Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 15:43

 

On nous signale une conférence de Brigitte Axelrad, à Montpellier le 17 mai 2013 à 19h00 sur le thème : Les ravages des faux souvenirs ou la mémoire manipulée en thérapie.


Lieu : CORUM de MONTPELLIER, Salle du Belvédère (entrée sur la gauche ou par l’ascenseur face au tram).L’entrée est libre et gratuite.


Brigitte Axelrad, membre du comité de rédaction de Science et pseudo-sciences, est professeur honoraire de philosophie et de psychosociologie. Elle a enseigné la Psychologie à l’Université Stendhal de Grenoble. Elle est l’auteur du livre Les ravages des faux souvenirs ou la mémoire manipulée, paru en septembre 2010 aux éditions Book-e-book, dont vous trouverez ci-dessous la note de lecture que j’avais rédigée à l’occasion de la sortie de ce livre.

Anton Suwalki

 



Dans les années 1980, une vague d’accusations d’abus sexuels déferle aux États-Unis.  A l’issue de psychothérapies fondées sur les« thérapies de la mémoire retrouvée », des adultes se « souviennent » avoir subi au cours de leur enfance des abus sexuels de la part de leurs parents.

 

En quelques dizaines de pages et sous forme de questions/réponses, Brigitte Axelrad, professeur de philosophie et de psychosociologie, expose les bases théoriques et la manipulation mentale des TMR.

 

Au départ, la théorie de l’inconscient de Freud,  sondeur de l’âme des bourgeoises viennoises en proie à l’ « hystérie », qui conclut à la fin du XIXème siècle que celle-ci avait immanquablement son origine dans un traumatisme de l’enfance  refoulé, et que la séduction (un abus sexuel commis par le père) en était invariablement la cause. Puis, après avoir maintes fois extorqué à ses patientes la « preuve » du bien-fondé de sa théorie, Freud abandonna purement et simplement celle-ci et élabora le complexe d’Oedipe, substituant à la séduction le fantasme de séduction, sans remettre le moins du monde en cause sa méthode anti-scientifique d’interprétation de l’inconscient.

 

         Totalement contradictoire avec la première, la seconde théorie de Freud n’en était pas moins arbitraire et dangereuse : dans le cas de la deuxième, des abus sexuels réels peuvent être ravalés au rang d’affabulations d’enfants amoureux du parent du sexe opposé et en rivalité avec le parent du même sexe. C’est néanmoins la première théorie de Freud et les psychothérapies qu’elle a inspirées qui ont produit les dommages les  plus visibles à la fin du 20ème siècle.

 

         Aux USA, jusqu’à plusieurs centaines de patients de thérapeutes des TMR par an, généralement des femmes de la classe moyenne, ont accusé des parents d’abus. Au départ, parfois une consultation pour un simple mal-être, puis un scénario tragiquement routinier : grâce au « travail » accompli avec le thérapeute, le patient « comprend » que son mal n’est que le symptôme d’un mal plus profond et refoulé, que le thérapeute finit par faire jaillir et réussit à lui faire admettre par les clefs classiques de la manipulation freudienne et des relations malsaines patient et thérapeute. Si le patient n’arrive pas au souvenir qu’attend de lui son directeur de conscience, il « résiste », il « est dans le déni », et le thérapeute le prévient que son état risque d’empirer s’il ne passe pas aux aveux.

 

Les allégations d’inceste ainsi obtenues, et qui déchirèrent des milliers de familles, avaient valeur de preuve selon un argument des praticiens des TMR typique de la langue de bois du freudisme orthodoxe : « c’est le subconscient qui produit les preuves… dépression, manque d’énergie, mépris de soi, il n’y a  pas d’effet sans cause»… Et ce genre de preuves suffit malheureusement parfois à de prétendus experts des tribunaux.

 

         Fort heureusement, cette vague d’obscurantisme d’inspiration psychanalytique suscita une résistance, et la False Memory Syndrome Foundation fut créée en 1992. Parmi ses membres, des familles de victimes, d’éminents psychiatres,  ainsi qu’Élisabeth Loftus,, la psychologue à qui revient le mérite d’avoir prouvé de manière expérimentale qu’on peut fabriquer de toutes pièces des faux souvenirs (2) . Les affaires de souvenirs retrouvés ont quasiment disparu aux USA.

 

La malléabilité de la mémoire la rend perméable à la suggestion, y compris à la suggestion de souvenirs aussi pénibles que ceux d’abus sexuels. Il est désormais bien établi que même la précision parfois étonnante des souvenirs n’est aucunement garante d’une plus grande véracité.

 

Brigitte Axelrad remarque qu’il est donc strictement impossible de faire la distinction entre un vrai souvenir et un faux fabriqué par la suggestion, sans corroboration extérieure..   

 

         Ce livre devrait être mis entre toutes les mains, à commencer par celles de certains représentants de justice…

Anton Suwalki

 


 

(1) Un livre publié par les Éditions book-e-book, dans la collection une chandelle dans les ténèbres

(2) Pour plus de détail sur les travaux d’Elizabeth Loftus, lire notamment : « Les nouveaux psys », ce que l’on sait aujourd’hui de l’esprit humain, Éditions Les arènes

Partager cet article

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Divers
commenter cet article

commentaires

http://www.carpediemfrance.fr 20/06/2014 03:37

Merci beaucoup pour cet article. Sympa.

réparation iphone 4 01/06/2014 11:30

On en veut encore traité de cette manière. Continuez.

Réparation iPhone marseille 01/06/2014 02:57

Merci beaucoup pour cet extrait de littérature. Sympa.

réparation iphone marseille 27/05/2014 19:03

Trés bon travail d'analyse !