Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 13:52

Chantal Jouanno, ministre et tête de liste UMP à Paris pour les élections européennes, semblait moins versée dans la Deep Ecology  que Nathalie Kosciusko-Morizet qui l’a précédée au ministère de l’écologie. Elle a cependant rapidement donné les signes que sa nomination ne changerait pas la politique anti-OGM du gouvernement (1). Plus récemment, elle a franchi un pas se laissant aller à un discours franchement calomnieux à l’encontre des experts du panel OGM de l’EFSA, reprenant à son compte les arguments qu’on croirait tirés d’un communiqué du CRIIGEN (2).

 

Dans la surenchère démagogique verte, Chantal Jouanno s’est surpassée au cours d’un débat en ligne avec les forumeurs organisé par Le Monde le 15 Février dernier (3). C’est un clin d’œil au thème de la relocalisation de l’économie, si cher aux décroissants, qui lui vaut son premier Vélot d’or :

 

« il faut concevoir une région (L’Ile de France, NDLR) presque autosuffisante sur le plan alimentaire. Ce qui suppose de recréer une ceinture maraîchère autour de Paris, de redévelopper une agriculture de proximité aussi diversifiée que possible. »

 

Comme quoi, un politicien est capable de dire n’importe quelle absurdité du moment qu’il s’agit de voguer sur le courant des idées à la mode.

 

Avec 572 800 hectares (4), l’Ile de France compte un peu moins de 2% de la SAU (surface agricole utile) métropolitaine. Comment parviendrait-elle donc à une « quasi-autosuffisance » , quand sa population (11,6 millions d’habitants) représente près de 19% de la population métropolitaine ?

Malgré des rendements généralement plus élevés qu’en moyenne nationale, l’Ile de France n’est « autosuffisante » pour aucune des grandes cultures, son poids dans l’élevage est quasiment insignifiant (0,2% du cheptel bovin et ovin, 0% du cheptel porcin..). Même en dédiant les 385 000 hectares de sols boisés (le bonheur écologique !), et autres landes, friches, sols nus naturels, etc…   , l’ Ile de France n’arriverait pas à couvrir les besoins d’une population aussi dense.

 

Chantal Jouanno ignore ou fait semblant d’ignorer deux principes élémentaires, à la portée d’un lycéen :

-          Les régions très urbanisées à forte densité de population sont par définition dépendantes de régions rurales dont les capacités agricoles excèdent les besoins d’une population peu nombreuse. Où est le problème ? Chantal Jouanno veut-elle raser les villes, et répartir de manière autoritaire la population en micro-territoires autonomes ? A moins de mener une guerre pour annexer l’Eure et Loir, la Champagne, le Loiret ?

-          Cela fait belle lurette que les régions ne produisent pas tout ce dont elles ont besoin : revenir sur la spécialisation des territoires agricoles se ferait au détriment de l’allocation des ressources, impliquant des baisses de rendements considérables(5). Il est logique et souhaitable que la production de pommes soit marginale en Ile de France et concentrée dans des régions affichant des rendements 2,5 fois (ou plus) supérieurs à ceux de l’IDF. Il est tout aussi logique que peu de surfaces agricoles soient dédiées à la production céréalière en région PACA (où les rendements à l’hectare sont 2,5 fois inférieurs à ceux des régions céréalières les plus productives). L’autosuffisance dont parle Chantal Jouanno et dont rêvent les décroissants , c’est en réalité l’auto-insuffisance, une moindre variété de produits en beaucoup moindres quantités. Bientôt le retour de la disette ?

 

Il est peu probable que la ministre de l’écologie croie à ce qu’elle dit et qu’elle ait réellement un tel projet en vue. Il n’empêche qu’elle cautionne par démagogie les pires délires localistes. Ca lui valait bien un Vélot d’or, malgré un bêtisier bien rempli ces dernières semaines.

Anton Suwalki

Notes :

 

(1)   http://imposteurs.over-blog.com/article-28079963.html

(2)   http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article627

     (3)http://www.lemonde.fr/elections-regionales/chat/2010/02/15/regionales-quels-projets-pour-paris_1305863_1293905.html

(4)Source des données : AGRESTE- INSEE

(5) Paradoxalement , certains OGM actuellement en développement pourraient dans le futur contribuer à contrebalancer partiellement les inconvénients de la relocalisation en créant des variétés végétales mieux adaptées à des sols ou des conditions climatiques défavorables. Or Chantal Jouanno et les écologistes font déjà barrage aux OGM existants…

Voir notre article sur la diversification des PGM :

http://imposteurs.over-blog.com/article-36356715.html

(6) Quelques autres candidats (méritants) au Vélot d’or ces dernières semaines :

-          José Bové, qui n’a peut-être même pas les connaissances d’un jardinier amateur, déclarant à propos de la pomme de terre Amflora qu’il était impossible d’éviter une contamination des cultures par la pomme de terre GM Amflora.

http://www.latribune.fr/depeches/reuters/ps-et-verts-partent-en-guerre-contre-la-pomme-de-terre-amflora.html

-          Sur le même thème d’Amflora, Les verts d’Europe écologie Bourgogne pour leur slogan « Non à la patate folle ! ». Ils avaient peut-être quelques verres de Bourgogne de trop dans le nez ?

http://www.dijonscope.com/004318-europe-ecologie-bourgogne-ogm-non-a-la-patate-folle

 

-          Également méritant, Hervé Kempf, champion olympique de haute voltige dialectique, qui commente ainsi la décision de la commission européenne d’autoriser Amflora : « Déni de démocratie, volonté de se plier aux desiderata des industriels, mépris implicite d'une agriculture qui ne serait pas productiviste : voilà ce qu'est cette décision. Mais il y a plus grave encore, qui touche à l'idéal européen lui-même. Pour continuer à imposer les OGM, la Commission veut que chaque État puisse choisir s'il les autorise ou pas chez lui. » . Pour Kempf, laisser le choix est un déni de liberté ! La seule liberté qu’il revendique, c’est la liberté d’interdire les OGM.

 

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/03/06/mal-a-l-europe-par-herve-kempf_1315314_3232.html

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Le Vélot d'or
commenter cet article

commentaires

La coupe est pleine 21/03/2010 11:41


@ZOE
 " Le pirétre tue les chats et pleins d'animaux , il est probablement aussi toxique pour les humains"

En fait le Pyrèthre "naturel" est bien plus toxique que les pyréthrenoïdes de synthèse, pour l'humain !
Ma soeur qui à temps perdus vends des des produits "bio" pour l'entretien ménager d'intérieur (comme elle dit).
 S'offusque que l'AFSAA réclame à sa boite une AMM pour une bombe anti-moustiques "BIO" !
Comme quoi si la nature faisait si bien les choses on n'aurait pas passé notre temps à essayer de l'améliorer !


ZOE 19/03/2010 13:35


Je remercie les personnes qui m'ont expliquée . C'est sympa .
Un autre truc qui ne va pas en BIO : soit disant les inséctcides seraient non-toxique . En fait la roténone c'est hyper-toxique pour les animaux à sang froid , c'est cancérigéne et je crois que
c'est toxique pour le systhéme nerveux humain (?) je ne suis pas sure . Le pirétre tue les chats et pleins d'animaux , il est probablement aussi toxique pour les humains . Sans parler de cette
merde de bouillie bordelaise et du soufre en exes . L'empoisonnement au cuivre ça existe .
à suivre ....


Laurent Berthod 18/03/2010 22:05



Zoé,


 


« les plantes ne peuvent pas se passer de la fourniture de trois autres éléments
essentiels : de l'azote, du phosphore, du potassium (le sigle NPK que l'on voit sur tous les engrais de jardinerie notamment) qu’elles ne trouvent pas nécessairement en quantité suffisante dans
le sol »


 


Mais même quand les plantes trouvent ces éléments en quantité suffisante, si on ne
compense pas dans le sol ce qui est exporté par la récolte, le sol finit par s’épuiser. Il vaut donc mieux, le plus souvent, apporter les engrais au fur et à mesure des
exportations que d’attendre les premiers signes d’épuisement de la fertilité du sol (sauf en cas de fermage où l’on constate que le fermier pompe sur les stocks les trois dernières années du
bail, des fois que celui-ci ne soit pas renouvelé, mais reconstitue le stock les trois premières années du nouveau bail !).


 


Pour ce qui concerne les fumiers épandus, si toutes les matières avec lesquelles il est fait
(paille, alimentation des animaux), proviennent de l’exploitation, il ne s’agit pas d’une importation mais d’une restitution partielle des éléments exportés par la récolte. Partielle, car la part
de la récolte destinée à l’alimentation humaine ou à l’industrie (textile par exemple) appauvrit le sol en éléments. S’il s’agit de fumier produit en tout ou partie avec des éléments qui ne
viennent pas de l’exploitation (paille achetée à l’extérieur, animaux nourris par des aliments achetés), la question de l’appauvrissement du sol n’est que déplacée vers d’autres
exploitations.



Conclusion : on a toujours besoins, en un lieu ou en un autre, de compenser les éléments du sol exportés par la récolte et non restitués, ceux qui passent dans l’alimentation
humaine et l’industrie. On estime qu’au XIXe siècle les terres des plaines de l’Europe du nord, après plusieurs siècles de bons et loyaux services, n’étaient pas loin d’être arrivés à
un point où leur fertilité allait chuter gravement, ce qui a pu être évité grâce à la mise au point des principes modernes et rationnels de la fertilisation par le chimiste Justus von Liebig et
au développement de la fourniture aux agriculteurs d’engrais minéraux par l’industrie chimique.

Bien à vous.


 


 



Astre Noir 18/03/2010 14:05


Le genre de bourde qui rejoint finalement la fameuse

"empreinte écologique de Paris"

déjà fustigée dans ces mêmes colonnes:

http://imposteurs.over-blog.com/article-13301055.html


ptoufle 18/03/2010 10:21


Pas du tout, la Corinne fait les beaux yeux devant Europe Ecologie. Le parti pourra ainsi se renommer "Europe Zozologie", la plupart des zozos s'y trouvant !


cdc 17/03/2010 21:13


Bah, maintenant que Corinne Lepage a claqué la porte du Modem (quel nom...), elle a toutes ses chances de se faire recruter par Sarkozy, non ? Dans le genre Jouanno ou Borloo... Mais croire qu'on
va piquer des voix chez les écolos, c'est mal vu ; pour employer une expression fatiguée, on préfère toujours l'authentique à la contrefaçon, même si celle-ci coûte moins cher. Et on entendra
encore parler du célèbre purin d'orties...


gattaca 17/03/2010 17:06



On ne va pas rentrer dans les détails de ce qu'ont besoin les plantes.



Il est vrai que certaines plantes (des épiphytes) peuvent ne se contenter que d'un support inerte et peuvent
donc pousser uniquement à partir du CO2 et la lumière....



Néanmoins, et en règle générale, les plantes ne peuvent pas se passer de la fourniture de trois autres
éléments essentiels : de l'azote, du phosphore, du potassium (le sigle NPK que l'on voit sur tous les engrais de jardinerie notamment) qu’elles ne trouvent pas nécessairement en quantité
suffisante dans le sol (et parfois d’autres éléments tels le magnésium, le soufre et le calcium ainsi que d’autres oligoéléments).



On sait maintenant depuis longtemps qu'une espèce comme le blé, si on veut avoir une teneur en protéine de
13-14% (une teneur minimale en protéine est nécessaire si on veut faire un pain de qualité par exemple) nécessite d'apporter 120 kg d'azote à l'ha.



Les apports de fumier remplacent les engrais NPK en mode de culture AB (et/ou parfois conventionnelle). Le
fumier est apporté par les déjections et pailles des litières des animaux. Remarquons alors que même si celui ci n’est pas importé (s’il est produit sur place), il nécessite une surface d’élevage
nécessaire à sa production. Donc dans le calcul du rendement/ha d’une culture selon le mode AB par exemple, il faut tenir compte également des surfaces nécessaires pour obtenir le fumier
utilisé.
Les
engrais sont considérés, de manière générale, comme des intrants tout comme les pesticides.


Cultilandes 16/03/2010 23:32


@ Zoé. "En agriculture lorsqu'il y a exportation de matière , il faut qu'il y ait importation de matière , par les engrais , le fumier et autres (si je dis des bêtises , dites le !)". La base de
l'agriculture, c'est "l'importation" du carbone du CO2 contenu dans l'air grâce à la photosynthèse et à "l'importation de l'énergie solaire. Mais sont-ce vraiment des importations? Le fumier n'est
généralement pas importé: il est produit à la ferme, à partir de l'alimentation des animaux et de la paille produits sur place. Les engrais sont effectivement importés. Ils permettent de maximiser
le rendement qui serait obtenu par la seule utilisation des ressources naturelles du sol, de l'air et du soleil. On peut produire sans aucune importation réelle, en autarcie, mais avec des
rendements inférieurs, ou alors avec des légumineuses (qui captent l'azote de l'air grâce à une symbiose) et en cultivant une terre déjà enrichie en minéraux utiles par les générations précédentes.
Je produis chaque année 500 à 600 tonnes de maïs en utilisant 25 tonnes d'engrais, 125 litres d'herbicides et 6000 litres de fioul. Précision: 2,5 litres d'herbicide par hectare, cela fait 0,25
ml/m² (millilitre par mètre-carré). Insecticide: Cette année, le Cruiser (traitement de semence) est autorisé. J'utiliserai donc 0,14 litre d'insecticide par hectare (10.000 m), et seulement dans
les parcelles infestées de taupins. Quand ni le Gaucho ni le Cruiser ne sont autorisés, il ne me reste que la possibilité d'utiliser un insecticide à 12 kg/ha. En agriculture "bio" on arrive à
produire sans apport d'engrais ni pesticide "importé", éventuellement sans fioul (doit être rare en France car il faut biner très souvent), mais on produit bien moins...


Julien 16/03/2010 23:11


Merci ptoufle pour les liens, bien que ce soient de tristes nouvelles. Je me sens impuissant et je ne comprends vraiment pas...


ptoufle 16/03/2010 22:17


Ici c'est plus clair :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/03/16/97001-20100316FILWWW00585-gauche-liste-d-union-deposee-en-paca.php


Parmi les points d'accord, Mme Vichnievsky a indiqué qu'il n'était pas possible de revenir sur les 70 millions de subventions engagées pour le projet Iter de fusion thermonucléaire, mais qu'elle
avait "obtenu l'assurance qu'aucun euro ne sera versé" au-delà de cette somme.


ptoufle 16/03/2010 22:15


A noter que toutes les régions de France et ailleurs sont capable de faire de l'énergie renouvelable, mais une seule est à même de soutenir ITER...


ptoufle 16/03/2010 22:13


Hélas pour ITER :

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/societe/20100316.FAP4677/regionales_la_gauche_rassemblee_sauf_dans_trois_regions.html

Par ailleurs, en région PACA, où écologistes et socialistes s'opposaient sur le financement d'Iter, l'accord prévoit le principe d'"un euro pour (le projet de réacteur thermonucléaire) Iter,
deux euros pour les énergies renouvelables", selon M. Hamon

Faut-il comprendre le budget région d'ITER (150millions je crois) divisé par 3 ?

Sur l'écologie, entre la peste et le choléra, difficile de choisir... sachant que "le choléra" a déjà à son actif la fermeture de Super Phénix...


ZOE 16/03/2010 18:30


Mais non elle n'y croit pas à ce qu'elle dit , mais quelle importance ? ....
Si demain elle dit le contraire , et alors !  l'info n'existe plus que dans l'instant .
Discours de circonstances et voila ....
L'autosuffisance les polititiens ils la trouvent en eux même dans leurs discours et c'est pourquoi l'abstention créve le plafond .
Déja au néolithique on exportait des outils à partir de carriéres à des centaines de kilométres . ça n'a probablement jamais existé l'autosuffisance . C'est comme le mouvement perpetuel , ça
n'existe pas car cela impliquerait d'avoir un rendement de 100/100 , ça ne veut rien dire du tout . C'est comme les bagnoles éléctriques à énérgie positive (ou une connerie de ce genre , entendu
dans une pub) la bagnole roule et produit plus d'énérgie qu'elle n'en consomme ,donc elle a un rendement superieur à 100 . Trop génial comme truc .  En agriculture lorsqu'il ya exportation de
matiére , il faut qu'il y ait importation de matiére , par les engrais , le fumier et autres (si je dis des bétises , dites le !) Alors de toutes façons autosuffisance ? c'est impossible . La
spécialisation est inévitable pour des tas de raisons , nottement la nature des sols , le climat , les populations ....
Merde ! c'est énérvant ! encore une fois on constate qu'il suffit de se dire écolo pour être écouté et proclamé spécialiste .


Julien 16/03/2010 17:13


Rien d'étonnant. L'UMP essaie de draguer à fond les écologistes. Fillon en a parlé le soir même des résultats en rappelant le "Grenelle". Reste à savoir qui sont les gens qui votent écolos. J'ai
vraiment du mal à comprendre leur succès depuis quelques années. Est-ce que les alarmistes sont si terrifiants que ça? Comment un électorat populaire (parce que les "bobos" je n'ai pas de peine à
les voir voter vert) peut-il plebisciter ce parti?
Et j'ai une autre inquiétude. Est-ce que le PS va céder aux écolos sur des projets très importants comme ITER?
En parlant des élections, en Ile-de-France il y avait pire que EE. On avait une liste chrétienne et une liste écolo pro-médecines alternatives (qui était soutenue par Lalanne à une époque).
Heureusement, elles ont eu un faible score, ce qui me fait penser que vraiment la population est vraiment mal informée sur EE, qu'elle ne les voit pas comme des farfelus technophobes et
rétrogrades...
Enfin bref, article marrant au demeurant :)


anton suwalki 16/03/2010 14:25


Très bien, Romain. A part ça, avez-vous quelque chose à dire sur le sujet traîté ?


Romain THOMAS 16/03/2010 14:12


A tout ceux qui s'opposent sans rien comprendre à la décroissance : 

Je vous le dis une fois pour toutes :
nous ne sommes pas décroissant...
mais simplement des pains au chocolat...

Cordialement,
Romain T.