Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 14:16

Le 26 mai 2010, j’ai publié un billet intitulé :

 

Une nouvelle tendance dans le débat climatique : les climato-vertueux

 

Dans ce billet, j’ai qualifié de « journalistes militants » Hervé Kempf et Stéphane Foucart du Monde. Ce dernier a trouvé ce qualificatif choquant et m’a contacté en privé pour me demander des explications, estimant faire correctement son métier de journaliste.

 

Nous avons engagé une correspondance cordiale et très intéressante. Il m’a donné à relire un certain nombre de ses articles, plus équilibrés et mesurés que je ne le pensais. Il a défendu ses points de vue avec pugnacité et m’a convaincu de sa bonne foi, même si je ne suis pas convaincu par la totalité de ses arguments. Je continue à revendiquer un certain scepticisme (*),  notamment à l’égard de cette institution hybride qu’est le GIEC. La discussion engagée avec M. Foucart  continue, et je trouve ça très positif.  J’essaierai de publier une synthèse de ces échanges , s’il est d’ accord.

 

Anton Suwalki

(*) ce qui ne veut pas dire pour autant adhérer au climato-scepticisme au sens que prend habituellement ce terme

Partager cet article

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Divers
commenter cet article

commentaires

cdc 23/07/2010 12:08



Tous les articles de Foucart que j'ai lus sur le GIEC sont totalement dépourvus de la moindre attitude critique, et il clame toujours et partout que les contradicteurs sont tous
stipendiés par les pétroliers. Son article sur les Cent fautes de Claude Allègre est un modèle de mauvaise foi - alors peut-être est-ce un homme charmant dans le privé mais il ne fait aucun doute
qu'en ce qui concerne le GIEC et les problèmes climatiques, il agit en militant, disons comme un  George Monbiot (et non un Fred Pearce) en UK.



GFP 16/07/2010 21:57



Que M. Kempf soit un militant ne fait aucun doute. Je ne le considère même plus comme un journaliste, il est trop aveuglé par son idéologie décroissante.


Pour M. Foucart, c'est plus difficile de se faire un point de vue. Le 10 février il écrivait un article intitulé "OGM: opposants et promoteurs renvoyés dos à dos". Le titre était un peu
étrange à mon gout mais c'est le seul article que j'ai trouvé dans la presse qui relatait les manipulations grossières du criigen sur les études de toxicité des maïs GM. Il était par contre trop
tendre avec Séralini. Certaines de ses déclarations auraient mérité une mise au point, notamment quand Séralini affirmait que "les travaux du Criigen « ont été analysés et publiés par un des
meilleurs journaux de sciences biologiques". Il aurait été bon de rappeler que le journal en question n'est pas validé par la communauté scientifique et qu'il ne possède aucun facteur
d'impact, en gros l'"un des plus mauvais journaux de sciences biologiques."


Je m'étonne aussi qu'après avoir exposé les méthodes trompeuses du criigen M. Foucart, 5 mois plus tard, dans un article du 8 juillet dernier intitulé "Les Etats-Unis prêts à autoriser un
saumon OGM", donne à nouveau la parole à Séralini sans le présenter en tant qu'opposant aux OGM ni équilibré les propos de cet activiste en interviewant un vrai toxicologue sur la toxicité
potentielle de ce saumon. Ce paragraphe avec Séralini faisait un peu tâche dans un article par ailleurs très équilibré. C'est aussi le seul article de presse que j'ai trouvé sur ce poisson GM où
il était rappelé que les saumons élevés actuellement n'ont plus rien à voir avec leur équivalent sauvage.


Bref, pour les OGM je ne crois pas qu'on peut qualifier M. Foucart de "militant". Pour le climat j'en sais rien, c'est un sujet que je maitrise pas du tout, par manque de connaissances et de
temps pour en étudier les différents aspects. Je n'en ai pas lu les articles sur le sujet dans Le Monde. Je ne peux donc pas m'exprimer sur ce point en particulier.


Si M. Foucart autorisait une publication d'une synthèse des échanges ce serait intéressant.



Laurent Berthod 16/07/2010 15:44



A mon humble avis, le problème de Foucart est plus dans ce qu'il n'écrit pas que dans ce qu'il écrit.