Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 21:00

Même si le tsunami consécutif au séisme a fait beaucoup plus de victimes immédiates, il est assez compréhensible que d’aussi loin, on s’intéresse peut-être plus à l’accident nucléaire que la majorité des japonais eux-mêmes qui ont d’autres priorités . Ca n’est pas forcément par absence de compassion pour les victimes de la catastrophe naturelle. La récupération immédiate de l’évènement des anti-nucléaires samedi à Paris me semble par contre à la limite de l’indécence.

 

L’accident a donc été reclassé par l’ agence internationale ,aujourd’hui au niveau 6 sur l’échelle INES qui en compte 7, classification que conteste l’autorité japonaise. Tchernobyl est jusqu’à présent le seul accident ayant atteint le niveau 7 , « accident majeur » . 

 

Une information claire , neutre et factuelle,  et mise à jour très régulièrement, est disponible  sur le blog de Sylvestre Huet, journaliste scientifique à Libération, qui fait là un beau travail :

 

 

Le blog de Sylvestre Huet

 

 

INES NUCLEAIRE

 

 


 

Je  réagis également au commentaire posté cet après-midi par Romain Thomas, assez agressif, mais reconnaissons-le, plutôt bien écrit. Pour une fois qu’un de nos "adversaires" fait preuve d’un peu esprit, ça mérite d’être  souligné.

 

Il est vrai que l’écho médiatique de cet incident (accident nucléaire de Fukushima, mars 2011) est sûrement inversement proportionnel à sa gravité : il ne s’agit que de pollution de nature radioactive et biologique (de l'uranium bio) !

 

Vous devriez défendre encore et toujours comme ceci le nucléaire qui fait encore une fois de plus preuve d'une grande transparence...

 

Une seule solution : la décroissance cher Monsieur, et aussi bien économique que démographique. Mais si nous voulons continuer à croitre comme des abrutis, alors là, je soutiens votre blog : vive le nucléaire pour chauffer les serres de cultures hors-sol d'OGM...

 

Sournoisement votre,

 

RT.

 

 

- Je pense que le Japon et l’autorité de sureté nucléaire japonaise ont d’autres chats à fouetter que de communiquer au monde entier. De fait l’évacuation de la zone sur un rayon de 20 kilomètres constitue une information. La transparence est évidemment nécessaire, mais pas non plus dans n’importe quelle condition. L’information doit se faire en temps voulu, et compte-tenu de l’évolution de la situation. On peut comprendre que personne n’aurait rien à gagner à créer une psychose ajoutant au chaos créé par le séisme et le tsunami. Il serait par contre très fâcheux d’apprendre que l’autorité ait caché ou retardé la communication d’informations avec pour conséquences de mettre davantage en danger les populations. On en jugera un peu plus tard, voulez-vous ?

 

- Sur la décroissance, quand je compare le bilan humain (provisoire, certes) d’un séisme d’une magnitude exceptionnelle au Japon avec celui d’un séisme beaucoup moins important en Haïti , je me dis qu’à  tout prendre, je préfère les inconvénients de la « croissance abrutie » à ceux d’un pays qui a la chance de ne pas l’avoir connue, ce qui veut pas dire que je confond Produit Intérieur Brut et Bonheur Intérieur Brut. Mais je n’ai jamais lu quoi que ce soit sur la décroissance qui me convainque qu’il s’agit d’autre chose que d’une utopie réactionnaire.

 

-Ce qui m’inquiète le plus, ce sont les idées malthusiennes qui vont avec la décroissance et économique. Vous n’en avez sans doute pas conscience, mais le contrôle de la population (que ce soit dans un sens malthusien ou au contraire populationniste) a presque toujours été mis en œuvre par des régimes totalitaires, et je ne vois pas comment on pourrait imposer cela aux seules populations qui croissent (encore) rapidement dans le Monde sans avoir recours à des méthodes totalitaires. Je suppose bien entendu que vous ne défendez pas cela…

 

Anton

-                       

Partager cet article

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Divers
commenter cet article

commentaires

laterjuju 22/03/2011 07:12



Ooops il fallait lire "la dose a partir de laquelle je risque un cancer" et non pas "la dose qui me garantit un cancer"...  Ce qui change tout bien evidemment... 



laterjuju 22/03/2011 06:59



Quelques liens vers les donnees de radioactivite (debit de doses)...


Les trois premiers sont des donnees "privees" que des amis relaient sur internet... 


http://park30.wakwak.com/~weather/geiger_index.html


http://www.ustream.tv/channel/ガイガーカウンタ


http://www.ustream.tv/channel/hino-tokyo-geiger-counter-feed


http://rcwww.kek.jp/norm/index-e.html


Deux liens officiels... 


http://www.bousai.ne.jp/eng/


http://public.tableausoftware.com/views/JapanRadiationLevels/JapanRadiationLevelsDashboard


Le deuxieme est tire de la version japonaise du premier... il est particulierement interessant car il donne acces au donnees brutes de toutes les stations... 


Et un lien Criirad (dsl...). Meme si je ne partage bien evidemment pas leur
alarmisme, je reconnais pour le coup que leur travail de compilation des donnees n est pas inutile pour qui ne lit pas le japonais... En plus pour le coup il s agit de donnees quantitatives
(Becquerels par m3 d air)


http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon/pdf/courbes-tokyo15au17-03.pdf


Depuis hier, les vents soufflent vers l Ouest et le SUd-Ouest... Et il pleut... La ou je suis, on est passe a 0.00015 microsieverts de l'heure...Soit 3-4 fois la normale... J attend deja les gros
titres dans les journaux francais...


En ne prenant en compte que cette exposition (et non pas ce que je pourrais respirer/ingerer, ce pour quoi il a y a encore peu de donnees), et dans l hypothese que le niveau ne varie pas... Il me
faudra encore rester ~77 ans avant d atteindre la dose des 100 millisieverts qui me garantissent un cancer... 


Bref, je suis pas vraiment sur d avoir vraiment envie de rentrer !!



dark moon 21/03/2011 20:56



@Luc "Dark, ne rigole pas, parce que que selon Pièces et Main d'Oeuvre, avec ta petite recherche
sur Google, tu es toi aussi complice"


misère !, je vais de suite m'autoflagéler avec une poignée d'orties bio...



Matrok 21/03/2011 13:30



@ Luc :


Ah ben non, je ne connaissais pas jusqu'ici le blog de Valérie Borde. Ce que je voulais dire c'est que Imposteurs et Sciences² font tous les deux partie des blogs que je lis le plus
régulièrement, parmi d'autres souvent très différents... et un peu hors-sujet ici.



Luc Marchauciel 21/03/2011 08:41



@ Matrok :


Pure curiosité : c'est quoi ton autre blog favori ?


Celui de Valérie Borde ?



Matrok 20/03/2011 22:22



Je suis assez content de voir Imposteurs recommander la lecture de Sciences², puisqu'il s'agit de deux de mes blogs favoris...


Un petit pinaillage en passant : ce n'est pas Fukushima Daïchi, mais Fukushima Daiichi, avec deux "i", car en japonais cela correspond à un mot composé qui s'écrit avec deux idéogrammes, le
premier se lisant "dai" (numéro) et le second "ichi" (un).



Laurent Berthod 20/03/2011 13:14



"Etant donné que ce groupe diffuse ses âneries par Internet"


 


Aneries qui ressemblent fort à du mépris, de la haine et des menaces brandies comme une punition de l'humanité qu'ils méprisent. Ce sont des pauvres types.
=> Poubelle.



Luc Marchauciel 20/03/2011 09:07



A l'origine, le texte copié collé par Manu sans citer ses sources (toujours le même souci de l'éthique...) est un texte du groupe technophobe Pièces et Main d'Oeuvre (ceux qui sabotent les
réunions publiques sur les nanotechnologies), qui a eu un certian succès parce qu'il a été mis en avant par Rezo.net)


http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/On_vous_l_avait_bien_dit.pdf


On peut y lire des perles de ce genre :


""Votre portable, votre ordinateur, votre lecteur DVD, votre écran plat, votre box
Internet, votre lecteur MP3, votre tablette numérique, votre machin à lire des « livres électroniques », à quoi tournent-ils ? Cette quincaillerie moderne et tellement pratique nous précipite dans l’abîme – carbonique ou
nucléaire."


ou


""Les technologies numériques tuent ces jours-ci au Japon."


Eatnt donné que ce groupe diffuse ses âneries par Internet que Manu les recopie via le même média, on peut donc les considérer comme complices de meurtres en masse
(dans leur vision, parcce que dans la réalité, le nucléaire au Japon perd l'heure actuelle 1 morts contre 14 000 face à la Pacha Mama en colère)


Dark, ne rigole pas, parce que que selon Pièces et Main d'Oeuvre, avec ta petite recherche sur Google, tu es toi aussi complice :


"chaque recherche sur Google brûle autant qu’une ampoule basse consommation pendant une heure"


 



dark moon 19/03/2011 23:28



c'est le moins que l'on puisse dire



http://www.google.fr/search?hl=fr&client=ubuntu&hs=hzP&channel=cs&sa=X&ei=piuFTYqLMoXKhAeQ25yzBA&ved=0CGYQBSgA&q=L%27apocalypse%C2%A0%C2%BB+en+cours+au+Japon+est+tout+sauf+inattendue+et+impr%C3%A9vue&spell=1


28000 resultat d'après google.


lobotomisation ?



loup garou 19/03/2011 12:01



@Manu, incroyable le nombre de bots "copieurs-colleurs" en ce moment... qui se délectent du malheur des Japonais chez qui les survivants pour l'instant et quoi que vous en disiez souffrent plutôt
du froid, de la faim, du manque d'eau que des radiations !



Manu 19/03/2011 11:38



« L’apocalypse » en cours au Japon est tout sauf inattendue et imprévue. On peut en dire comme de bien d’autres malheurs : vous en savez déjà suffisamment, nous aussi. Ce
ne sont pas les informations qui nous font défaut, ce qui nous manque, c’est le courage d’admettre ce qui nous arrive et d’en tirer enfin les conséquences. Voici cinquante ans que nous vous
mettons en garde, nous, prophètes de malheur, oiseaux de mauvais augure, cassandres, obscurantistes, rabat-joie, écolos rétrogrades, punitifs, intégristes, ayatollah verts, anarchistes
irresponsables, baba cool… Cinquante ans que vous nous invitez à retourner vivre dans une caverne d’Ardèche, vêtus de peaux de bêtes, éclairés à la bougie et nourris de lait de chèvre.


 


Vous n’avez jamais eu le temps ni l’envie de vous opposer au nucléaire. Vous n’avez jamais manifesté, pas même contre SuperPhénix à Malville en 1977. Votre mode de vie n’est pas négociable. Vous
vous éclairez au nucléaire, à en tuer l’obscurité nocturne dans les villes ; vous vous chauffez au nucléaire ; vous produisez et consommez au nucléaire ; vous vous connectez au
nucléaire ; vous vous déplacez au nucléaire (TGV, voitures électriques) ; vous travaillez pour le nucléaire et vos emplois valent plus que vos vies. Vous votez pour le nucléaire. Vous
vivez par le nucléaire, il n’est que trop normal que vous mourriez par le nucléaire ; lentement à coup de cancers disséminés dans l’environnement ; brutalement quand « l’accident
qu’on ne pouvait pas prévoir » fait enfin sauter Bugey, Cruas, le Tricastin ou l’une des 58 centrales qui vérolent le pays le plus nucléarisé du monde. Jamais vous ne vous y êtes opposés. Le
nucléaire paie la taxe professionnelle, vos piscines municipales, vos salles polyvalentes, vos courts de tennis. Vous l’avez choisi. Vous l’avez mérité. Pas de jérémiades le jour où vous devrez
bondir avec toute votre famille dans votre voiture pour fuir une zone irradiée et bouclée par l’armée. Ne nous parlez pas de vos enfants, des générations futures, de leur avenir, de
« développement durable » et « d’énergies alternatives ». Toute votre existence prouve assez que vous vous moquez de ces mots creux. Que si ces lignes vous scandalisent,
joignez le geste à la parole et prouvez enfin par vos actes que vous n’êtes pas complices du sort qu’on vous fait. Mais comment le croire.


 


Vous en savez suffisamment, nous aussi. Mais qu’à cela ne tienne, on va faire semblant encore une fois. On va encore une fois faire comme s’il vous manquait les informations et les idées pour
vous faire une opinion et agir en conséquence. Et vous pourrez toujours nous renvoyer dans nos cavernes d’Ardèche.



Laurent Berthod 19/03/2011 10:42



Hier il y a eu un billet dans lequel Huet disait qu'il sortait d'une conférence de presse (de l'ISPRN, je crois). Dans le billet il indiquait que les techniciens maintenus à la centrale
étaient une cinquantaine, chiffre trop faible à son avis pour assurer une rotation suffisante et il était très alarmiste sur les doses auxquelles s'exposaient les intervenants à la centrale
de Fukushima. Il indiquait l'heure à laquelle il avait posté ce billet et qu'il le mettrait à jour dès qu'il le pourrait.


 


Je n'arrive pas à retrouver ce papier. Les considérations d'Huet dans les autres papiers du même jour sur l'exposition des intervenants me semblent beaucoup moins pessimistes, ou du moins
beaucoup plus prudentes, mais évidemment il faudrait pouvoir comparer avec le premeir papier.



Luc Marchauciel 19/03/2011 07:56



@ Laurent Berthod :


De quoi parlez-vous précisément ?


Quel papier contenant quelle erreur a disparu quand ?



Laurent Berthod 19/03/2011 00:30



Bon , j'ai dit du bien du travail de Huet sur Fukushima. Je me demande si je ne vais pas retirer ce que j'ai dit. Il y a des papiers qui disparaisent de son blog. Je veux bien comprendre que dans
un telle situation on diffuse des informations inexactes. Mais alors, la moindre des honnêtetés, lorsque le journaliste s'en rend compte, n'est pas de les faire disparaître, mais de
l'avouer et d'expliquer pourquoi et de les rectifier.


 


Un journaliste n'admet jamais s'être trompé. Huet n'est pas vraiment meilleur que ses confrères. Dommage.



rageous 18/03/2011 20:04



PS: en gras ce que Huet a omis de préciser, sans doute trop rassurant...



rageous 18/03/2011 20:02



"Chère famille et amis de France,

Le vendredi 11 mars à 14h46, le Japon a connu sa plus grande catastrophe depuis la second guerre mondiale. Un séisme de magnitude 9 a touché la côte pacifique du Nord-Est du Japon, causant
d'innombrables dégats et déclenchant un tsunami qui a tout rasé sur son passage.

Une catastrophe d'une telle ampleur a bien sûr attiré l'attention des médias, et c'est normal. Vous avez le droit d'être informés sur ce qui arrive. Outre les milliers de familles qui ont vu leur
vies brisées et qui ont tout perdu, le désastre a aussi causé des dégats dans une des centrales nucléaires vieillissantes de Fukushima. Les mécanismes de sécurité ont bien fonctionné et les
réacteurs ont cessé de fonctionner juste avant la catastrophe. Néanmoins, personne ne pouvait parer à une catastrophe d'une telle ampleur, même le Japon qui vit dans la constante possibilité de
tremblements de terres. La coupure d'électricité combinée à l'inondation qui a causé la panne des groupes électrogènes de secours a mis en péril les systèmes de refroidissement. Ces systèmes de
refroidissement ne fonctionnant plus, la pression s'est accumulée dans les réacteurs, causant un risque important d'explosion et forçant donc les responsables à relâcher de l'air irradié dans
l'atmosphère

Le nucléaire parle à nos peurs les plus intimes. L'ennemi est invisible, s'immisce au plus profond de l'organisme sans que personne ne le remarque. Il est aussi inconnu et ses dangers sont
amplifiés par les fantasmes de la guerre froide et de la guerre totale nucléaire. Tout le monde se souvient bien sûr aussi de Tchernobyl, et du gouvernement qui nous avait menti à l'époque en
nous disant que le nuage radioactif s'était arrêté à nos frontières.

La France est le deuxième pays producteur d'électricité nucléaire au monde, derrière les Etats-Unis et devant le Japon, et le nucléaire, bien que faisant tourner notre pays, fait peur. Cette peur
est amplifiée par l'opacité des informations et les relations qu'entretiennent la politique française avec le lobby du nucléaire.

Je comprends donc que vous ayez peur pour moi et ma famille ici et que vous vous sentiriez beaucoup mieux si l'on était auprès de vous, loin d'une zone potentiellement dangereuse. J'ai été ému
par vos réactions, par tous les mails et coups de téléphone me demandant si nous allions bien.

Néanmoins en lisant attentivement les journaux français et en écoutant les radios, je ne peux n'empêcher de ressentir un certain malaise. Cracher des nouvelles alarmistes toutes les heures,
alimentées par les récupérations politiques en ces temps d'élections ne me semble la chose la plus judicieuse, ni la plus correcte à faire. Des milliers de familles souffrent ici. Ils sont sans
toits, n'ont pas de nouvelles de leur famille, n'ont plus de travail et leurs avenirs sont très incertains. Comment peut-on regarder son nombril et penser uniquement à ce qui pourrait arriver
dans son pays dans ces moments là?

Oui je vous comprends. Je ne suis pas un expert en énergie nucléaire et laissez-moi vous donner quelques informations qui, j'espère, vous donneront des raisons de vous apaiser.

J'habite à Osaka, et les niveaux de radiation sont normaux ici. Même à Tokyo et autour de la centrale, les radiations sont inférieures à ce que l'on pourrait absorber dans un scanner ou pendant
un voyage en avion.

Fukushima et Osaka sont distantes de 560 km. Imaginons que la centrale de Flamanville subisse le même sort, c'est comme si je me situais à Dijon. Même en cas de vents très forts, le nuage
radioactif mettrait des heures à nous atteindre, nous laissant le temps de nous abriter. Le Japon bénéficie en outre d'un réseau de capteurs très efficace, et consultable directement par
Internet.

Nous ne sommes pas stupides et s'il y avait un vrai accident, et pas seulement quelques particules volant à droite à gauche, nous saurions quoi faire. Nous avons déjà des réserves d'eau et de
nourriture, et ce comme toutes les familles japonaises vivant avec le risque constant des tremblements de terre.

Pour finir j'aimerais que vous fassiez moins attention aux média, qui se concentrent sur ce qui fait le plus peur aux gens, qui peuvent se sentir en sécurité chez eux. Si vous voulez
vraiment aider le Japon, pensez à ces enfants qui ont perdu leurs parents. Ils vont grandir sans personne. Qui va payer leurs études? Qui va s'occuper d'eux? Pensez à ces milliers de morts et aux
dizaines de milliers de familles touchées par ce drame. Ne pensez pas à cet incident qui n'en est pas un. Ne pensez pas aux conséquences politiques que cela va avoir en France.
Un peu de retenue et de recueillement est ce que le Japon, le pays que j'aime au moins autant que la France, a besoin aujourd'hui. Tout va bien ici, ne gaspillons plus d'énergie
à céder à la panique et prenons les informations des médias français pour ce qu'elles sont, une usine à sensations éphémères. Hier la Lybie, aujourd'hui Fukushima. Demain, tout sera déjà
oublié..."


DSL pour ce CC un peu long mais il résume bien l'évênement et la perception de notre nation France par les japs pour le traitement de l'information qui en a été fait...  No
comment! 


Merci les merdias et les escrocloscharognards verdâtres!


Il y'en a un certain nombre: http://www.forum-rpcirkus.com/t1638p345-special-japon


Désinformation Huet en gras:


L’IRSN a simulé la dispersion atmosphérique des rejets estimés entre le 12 et 20 mars, à l’aide de son modèle numérique applicable à longue distance (échelle de plusieurs centaines de
kilomètres), à l’aide des prévisions météorologiques fournies par Météo France.


 


Cette simulation a été appliquée au césium 137, en tant que traceur du panache radioactif au cours de cette période. Les résultats de cette simulation, effectuée toutes les heures depuis le 12
mars, sont exprimés en becquerels de césium 137 par mètre cube d’air (Bq/m3). A titre de comparaison, les valeurs mesurées à proximité de la centrale de Tchernobyl, peu après l’accident du 26
avril 1986, dépassaient 100 000 Bq/m ; elles étaient de l’ordre de 100 à 1000 Bq/m3 dans les pays les plus touchés par le panache radioactif (Ukraine, Biélorussie) ; en France, les valeurs
mesurées dans l’Est étaient de l’ordre de 1 à 10 Bq/m3 (le 1er mai 1986). 


Aujourd’hui, une très faible activité de césium 137 subsiste dans l’air, de l’ordre de 0,000001 Bq/m3 (1.10-6 Bq/m3 ou 1 µBq/m3).


http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/20110317_simulation_dispersion_panache_radioactif.aspx







Laurent Berthod 18/03/2011 13:40



Une excellente interview de Claude
Allègre sur RTL, à propos de l'accident de Fukushima (hier).



loup garou 18/03/2011 11:43



@ laurent Berthod


 


vous écrivez :


"Je n'ai rien contre le principe de publication par peer-review.


 


Mais je m'oppose à la conception qu'en a Huet (enfin, celle qu'il a très souvent manifestée) : ce qui est publié peer-review est vérité scientifique établie"


 


pas plus qu'anton je ne sais en fait l'utilisation que fait Huet des publis peer review, mais quoiqu'il en soit, ne peut-on (ne doit-on ?) pas considérer que tant qu'elle n'est pas réfutée la
publi constitue la vérité scientifique ?... c'est une simple question.


 


Pour le reste je suis d'accord même si je vous trouve bien sévère à propos de publis "vérolées". Je pense quand même qu'elles sont rares, à brûle-pourpoint 1 seule me vient à l'esprit :


 


celle de Wakefield sur le vaccin ROR et l'apparition d'autisme


 



l'autre pierre 18/03/2011 00:08



Certes Allegre dans son livre prolonge de son propre chef la courbe de Gurdd sans en prévenir le lecteur. Le procédé est
malhonnete. Personnellement à la lecture du livre je n’avais pas prêté attention à ces courbes qui me paraissaient des dessins d’écoliers.


Ceci dit que dire de la courbe de Mann présente dans les rapports du GIEC, courbe à la base de la théorie du RCA .Donnés
,couverture géographique et méthodes statistiques douteuses pour des conséquences scientifiques et politiques bien supérieur au bidonnage des dessins à Allegre.


 



Laurent Berthod 17/03/2011 21:36



A loup garou (aujourd'hui à 15h23).


 


Une fois de plus je n'ai pas su me faire comprendre. C'est de ma faute.


 


Je n'ai rien contre le principe de publication par peer-review.


 


Mais je m'oppose à la conception qu'en a Huet (enfin, celle qu'il a très souvent manifestée) : ce qui est publié peer-review est vérité scientifique établie.


Ce qui est publié peer-review n'est pas vérité scientifique établie. Ce qui est publié peer-review est ce qui est soumis aux pairs pour réfutation. Ce que cherche à garantir la procédure
peer-review est que ce qui est publié est réfutable selon les normles scientifiques habituellement admises.


 


NB Tout ce que je dis ci-dessus l'est sous réserve des publications peer-review vérolées. Comme dans toutesactivité humaine, il y a les honnêtes gens et les malhonnêtes. Richard Lindzen
en parle.