Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 17:02

Les chenilles de la pyrale, l’un des principaux ravageurs du maïs, présentent un comportement particulier : à la fin de leur croissance, au temps des récoltes, elles descendent vers le sol, ce qui leur permet d’échapper à la mort. Cette étonnante faculté d’adaptation vient d’être mise en lumière par des travaux de chercheurs de l’INRA et de l’Université du Texas publiés dans les Proceedings of the Royal Society B.

 

 

 

 

 

 

La pyrale du maïs, Ostrinia nubilalis, est un papillon dont les chenilles se nourrissent en forant les tiges et épis de maïs, engendrant d’importants dégâts et baisses de productivité dans la plupart des pays tempérés. A l’automne, les chenilles cessent de se nourrir et entrent en diapause (phase de vie ralentie) passant l’hiver abritées dans les cannes de maïs avant de se métamorphoser en adultes le printemps suivant.

 

 

La pyrale du maïs est apparue en Europe occidentale, il y a environ 500 ans, lors de l’importation du maïs, avant d’être accidentellement introduite en Amérique du nord au début du 20ème siècle. Il est vraisemblable que cette espèce de ravageur soit issue d’Ostrinia scapulalis, son espèce jumelle. Les deux espèces sont dites jumelles car elles sont identiques morphologiquement et si proches génétiquement que seules des études moléculaires ont permis de les distinguer, il y a quelques années. Une importante différence est cependant qu’O. Scapulalis n’attaque pas le maïs, mais principalement l’armoise, une plante non cultivée. La pyrale du mais serait donc une espèce apparue par « changement d’hôte », l’introduction du maïs ayant engendré sa propre espèce de ravageur.

 

Le maïs constitue pour la pyrale un nouvel environnement avec son cortège de prédateurs et de parasites. Parmi ces prédateurs, le plus redoutable est à n’en pas douter l’espèce humaine. Brûlées ou utilisées comme fourrage ou litière lorsque la récolte était manuelle, complètement broyées depuis la généralisation des moissonneuses batteuses, la partie supérieure des cannes de maïs constitue un refuge mortel pour les chenilles lorsqu’elles rentrent en diapause. En effet, les chenilles de pyrale situées au-dessus de la ligne de fauchage au moment de la moisson font face à une mort quasi-certaine.

 

A la fin de leur croissance, au temps des récoltes, les chenilles choisissent leur emplacement pour la période de diapause. L’étude qui vient d’être publiée révèle que les chenilles de la pyrale du maïs descendent alors vers le sol et s’installent plus bas dans les tiges que celles de son espèce jumelle, à la fois dans le maïs et dans l’armoise. Ce comportement, qui précède de quelques semaines la période de fauchage, est indépendant des conditions environnementales et n’est pas causé par la recherche de nourriture. L’étude montre qu’il est déterminé génétiquement et implique une certaine perception par les insectes de la gravité terrestre et de leur localisation.

 

Les chenilles de pyrale se retrouvent par conséquent en plus grand nombre en dessous de la ligne de fauchage, ce qui augmente leur taux de survie d’environ 50% relativement à leur espèce jumelle.

 

Descendre vers le sol assure ainsi une excellente adaptation de la pyrale au maïs. Ce comportement résulte probablement d’une sélection opérée par l’homme au fil des récoltes. La modification de la position des larves en diapause serait donc une réponse adaptative à la récolte par l’homme. Si les études à venir confirment cette interprétation, ceci constituerait un exemple singulier de résistance comportementale aux pratiques agricoles, la plupart des cas connus jusqu’ici impliquant une résistance aux insecticides. Si le maïs a engendré son propre ravageur, l’homme l’a sans doute façonné de telle sorte qu’aujourd’hui, la pyrale regarde la grande Faucheuse beaucoup plus sereinement que son espèce jumelle.


 

 

 

 

 Institut national de la recherche agronomique

 

http://www.inra.fr/presse/comment_chenilles_pyrale_evitent_la_grande_faucheuse

 

 


 

 

Références :

Divergence in behaviour between the European corn borer, Ostrinia nubilalis, and its sibling species O. scapulalis: adaptation to human harvesting? Proc. Roy. Soc. B., 21 avril 2010.

Vincent Calcagno¹²³, Vincent Bonhomme¹, Yan Thomas¹, Michael C Singer4 et Denis Bourguet1.

1Centre de Biologie pour la Gestion des Populations (CBGP), UMR INRA-IRD-CIRAD-Montpellier SupAgro, Campus International de Baillarguet, Montferrier-sur-Lez, France.

2Institut des Sciences de l'Evolution (ISEM), UMR CNRS-UM2, Université de Montpellier II, Place Eugène Bataillon, Montpellier,France.

3McGill University, Biology Dept, 1205 av. Docteur-Penfield, Montreal, QC, H3A 1B1, Canada

4Integrative Biology, Patterson Laboratories, University of Texas at Austin, USA.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

venousto 17/03/2017 16:27

http://danielgacoin.blogs.com/blog/2009/07/r%C3%A9former-l%C3%A9tat-chronique-1-le-management-public-et-la-division-par-z%C3%A9ro-.html

search here 04/12/2014 12:56

I think the corn borer caterpillars are a menace, especially for the corn farmers. I must say they are very much in a distress these days as the corn borer caterpillars started to escape from the clutches of The Grim reaper itself.

Bucky Barnes Jacket 03/12/2014 12:23

Admiring detailed! This is the insightful yearning of the subject matter and that’s a cool approach. Keep writing!

Breaking Bad Jacket 24/09/2014 07:35

I have no confusion with this subject. My next step is working better like you. Keep sharing

stop snoring aids 04/06/2014 13:33

This is the first time I am reading about the caterpillar, which is a major pest of corn. It was interesting to know about their behavior at particular times. I think you have a lot of experience in this field. I appreciate the effort behind this post. Thanks.

La coupe est pleine 26/05/2010 09:29



Ce comportement était déjà caractéristique de la sésamie ! Qui elle va s'enterrer jusque dans le pivot de la racine du maïs parfois à -10 cm de la surface.


Comme le souligne "Cultilandes" une solution de lutte est de "déssoucher" son chaume de maïs dès la récolte. Ce qui n'est pas très couteux avec un outils du genre "Rubin" de chez Lemken ou
"Quatros" d'Amazone ou autre. D'ailleurs il conseillé d'implanter un couvert végétal durant l'inter-culture.


Mais encore faut-il habiter une région où l'hiver sera suffisamment rude ! Je me souviens du début des années 90 quand le thermomètre avait du mal à franchir le zéro en
Janvier, les foreurs avaient la belle-vie !


L'autre solution serait de récolter plus tôt, avant qu'ils aient le temps de descendre sous la hauteur de broyage des cueilleurs. Mais là ça occasionne des frais de séchage conséquents (voir
plus haut)


 



venousto 20/05/2010 11:05



 


hhujgfjuhj


http://phebus.journalintime.com/forum/2009-11-10-lespace-venousto


c’est pour apprendre mon algebre
de la division par zero utile
et non plus nuisible
j’explique bien
mais les gens sont pas habitué à se remettre en cause surtout les fondement mathematique



Sceptique 20/05/2010 05:16



Très intéressante découverte qui montre qu'à la sélection naturelle peut s'ajouter une sélection "artificielle". L'expérience d'un agriculteur ajoute à l'intérêt.



Cultilandes 19/05/2010 20:55


Cela fait de nombreuses années que l'on recommande aux cultivateurs de maïs de broyer finement les tiges le plus ras possible et le plus tôt possible après la récolte. Il y a même eu des
expérimentations pour "déssoucher", arracher chaque pied de maïs pour l'exposer, avec les chenilles, au froid et aux oiseaux prédateurs. Hélas cette dernière technique est trop difficile à mettre
en œuvre, et le broyage, s'il réduit l'infestation, n'est pas suffisant. Les pyrales creusent aussi des galeries dans les épis, ce qui entraîne le développement de moisissures, donc de mycotoxines
indésirables. Les galeries dans les tiges provoquent une baisse de rendement par la rupture de circulation de sève, mais aussi par la fragilisation des tiges causant la "verse", c'est à dire la
cassure des tiges, la chute des épis qui ne peuvent ainsi être récoltés. Ce risque de verse s'accentue à partir de la maturité, s'aggrave à sur-maturité. A maturité, le grain a une humidité de +/-
32%. Pour l'amener à 15% (humidité maximale pour le stockage) il faut le sécher... au gaz. La sélection génétique "conventionnelle" a créé des hybrides beaucoup plus productifs, vigoureux,
résistants et solides que les anciennes variétés. S'il n'y avait pas de pyrales ou de sésamies (même famille), on attendrait que la maïs sèche naturellement jusqu'à 20% d'humidité pour économiser
le gaz. C'est ce que font nos concurrents américains, argentins, etc., grâce aux maïs génétiquement modifiés pour résister aux pyrales... Ils gagnent en rendement et en charge de séchage... Ils
"polluent" moins avec les insecticides et le gaz! http://www.arvalisinstitutduvegetal.fr/fr/arvalis_infos/AI_mais_06I28/06I28p21_23.pdf http://www.le-mag.fr/actualites-agricoles/articles/cultures/T-T-Sem-Bien-Prot-G--2043-15-3.html