Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 18:46

Alors que l’étude de Séralini et al. Sur le nourrissage de rats au maïs NK 603 a été totalement discréditée, comme le reste de son œuvre, l’intéressé persiste et signe, dans des termes qui fleurent bon la pseudoscience et que nous analyserons dans un ultime article. 

En attendant de ruiner une fois pour toutes cette étude qui n’aurait jamais dû être publiée dans une revue scientifique de bonne tenue comme c’est le cas de Food and Chemical Toxicology, jetons juste un œil sur le mode de défense choisi par le gourou du CRIIGEN face à une critique quasi-unanime : celle-ci compterait pour du beurre, tandis que seule compterait la publication (curieusement acceptée, pour des raisons que l’on cherche encore à analyser) dans une revue à comité de lecture. 

Or, Food and Chemical Toxicology est une bonne revue scientifique. Est-ce pour autant suffisant pour créditer tout article de cette revue ayant passé le filtre de la revue par les pairs ? C’est oublier que des revues autrement prestigieuses, à commencer par la plus prestigieuse d’entre elles, Nature, ont dû retirer des articles qui avaient passé le filtre du « peer-reviewed ». 

Un fait évidemment ignoré par GES et comparses, qui préfèrent mettre en avant un argument d’autorité : « Dans le domaine de la toxicologie alimentaire, Food and Chemical Toxicology est sans aucun doute la revue la plus réputée au monde. Son comité de lecture a étudié quatre mois durant notre étude et pris soin de nous demander des analyses complémentaires avant d'accepter de la publier (Tous cobayes, Flammarion, 256 p., 19,90 euros). » (1)

 

Impossible au passage, pour GES, d’oublier les possibles retours commerciaux d’une étude parue dans la revue « la plus réputée au monde  [dans le]domaine de la toxicologie alimentaire ». Mais au fait….le même individu qui se réclame de la meilleure revue mondiale en toxicologie, n’avait pas de mots assez durs, il y a moins d’un an, pour qualifier une étude parue dans la même revue, au point d’accuser celle-ci de créer  une génération d'étudiants "écoeurés de science" (2).

 

Depuis, cette revue nullissime, selon GES lui-même, est devenue la revue toxicologique  « la plus réputée » au monde, sans doute par le simple fait qu’elle ait publié le torchon du CRIIGEN. GES a sans doute manqué sa vocation : c’est un scientifique raté, mais c’est un comique irrésistible.

Anton Suwalki

(1)link

(2)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Orthographic Corrector 16/04/2015 12:03

Yes, it's really a wonderful thing. Not only improve the understanding of the material, but also significantly reduces the time of preparation to work. All people must used this tactics! Also, we will be able to further reduce the time for check spelling before the our work will be done! Cherish your time!
_________________________________________________
With best regards
Nataly Anders

seo services 24/12/2014 05:22

est une bonne revue scientifique. Est-ce pour autant suffisant pour créditer tout article de cette revue ayant passé le filtre de la revue par les pairs ? C’est oublier que des revues autrement prestigieuses, à commencer par la plus prestigieuse d’entre elles,

outlook email tech 24/07/2014 11:45

The title of the article itself says that students get to hear Professor Seralini’s joke very time. so many case studies have been discussed based on the food and chemical technology. His presence made the students blissful that no one misdeed their attendance.

Zdravo 16/12/2012 16:17


Je comprends bien la position de Cetrumo, et dans un certain sens il a raison de vouloir intégrer d'autres dimensions/échelles au sujet des PGM.

C'est un peu le même problème en biologie depuis 40/50 ans avec l'arrivé en puissance des molécularistes qui sont aujourd'hui au sommet du pouvoir, et régissent tout. Difficile d'aller à
l'encontre de l'ADN, unité centrale du vivant ^^


Et pourtant la biologie intégrative perce de plus en plus, englobant ceux étant à la frontière de diverses disciplines. En matière de PGM, ça pourrait très bien être la même chose.


Néanmoins là où je ne suis pas du tout d'accord avec Cetrumo, c'est que j'ai l'impression qu'il refuse totalement l'analyse scientifique sur cette dimension. D'ailleurs le but du Blog, comme l'a
rappelé loup-garou, c'est de démystifier les impostures scientifiques = décortiquer les propos/articles scientifiques. On n'intègre donc pas d'autres dimension si l'article de base n'en fait pas
la mention.

Et là où je trouve le débat totalement biaisé, c'est que beaucoup pour éviter le débat pointu de l'analyse scientifique, dévie le sujet en intégrant les sphères économiques, éthiques, etc...
alors oui il faut les prendre en compte, mais ce n'est pas là le sujet. D'abord voyons voir si l'article scientifique est pertinent ou non ! Si c'est le cas, alors on peut élargir et intégrer les
autres domaines, mais si ce n'est pas le cas alors pourquoi "parler dans le vent" ?

loup garou 14/12/2012 11:48


Cetrumo a écrit :


 


"Vous ne voyez que la technique,"


 


===> je rappelle l'objet du blog : En défense de la science contre tous les charlatanismes et les impostures. Rien ne vous empêche d'en créer un sur le droit international des brevets ou les
risques monopolistiques dans le capitalisme d'aujourd'hui, vous pourrez y étaler vos théories fumeuses jusqu'à plus soif.....


 


"et pas ce qui est autour où derrière.


Vous vous contentez de ce qui est immédiat, l’arrière plan vous échappe."


 


===> ben justement vos "explications" n'ont convaincu personne... expliquez-moi donc pourquoi dans ce cas précis (que vous êtes prêt à accepter) il n'y aurait pas de risque de monopole ni de
problème avec un hypothétique brevet...


 


"Et vous voulez que l’on se donne la peine de vous répondre ?"


 


===> manière un peu facile de vous défiler quand vous ne pouvez pas répondre

Cetrumo 13/12/2012 19:07


Vous ne voyez que la technique, et pas ce qui est autour où derrière.


Vous vous contentez de ce qui est immédiat, l’arrière plan vous échappe.


 


Et vous voulez que l’on se donne la peine de vous répondre ?

loup garou 13/12/2012 14:26


cetrumo a écrit :


 


"Quel rapport avec les PGM ?"


 


===> euh.... au hasard, une certaine technique...

Cetrumo 12/12/2012 23:03


Même si je pense que l’on ne peut s’en réjouir, je me demande :


 


Quel rapport avec les PGM ?

loup garou 12/12/2012 12:05


mais où va-t-on ? on modifie même génétiquement les lymphocytes T... :


 


http://www.lemonde.fr/sante/article/2012/12/12/une-fillette-leucemique-traitee-avec-une-forme-genetiquement-modifiee-du-sida_1804895_1651302.html

loup garou 12/12/2012 11:58


cetrumo a écrit :


 


"@Loup Garou


 


Est ce la peine de vous répondre ? Vous ne lissez jamais plus qu’une ou deux phrases. "


 


===> autrement dit : courage, fuyons... de plus en plus pitoyable

Cetrumo 11/12/2012 21:55


@Loup Garou


 


Est ce la peine de vous répondre ? Vous ne lissez jamais plus qu’une ou deux phrases. 


J’attends que Seppi pose la question, si cela l’intéresse.

loup garou 11/12/2012 20:44


cetrumo a écrit :


"Si plus tard on découvre que ce gène intervient dans une autre fonction, grâce à cette interprétation que vous défendez,  des sociétés telles que Myriad Genetics (je dirais des parasites)
pourront  réclamer des droits."


 


et ce gène c'est quoi son rapport avec les PGM ? je vous ai posé une question, j'attends la réponse : quel gène soi disant breveté dans quelle PGM commercialisée en Europe ? le reste, désolé
c'est du baratin........

Cetrumo 11/12/2012 20:29


Je garde deshormais une copie pour le cas où le commentaire serait tronqué.

Cetrumo 11/12/2012 20:26


Mais vous faites semblant de ne pas comprendre ? Vous dites :


.


« l’Office des brevets a accordé ces revendications sur la base d'une déclaration formelle, écrite, de politique qui permet de breveter de l'ADN
« isolé et purifié » codant pour des gènes humains »


.


C’est justement cela qui est contesté. Ce gène « isolé purifié » ne peut pas être considéré comme une invention. 


.


C’est cela qui a donné pied aux abus de la société Myriad Genetics.  C’est cela justement contre quoi le jugement a été rendu. A New York et en Europe.


.


Myriad Genetics a réclamé des droits pour son brevet durant des années sans qu’il fasse aucune recherche supplémentaire digne de ce nom. Elle a parasité le champ grâce à une astuce législative.
Par contre  elle paille des avocats de des gens avec votre profil pour défendre son droit à être un gros parasite.


.


Vous aviez parle de faire votre Bussines Plan. Contactez les ! Vite !! 


.


Si plus tard on découvre que ce gène intervient dans une autre fonction, grâce à cette interprétation que vous défendez,  des sociétés telles que Myriad Genetics (je dirais des parasites)
pourront  réclamer des droits. 


.


Bravo !! On n’a pas besoin d’être altermondialiste pour s’en offusquer. 


.


Mais on a besoin d’avoir un bien faible sens moral, ou un pauvre naïf, pour défendre les interprétations que prônent ces groupes là. 


.


Par conséquent cela ne m’étonne pas de vous.

Wackes Seppi 11/12/2012 13:02


Lui : « J’insiste, Seppi soutient que les brevets sur des gènes n’ont jamais existé. » ?


 


Un homme de paille de plus... décidément !


 


Surtout que M. Cetrumo me cite immédiatement après cette affirmation péremptoire :


 


Moi : « Sauf à ce que l'on me démontre le contraire, il n'y a jamais eu de brevet sur le gène BRCA1 en tant que tel. En Europe, le brevet a été restauré sous la forme d'un brevet de
méthode ».


 


M. Cétrumo, :




j'ai, d'une part, laissé un doute ;




je me suis, d'autre part, exprimé sur le gène BRCA1 ;




j'ai, enfin, limité mon affirmation à un gène « en tant que tel », une expression qui a une grande importance dans le droit et la pratique des brevets.




 


.


 


Dans ma réponse précédente, je vous avais invité à produire vos « preuves – sous la forme d'un document de brevet en bonne et due forme – de l'existence de brevets sur les gènes BRCA1 et
BRCA2, en tant que tels, "qu’on n’a pas créés, qu’on a simplement décrits" ».


 


Je constate que vous maintenez votre tactique des citations peu fiables, incomplètes ou approximatives. Et que vous continuez à fournir des preuves de la fausseté de votre affirmation.


 


Wikipedia n'est pas une autorité, surtout lorsqu'il s'agit d'un texte descriptif.


 


Dans le Magazine de l'OMPI on lit (c'est moi qui graisse) :


 


« La société Myriad Genetics Inc. a été la première à séquencer le gène BRCA-1, avec la collaboration de l'université de l'Utah, et en a demandé en 1994 la protection par brevet. Myriad
est ainsi devenue titulaire, avec la Fondation pour la recherche de l'université de l'Utah et les États-Unis d'Amérique, des brevets américains 5747282 et 5710001 sur les
séquences isolées d'ADN pour le polypeptide BRCA-1 et sur une méthode de détection. En 1997, elle se voyait délivrer aux États-Unis d'Amérique, avec le Centre de Recherche du
CHUL au Canada et l'Institut du cancer du Japon, un brevet sur une séquence isolée d'ADN lui conférant des droits sur un certain nombre de mutations du gène
(brevet 5693473). D'autres brevets furent déposés sur le second gène, BRCA-2, aux États-Unis d'Amérique (brevets 5837492 et 6033857) et dans d'autres pays. »


 


Quant on long jugement déclaratoire, vous trouverez la description des revendications litigieuses à partir de la page 79. Lisez bien la note 25 : l'Office des brevets a accordé ces
revendications sur la base d'une déclaration formelle, écrite, de politique qui permet de breveter de l'ADN « isolé et purifié » codant pour des gènes humains (les guillemets sont dans
la note).


 


.


 


« Je lui conseille de lire les articles que j’ai cité. » ?


 


Quelle arrogance !

Cetrumo 10/12/2012 22:59


Une dernier  lien à lire :  http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2011/02/10/cote-pervers-brevets-regard-recherche-genetique

Cetrumo 10/12/2012 22:48


J'ai gardé une copie de mon texte ou cas où il serait (comme c'est par fois le cas) tronqué.

Cetrumo 10/12/2012 22:41


On pourra remarquer que les premiers paragraphes de la réponse de Seppi n’ont rien d’un procédé rhétorique. . .  c’est un moyen de faire semblant de répondre . . .  


 


A nos moutons :


 


J’insiste, Seppi soutient que les brevets sur des gènes n’ont jamais existé. 


 


Il dit plus précisément : 


« Sauf à ce que l'on me démontre le contraire, il n'y a jamais eu de brevet sur le gène BRCA1 en tant que tel. En Europe, le brevet a été restauré sous
la forme d'un brevet de méthode »


 


Or :


Il se trouve que Wikipédia dit le contraire.

Il se trouve que dans le site de l’Organisation Mondiale de la propriété intellectuelle (ONPI) on le dit
aussi. (voici le lien : http://www.wipo.int/wipo_magazine/fr/2006/04/article_0003.html). 


Enfin, on  lit la même chose dans le jugement  rendu dans l’état de New York en 2010  (le voici à nouveau
http://www.aclu.org/files/assets/2010-3-29-AMPvUSPTO-Opinion.pdf)

Dans la page 52 on y lit : 

« On December 21, 1995, Myriad filed for patents on the BRCA2 gene in both the U.S. and Europe. Tavtigian Decl ❚5, The next day,
the Stratton group published its identification of the BRCA2 gene in the journal Nature, and Myriad submitted the sequence of BRCA2 to GenBank, an international depository of gene sequence
information. Parthasarathy Deci, S 12; Tavtigian Deci, 1 9; Richard »

Le langage est assez technique. Mais il dit bien qu’un dépôt de brevet  sur la séquence BRCA2 a été faite.  



 


 


Conclusion : 


Des brevets sur des gènes humains en Europe ont existé. Encore en 2010 une société a réclamé des droits en Europe (http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/sante/20071001.OBS7471/gene-brca1-nouvelle-victoire-des-opposants-au-brevet.html) 


 


L’affaire Myriad a  provoqué une tel émoi (voir les articles que j’ai cité) que les législateurs aux USA sont en train de changer peu à peu d’avis sur les brevets et risquent de rejoindre la
position européenne. Celle ci bien qu’insuffisante est de loin meilleure.


 


Quand je dis que les règles de brevetage sont insuffisantes, je cite ces règles là, je donne les liens. 


 


Wackes prétend que je me bats en retraite car il faudrait que sa théorie de l’altermondialiste tienne le coup.  


 


Je lui conseille de lire les articles que j’ai cité. Les auteurs ne sont pas des anti-OGM ils pourraient l’aider comprendre ce dont il parle. 


 


Mais sur un point il a raison. Je me suis trompé dans ma référence sur le texte de Sandrine de Montgolfier. Je ne trouve pas son rapport. Comme je ne vis pas de mes « rentes », cela me
prendra plus de temps. 

Wackes Seppi 10/12/2012 15:42


Lassant Cetrumo !


 


« Une attitude réellement honnête de la part de Wackes... » ?


 


Une attitude réellement honnête de la part de M. Cetrumo consisterait à ne pas accuser, fût-ce implicitement, ses interlocuteurs de malhonnêteté.


 


Une attitude réellement honnête de la part de M. Cetrumo consisterait à ne pas fabriquer des hommes de pailles à la chaîne.


 


Une attitude réellement honnête de la part de M. Cetrumo consisterait à ne pas prêter à ses interlocuteurs des propos, des avis, etc. qu'ils n'ont jamais exprimés.


 


Une attitude réellement honnête de la part de M. Cetrumo consisterait à répondre à une réponse, donc sur le sujet.


 


Une attitude réellement honnête de la part de M. Cetrumo consisterait à ne pas créer des diversions.


 


Une attitude réellement honnête de la part de M. Cetrumo consisterait, face au poids des preuves, à admettre son erreur, que cette erreur soit de son propre fait ou une conséquence de ses
lectures.


 


.


 


« Si on le croit... » ? « Il ne semble pas se rendre compte... » ? « Il devrait remarquer qu’il a une forte propension à croire... » ?


 


C'est franchement minable, et sur le procédé réthorique, et sur le fond.


 


.


 


M. Cetrumo revient à la charge sur les gènes BRCA1 et BRCA2 en citant... Wikipedia. Wikipedia, ou tout autre journal, document, etc. autre que le document de brevet, n'est pas une preuve
pour un juriste.


 


Que M. Cetrumo produise ses preuves – sous la forme d'un document de brevet en bonne et due forme – de l'existence de brevets sur les gènes BRCA1 et BRCA2, en tant que tels, « qu’on n’a
pas créés, qu’on a simplement décrits ».


 


.


 


M. Cetrumo commence cependant à battre en retraite : « Donc tout se joue sur le mot "isolé". Pour l’instant c’est là que se niche le problème. »


 


Que M. cetrumo explique, autrement que par des références foireuses, quel est, à son avis, le problème.


 


.


 


« Sandrine de Montgolfier, auteur d'un rapport sur la brevetabilité au Genopole d'Evry écrit... » ?


 


La citation ne figure pas dans le texte mis en lien, qui, du reste, ne se réfère pas à la seule S. de M.


 


.


 


« Pour un bilan de la situation sur la brevetabilité (débats) voir [...] (il est encore en partie d’actualité... »


 


C'est apparemment de l'année 2000. Dire qu'il est encore d'actualité, c'est se moquer du monde.


 


.


 


« ...J’ai perdu un plus récent et je n’ai pas le temps de chercher » ?


 


C'est aussi se moquer du monde.


 

Cetrumo 09/12/2012 22:15


He oui, la situation évolue, mais ce n’est pas grâce à ceux qui dissent comme vous qu’il n’y a pas de problème. (voir liens en bas de page) 


 


Une attitude réellement honnête de la part de Wackes serait de reconnaître que l’affaire des brevets pose des problèmes en raison de l’évolution rapide de la technologies. Mais il s’évertue à le
nier.


 


Si on le croit, les règles qui régissent le dépôt de brevets dans les biotechnologies en Europe sont sans problème.  


 


Je pourrais citer plusieurs articles parlant des multiples affaires auxquelles les règles actuelles ont conduit. 


Je vais citer (voir à la fin) des articles parus dans La Recherche où l’on parle des effets pervers du brevetage de gènes, tel qu’il est régi par la législation actuelle. Il est fort possible que
Wackes commencera par dire que ce sont des altermondialistes et ne les lira pas.


 


Il ne semble pas se rendre compte que c’est son attitude qui est idéologique.


 


Comment lui aider à le voir ? 


Il devrait remarquer qu’il a une forte propension à croire que tous ceux qui sont contre les brevets (dans leur forme actuelle) et l’ouverture du marché aux
OGM, sont soit des altermondialistes, soit des fanatiques anti-OGM. 


Mais pour le voir il ne faut pas être aveuglé par l’idéologie néolibéral-scientiste, et on n’a pas besoin d’être altermondialiste pour s’opposer aux néoliberaux.


 


Je finis en citant deux passages du texte de Wackes et les opposant à deux liens où l’on donne plus de détails sur l’affaire qu’il commente.  


 


Wackes dit :


 


Sauf à ce que l'on me démontre le contraire, il n'y a jamais eu de brevet sur le gène BRCA1 en tant que tel. En Europe, le brevet a été restauré sous la forme d'un brevet de méthode.


 


Wikipédia :


« Les gènes BRCA1 et BRCA2 ont fait l'objet d'un dépot de brevet par la société Myriad durant les années 1980 » (voir dans le
paragraphe « Controverse sur le brevet du gène » de http://fr.wikipedia.org/wiki/BRCA1 ou http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(10)61150-6/fulltext ou http://www.aclu.org/files/assets/2010-3-29-AMPvUSPTO-Opinion.pdf)


 


Wackes dit :


 


« Isolée de son environnement naturel... » ? On est très loin de l'assertion précédente, du « gène qu’on n’a pas crée, qu’on a simplement décrit ».


 


Donc tout se joue sur le mot « isolé ». Pour l’instant c’est là que se niche le problème. 


 


Plus précisément :« la directive européenne 98-44/CE a entériné la prise de brevets sur les gènes humains dès lors qu`ils ont été isolés ou produits par
un procédé technique »


 


Qu’en est il lorsque les procédés que le dépositaire du brevet se sert sont ceux que tout le monde utilise ?


 


Qu’en est il lorsque le même gène est isolé par quelqu’un d’autre par un autre procédé ? 


 


Sandrine de Montgolfier, auteur d'un rapport sur la brevetabilité au Genopole d'Evry écrit : 


« On sait aujourd'hui que multiples fonctions peuvent être associées à un même gène. Il est donc particulièrement important de limiter les revendications
des brevets aux seules fonctions du gène et aux applications démontrées » (Voir  


http://www.ethique.inserm.fr/inserm/ethique.nsf/0f4d0071608efcebc125709d00532b6f/64d7feb2f855beb1c12570a5005152b2?OpenDocument)


 


Elle résume là ce que je souhaite voir dans la convention.


 


En conclusion : 


Pour un bilan  de la situation sur la brevetabilité (débats) voir http://www.ethique.inserm.fr/ethique/Ethique.nsf/397fe8563d75f39bc12563f60028ec43/31c858554fc11267c125690e0055e36d?OpenDocument
(il est encore en partie d’actualité. J’ai perdu un plus récent et je n’ai pas le temps de chercher) 


 


Mais si l’on est pour un droit de brevetabilite plus étendu (du point de vue du droit) on peut trouver des arguments dans   : 


http://www.recrulex.com/Article/CB-1386-Articles-Quelques-observations-sur-la-brevetabilité-des-gènes-humains/ 


Si Wackes veut fourbir ses armes et soutenir les industriels oppo