le premier, ni le
second de mes envois n'était présent en-dessous du commentaire n° 14.


Pour ce dernier, j'ai même reçu par courriel ceci :


Un nouveau commentaire a été publié sur l'article "Marre des faucheurs, disent des agriculteurs
!" du blog "Imposteurs"


Je tente à nouveau…


 


@Cutilandes (# 12),


"Ils" représentent les agents de la Sicherheitspolizei (Sipo), Police de sécurité,


dont la Gestapo était un des bureaux.

JG2433 22/11/2011 11:30


@Cultilandes (#12)


"Ils", c'étaient les nazis de la Sicherhietspolizei (Sipo),


dont la Gestapo faisait partie (environ 40 000 à 45 000 hommes).

JG2433 22/11/2011 11:23


@Cultilandes (# 12)


" Ils ", c'étaient les nazis du Sicherheitspolizei (Sipo) ou Police de sécurité,


dont dépendait la Gestapo (40 000 à 45 000 hommes). 

Cultilandes 20/11/2011 22:41


C'est possible: permission accordée!

La Coupe Est Pleine 20/11/2011 20:24


Très juste ! n'est-il pas ?


Mr Cultilandes serait-il possible que je demande à Anton de vous faire passer un e-Mail en perso ?


a moins qu'il y ait un autre moyen de vous joindre directement ?

Cultilandes 20/11/2011 19:31



Écrit très justement par un signataire de la pétition:


Lorsqu’ils sont venus détruire des serres.
Je me suis tu, je n’avais pas de serres.
Lorsqu’ils ont détruit des laboratoires publics.
Je me suis tu, je n’étais pas chercheur.
Lorsqu’ils ont détruit du maïs Bt.
Je me suis tu, je traitais mon maïs avec des insecticides.
Lorsqu’ils ont détruit des Tournesols
Je me suis tu, je ne cultivais pas de Tournesol
Quand ils sont venus me chasser de ma terre,
Il n’y avait plus d’agriculteur pour me défendre !


C'est inspiré d’un poème attribué à Niemöller :


Lorsqu’ils sont venus chercher les communistes
Je me suis tu, je n’étais pas communiste.
Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes
Je me suis tu, je n’étais pas syndicaliste.
Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs
Je me suis tu, je n’étais pas juif.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait plus personne pour protester.

La Coupe Est Pleine 20/11/2011 06:39


Vous avez tous les deux raison !


Oui je me souviens d'un certain prof de phytopathologie, qui à y regarder de près aujourd'hui, avait déjà un discours proche des "ecoloverdatres"
contemporains. Mais à 19 ans on est loin de le comprendre et de le relativiser. Tout y était pourtant clair : 


- Michez ? Bah ! C'est un con!


- Sachez que dans votre arsenal chimique vous trouverez "l'agent orange" !


- dans bien des cas mieux vaut laisser faire l'équilibre de la microfaune, que d'intervenir avec de la chimie !


 


D'autre part il est vrai que le monde agricole est ultra-individualiste ! Je ne sais pas si ma Bigorre est au plus bas du tableau sur ce
critère (j'ai quelques indices qui portent à dire que oui), mais enfin :


Combien de SEP en France ?


Combien de GDA ? De CETA ?


Combien de mobilisation globale du monde agricole ces dernières années ?


Tout ce qui reste c'est quelques CUMA afin d'avoir un lien avec les plus faibles à qui je pourrai bientôt acheter leur terre ....


Là-dessus les "écoloverdatres" ont raison de nous décrire tels de vrais requins !


Ma profession a beaucoup du "panier de crabes", mais pour avoir bossé dans des boites assez conséquentes, on peut dire que ce genre de réaction est commune à
bon nombre de nos congénères .......

Sceptique 20/11/2011 05:50


@Cultilandes


Où sont-ils? Je vis dans une région agricole (Picardie), dans un village qui ne compte plus que quatre agriculteurs, dont deux jeunes, et tous travaillent de la même manière, avec un "cheptel
mort" et des entreprises de travaux agricoles. À ma connaissance, les deux jeunes ont apppris le métier avec leur père. Un des anciens est passé par la Fac. Mes activités au sein de la "com de
com" ne m'ont pas donné l'occasion de rencontrer des jeunes contestataires. Est-ce qu'au bout d'un certain temps de pratique et de confrontation à la réalité du métier, ces jeunes n'en reviennent
pas à vision plus pragmatique. Ce que j'ai remarqué, c'est que, conformément à la tradition, ils sont pour le moins sceptiques sur les avantages de la solidarité et de l'organisation
"horizontale" de leur profession.


 

Cultilandes 19/11/2011 22:08


Les jeunes agriculteurs sont passé par (à peu près) les mêmes écoles que les autres jeunes, ont eu les mêmes enseignants, le même endoctrinement... par les mêmes idéologues qui "fauchent"

Sceptique 19/11/2011 21:11


Il est exact que les agriculteurs sont maintenant, en majorité, âgés, qu'ils sont de moins en moins nombreux, que leurs enfants ne veulent plus faire ce métier. Situation qui peut émousser les
capacités de résistance de la profession et/ou, de la catégorie sociale.

Cultilandes 19/11/2011 18:45


Je ne sais pas si "le monde agricole s'est ramolli", mais


il est perméable à cette propagande, soit par conservatisme, soit par besoin de victimisation vis à vis de l'industrie

il est de plus en plus soumis par la carotte et le baton

il estime parfois avoir intérêt à satisfaire les goûts, idées ou caprices des consommateurs / citoyens / décideurs / financeurs, tirer avantage d'une production labellisée se distinguant
d'une production de masse sans frontière...



Tactique à court-terme et stratégie à long terme sont elles compatibles