Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 13:23

Extrait :

Les OGM sont-ils dangereux ? Cette simple question suffit à nourrir les peurs et les fantasmes du grand public. L'influence écologiste a-t-elle alors pu pousser les politiques à fermer les yeux sur les travaux scientifiques relatifs à ces produits ?

 

Les superficies mondiales de plantes génétiquement modifiées (PGM) atteignirent 125 millions d'hectares en 2008, dont  62,5 aux Etats-Unis, 21 en Argentine, 15,8 au Brésil mais seulement 107 000 hectares dans l'UE (principalement en Espagne et marginalement en République Tchèque, Roumanie, Portugal, Allemagne, Pologne et Slovaquie [1]). L'UE importe en revanche des récoltes issues de PGM, principalement pour nourrir son bétail. Après avoir fortement investi dans la recherche et le développement de PGM dans les années 80 et la première moitié des années 90,  l'UE se trouve aujourd'hui technologiquement hors-jeu, faute d'avoir su sortir de la querelle qui a pris son essor en 1996. Retour sur les causes sociologiques et politiques de la ''désinvention'' d'une innovation. (…)

 

Lire la suite de l’article de Marcel Kuntz sur le site Contre-feux :

 

Les OGM en Europe : l'innovation face aux peurs

Partager cet article

Repost 0

commentaires

GFP 17/06/2009 22:03

Sur le site GMObelus qui était un peu inactif ces deux derniers mois mais qui vient de publier quelques articles sympas j'ai appris que l'académie des sciences de la République tchéque vient de publier  un rapport assez caustique sur la position européenne par rapport aux risques liés aux PGM. Le prologue est ainsi formulé:"The history of major human discoveries shows that fundamentalistic ideology, ignorance, and greed often suppress the truth, but only for a certain period of time. This book was prepared with the desire to shorten the period of false apprehension of GM crops in Europe."La France en prend plein la gueule, que ce soit sur la faiblesse scientifique de sa clause de sauvegarde, sa nouvelle législation OGM ou sur les pressions qu'elle a exercée pour appliquer de nouveaux processus d'évaluation lorsqu'elle était présidente de l'Europe. On trouve aussi dans ce rapport un certain nombre d'arguments scientifiques tout à fait intéressants à rappeler notamment sur ce qu'est le risque, comment l'évaluer et surtout à l'évaluer par rapport au fait de ne pas adopter la technologie. Je vous en donne une petite citation qui m'a bien fait rire:"No one from the French authorities would address the question as to how the areaof 22 000 ha covered in 2007 with Bt maize would be protected from pests after the ban. It turned out that it would require 8800 litres of insecticides and 30 000 litres fuel. In spite of this undiserable environmental impact, the ban was justified by the claim that Bt maize presented an ecological danger."J'ai pas encore tout lu (c'est une centaine de pages) mais il y en a plein d'autres des comme ça.

Sceptique 13/06/2009 06:02

Il n'y a pas de doute, les OGM, ou PGM, comme Marcel Kuntz préfère les appeler, sont devenus un enjeu politico-religieux. Les fanatiques contempteurs de ces défis à leur sainte nature sont prêts à déclencher des actes de guerre civile si les politiques ne leur cèdent pas. La paix civile étant la condition sine qua non de la démocratie, les pouvoirs démocratique cèdent. Mais qui pourrait simplement l'admettre. Il faut donc justifier le petit Munich qui n'annonce pas le même désastre que celui de 1938.Comment concilier une telle dérobade et le souci de garder sa place dans la recherche en biotechnologies? Se donner le temps de laisser se calmer les esprits sans en perdre en termes de matière grise et de brevets?La solution, s'il s'en prépare une, est un secret d'État. 

l'autre pierre 11/06/2009 17:56

Jadis un homme politique disait « les français sont des veaux »
Juste à leurs décharges il convient aujourd’hui de préciser « les hommes politiques sont les veaux des ONG »