Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 14:40

Principe de précaution : 2 poids, 2 mesures.

 

Dans bien des domaines, les décisions des politiques coincés entre les pressions de différents lobbies, l’obligation de plaire aux médias et de caresser les préjugés dans le sens du poil semblent n’obéir à aucun critère rationnel. C’est même parfois le cas dans un domaine aussi grave que le santé.  Pour les OGM, on applique le « principe de précaution » (1), qui s’apparente en fait à un principe d’inertie, alors qu’aucun risque pour la santé n’a jamais été mis en évidence pour les OGM actuellement destinés à la consommation(2). On a cédé à l’exigence stupide mille fois entendue : « Je refuse les OGM tant qu’on ne m’aura prouvé que le danger n’existe pas »). Apporter la preuve de l’inexistence est évidemment impossible. Le « principe de précaution » est d’autant plus irrationnel que si l’on invoque le risque de faire, à l’inverse on n’invoque jamais le risque de ne pas faire.

 

A côté de cela , alors que les dangers des ultra-violets sont bien connus, on attend toujours une vaste campagne d’information et de prévention sur les dangers d’une exposition excessive au soleil. Il est d’autre part établi par le CIRC que l’exposition artificielle aux UV (cabines de bronzage) augmente de 75% le risque de développer un mélanome pour les personnes qui s’exposent jeunes, mais Roselyne Bachelot s’est contentée de déclarer qu’elle allait lancer une campagne de prévention sur le sujet, aucune mesure d’interdiction ou simplement règlementaire . Rien ne presse apparemment, puisque les préconisations de l’INVS en 2005 (3) n’ont toujours pas été mises en œuvre. On peut priver les agriculteurs d’OGM au nom de risques jamais établis, mais peut-on s’aliéner les esthéticiennes, même si le risque est établi ?

 

Traquer les « dangers invisibles » et occulter de vastes problèmes de santé publique  quand le risque est avéré, voilà finalement où mène l’irrationnel principe de précaution.  

 

 

On doit dès lors se demander si la campagne menée à propos du virus H1N1 ainsi que les mesures adoptées (fermeture systématique d’établissements,  commande de millions d’exemplaires du vaccin..) ne relèvent pas de cette politique irrationnelle.

Il semble que non, et tant mieux.

 

Les mesures prises au sujet de la grippe H1N1 semblent justifiées

 

   

C’est, me semble-t-il, encore une fois dans les médias qu’il faut chercher les excès, ne serait-ce que parce qu’une grippe qui vient de l’étranger permet d’alimenter le sensationnalisme.  Peut-être par ailleurs les responsables de la santé ont-il trop communiqué ou trop prématurément, au risque d’un décalage entre les dangers annoncés et ceux qui peuvent être perçus actuellement par le public. Mais les polémiques alimentées notamment par Bernard Debré (qui a parlé de « grippette »), et le reproche de trop en faire en commandant des millions de vaccins semblent désormais largement infondées. Les mesures adoptées par le ministère de la santé sont par ailleurs largement en phase avec les recommandations de l’OMS.

 

 

A ce sujet, je vous recommande cet excellent article d’Olivier Chacornac, publié par Agnès Lenoire sur son blog :

 

http://www.doutagogo.com/article-35737962.html

 

La grippe A H1N1 est certes peu dangereuse à l’échelle de l’individu , mais étant très contagieuse, fait courir le risque d’un grand nombre de décès à l’échelle internationale en l’absence de mesures énergiques de prévention et de préparation à une pandémie de grande échelle.

 

L’intérêt d’une campagne de vaccination est très bien défendue par l’auteur :

 

« Elle[ est envisagée et les vaccins sont en développement. Aux dernières nouvelles, ils devraient être prêts pour l'automne. L'avantage de la vaccination est qu'elle pourrait limiter et même stopper la progression du virus. En effet, en étant immunisée, la population cessera de transporter et de transmettre le virus. Mais pour être vraiment efficace, il faut que la couverture vaccinale soit importante. Selon certaines simulations, une couverture mondiale de 30-50 % (30 à 50 % de la population mondiale vaccinée), à condition qu'elle couvre l'ensemble des pays sans favoriser les pays développés (souligné par moi), suffirait à enrayer la pandémie. Pour une éradication du virus, il faudra cependant viser beaucoup plus haut.

 

Le deuxième avantage de la vaccination est qu'en stoppant la progression, elle diminue le risque que le virus mute : moins le virus traîne dans la nature, moins il a de chances de muter ou de se recombiner. Parallèlement, un changement dans le virus pourrait rendre les vaccins moins efficaces, voire inefficaces si le changement est important. Ce sont deux raisons qui expliquent la course au développement d'un vaccin » .

 

Le retour des théories conspirationnistes à propos de la vaccination

 

Olivier Chacornac aborde ensuite avec le regard et la démarche du sceptique les thèses conspirationnistes qui n’ont pas manqué de fleurir à propos de l’origine du virus ( fabriqué dans un laboratoire), ou de la collusion de l’OMS , des pouvoirs publics et des l’industrie pharmaceutique. Comme toujours, il n’y a pas le moindre commencement de preuve consistante à l’appui de ces thèses.

 

Ainsi, à propos de l’OMS :

 

« L'OMS a organisé plusieurs réunions avec des dirigeants des grandes industries du vaccin (en mai et en juillet). Mais il semble échapper aux tenants de la conspiration que le rôle des industries du vaccin est... de produire des vaccins. Pour prévoir l'éventualité d'une vaccination contre la grippe A, il faut donc bien se coordonner avec l'industrie. Et tel était le but de ces réunions. En fait, l'absence de ce type de réunion aurait été d'une totale inconscience de la part de l'OMS.

 

Et si le procès-verbal de la réunion du 7 juillet n'a pas été communiqué, c'est parce qu'il n'y en a pas eu. Par contre, un compte rendu de la réunion a été publié le 24 juillet . Il ne semble pas que l'OMS ait quoi que ce soit à cacher. »

 

 

La thèse du complot, soit d’une bombe virale élaborée dans les laboratoires pour décimer une partie de la population mondiale (4), soit afin de donner un prétexte aux pouvoirs sanitaires d’engraisser l’industrie pharmaceutique, continue à se répandre sur la toile et fournit aux fous-furieux de l’anti-vaccination l’occasion de se déchaîner. 

 

C’est en faisant des recherches à ce sujet, que nous avons découvert l’existence d’une association baptisée « CRIVIE » (5), nième centre de recherche et d’information « indépendante », c’est-à-dire à première vue des charlatans à l’image des CRIIGEN, CRIIRAD , CRIIREM.  A seconde vue aussi !

 

Observez sur la page d’accueil le dessin qui se veut humoristique . Un martien descendu de sa soucoupe demande au terrien :

 

-Tu es le seul survivant ?

- Ouais, répond celui-ci, ils ont oublié de me vacciner.

 

C’est bien connu , la vaccination a décimé des populations entières , et pas du tout , sauvé des dizaines de millions de personnes  en éradiquant par exemple le typhus ou la variole! L’imbécillité des anti-vaccination va de pair avec leur indécence.

 

Le sommaire de la brochure permet de voir quelles alternatives charlatanesques sont proposées. Pas de surprise…

Une bonne hygiène de vie

La vitamine C

Le chlorure de magnésium

L’Homéopathie et l’Aromathérapie

Le Kimchi, plat national coréen

L’immunothérapie régulatrice

Le charbon végétal activé

 

 C’est sans d’ailleurs parce que le « Kimchi » est un palliatif avantageux à la "vaccination_poison" que l’espérance de vie à bondi en Corée de 54 ans au début des années 60 à 79 ans aujourd’hui, alors que dans le même temps la couverture vaccinale des enfants est passée de quelques pourcents à 100% ! Cherchez l'erreur....

 

Qu’importent les faits. L’obscurantisme anti-vaccins parle de ceux-ci comme relevant d’une entreprise génocidaire résultant d’un complot machiavélique entre « industrie des poisons » (laboratoires pharmaceutiques) et les pouvoirs publics corrompus.

 

Parmi les liens donnés par ce site , Politique de vie (6) , émanation d’un certain Christian Cotten , un psychopathe présent sur la liste de Dieudonné , qui soutient les thèses du complot à propos du 11 Septembre ou des attentats de Madrid…

 

Regardez donc la vidéo proposée en page d’accueil « Roselyne Bachelot  tu mens » et la logorrhée effrayante de Cotten : Bien sûr, vous ne saurez pas au terme de ces 9 éprouvantes minutes à propos de quoi Roselyne Bachelot ment (7).  

 

On aimerait qu’il ne s’agisse de quelques illuminés isolés. Mais le monde des sectes obscurantistes est décidemment petit et c’est tout naturellement qu’ on retrouve dans des colloques Politique de Vie et l’ACECOMED où sont impliqués des membres du CRIIGEN qui eux ont pignon sur rue dans les médias (8).

 

Quand Le Monde relaie la propagande anti-vaccination

 

Les militants anti-vaccination trouvent également un relais totalement complaisant dans un grand « quotidien national de référence » nommé Le Monde (9).

 

Vous pouvez lire à ce sujet l’article de Laurent Berthod sur son blog :

http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-37079467.html

 

Non seulement les dangers des adjuvants à base de sels d’aluminium ne reposent que sur des rumeurs, mais  comme le journaliste scientifique Jean-Daniel Faysakier le précise que dans le cas des vaccins en préparation contre la grippe H1N1 : « il n’y a, contrairement à ce qui peut se dire, aucun essai de vaccin avec des adjuvants à base de sels d’aluminium » .

 

Quelques remarques complémentaires de celles de Laurent :

 

-Le syndicat national des infirmiers (SNPI) CFE-CGC prend donc position assez nettement contre la vaccination. Au nom de quoi ? Il me semble qu’un syndicat de ce type a pour vocation de défendre les infirmiers, de prendre éventuellement position sur des questions organisationnelles dans les hôpitaux en vue d’un réponse à une épidémie importante de grippe, il n’a aucune autorité en matière d’évaluation de la pertinence ou non d’organiser une campagne de vaccination. Il confirme malheureusement une perméabilité dangereuse du milieu infirmier à ces idéologies…

 

-Remarquons parmi les anti-vaccination interviewés une homéopathe (ben voyons), et le conseiller médical de l'association Revahb (Réseau des « victimes » du vaccin hépatite B). Bien sûr le fait que de nombreuses études menées au niveau national et international (10) n’aient identifié aucun lien entre vaccination contre l’Hépatite B et sclérose en plaques ne sera même pas rappelé par la journaliste du Monde.

 

 

Cet article se termine logiquement  par une ineptie, qui serait risible si elle n’était pas écrite par des médecins :

 

Dans leur livre La Vérité sur la grippe A(H1N1), (éd. Delville santé, 144 p., 15 euros), les docteurs Bruno Lina et Jérôme Salomon notent que "l'historique pasteurien fait que le pays est très en faveur des vaccins et promoteur, producteur de vaccins. Pourquoi vacciner des enfants qui pourraient faire leur immunité naturellement ? Cette question alimente régulièrement le débat".

 

Inepte quand on sait que précisément la vaccination est un moyen d’activer les défenses immunitaires naturelles afin de les préparer à une attaque virale réelle. Ce qu’entendent ces soi-disant médecins par faire leur immunité « naturellement », c’est ne pas préparer les enfants à une infection réelle, ce qui revient à exposer les plus faibles à la mort. C'est-à-dire la mort pour ceux qui n'auront pas le temps de développer une réponse immunitaire à la hauteur de la charge virale Malheur aux faibles ! Tel est le slogan qui résume le mieux l’idéologie anti-vaccination.

 

Anton Suwalki

 



 

 

 

Notes :

(1) c’est également au nom de ce principe de précaution que des tribunaux ordonnent le démontage d’antennes relais. Autre dérive de ce principe, le fait que ce soit la justice qui tranche sur des questions de santé !

(2) ni aucun risque spécifique pour l’environnement 

(3) http://www.invs.sante.fr/publications/2005/uv/resume_uv.pdf

(4) rappelant la thèse de Dieudonné selon lequel Israël avait « conçu » le virus HIV dans le but de décimer l’Afrique..

(5) http://www.cri-vie.com/

(6) http://www.politiquedevie.net/

(7) Cette remarque n’est en aucun cas un jugement ou une défense de la politique de Roselyne Bachelot. Simplement la diatribe de ce cinglé finirait par la rendre plutôt sympathique aux yeux de n’importe quel être civilisé quels que soient les reproches qu’on peut lui faire.

(8) http://www.coordiap.com/action12.htm

(9) http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/10/06/la-grippe-a-h1n1-relance-le-debat-sur-la-vaccination_1250018_0.html

(10) dont la plus récente émane d’une équipe de l’INSERM :

Hepatitis B vaccination and the risk of childhood-onset multiple sclerosis. (2008) Mikaeloff Y, Caridade G, Rossier M, Suissa S, Tardieu M.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18056563?ordinalpos=10&itool=EntrezSystem2.PEntrez.Pubmed.Pubmed_ResultsPanel.Pubmed_DefaultReportPanel.Pubmed_RVDocSum

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

microneedle roller review 01/07/2014 14:24

I am excited to see the comprehensive information and prevention of the dangers of excessive sun exposure campaign. It is not good to walk in direct sunlight during summer season. This is also a very good post which I really enjoyed reading.

Laurent Berthod 26/10/2009 01:22


Bien entendu les deux commentaires précédents postés sous mon nom ne sont pas de moi. Une personne non avertie arrivant sur ces deux commentaires ne sera pas nécessairement dirigé vers ma présente
dénégation. C'est donc une usurpation d'identité qui nuit gravement à ma réputation intellectuelle et morale. En conséquence j'ai donc demandé à Anton de les supprimer. Je trouve ce genre
d'imposture, dont le suspect est un habitué, particulièrement odieuses. Je me réserve de porter plainte contre le détenteur de l'adresse IP en cause.


Anton Suwalki 26/10/2009 10:49


C'est fait ainsi que deux autres postés ailleurs qui n'étaient probablement pas de toi. J'ai aussi naturellement supprimé les appels à porter plainte téléguidé par Cotten and co. Les
psychopathes ne sont pas les bienvenus ici.
Tout émanation de ces fachos partira directement à la poubelle.
Anton


Luc Marchauciel 20/10/2009 21:58


Sur le principe de précaution, on peut écouter avec profit cette émission sur France Cutlure, consacrée à "OGM et principe de précaution"

http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/science_publique/



anton suwalki 20/10/2009 17:04



Reçu par messagerie professionnelle avec copie à plusieurs centaines de personnes cette dinguerie :


 


« Je vous envoie un papier qu'il faut faire circuler un maximum. Lisez le attentivement, et parlez en autour de
vous.


 


C'est important et avec ce qui se passe, le temps presse.


 


Il faut absolument enrayer la machine qui est en route pour la vaccination de masse programmée par les élites au
pouvoir.


 


CE VACCIN EST DANGEREUX.


 


On injectera aux patients le VIRUS H1N1 + H5N1 dans le sang.


 


Il ne sera testé que deux mois avant injection, donc aucun recul par rapport aux effets secondaires.


 


Ce vaccin contiendra du scalène et de l'aluminium.


 


La Grèce et la Suisse ont déjà annoncé la vaccination de toute la population, sans exception pour cette
automne.


 


Les autres ne vont pas tarder a en faire de même.


 


UN APPEL TRES URGENT, A TOUS LES CITOYENS DE FRANCE, D'EUROPE ET DU MONDE.


 


Si les gens sont septiques a propos du futur génocide en marche, poser leurs les questions suivantes, et ils ouvriront les
yeux, du moins je l'espère.


 


Si vous ne le faites pas pour vous, pensez a vos enfants.


 


Pourquoi y a t'il un tel tapage médiatique afin de faire peur aux gens, alors que cette "grippette ,n'est pas aussi mortelle
que la grippe saisonnière?


 


Pourquoi veulent ils vacciner toute la population? De gré, pour l'instant, mais surement de force, en utilisant plus tard la
loi, tel que l'état d'urgence, ou a terme la loi martiale?


 


Pourquoi est ce que tout les réservistes (armée, police...) ont ils été contactés, en janvier, afin de se tenir prêts pour fin
juin?


 


Pourquoi est ce le Ministère de la  défense et non le Ministère  de la Santé qui s'occupe de ce dossier?


 


Pourquoi toutes les transactions avec les différents laboratoires sont elles classées Secret Défense ? 


 


Pourquoi Mr Sarkosy as t 'il inauguré un nouveau laboratoire appartenant a Sanofi-Aventis au Mexique, un labo qui travaille a
la réalisation des vaccins  concernant cette grippe. Cette inauguration a été faite deux mois avant la déclaration officielle de la
pandémie.


 


Pourquoi Mr Obama a t'il signé récemment un décret mettant a l'abri de toutes poursuites judicaires, les laboratoires
fabricants des futurs vaccins, en cas de séquelles chez les patients?


 


Pourquoi le laboratoire BAXTER, n'est il pas inquièté pénalement au sujet de son erreur commise ce
printemps.


 


Affaire prouvée. C'est a dire, le mélange du virus de la grippe saisonnière avec le virus de la grippe aviaire, mais qui par
chance a été découvert en faisant des test sur des furets (tous morts) par un autre labo avant commercialisation? C'est entre autre, BAXTER qui va commercialiser le vacci



aatea 20/10/2009 12:12


Bonjour

J'ai été voir
http://www.google.com/insights/search/#q=grippe%2Cfabricant%2Ceuros%2Cadjuvants%2Cmort&geo=FR&date=today%203-m&cmpt=q
pour essayer de voir la diffusion sur le net des différents "théses", (il est probable qu'il y ait un terme permettant de mieux "cibler" les conspirateurs, mais je n'ai pas trouvé mieux que le
terme "euros").
Je ne sais pas si cela permet de "quantifier" les anti par rapport au pro vaccin, mais il me semble que les anti font beaucoup plus de bruit que les pro.

exemple sur ce site
http://forum.doctissimo.fr/sante/grippe-A/liste_sujet-1.htm
(les antis passent des heures sur ce forum, et toutes personnes n'étant pas d'accord avec leurs "théses" sont au mieux traitées comme des "abruties", ou comme "vendu"


DURAND 19/10/2009 10:18


Bonjour,

Vous m'avez donné envie d'en savoir plus sur ces "imposteurs", j'ai été voir leur site et leurs thèses m'ont conquis.

Encore merci d'avoir attiré mon attention sur ces sites alternatifs que je vais faire connaître autour de moi.

Dans l'amour et la lumière.


anton suwalki 18/10/2009 14:22



Catherine : "Il me semble au contraire que le syndicat des infirmiers a toute légitimité à prendre position sur la campagne de vaccination telle qu'elle a été
proposée, puisqu'ils (et elles) seront aux premières lignes : le plan, en tout cas tel qu'il a été évoqué par R. Bachelot, prévoit en effet de vacciner en priorité les personnels médicaux. Ca me
semble donc tout à fait normal que ces personnels aient leur mot à dire sur le sujet."Bonjour Catherine, désolé, mias je ne vois pas du tout en quoi un syndicat (infirmier
ou autre, là n'est pas le problème) a vocation à se prononcer sur des questions scientifiques qui ne sont pas de son ressort et de sa compétence. Savoir si'l faut ou non vacciner en masse (et en
premier lieu le personnel médical, ne devrait pas d'après moi se trancher selon une majorité d'opinions favorables ou contre dans un CA de syndicat, pas davantage qu'en fonction d'un sondage dans
le quotidien du médecin!....Tout le monde n'est pas épidémiolgiste que je sache...


Bien cordialement et mes amitiés à Luc si jamais tu le croises :)



Luc Marchauciel 17/10/2009 23:50


Tout d'abord, une réponse à Catherine (coucou !) : Oui, je m'étais aussi demandé par la suite si je n'avais pas compris de travers la phrase de Yannick. Je croyais qu'il voulait dire
"pourquoi se vacciner quand on n'a pas la grippe ?", alors qu'il disait plus porobalement "pourquoi se vacciner contre le H1N1 si on n'a pas d'autre pathologie par ailleurs ?"
Sinon, sur le sujet, voici le commentaire dans Lutte Ouvrière de cette semaine :

Peut-on vacciner la population dans de bonnes conditions ?


La meilleure arme dont on peut disposer à l'heure actuelle contre la grippe est la vaccination. Elle est utilisée depuis des dizaines d'années contre la grippe saisonnière. Elle est
conseillée avant tout aux personnes âgées ou fragiles et au personnel de santé, et pratiquée de manière ciblée.

Jusqu'à présent, on n'a jamais vacciné toute la population pour tenter d'enrayer une épidémie de grippe. C'est aujourd'hui envisagé, y compris par l'OMS, pour la pandémie de grippe A (H1N1)
2009.

La première limite à la réalisation d'un tel projet est l'incapacité de produire suffisamment de vaccins dans le monde. La capacité de production est évaluée à 3 milliards de doses ce qui, dans
le meilleur des cas, permettrait de vacciner la moitié de la population mondiale. Les pays riches ont acheté par avance la plus grande partie de la production. Les vaccins manqueront cruellement
dans les pays pauvres, qui sont également ceux où la grippe risque d'être la plus dangereuse étant donné les conditions de vie et le délabrement des systèmes sanitaires.

Et puis, les laboratoires se sont livrés à une véritable course pour sortir leur vaccin le plus vite possible. Pour cela, certains ont utilisé des techniques utilisant des adjuvants qui
accroissent la réponse immunitaire et qui permettent de fabriquer quatre fois plus de doses de vaccins pour une même quantité d'antigènes viraux obtenus à partir de virus cultivés sur des œufs de
poule. De telles techniques n'ont jamais été utilisées sur des populations de millions de personnes et il est possible que, lors d'une vaccination large, des effets secondaires, déjà suspectés
pour d'autres vaccins suractivés, apparaissent en plus grand nombre. D'où les réticences, voire les oppositions d'un nombre important de médecins et de personnels soignants à se faire vacciner,
car le jeu n'en vaudrait pas la chandelle, et le risque d'effets secondaires serait pire que le mal.

Le gouvernement français, qui a acheté 94 millions de doses, compte se lancer dans la vaccination de masse de la population. Outre les effets secondaires éventuels, le principal problème réside
dans la difficulté de vacciner autant de monde en quelques mois. Il n'y a pas en France de structure sanitaire pouvant effectuer cette opération. Le gouvernement prévoit donc la création en
urgence d'un millier de centres de vaccination. Ceux-ci seront situés dans des locaux réquisitionnés pour l'occasion, comme des gymnases, avec un personnel lui aussi réquisitionné composé
d'étudiantes infirmières, de médecins retraités, du personnel de certaines communes ou d'autres membres du personnel de santé qui ne seraient pas débordés par leur propre travail.

Cette organisation de bric et de broc risque bien de ne pas offrir des conditions de sécurité suffisantes pour réaliser des millions de vaccinations. Il aurait peut-être été plus raisonnable de
se contenter d'une vaccination de ceux qui présentent des risques de faire des formes graves de la maladie. Vaccination qui pourrait se faire comme celle de la grippe saisonnière, c'est-à-dire
sous le contrôle des médecins traitants.

Gérard RAMA



Catherine 17/10/2009 16:43


Ah si, juste une réaction au commentaire n°3 de Luc Marcahuciel (coucou !) :
la question "pourquoi se vacciner si on est bien portant" n'est pas si incongrue : jusqu'à présent les campagnes de vaccination contre la grippe (saisonnière) ont
toujours ciblé les personnes fragiles (vieux ou adultes souffrant d'une pathologie), considérant que, pour des adultes en bonne santé, ce n'était pas nécessaire, car ils
pouvaient "encaisser" une grippe saisonnière. Après, il y a bien sûr les questions sociales : une personne vaccinée ne protège pas qu'elle-même, mais aussi les autres. Elle protège aussi sa
capacité de travailler (et de soigner, si c'est son boulot). Et on peut aussi avoir envie de s'éviter une semaine très désagréable, cloué au lit. C'est d'ailleurs le souvenir de ma grippe de l'an
dernier qui va me pousser à aller me faire vacciner (contre la saisonnière, uniquement) !


Catherine 17/10/2009 16:31


"Le syndicat national des infirmiers (SNPI) CFE-CGC prend donc position assez nettement contre la vaccination. Au nom de quoi ? Il me semble
qu’un syndicat de ce type a pour vocation de défendre les infirmiers, de prendre éventuellement position sur des questions organisationnelles dans les hôpitaux en vue d’un réponse à une épidémie
importante de grippe, il n’a aucune autorité en matière d’évaluation de la pertinence ou non d’organiser une campagne de vaccination."
Il me semble au contraire que le syndicat des infirmiers a toute légitimité à prendre position sur la campagne de vaccination telle qu'elle a été proposée, puisqu'ils (et elles) seront aux
premières lignes : le plan, en tout cas tel qu'il a été évoqué par R. Bachelot, prévoit en effet de vacciner en priorité les personnels médicaux. Ca me semble donc tout à fait normal que ces
personnels aient leur mot à dire sur le sujet.
Pour le reste, je n'ai pas assez de connaissances scientifiques pour me lancer dans la polémique.


Sceptique 17/10/2009 16:21


Par profession (dans l'ancien temps) j'étais pour les vaccinations. Éthique professionnelle faisant un devoir de protéger la population contre les maladies infectieuses, TOUTES susceptibles de
provoquer des formes graves avec séquelles lourdes, ou le décès. Comme "sujet", attrapant la grippe à chaque épidémie, je me vaccine chaque année avec succès: je n'attrape plus la grippe. La "H1N1"
est moins redoutable qu'elle a paru au début(il y a quand même, de temps en temps, une évolution mortelle). Ces faits devraient suffire à convaincre les gens et les médecins devenus bobologues à
force de jamais voir les maladies qu'ils ont apprises en théorie.
Quant au gouvernement, il se garde à gauche: s'il relâche sa garde, ce sera l'embuscade. Je partage le point de vue de Laurent Berthod, l'enjeu de l'affaire est politique, jusqu'à ce jour. 


anton suwalki 17/10/2009 14:22



Pour info :
Je poste un commentaire de l'article d'un ami reçu par messagerie :
"Salut

Allez pour une fois, je ne suis pas d'accord avec toi. 






Sans faire partie des conspirationnistes, ou des anti-vaccinnistes (je te rassures), je pense que le gouvernement est totalement à côté de la plaque. Oui, c'est une grippette. Non, dans ce
cas précis, une vaccination générale n'a pas beaucoup de sens. En tout cas pas d'un point de vue sanitaire (et pas non plus d'un point de vue économique). Faire croire que l'on va stopper une
épidémie de grippe avec la vaccination est une leurre, sauf, comme tu l'écris à vacciner l'ensemble de la population mondiale, ce qui ne sera, bien entendu jamais fait.





Enfin, si on veut diminuer le risque d'une recombinaison génétique, ce qui est en effet la vraie et seule menace, il faut cibler la vaccination chez les personnes en contacte avec les porcs.
Ce qui n'est pas prêt d'être fait (voir mon édito à ce sujet). Et non fermer les écoles... 





L'irrationalité avec laquelle le gouvernement traite cette question est condamnable justement parce qu'elle donne du crédit à tes (à nos) opposants anti-science. 






Bien à toi,"

je ne suis pas d'accord avec l'emploi du terme "gripette", mais je reconnais que certains arguments portent, notamment sur la capacité réelle d'organiser une campagne de vaccination
réelle à l'échelle mondiale.
Anton




Cultilandes 17/10/2009 07:23


Eh oui Laurent Berthod! Que risque notre gouvernement à gaspiller l'argent des contribuables? Au pire un rapport de la Cour des comptes à postériori, dont les électeurs ne lui tiendront pas
rigueur.

Cela dit, je ne suis pas anti-vaccination. J'ai l'âge limite pour être déjà plus ou moins immunisé, je suis "bien
portant" c'est à dire que je risque peu une surinfection, je vis relativement isolé... Seul l'argument de la propagation du virus par les non immunisés peut justifier une vaccination de masse.


Laurent Berthod 16/10/2009 23:15


"Fallait-il en faire autant ?" Sur le strict plan de la santé publique, je ne suis pas assez expert pour avoir un avis.

Sur le plan politique, les responsables gouvernementaux ont tiré les conclusions logiques de la vache folle, du sang contaminé et de la canicule de 2003. A mon avis, surtout de ce dernier
épisode médiatico-sanitaire. En démocratie les peuples ont les élus qu'ils méritent. A précaution du peuple, précaution et demi des dirigeants. Ils ont bien raison de ne pas vouloir voir leur
carrière politique brisée et encore moins de se voir traduits en justice et mis au ban d'infamie.


anton suwalki 16/10/2009 20:44


Bien entendu, je ne peux qu'approuver les remarques de l'autre Pierre par rapport au SIDA, paludisme , interdiction du DDT comme moyen efficace et peu couteux de lutte anti paludéenne
(heureusement l'OMS a récemment enfin osé affirmer une position ferme sur l'utilité du DDT, meiux vaut tard que jamais), .Il est bon aussi de rappeler l'hypocrisie des dirigeants des pays du Nord
qui ne se préoccupent de fournir des vaccins anti-grippe à la planète dans la mesure uniquement où la pandémie pourrait atteindre "nos" populations. Quand il s'agit de maladies purement tropicales
qui ne tuent que les pauvres des pays pauvres, il y a curieusement  très peu d'empressement.Pour le moins qu'on puisse dire ! J"aurais sans doute dû le rappeler. Même si ça n'était pas le
centre du sujet. Rappelons que les activistes  comme l'ACECOMED ne cherchent pas à promouvoir le droit de tous à la vaccination et aux  tri-thérapies par exemple,ne dénoncent pas les
inégalités des individus davnt la maladie et la mort en fonction de leur naissance, mais cherchent à discréditer la médecine au profit de pseudo-médecines "naturelles" et "autres "savoirs
traditionnels" qui ne guérissent de rien, et surtout pas du HIV, notamment... Quand on voit sur le site  Santé Tropicale, comment galèrent les représentants de la médecine ne Afrique
pour trouver des compromis avec les "tradipraticiens" (et qui pourrait le leur reprocher compte tenu du pouvoir qu'ont encore les sorciers dans ces pays, nul doute qu'il faut composer, négocier
pour qu'ils acceptent l'intrusion de la médecine scientifque sans leur faire perdre la face, sinon ils ne coopéereront jamais,  ), l'activisme de petits blancs
 ,eux, bien vaccinés, qui cherchent à casser le travail des médecins africains qui font comme ils peuvent  n'en est que plus révoltant..


l'autre pierre 16/10/2009 17:17



Loin de moi l’idée de remettre en cause l’efficacité des vaccinations


Non seulement se vacciner est la façon la plus efficace de se prémunir contre une maladie mais aussi de protéger ses
contemporains en limitant sa propre excrétion virale.


Cependant pour la gripette A fallait il en faire autant


1 milliard d’euros dans des vaccins pour la france, aujourd’hui on ne sait quoi en faire .Il semble qu’une seule dose sera nécessaire,
pas de rappel. J’ais entendu que le projet du ministere serait d’envoyer des doses dans les pays du sud !!(a confirmer)


Si vraiment existe un souci de santé publique dans les ministères, à t’on évalué les besoins de ces pays, sida tuberculose et
paludisme.


Cette gripette est comme le disait Marc Gentilini « la pandémie de l’indécence »


Les pays du nord qui accordent des moyens financiers énormes à leurs petits problèmes et délaissent les véritables enjeux
sanitaires.


Proposer des vaccins grippe dans des pays ravagés par le paludisme, leurs interdire  en
même temps l’usage du DDT


Parler d’Indécence me semble  bien le minimum.



rageous 16/10/2009 15:42


"Le deuxième avantage de la vaccination est qu'en stoppant la progression (...)"
Essayez de leur faire entendre ça serait déjà une avancée notoire, visiblement ils ne veulent ou ne peuvent l'intégrer ni même le reconnaitre, pourtant c'est un fait
indiscutable... 
L'an passé, relayée par la presse, tout le monde a entendu parler de la FCO, 2 serotypes incriminés, l'un resté stationnaire qq temps auparavant dans le NE (arrivé par avion des pays du sud
aux Pays Bas) mais qui a gagné peu à peu du territoire en qq mois,  l'autre apparu depuis l'Espagne, cantonné qq mois à l'extrême SO, s'est propagé fissa dès la fin aout
2008 dans les départements qui touchent la chaine Pyrénées, dans le même tps vaccination obligatoire avec les 2 vaccins pour ceux du sud.
80% des bestiaux ont été vaccinés, seuls 20% d'irréductibles ont refusé, il n'empêche que la couverture vaccinale a fait son effet et mine de rien a aussi préservé les troupeaux non vaccinés,
sinon on en entendrait encore parler...
Un petit tour icihttp://www.giezoneverte.com/intervenants-zone-verte.php

Le site regorge de ce que Anton et bien d'autres (en passant par mes zigues) réfutent ici, un florilège de l'exaltation pseudo scientifique avec des plans de soins préventifs tout aussi
exaltants, je vous laisse apprécier...http://tinyurl.com/yzmqpcx


Désolée pour cette assertion purement spéciste...


Luc Marchauciel 16/10/2009 13:02


Yannick dit : "A quoi bon se vacciner quand on est bien portant "
Ben, c'est un peu l'idée de la vaccination, justement. Je crois que quand on est malade, la vaccination ne sert plus rien (je me trompe ?), et que quand on est mort elle est à coup sûr totalement
inutile.


Luc Marchauciel 16/10/2009 12:59


Ce matin, j'ai expliqué au patron de la boutique bio de mon bled (qui a l'avantage de vendre en gros des céréales qu'on ne trouve pas ailleurs) qu'il ne me verrait plus dans son magasin, à cause
des affihces antivaccination qu'il a exposées.  Il l'a mal pris.  Pour me venger, en sortant, je suis allé m'acheter le vaccin contre la grippe saisonnière (celui qui concerne le H1N1,
j'attends d'être convaincu :  je m'interroge sur une vaccination  qui arrive après le pic de l'épidémie, avec un vacin aussi peu testé)


Yannick Comenge 16/10/2009 11:11


Le monde n'est pas si manichéen. Je constate que vous connaissez peu le monde pharmaceutique, la distribution des AMM et enfin l'organigramme des instances décisionnelles concernant ce qui produit
pharmaceutique. Vous verre qu'à l'EMEA regne un ancien directeur du SNIP... pas très engageant comme gage de bonne pratique. Il y a des scandales (hors vaccination) comme l'Acomplia, Januvia,
celebrex... et la passoire de l'expertise dont on n'étudie les compromissions complexes. Il n'y pas de complot en soit. Mais des appétits. Un tel veut de l'argent son laboratoire et on pondra une
expertise sympathique. Tel autre voudra une médaille ou un poste interessant d'influence.

Pour la gripette, 50% des médecins et infirmiers ne veulent pas se vacciner. Y compris dans certains états américains. De là à dire que les petits groupuscule antivaccination soit responsable de
tout... c'est pas sérieux.
A quoi bon se vacciner quand on est bien portant et que la pandémie a fait moins 5000 morts depuis son départ... y compris dans des pays sous developpé... les arguments des vaccins à tout prix ne
tiennent pas.

Je crois qu'il faut réserver les vaccinations dans les cas de pandémie dure. Dans les cas de pathologie gravissimes (rage, polio, tétanos...). Mais pour une grippette, à quoi bon? D'ailleurs on
creve surtout de surinfection... rappelons qu'en 1918, il y avait pas d'antibiotique et qu'aucun chercheur ne sait véritablement de quoi sont morts les gens (virus ou surinfection je veux
dire).

En tout cas, votre propos est interessant.