Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 12:35

Un article de Gil Rivière Wekstein

 

« L’impact favorable des OGM sur l’utilisation des pesticides contesté », titre Agrapresse dans son édition du 23 novembre 2009, au sujet d’une étude «  qui bat en brèche l’idée que les OGM permettraient de réduire les volumes de pesticides utilisés dans les champs ». L’article précise que cette étude (*), présentée à Bruxelles par Greenpeace et Les Amis de la Terre le 17 novembre 2009, a été réalisée par un certain Charles Benbrook. Cette tendance est due à « l’émergence très rapide chez les mauvaises herbes de résistances au glyphosate, la substance active contenue dans le Roundup, l’herbicide de Monsanto », note l’agence. « Au total, depuis leur apparition, il y a 13 ans, les maïs OGM auraient entraîné une utilisation accrue de quelque 144.000 tonnes de pesticides, une “alerte sérieuse”, selon Greenpeace et Les Amis de la Terre, pour les décideurs européens », conclut l’article, qui n’apporte aucune autre précision. Gaëlle Dupont, journaliste au quotidien Le Monde et auteur d’un article sur le même sujet, joue en revanche cartes sur table, en précisant que ladite étude a été publiée par The Organic Center, « un centre de recherche américain opposé aux biotechnologies ». Elle aurait également pu signaler que parmi les sponsors de l’étude figurent l’Union of Concerned Scientists, le Center for Food Safety, la Cornerstone Campaign, la Rural Advancement Foundation International et… Greenpeace ! Bref, l’essentiel du lobby anti-OGM outre-Atlantique.(..)

 

Lire la suite de l’article de Gil Rivière Wekstein sur le site d’Agriculture et Environnement

http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article588

 


 

(*)Impacts of Genetically Engineered Crops on Pesticide Use: The First Thirteen Years :

http://www.organic-center.org/reportfiles/13Years20091126_FullReport.pdf

 

 


Lectures complémentaires :

 

-Sur Weedscience, quelques données sur la résistance des adventices aux herbicides , phénomène parfaitement courant que font semblant de découvrir les anti-OGM :

 

http://www.weedscience.org/In.asp

 

 

Lire l’analyse du rapport Benbrook par PG Economics :

http://www.pgeconomics.co.uk/pdf/OCreportcritiqueNov2009.pdf

 

 

-L’utilisation d’herbicides doit se mesurer en termes de tonnage de produits actifs et en terme d’impact environnemental, différent selon la nature de l’herbicide utilisé :

Trends in Pesticide Use on Transgenic versus Conventional Crops

http://www.isb.vt.edu/news/2008/artspdf/aug0802.pdf

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cultilandes 09/12/2009 21:31


Espérons que les "OGM Roundup Ready" (résistants au glyphosate) seront un jour autorisés en Europe, en France. C'est un herbicide efficace, économique et très peu polluant. On aurait quelques
années d'utilisation efficace avant de devoir changer de molécule. D'autre part, une adventice résistante n'est pas toujours un obstacle insurmontable. On peut associer plusieurs stratégies, par
exemple alternance de cultures ou d'herbicide... Le glyphosate est un excellent outil permettant la culture sans labour, la couverture permanente des sols, et donc la préservation, voire
l'amélioration de la fertilité de la terre par une augmentation du taux d'humus.


Erchinoald 09/12/2009 18:37


L'apparition de résistances au Roundup n'est en effet en rien une surprise et condamne probablement à plus ou moins long terme cet herbicide et les OGM qui y sont associés.


Cultilandes 09/12/2009 13:52


Globalement d'accord. Toutefois, rien n'est simple et il faudrait se garder de répliquer à des argumentaires tellement simplistes qu'ils en sont mensonger, par des contre-arguments du même acabit.
Hélas je ne maîtrise pas assez l'anglais pour lire ces documents. Le tonnage de "matières actives" est à peine plus pertinent que le tonnage de produits commerciaux. Les solvants (sauf l'oxyde de
dihydrogène, l'hydroxyde d'hydrogène ou l'acide hydroxyque), les surfactants ou autres additifs peuvent avoir un impact environnemental. Le mode d'emploi aussi, et bien d'autres facteurs. L'impact
environnemental doit être bien difficile à évaluer à long terme car les différents produits sont dégradés plus ou moins vite, leurs métabolites à leur tour...