Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 15:12

Telle est la conclusion qui se dégage d’un article d’Agnès E. Ricroch, Jean B. Bergé et Marcel Kuntz publié dans Plant Physiology :

Evaluation of genetically engineered crops using transcriptomic, proteomic and metabolomic profiling techniques

Les médias ont curieusement oublié d’en parler. C’est sûrement à mettre sur le compte de la distraction…

 


 

 

Le résumé en français de Marcel Kuntz :

 

Les nouvelles techniques d’analyses appelées transcriptomique, protéomique et métabolomique visent à visualiser, respectivement, l’expression de tous les gènes (transcrits), toutes les protéines et tous les petits composés chimiques (métabolites) présents dans un organisme ou une partie de l’organisme. Ces techniques « omiques » ont été récemment utilisées pour l’analyse des plantes génétiquement modifiées (PGM) (transgéniques) quant à leur sécurité sanitaire et leur équivalence nutritionnelle. Dans un article scientifique récent, nous avons passé en revue 44 publications décrivant des comparaisons « omiques » de PGM avec des lignées non-GM de référence.

 

Toutes les trois approches « omiques » concluent de manière convergente :

 

-la transgénèse a moins d’impact sur l’expression des gènes ou sur les niveaux de protéines ou de métabolites que la variabilité générée par l’amélioration conventionnelle des plantes (qui est généralement considérée comme sûre) dans les variétés déjà existantes.

 

-les changements naturels de l’environnement (d’un champ à l’autre par exemple) ont généralement un impact plus prononcé que la transgénèse.

 

-aucune des publications sur les évaluations de type « omique » ne conclut à des inquiétudes quant à la sécurité sanitaire des PGM mises sur le marché.

 

Implications

 

-Ces méthodologies à grande échelle confirment, en appoint et indépendamment, la sécurité sanitaire des aliments dérivés de PGM.

 

-La connaissance scientifique générée indique que le poids réglementaire pesant sur les PGM devrait être réduit.

 

-Leur intégration systématique dans les processus d’évaluation réglementaire avant mise sur le marché ne peut être recommandée en l’état, car ce sont aujourd’hui des outils de recherche fondamentale et non d’analyse de routine.


 

 

L’article est accessible en ligne :

http://www.plantphysiol.org/cgi/reprint/pp.111.173609v1?ijkey=tKNFAq6FIYWx0Ft&keytype=ref

http://www.marcel-kuntz-ogm.fr/article-omic-68004123.html




 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

La Coupe Est Pleine 03/03/2011 17:55



Bonsoir, Anton et toute la compagnie.


Je me souviens d'une époque où l'on m'avais clairement expliqué, sur ce site, qu'il ne fallait pas remettre en cause "l'honneteté journalistique de nos médias" ...


Que c'était faire la part belle à une "hypothèse comploïste" qui ne devrait rester que l'apanage de "ceux d'en face" (les anti-OGM) .....


Pourtant depuis les travers éditorialistes ne manquent plus dans nos médias : l'historique MMR frappe à nouveau, Elise LUCET, Isabelle Saporta et une nouvelle venue :


http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article726


Cécile DESCUBES de France3 Limousin !


Plétore de gens sans scrupules, mais surement par coïncidences ... jamais les "grands médias" de ce pays ne font dans la surenchère ou le merchantilisme ....


C'est de la "libre information", (alter-écolo-bobo) voila tout ! 



Sceptique 01/03/2011 16:09



J'ai lu la synthèse réalisée par Marcel Kuntz. Elle servira au moins aux pays qui admettent la culture d'OGM (ou PGM), mais ce n'est pas en période pré-électorale que la vérité sera reconnue.
L'Élysée vaut un paquet de mensonges!