Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 17:17

graines-germees-1

 

En l’espace de quelques semaines, 3 affaires de contamination d’aliments par des bactéries Escherichia Coli sont venus rappeler la nature des vrais problèmes alimentaires, loin des délires de MMR ou d’Isabelle Saporta : le risque bactérien (salmonelles, listéria, E coli) est de loin le plus important.

 

L’épidémie la plus grave a pour origine des graines germées produites par une ferme bio allemande. Responsable à elle seule de 3900 cas d’infection à Escherichia coli entérohémorragique (Eceh), elle a entrainé à ce jour 48 décès (1). Alors que la réalité des risques sanitaires spécifiques liés à l’agriculture biologique est soulignée , on s’attendrait à ce que ceux qui font des peurs alimentaires leur fonds de commerce fassent au minimum preuve de réserve, à défaut de réclamer des contrôles plus rigoureux des pratiques et des produits de la filière bio. Mais certains ne veulent visiblement à aucun prix ternir l’image trompeuse du bio sain et sans danger qui fait la fortune des publicitaires et de certaines grandes enseignes. Que ce soit par aveuglement idéologique, par opportunisme politique, ou par motivation mercantile (les trois n’étant pas contradictoires),  ils feront tout pour empêcher que soit tirées les leçons qui s’imposent, voire pour détourner la responsabilité vers de faux coupables, prenant ainsi la très grave responsabilité de prochaines intoxications alimentaires.

 

Parmi eux, Marie-Monique Robin et Noël Mamère. Les deux menteurs invétérés trouvent ainsi les moyens de s’en prendre… à l’agriculture industrielle.

 

 

Lisons la prose récente de la  cruche d’Arte à ce sujet (2) :

« La bactérie E Coli bien connue des élevages intensifs

Je m'étais abstenue d'intervenir dans l'affaire de la bactérie E Coli, attendant de connaître les résultats de l'enquête, mais devant la mauvaise foi des commentaires que je lis sur ce Blog, j'ai décidé de sortir de mon silence (prudent). Comme le rappelle cet article du New York Times, qui est, comme chacun sait, un journal activiste radical (!!), la bactérie E Coli est surtout connue pour proliférer dans les élevages intensifs où on use et abuse d'antibiotiques. »

 

Elle qui était bien inspirée de garder son silence prudent (sic) , ne pouvait plus attendre, se rattrape donc comme il se doit par une rafale d’âneries : la bactérie E.coli n’a effet rien de spécifique à l’élevage industriel, ni même à l’élevage tout court. C’est une des bactéries les plus courantes, spontanément présente dans la flore intestinale des humains et des animaux à sang chaud. Fort heureusement, elle est la plupart du temps inoffensive, certaines souches seulement sont pathogènes. La bactérie E.coli ne prolifère donc pas spécialement dans les élevages intensifs (classique fantasme de MMR and cie), et l’allusion aux antibiotiques est d’autant plus stupide que la souche concernée (0104:H4) comme le souligne l’OMS (3), n’avait jamais été jusque là rencontrée lors d’une épidémie, n’était donc ni recherchée ni ne faisait l’objet de traitements antibiotiques dans les élevages.

 

         Conclusion vérolée de MMR : « Ce qui est sûr en tout cas c'est que l' E coli qui a tué des Allemands s'est apparemment retrouvée sur des pousses de soja cultivé sur une ferme bio, mais que son origine remonte à des animaux. Quels animaux? Quels furent les mécanismes de transfert qui ont permis à  la bactérie  de passer des animaux aux pousses de soja? La retrouve-t-on dans les nappes phréatiques proches de la ferme incriminée? Il est curieux que personne ne se soit intéressé à ces questions... » . La bibliographie de MMR est comme toujours défaillante, car si l’origine précise de la contamination sera sans doute difficile à établir, beaucoup de monde s’est intéressée à ces questions, bien avant la gourde qui dissimule l’une des causes probables liée aux pratiques bio : l’utilisation d’engrais organiques, qui multiplie les risques de véhiculer des bactéries intestinales dangereuses. 

 

 

Il conviendrait d’autre part de s’interroger sur l’engouement très new âge pour ce genre d’aliments, lié aux superstitions alimentaires du temps, aliments dont le mode de production (germination en milieu chaud et humide propice au développement bactérien) nécessiterait d’autant plus de contrôles et d’applications de règles d’hygiène rigoureuses : comme le fait remarquer Jean-Daniel Flaysakier « ces pousses sont mises, en effet, à des températures de 37°C. Et pour des bactéries à tropisme digestif, c’est le Club Med ! 0Il suffit, en effet, que les pousses aient été légèrement souillées au départ pour que la mise en culture chaude fasse croître de façon exponentielle  la quantité de bactéries » (4).

Pourtant, malgré cette évidence et le fait connu d’une grave épidémie causée par des graines germées en Allemagne, Noël Mamère, maire de Bègles, n’a visiblement pas jugé nécessaire d’appliquer le sacro-saint principe de précaution , ainsi que le remarque Gil Rivière Wekstein , ce qui a abouti à un nouveau foyer épidémique dans sa propre commune, là encore à partir de graines germées : «   Ainsi, des aliments ont été proposés à la consommation dans un lieu public sans que des mesures d’hygiène élémentaire n’aient été prises ! Et ce n’est pas tout. Il est en effet curieux de constater que moins de 5 jours après l’alerte internationale mettant en garde contre les graines germées, un centre de la petite enfance se complaît à saupoudrer de la soupe avec des graines germées de fenugrec, de moutarde et de roquette... Monsieur Mamère aurait-il oublié de faire appliquer le principe de précaution ? Ou sa passion pour les produits bio l’aurait-elle rendu aveugle face au véritable risque sanitaire ? Ses attaques répétées contre l’agroalimentaire ne trompent personne : l’élu Vert tente de noyer... le poison. » (5)

 

Sans le moins du monde assumer ses éventuelles responsabilités dans l’affaire , l’élu vert choisit de s’en prendre à l’ « agriculture industrielle » : La germination  aurait pourtant été réalisée par ses propres employés municipaux. Mais pour mieux se dédouaner Noël Mamère incrimine, sans le moindre début de preuve, le fournisseur de ces graines…

 

Sur son propre blog (6), Mamère déverse la traditionnelle bouillie bio indigeste : « La deuxième question est celle de la production agro alimentaire. Même si ce sont des produits bio qui ont été infectés en Allemagne, la contamination des sols par le mode de production agricole est désormais un fait établi, comme en Argentine où la production conventionnelle de soja a été imprégnée par les OGM. » . A quoi sert cette prose informe et dépourvue de sens, sinon à « noyer le poison », comme le dit GRW ? Ramener les OGM dans cette affaire (qui « imprègneraient » la production conventionnelle de soja (sic)), il fallait tout le culot écolo pour oser. Imaginons d’ailleurs les beuglements du béglais si les graines en question avaient été génétiquement modifiées (7)…

 

         Et tout en s’autoamnistiant dans l’affaire, Mamère s’empresse de réclamer des sanctions et même la création d’un tribunal de droit spécial, qu’il rêve sans doute dirigé par des Wichinsky verts: « Enfin, se posera le problème des sanctions. Je l’ai dit et redit : les crimes contre l’environnement ou la santé environnementale n’ont pas de parquet spécifique dans le cadre de la justice pénale. J’estime que nous devons adapter notre système judiciaire pour être plus efficaces dans ce domaine et surtout, pour que les producteurs et les distributeurs soient prévenus des risques qu’il encourent. Je ne voudrais pas avoir à gérer une nouvelle crise comme celle que vient de connaître Bègles. »

 

       C’est précisément cette attitude de déni, et les superstitions bio partagées par Mamère et MéMèRe qui risquent d’obliger le maire de Bègles à gérer de nouvelles crises . Mais il désignera à chaque fois un faux coupable à la vindicte populaire, pour mieux détourner l’attention de ses responsabilités.  Plus que les risques de contamination qui n’épargnent bien sûr aucune filière agroalimentaire (8), c’est l’aveuglement sectaire d’individus incapables de tirer la moindre leçon d’évènements graves comme ceux que nous venons de connaître qui est dangereux.

Anton Suwalki


 

Notes :

 

 

 

 

(1)http://www.euro.who.int/fr/where-we-work/member-states/germany/sections/news/2011/06/ehec-outbreaks-update-24-france-reports-8-cases-in-new-outbreak

(2) http://robin.blog.arte.tv/2011/06/28/la-bacterie-e-coli-bien-connue-des-elevages-intensifs/#comments

 

(3)http://www.euro.who.int/fr/where-we-work/member-states/germany/sections/news/2011/06/ehec-outbreak-rare-strain-of-e.-coli-unknown-in-previous-outbreaks

 

(4)http://www.docteurjd.com/2011/06/10/le-germe-allemand-etait-dans-les-pousses-germees/

 

(5)http://www.agriculture-environnement.fr/Pourquoi-Noel-Mamere-s-en-prend-il.html

(6) http://www.noelmamere.fr/article.php3?id_article=2271

(7) Même si le caractère transgénique aurait été sans rapport avec la contamination. Peut-être se serait-il trouvé une Irina Ermokova ou autre adepte de la science parllèle pour expliquer que les OGM attirent les E coli…

 

http://imposteurs.over-blog.com/article-14213736.html

 

(8) Soulignons tout de même l’avantage d’une meilleure traçabilité des produits issus de l’industrie agro-alimentaire et commercialisés en grande surface : il n’a fallu que 4 jours pour identifier les steaks hachés comme responsable des intoxications de Lille, la marque, le lot contaminé, ses lieux de vente etc… Traçabilité beaucoup plus difficile à établir dans le cas du produire et consommer local, aux relations « basées sur la confiance » si chères à nos écolos. La confiance et la sympathie que m’inspirent tel producteur vendant sur le marché n’est en aucun cas une garantie de meilleure sécurité.

Revers de la médaille, l’excès de précaution qui fait que tous les produits de la marque ont été retirés des grandes surfaces, entrainant l’entreprise et ses 150 salariés dans une situation critique.   

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

provigil australia 23/07/2015 12:33

Still others publish unethical reviews about organizations to simply cause trouble.

Bombay Velvet Box Office Collection 06/04/2015 19:05

Good One

cannot start microsoft outlook invalid xml 03/03/2014 13:03

48 deaths and yet no action from the mayor! That is simply outrageous! Clearly the motive behind the silence is private monetary gains! Organic farmers stand to lose a lot if any bad word about organic products spread! A massive scale investigation should be carried out and a stricter quality control in place because the casualty would be even higher if the same occurs at a third world country.

loup garou 07/07/2011 17:22



@stéphanie


 


pour faire vite, il me semble que c'est parce qu'il y a eu invention de l'imprimerie que les connaissances ont pu se diffuser PLUS largement et qu'au bout du compte ça a donné les LUMIERES et la
prépondérance de la science sur la magie, la sorcellerie etc...


Prenons garde qu'à l'heure d'internet les charlatans de tout poil n'arrive à réinstiller leur poison dans les esprits sous couvert de quelque "contrôle citoyen", "préservation de l'environnement
et/ou du bien-être des individus", "émotion à revendre" ou autre "noble cause à défendre" etc, le tout habillé d'une bonne "comm"... et recouvert d'un peu (beaucoup) de peur et l'affaire est dans
le sac !



Wackes Seppi 07/07/2011 17:08



 


@ Stéphanie


 


Ce qui change, c'est d'une part, que l'obscurantisme (appelons-le comme cela pour simplifier) est promu par les médias (ça « paye » plus que le rationalisme) et la classe politique
(« le peuple pense que... donc moi, je pense comme eux...).


 


Et d'autre part, l'internet permet, pour paraphraser le grand Churchill, à n'importe quel mensonge de faire le tour du monde avant que la vérité ait eu le temps de mettre ses chaussettes.



Stéphanie 07/07/2011 09:56



En fait tout ça c'est des faux problémes . Pourquoi ? parcequ'en fait sur le marché alimentaire le BIO et le pas-bio ou chimique ou industriel ça cohabite trés bien finalement . Exemple :
les hypermarchés vendent du BIO et du industriel . C'est pareil pour les médicaments : les labos vendent de l'homéopathique et du chimique . C'est pareil pour tout au fond . Dans un même pays à
la même époque des gens croient à la sorcellerie et d'autres croient en la science . Et ce sera toujours comme ça . Jamais un "camps" ne l'emportera sur l'autre et en fait la réalité s'en moque
. C'est le rapport de forces qui distribue les rôles de gagnants et de perdants . La vérité supréme n'a pas grand chose à y voir là dedans . Mais au bout du compte ça ne change rien à rien .
La folie et la raison , la bétise et l'intéligence , le poison et le reméde , la magie et la science ... tout ça cohabite depuis des siécles . ça change de formes mais au fond c'est toujours
pareil . 



ronron 06/07/2011 15:50



Toujours dans le buzz








Le T.Rex de Darwin 06/07/2011 12:10



La raison me pousserait à croire qu'elle a confondu transgénèse et clonage... Mais quand bien même, en vue de son statu, une telle erreur est impardonnable.


 


Merci à tous ceux qui ont relayé cette information précieuse je trouve... Elle en dit long sur la mouvance soit disant écologiste...


 



Dad 05/07/2011 22:00



Bravo pour ton combat sur tous les fronts - Il n'y a pas que dans le domaine écologique que des ayatollahs de la bienpensance sévissent -



Dans la cage 05/07/2011 08:10



Vu ce matin dans le torchon local


 


Courrier des lecteurs


E. coli: rectificatif et précisions



L’Institut de biologie moléculaire des plantes du CNRS tient à réagir aux propos, publiés dans les DNA du 1 er juillet, de M me
Herrade Nehlig, technicienne à l’institut.






imprimer


envoyer


commenter


partager :


 









«M me Nehlig prétendait que la bactérie Escherichia coli est le vecteur utilisé pour réaliser la transformation des plantes. Or cette bactérie, qui sert à multiplier l’ADN, n’est jamais en
contact avec la plante.


En réalité, la bactérie utilisée est Agrobacterium tumefaciens. Celle-ci dispose, naturellement, des capacités à transférer de l’ADN dans le noyau de la cellule végétale, contrairement à
Escherichia coli.


Cette personne évoquait la résistance aux antibiotiques.


Effectivement, des souches de bactéries résistantes à certains antibiotiques sont utilisées par les laboratoires de recherche. Selon M me Nehlig, « l’histoire ne (…) raconte pas» ce que
deviennent ces bactéries résistantes. Il faut savoir que ces bactéries sont systématiquement détruites par d’autres classes d’antibiotiques durant le processus de sélection des plantes
transformées.


Aucune bactérie n’est présente sur les plantes transgéniques et toutes les cultures bactériennes sont détruites par autoclave ou par traitement au chlore suivant la réglementation en vigueur.


Autre témoignage de la méconnaissance de Madame Nehlig du sujet qu’elle évoque: les infections aux E. coli entérohémorragiques ne se soignent pas avec des traitements antibiotiques. En effet,
de tels traitements ont pour conséquence d’aggraver l’état des patients en libérant plus de toxines bactériennes.»


? De son côté, M me Herrade Nehlig, de Strasbourg, nous prie d’apporter les précisions suivantes: «(...) J’ai écrit cet article à titre totalement personnel et non pas en tant que membre de
l’Institut de Biologie Moléculaire des Plantes et je l’ai signé en mon nom propre. Mon Institut ne saurait cautionner une opinion que j’exprime à titre personnel».




Dans la cage 04/07/2011 20:20



L'ultra militantisme de Madame Nehlig, son integrisme pseudo verdatre est a l'image de son manque de culture scientifique. Bien que "travaillant" a l'IBMP depuis des annees et etant confrontee
tous les jours aux differentes techniques de trangenese, elle n'est meme pas arrivee a faire preuve de discernement. Eh oui nos institutions sont gangrenees, inflitrees par ce genre d'individus
(Techniciens, MCF, PU et meme chercheurs) qui au nom d'une liberte d'opinion, salissent notre image et mettent en peril nos recherches.



Wackes Seppi 04/07/2011 19:12



@Zdravo (commentaire n°65)


 


J'ai souvent été confronté dans ma carrière à des déclarations à la logique viciée. Pour les pires, il est inutile d'essayer de comprendre. Le texte de Mme Nehlig est de ceux là.


 


« Après on se ‘débarasse’ de la bactérie Escherichia coli... » Je ne suis pas un spécialiste de la transformation génétique, mais je me demande si c'est bien vrai.


 


« ...en utilisant un cocktail d’antibiotiques à large spectre... » Pourquoi un cocktail ? Et pourquoi « à large spectre » ?


 


« ...censés éliminer les bactéries et non pas les cellules mutées (qui seront à l’origine de la nouvelle lignée d’OGM) puisqu’en introduisant le gène désiré on a en même temps introduit dans
la cellule un gène de résistance aux antibiotiques. » Pour introduire le gène de résistance dans la cellule végétale, il faut l'avoir mis au préalable dans la bactérie... mais par un effet
de magie, on arrive quand même à éliminer la bactérie. Enfin, on apprend au deuxième paragraphe qu'on tue « les bactéries qui se sont débarrassées de leurs gènes ‘parasites’ » Oui, mais
les autres bactéries ? Et qu'est-ce qu'un « gène 'parasite' » ?


 


« ...un gène de résistance aux antibiotiques » Aux antibiotiques ?



La Coupe Est Pleine 04/07/2011 18:36



@Zdravo


Vous avez raison : la bombe est sur orbite !


Terre sacrée : http://www.i-services.com/newsbox/151229-97380-1643-71354/e-coli-et-la-resistance-aux-antibiotiques.php?show=new


 


Guérir.org : http://www.guerir.org/communaute/se-donner-des-nouvelles/soumettre-une-info-pour-la-rubrique-actualites-9/dans-les-dna-aujourdhui-e-coli-et-la-resistance-aux-antibiotiques


 


Même Yahoo y a droit :


Commentaire de "claudine" le 01/07


http://fr.news.yahoo.com/e-coli-sc%C3%A9narios-contamination-pr%C3%A9cisent-205500411.html


 



karg 04/07/2011 16:24



Même à Bac +2 on est pas censé raconter des conneries pareils, mais j'ai vu des +5 et +8 raconter de merde, donc ça m'étonne pas trop. Regardez ce que racontent Séralini et Vélot (ok eux ils
savent qu'ils mentent). 



Zdravo 04/07/2011 15:50



@GFP : je le crains aussi, et cela ne serait pas étonnant qu'elle pense vraiment que Coli soit impliquée dans la création de PGM. Ce qui, en outre, la conforterai dans son argumentaire.


Pour peu que la personne l'ayant formé ne lui ai rien expliqué à part un : "tu prends ça ici, tu mets ça là, etc..". Car j'ai quand même du mal à imaginer qu'une technicienne puisse faire un tel
amalgame.



loup garou 04/07/2011 15:42



@karg


 


J'espère qu'ils vont la virer et qu'elle va se plaindre, histoire que ça retombent sur son parti. 


 


+1


 


des personnages qui confondent militantisme et délire pseudo-scientifique de ce genre n'ont rien à faire dans le monde scientifique et devraient en être éliminés !


 


saluons tout de même la réaction de l'IBMP et attendons la suite.


 



GFP 04/07/2011 15:15



@ Zdravo,


Je crains malheureusement que son message soit bien clair. Elle s'imagine bel et bien qu'E. coli est "le" vecteur utilisé pour la transfo.


Elle écrit : "Escherichia coli est ‘le’ vecteur utilisé pour introduire dans les cellules de plantes, le gène étranger qu’on désire intégrer au génome de la plante."


Les guillements à "le" dans la citation ne sont pas de moi.



karg 04/07/2011 15:11



J'espère qu'ils vont la virer et qu'elle va se plaindre, histoire que ça retombent sur son parti. 



Zdravo 04/07/2011 15:05



En fait, n'a-t-elle pas fait un amalgame trop rapide entre clonage et transgénèse ?


A la lecture de son message, j'ai l'impression que ça parle plutôt de l'utilisation de Coli comme outils de clonage ?


- Insertion du plasmide (comprenant le gène d'intérêt) dans les bactos (coli)


- Bactos étalées sur un milieu sélectif (sa "soupe" d'antibio...)


- Criblage des clones positifs, ressort l'insert et le mettre dans le vecteur d'expression avec par exemple l'hygromycine comme antibio ? d'où son "éliminer les bactéries et non pas les cellules
mutées"


Par contre sur le passage sur la résistance des antibio, et l'amalgame coli/pgm, c'est tout simplement honteux (mais volontaire ?). Et encore plus en mettant en avant ses fonctions à l'IBMP. Ce
n'est pas la seule à le faire. Lorsque l'on voit le succès de CV dans nos villages..


Par contre l'article fait déjà des ravages (il est repris sur quelques sites/forums/blog... mais pas le démenti par l'IBMP !!!)



GFP 04/07/2011 15:03



On pourrait presque imaginer un petit article du genre "Aux DNA la propagande écolo c'est "sans commentaires"".