Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 11:30



Une rafale d’alertes citoyennes tirée par  Luc Marchauciel

 

 

 


 

 

 

"Chers lecteurs du site Imposteurs,
 
Je vais emménager dans une chouette maison, mais qui est à proximité d'un élevage de pintades, volailles particulièrement bruyantes au cri particulièrement peu charmant.
J'ai envisagé les différents moyens de modifier cette situation à mon avantage (érection sur la colline de murs anti-bruits en plexiglas, développement de prédateurs affamés tels que le renard ou le blaireau, explosion nucléaire, etc.), et j'en suis arrivé à la conclusion que faire circuler de fausses rumeurs sur Internet était encore la méthode la plus  en phase avec mon époque.
J'ai donc rédigé ( et fait circuler) quelques "alertes" comme on en reçoit régulièrement dans nos boîtes mails, mais en y incluant toujours un faux lien Internet permettant à chacun de vérifier facilement  qu'il s'agit bien d'un canular.

Je lance donc ici, avec l'aide précieuse de l'ami Anton, un grand concours de Fakes : faites preuve d'imagination, et que chacun rédige ci dessous  un faux communiqué alertant l'Internaute sur les dangers de la consommation de viande de pintade, afin de me venir en aide dans mon courageux combat écocitoyen (anonyme et virtuel).
 
Note pour toute personne qui aurait eu l'idée saugrenue de vérifier les informations avant de faire suivre les mails alarmistes, et qui serait ainsi tombée sur ce site :
 il n'y a évidemment aucune raison de se méfier de la viande de pintade,
 
 c'était pour de rire, une sorte de canular pédagogique, pour alerter surtout sur la profusion d'infos non vérifiées..
 
Luc Marchauciel"



 

Pintades contaminées : le nouveau scandale sanitaire.

 
Des expertises indépendantes menées par le CRIIVol ont établi qu'une grande partie des pintades élevées en France, et notamment dans les départements du Sud du pays, sont largement contaminées par le monoxyde de dihydrogène, substance bien connue pour sa dangerosité à haute dose et pour son utilisation massive dans l'industrie chimique en tant que solvant particulièrement efficace (voir :
www.criivolailles.org ). Une relecture des études publiées, menée par l'équipe de Christian-Gilles Séralini, conclut à la présence massive en France  de cette substance toxique, pouvant aller jusqu'à 80% du poids de la volaille dans certains élevages ardéchois !!!
Le mutisme complice de l'Afssa, ainsi que des revues scientifiques à la botte de l'industrie de l'élevage avicole, nous amène à lancer l'alerte et à organiser une campagne de contre-information écocitoyenne auprès des consommateurs français et étrangers : au nom du principe de précaution, désormais inscrit dans la constitution, il apparaît indispensable de s'abstenir de toute consommation de pintade, cette volaille étant particulièrement sensible à la contamination par le monoxyde de dihydrogène.
 
Communiqué des Copains de la Terre, le 17/12/09
Plus d'informations sur
www.copainsdelaterred.org


 

                                        Des stocks de maïs OGM écoulés en France !

Trouvé sur le site Naturel Progrès (www.naturelprogrès.de). Faites le savoir ! Ne vous laissez pas contaminer ! Exigez de savoir ce que vous mangez !
 
"On a peine à le croire : malgré l'avis récent du Haut Comité aux Biotechnologies (HCB) relatif au maïs Mon810 de Monsanto, et malgré l'interdiction des cultures OGM ordonnée par le gouvernement, des stocks de maïs OGM -donc potentiellement très dangereux pour la santé car non naturels - ont été récemment écoulés dans l'Hexagone par des firmes agroalimentaires cherchant à rentabiliser ces productions dont personne ne veut. Selon nos informations, qui ne tarderont pas à être confirmées par les médias grand public, ces stocks de maïs contre-nature ont été notamment livrés à des élevages de pintades, dans plusieurs départements du sud de la Loire. Les firmes ont profité des fêtes de fin d'année pour abuser les éleveurs débordés par les commandes à cette époque. Les volatiles ont donc été contaminés par un aliment dont nous ne connaissons pas encore les effets, si ce n'est que nous savons qu'il provoque de graves mutations internes qui peuvent être transmises à l'homme (voir à ce sujet les travaux du CRIIGEN). Nous ne voulons pas être des mutants, nous voulons contrôler notre alimentation pour rester des êtres humains naturels !
Aussi, dans le doute, Naturel Progrès conseille de s'abstenir en cette fin d'année de consommer toute volaille, et notamment de la viande ou des œufs de pintade.
Les lecteurs trouveront sur notre site des conseils pour dénicher des produits de substitution pour cuisiner les plats adéquats, à partir notamment de tofu biologique.
 
Naturel Progrès, le 15 décembre 2009



 

 

Où sont passées les doses de vaccins contre le H1N1 ?

 

Tout le monde se souvient de la commande de 120 millions de doses de vaccin contre la grippe A effectuée avec fracas par le gouvernement français en juin dernier sous la pression de laboratoires pharmaceutiques trop heureux de pouvoir remplir leurs carnets de commande dans un contexte d'hystérie médiatique relayant à tout crin la propagande pasteurienne pro-vaccination.
Et depuis...
Depuis, il s'est avéré que la terrible menace n'était qu'une grippette, comme l'ont reconnu certains membres du gouvernement eux-mêmes (par exemple Madame Nadine Morano, qui est sur ce plan comme sur d'autres une goutte de clairvoyance dans un océan de bêtise).
Depuis, la campagne de vaccination de masse obligatoire s'est révélée être un échec complet, grâce à la résistance courageuse de la population, qui a été heureusement bien informée grâce à un certain nombre de réseaux et de chaînes de solidarité développées sur Internet.
Depuis, on a appris que ce vaccin inutile et plus dangereux que la maladie elle-même était suffisamment efficace pour agir avec une seule injection... et que les stocks servant à la deuxième, qui avait été prévue, sont donc inutiles.
Depuis, le complot pasteurien a été éventé... et le gouvernement se retrouve avec sur le bras des dizaines de millions de doses inutiles -du fait de l'injection unique mais ausi du refus massif de la population de tomber dans le panneau - ... doses dont il faut bien faire quelque chose, rentabilité oblige.
Selon une enquête menée par le journal en ligne "L'écocitoyen vigilant" (
www.ecocitoyenneteetvigilance.com), les stocks de vaccin surnuméraires ont été écoulés auprès des agriculteurs français, avec la complicité de la FNSEA (qui, comme chacun le sait, dispose de participations croisées dans plusieurs laboratoires phamaceutiques, mais aussi de solides appuis au gouvernement), en les faisant passer pour des vaccins contre la fièvre aphteuse - qui sont obligatoires, là aussi le choix n'est pas permis. Ainsi, des millions de bêtes ont reçu à leur insu une dose de ce vacin dont on ignore encore complètement les effets (même si l'on sait que les adjuvants type squalène qui y ont été ajoutés, encore une fois  au nom du profit , en font un cocktail détonnant du point de vue sanitaire).
Et c'est là que le danger est grand.
En effet, il a été prouvé, notamment dans la revue "Tout est à nous", qui s'appuyait sur un article de la prestigieuse revue scientifique "Nature", que le virus de la grippe H1N1, qui est le même que celui qui a frappé l'Europe lors de la grippe dite "espagnole", est une création artificielle provoquée par l'élevage porcin industriel, l'origine de l'épidémie étant située au Mexique dans un village hébergeant un tel élevage symbole de la barbarie productiviste. Or, les premiers résultats d'expertises indépendantes montrent que la vaccination des volailles contre le H1N1  pourrait favoriser une nouvelle recombinaison du virus avec celui, bien plus dangereux, de la grippe aviaire. Il semble que les élevages de pintades soient particulièrement concernés, celles-ci fréquentant volontiers leurs cousines sauvages revenues d'Asie au retour des beaux jours.
 
Deux mesures préventives, que chacun peut faire connaître en faisant circuler ce mail, semblent particulièrement adaptées :
1) Du côté des agriculteurs, il semble qu'il soit encore temps de construire d'ici à mars des abris totalement hermétiques permettant de confiner les volailles, et avant tout les pintades, dès les premiers jours du printemps. En tout état de cause avant les grandes migrations aviaires... qui sont aussi celles des virus.
2) Du côté des consommateurs, deux recommandations principales peuvent être avancées (consulter l'ensemble des recommandations sur notre site
www.ecocitoyenneteetvigilance.com) :
- préparer son corps à combattre l'éventuel virus mutant, par exemple par un traitement de fond homéopathique spécialement adapté (sur lequel travaillent déjà les laboratoires Boiron et Lehning)
- en cas de non respect des mesures de sécurité, sous la pression probable du lobby de l'industrie agro-alimentaire, il faudrait alors  s'abstenir de consommer toute viande de volaille, et notamment de pintade.
 
Nous avons connu la vache folle, nous ne voulons pas manger de la pintade folle ! Faites le savoir autour de vous !

 


 

 

 

     Des effets de Tchernobyl se révèlent plus de 25 ans après

Tout le monde connaît le refrain inventé par les autorités françaises à l'époque, qui nous l'avaient seriné sur tous les tons  : "le nuage de Tchenobyl s'est arrêté à la frontière"
Hé bien non !
Des experts indépendants du CRIICRAD viennent de démontrer ce qui avait jusque là été soigneusement nié par les autorités successives :le nuage de Tchernobyl est bel et bien passé sur la France, et ses effets différés se font encore sentir de nos jours de manière surprenante et inquiétante (voir le site
www.criicrad.com ).Dans un travail mené en commun avec les spécialistes (indépendants) des ondes magnétiques regroupés dans le CRIIREME (www.criireme.org ), ces scientifiques professionnels  ont établi que les micro-mutations successives qui se sont produites chez les volailles françaises depuis 1986, suite au passage du nuage, ont des conséquences néfastes sur la santé de ces animaux consommés par les humains. Lorsqu'elles sont couplées depuis une dizaine années avec le bain d'ondes électro-magnétiques qu'est devenu un Hexagone envahi par des antennes-relais installées sans contrôle et sans normes de sécurités, ces micromutations - on parle d'ailleurs de plus en plus de nanomutations, ce qui est encore plus inquiétant car encore moins décelable  - se traduisent par d'importantes perturbations du système endocrinien des oiseaux d'élevage, dont le taux de somatrine - une substance toxique pour l'humain - a considérablement augmenté depuis 20 ans, selon les dernières analyses publiées dans la revue scientifique Nexus.
En conséquence de quoi, il apparaît prudent, au nom du principe de précaution, et afin de ne pas être soi-même victime de nanomutations, de s'abstenir de consommer des volailles d'élevage, et notamment des pintades, dont l'estomac produit plus encore de somatrine que les poules ou les dindes.
Merci de le faire savoir autour de vous, l'Union Europénne refusant de définir les taux de somatrine acceptables dans les volailles d'élevage, sous la pression du lobby de l'agri-volaille industrielle. Il ne reste donc que l'information objective et indépendante des réseaux Internet pour que le consommateur puisse exercer sa vigilance solidaire.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Congelé 10/08/2010 12:53


Pour donner suite a OGM sur le passage horizontal d'un gène de glyphosate, ce gène antigel risque d'empêcher une congélation correcte de l'oiseau ce qui peut mener au développement de bactéries
pathogènes chez l'humain. Selon le Hong Kong institute for the development of avian pathologies (HKIDAP), il est impératif que ces oiseaux soient consommés frais pour éviter le danger de
développement de botulisme.


Capitaine Poltron 15/02/2010 14:55


C'est pas moi, c'est un nouveau gadget d'overblog.


GFP 15/02/2010 13:42


En fait Capitaine je sais pas comment vous faites. Vous êtes vraiment trop fort en html! Il faudra que vous m'expliquiez un jour comment on peut reproduire à l'identique la page d'accueil d'un
autre site web par l'intermédiaire d'un simple commentaire. Vous m'en bouchez un coin.


anton suwalki 15/02/2010 12:59


amusant que le CRIIGEN nous réponde, par "sociologue" interposé...Misère de la sociologie!.Allez, on va lui répondre. 


Capitaine Poltron 14/02/2010 22:33


Une découverte scientifique du CRIIGEN. Si!




Joseph 04/01/2010 17:40



Ode à Pintade et non à Pindare ou comment siffler la fin de la grippe aviaire.


 


C'est l'occasion de prendre la plume (c'est la dernière de mon croupion, mais l'occasion était trop belle) pour rendre
hommage à Luc qui connait le contexte d’une ferme avicole.


 


N'ayant pas peur d'être prise en grippe, Luc, délaissant ses pâturages, a entamé un sacré chicken run pour lever tous
les canards boiteux et débusquer tous les canulars.


 


Résolument déterminé à voler dans les plumes de ceux qui ne respectent pas les contrats et qui se moquent des
obligations juridiques, Luc s'est penché sur la problématique des pathologies liées au stress chez nos amies les bestioles à plumes.


Tout d'abord, félicitons le pour son travail de désinfantilisation.


Luc a un sacré abattage, prenez-en de la graine.


Sortant de sa coquille, mettant en jeu son intégrité physique, il a entamé une véritable partie d'échec contre ce fléau
qui est positionné en H5N1.


Gageons qu'il aura droit dorénavant à son billet hebdomadaire dans le canard déchaîné.


La fin du déconfinement des gallinacés signe le retour du confit de canard.


 


Certaines langues se délient et caquettent déjà qu'il pourrait négocier un contrat marketing grassement payé chez le
Père Dodu.


Il paraît qu'il aurait pris son téléphone rose pour piailler à Vier, adorable petit village des Pyrénées-Orientales, où
Monsieur le Maire lui aurait personnellement certifié qu’à ce jour, aucun cas de grippe à Vier n’avait été détecté.


Grâce à lui, Donald et ses neveux, arborant leurs plus belles plumes, pourront reprendre leur promenade au parc
Disney.


Les cigognes pourront décrire de belles spirales pour leur vol nuptial au dessus de l'Alsace.


 


Pour un pays dont l'emblème est le coq, notre terminologie est mal adaptée, cela nous révulse tous et nous fait claquer
du bec.


Un poulet qui gratte à longueur de journée son tas de fumier ne mérite-t-il pas lui aussi d'être apostrophé d'oiseau
mi-gratteur?


 


Pour les aviculteurs, sachez tout d'abord qu'il est inutile d'obliger les hôtes de la basse cour à porter des masques à
gaz.


Les masques tombés, retour de la drague, on entendra à nouveau les tourtereaux roucouler et piailler d'impatience en
attendant que le soleil se couche.


 


Pour résoudre une énigme ancestrale, et sans appréhender de marcher sur des œufs, on peut affirmer en parlant des
gallinacés que le pseudo-paradoxe de l'œuf et de la poule n'en a jamais été un.


Croyez-en des années d'expérience, j'en ai franchi des distances qui m'ont obligé à baisser ma crête en évitant les
nids-de-poules, il est évident que c'est l'œuf qui est né avant la poule, puisque les poules arrivent toujours en retard. Normal, elles n'ont pas non plus toujours envie de passer à la casserole,
leur sort n'est pas forcément enviable. Cela explique qu'elles ont souvent mi-graine.


 


Quoi qu'il en soit, il ne faut pas s'étonner que les jeunes coqs noient leur chagrin dans ce nectar doré qui pousse sur
les coteaux d'Alsace et qu'on appelle l'or de la vallée du Rhin. D'où cette autre célèbre expression "coq au vin".


 


Alors gardons un peu de considération pour la pintade, qu'elle reste notre coqueluche. Ne lui dites plus d'aller se
faire cuire un œuf, n'en faites pas tout un plat.


 


En l'honneur du gibier à plumes, mettons en œuvre l'adage de Henri IV, offrons à nos compatriotes une poule au pot tous
les dimanches (surtout depuis l'invention de la cocotte-minute).


Normal, de nos jours, les poules sont souvent au menu du jour, on ne peut plus parler de poule de luxe.


En tous cas, ce soir quand je rentrerai chez moi, je serais accompagné d’une belle dinde. J’en salive d’avance. Pour
moi, ce sera comme si j’avais mis la main sur la poule aux œufs d’or. De quoi en avoir la chair de poule.



Capitaine Poltron 01/01/2010 23:29


Oui ! J'adore les prestation de GES dans les revues grand public. Voyez
donc celle ci (p 4)


alerte OGM 01/01/2010 23:07


C'est trop. J'espère que vous avez apprécié la prestation publicitaire de GES dans "mieux pour moi" ?


Luc Marchauciel 01/01/2010 18:02


Félicitations à Alerte OGM pour cette alerte sur le tranfert horizontal d'un gène du maïs à la dinde, je m'incline respectueusement.


ZOE 30/12/2009 13:23


Bon , moi je vais faire court . Parceque la vérité est simple .
Les pintades sont des extra-terrestres .
Je vous laisse en tirer les conclusions vous même ....


alerte OGM 30/12/2009 12:56


Vous aussi, comme d'autre courageux internautes, faites suivre l'information ! suivez le bon exemple :

http://www.i-services.net/membres/newsbox/fiche_news.php?uid=151229&sid=97380&idbox=1643&id=24277&show=new
N'oubliez pas : plus que 24h pour éviter une catastrophe sanitaire d'ordre tchernobilesque ! 


Alerte OGM 30/12/2009 00:06



Alerte


Dans une récente étude (http://ir.lib.nchu.edu.tw/handle/309270000/30071), des chercheurs de la National Chung Hsing University, Hsin-Mei Ku et Hsin-Sheng Tsay, viennent de montrer la réalité
d'un phénomène craint par les lanceurs d'alerte et le CRIIGEN mais encore jamais mis en évdence : le transfert horizontal d'un gène du maïs à la dinde ( Meleagris gallopavo ). Il s'agit du gène
gly12 du maïs qui contrôle l'espression de l'enzyme glyphotase (gène pris chez une bactérie et transmis par transgénèse aux diverses variétés de maïs Bt par les falsificateurs du vivants payés
par Monsanto).


Déjà, en août 2000, une étude de l’Université de Leeds avait montré que l’ADN n’est pas complètement dégradé dans les aliments pour animaux : ni par la plupart des conditions de transformation
des produits commerciaux, ni au cours de l’ensilage. Chez l’Homme, T. Netherwood et ses collègues montraient en 2004, la persistance de l’ADN transgénique dans le tube intestinal et un transfert
de faible intensité de cet ADN aux bactéries de la microflore.


Selon les chercheurs, les adipocytes (cellules de la graisse) des animaux contaminés produiraient un précurseur du glyphosate, le methyleneaminoacetonitrile (MAAN). Or une étude de l'université
de Caen, publiée dans Chemical Research in Toxicology fin décembre 2008, met en évidence l'impact de diverses formulations et constituants de ce pesticide sur des lignées cellulaires humaines.


l’Office canadien de commercialisation du dindon noir (OCCDN) vient d'émetre une alerte et conseille à tous les producteurs de ne plus utiliser de maïs OGM dans l'élevage du Dindon. C'est
également le cas de la Minnesota Turkey association (MTGA) et de la Midwest Poultry Federation aux USA. Le CIDEF (Comité Interprofessionnel de la Dinde Française) ne s'est pas encore prononcé,
mais selon toute vraissemblance il ne saurait prendre le risque d'être accusé ultérieurment d'empoisonnement.


Si vous avez mangé de la dinde pour Noel, inutile de paniquer, les effets ne se feront probablement pas sentir avant des années. Ne contactez pas le centre anti-poison, c'est inutile. Par contre
vous pouvez commencer votre détoxication en suivant un régime homéopathique de SEVENE PHARMA, laboratoire dont le profeseur Séralini, experts es OGM, est le conseiller scientifique. Vous pouvez
égalemnent vous procurer d'autres produits naturels détoxifiants conseillés également par le professeur séralini et l'université de Caen : http://airnaturel.free.fr/on_en_parle/MIEUX_POUR_MOI.pdf


Dans le cas ou vous vous apprétriez à consommer de la dinde, renoncez. ET FAITES SUIVRE L'ALERTE, C'EST UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT.



Michelle Julien 29/12/2009 18:15


Je n’ai pas le temps d’écrire une prose pour vous, néanmoins, LA Spécialiste, L’Experte et LA Docteure es-médias veut bien daigner se rabaisser à vous prodiguer quelques conseils :

1. Organisez une conférence de presse

2. Présentez-vous aux journalistes comme étant LE Spécialiste Expert des gallinacés

3. Affublez-vous du titre ronflant de « Docteur », même si vous devez votre doctorat à une thèse sur la culture de la patate douce en milieu aquatique

4. Ponctuez votre intervention de « les Français ont compris » (grâce à vous, bien sur), « les Français savent » (grâce à vous, ça va de soi)
 
5. Parlez de vous-même à la troisième personne : « pour LE Spécialiste des gallinacés, pour LE Spécialiste des pintades… »

6. Finir votre discours par un tonitruant « les pouvoirs publics et l’industrie de la pintade sont des incompétents et des corrompus »

Les journalistes vont adorer ! Et le public suivra, forcément

Moralité (à cette petite fable) : les « dindons de la farce » ne sont pas toujours ceux que l’on croit


anton suwalki 29/12/2009 15:52



Merci Luc, même si on peut te reprocher une vision typiquement « spéciste » de la question
pintadière J.  Quoiqu’il en soit , ta veille
citoyenne s’inscrit dans la tradition d’alerte d’Imposteurs :


 


http://imposteurs.over-blog.com/article-18926224.html


 


http://imposteurs.over-blog.com/pages/Pour_rire_un_peu_Petition_demandant_un_moratoire_sur_les_pressecitron_electriques-41727.html


 


http://imposteurs.over-blog.com/article-20983275.html


 


http://imposteurs.over-blog.com/article-19176100.html


 


http://imposteurs.over-blog.com/article-15694738.html


 


http://imposteurs.over-blog.com/article-31448993.html


 


Rappelons par ailleurs que nous n’avons pas attendu Corinne Lepage pour organiser la défense du statut d’impunité juridique des
lanceurs d’alerte et pour prêcher le dogme de l’infaillibilité du discours anti-OGM :


 


http://imposteurs.over-blog.com/pages/Appel_pour_la_liberte_et_le_droit_de_mentir_sur_les_dangers_des_OGM-152818.html


 



Laurent Berthod 29/12/2009 14:17


Moi, c'est bien simple, j'aime pas la pintade. Quand j'en fais cuire et encore plus quand je la découpe, je trouve que ça exhale une sale odeur naturelle de poulailler
et de fumier de volaille !


Cultilandes 29/12/2009 13:53


Je ne suis pas doué pour l'écriture, alors je me contente de lancer des pistes: - La pintade est omnivore. Dans la nature elle mange des souris, des grenouilles... Les éleveurs concentrationnaires
leur font consommer des déchets d'abattoir dont la législation interdit la consommation par les bovins depuis l'épidémie de vache folle... - La pintade est originaire d'Afrique, elle n'est donc pas
faite pour vivre sous nos climats. Elle véhicule de nombreuses maladies et parasites africains (vous avez le choix) qui n'ont pas de prédateurs naturels en Europe... - Les pintadeaux élevés en
couveuse artificielle sont séparés de leur mère avant la naissance, dès la ponte, même... Ils ne peuvent donc pas téter et être immunisés par le colostrum. On les bourre d'antibiotiques. - Les
pintades restant très sauvages, très craintives, on pratique des rafles nocturnes dans les poulaillers pour les emmener à l'abattoir. Je vous laisse imaginer... Bon appétit. Bonne année.