Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 15:57

En avril 2009  l’Union of Concerned Scientists (USA) a publié un rapport sur les rendements des cultures d’OGM (1): Failure to yield- Evaluating the Performance of Genetically Engineered Crops.

 

L’ enjeu de cette publication serait de démontrer que les performances des OGM « réellement existants » sont nettement en-dessous des attentes, comme le suggère le titre. Tout cela, au terme d’un passage en revue très laborieux, pour ne pas dire indigeste d’ études s’étant penchées sur le problème. 

 

Si la présentation que fait d’elle cette organisation : « science indépendante » « Citoyens et scientifiques pour des solutions environnementales » …fleure bon la langue de bois à la mode,  cela n’exempte pas d’examiner le contenu de la publication.

 

Mais il se trouve que les soupçons de partialité sont assez vite confirmés :

 

1°/ Tout d’abord parce que le contenu du rapport est loin de correspondre au message du titre très journalistique, qui évoque carrément une défaillance dans les rendements.

 

2°/ Ensuite parce que l’objet de l’étude est lui-même douteux : les deux principaux traits des OGM actuellement cultivés -tolérants à un herbicide, résistants à des insectes- ne confèrent pas aux plantes un rendement intrinsèquement supérieur, et ils n’ont pas été conçus pour cela. L’auteur , Doug Gurian-Sherman, a donc beau jeu de  relever que dans des conditions normales , les rendements des OGM ne sont pas supérieurs. 

Dans des conditions idéales, où les cultures seraient préservées des adventices et des ravageurs, les gènes insérés dans les OGM ici considérés ne joueraient aucun rôle particulier.

  

L’absence d’avantage significatif en terme de rendements dans des conditions de pression   faible ou modérée des insectes ravageurs est donc sans surprise pour les plantes BT  . Les rendements n’ont pas « explosé » avec la mise en culture des OGM, et l’amélioration de ceux-ci relèvent pour l’essentiel de l’amélioration classique des plantes, dont ont également bénéficié sur la même période les plantes non transgéniques.

 

La mauvaise foi consiste à faire comme s’il s’agissait d’une révélation et donc matière à polémique, et de pratiquement occulter les principales raisons pour lesquelles ces plantes sont cultivées (moindres utilisations d’intrants).

 

3°/L’auteur est toutefois obligé de reconnaître un avantage pour les plantes BT en cas d’attaque virulente des ravageurs, où la résistance des plantes transgéniques s’avère une protection plus efficace que les remèdes classiques , réduisant ainsi les pertes.

Un avantage très mineur selon lui : au total depuis leur mise sur le marché, les rendements du maïs auraient augmenté de 28% , dont 4 seulement seraient attribuables au caractère transgénique lui-même. Sa méthode de calcul n’est pas justifiée, mais occulte par contre un élément essentiel visible à l’œil nu sur l’un des seuls graphiques publiés dans cet article (voir ci-dessous). Les écarts par rapport à l’évolution tendancielle des rendements se sont nettement réduits après l’introduction des OGM.

  

  

 4°/ Il convient également de souligner que dessiner une droite de tendance pour toute la période couverte par les statistiques (2) constitue un trompe-l’œil , que ça soit volontaire ou pas. Il suffit pour s’en rendre compte de construire une droite de tendance avant l’introduction des OGM et une après , pour constater qu’il y a bien une rupture dans l’évolution des rendements, rupture masquée dans le graphique publié par l’UCS :

 

   La différence de pente entre les deux droites (même si la méthode de calcul est loin d’être parfaite) conduit à penser que les avantages concédés ci-dessus (cf 3°) )sont nettement sous-estimés par Doug Gurian-Sherman.

 

5°/ Cette contribution qui prétend tirer des conclusions générales sur le rendement des OGM , présente d’emblée de deux limitations importantes :

 -elle ne discute que des rendements du mais et du soja , laissant de côté deux des 4 principales cultures d’OGM: le coton et le colza. Est-ce justement parce que les comparaisons entre OGM et non OGM sont pour ces cultures nettement plus favorables aux premières ? 

-          elle ne s’appuie que sur les données américaines, hors des comparaisons dans d’autres régions du globe qui auraient mis en évidence des avantages beaucoup plus nets selon Actu-OGM :

« [aux USA] utiliser des OGM peut être considéré comme une « assurance » de rendement. A l’inverse, dans les pays du Sud, et plus généralement en conditions réelles, le potentiel est plus grand. Dans le cas des OGM, réduire les traitements et simplifier les pratiques culturales génèrent alors des bénéfices économiques, environnementaux, mais aussi sanitaires et sociaux.

Des exemples : Au Mexique : rendement du soja tolérant aux herbicides : plus 9%

Aux Philippines : rendement du maïs résistant à des insectes : plus 15%

Aux Philippines : rendement du maïs tolérant à des herbicides : plus 24%

En Roumanie : gains de rendement de plus 30% grâce à l’utilisation de soja tolérant à des herbicides

 

Les avantages du maïs Bt s’expriment naturellement plus dans les zones touchées par les insectes foreurs (pyrale et sésamie), c'est-à-dire historiquement plutôt en Europe du Sud. En Espagne,  pays producteur de maïs Bt, les gains des agriculteurs sont effectifs dès lors qu’un seul traitement insecticide est économisé

En France : le différentiel de rendement entre OGM et non OGM est de 11 quintaux à l’hectare, et la technologie est amortie dès lors que les rendements  sont supérieurs à 3,5 quintaux/ha » (3)

 

6°/  L’UCS fait par ailleurs un recensement intéressant des essais de plantes transgéniques réalisés depuis 1987 en les classant selon l’objectif recherché. Elle note, et c’est incontestable, la faible part des essais spécifiquement dédiés à la recherche de rendements accrus (652 sur 11 275), et le fait qu’à ce jour aucun n’a été commercialisé. Près des 3/4 des essais menés à ce jour concernent la tolérance aux herbicides et la résistance aux insectes, donc les biotechnologies déjà éprouvées.

 

Pour être justes, ces remarques n’en soulignent pas moins que la problématique choisie par l’UCS est biaisée , comme nous le remarquions  dans le 2°/.

De plus, les recherches consacrés aux rendements se sont considérablement accélérées au cours des dernières années. C’est aussi le cas des essais d’OGM sur la tolérance au stress abiotique ( sécheresse, gel, salinité etc..) qui, s’ils aboutissent contribueront à l’évidence à améliorer les rendements dans certaines régions du globe.

Les recherches concernant un maïs tolérant à la sécheresse sont près d’aboutir, comme nous l’avons déjà noté (4) . Et comme ne l’a pas noté l’UCS. Un oubli ?

 

 

Le plus surprenant, comme le souligne actu-OGM, c’est que « le rapport UCS débute en rappelant l’objectif de nourrir la population grandissante en respectant l’environnement, et conclut en appelant à développer davantage les techniques conventionnelles ou biologiques. Pourtant les rendements du soja et du maïs issus de cultures biologiques sont inférieurs, aux USA , de 20 à 30% » !

Curieux en effet, pour une étude qui critique les OGM pour l’insuffisance de leur rendement. De là à y voir une démarche essentiellement guidée par l’idéologie, il n’y a pas des kilomètres…

 

Anton Suwalki

 


 

 

Notes :

(1)Le rapport d'étude

(2) statistiques officielles américaines de 1978 à 2007

(3) l'article d'actu OGM

lire également les textes (en anglais) proposés en lien par le liste:

.  "Union of Concerned Scientists report on GM crop performance is misleading" by Graham Brookes and Peter Barfoot

"An analysis of “Failure to Yield” by Doug Gurian-Sherman, Union of Concerned Scientists" by Wayne Parrott, Univ. of Georgia.

 (4) http://monsanto.mediaroom.com/index.php?s=43&item=676

http://abonnes.lemonde.fr/web/recherche_breve/1,13-0,37-1065445,0.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cultilandes 13/06/2009 09:31

Arvalis- Institut de végétal (institut technique professionnel français indépendant des industriels des biotecnologies) a procédé à l’évaluation des bénéfices de la technologie Bt sur le maïs en 2006, année au cous de laquelle elle a été autorisée en France. Cette étude dont le résumé est visible par ce lien indique un gain de rendement (en fait une absence de perte dûe aux chenilles foreuses) de 11,7 qx/ha, ou 1,17 Tonnes par hectare en moyenne dans 12 départements, par rapport au maïs témoin non génétiquement modifié.Autrement dit, avec la même quantité d'engrais de pesticides, de carburant et de travail, on obtient près de 10% de produit supplémentaire.Autrement dit encore, 1 tonne de maïs serait produite en moyenne avec 10% d'engrais, de fioul ou de pesticide en moins, grâce à la technologie qui nous est refusée.C'est comme si on interdisait l'isolation thermique des bâtiments permettant d'améliorer le rendement du chauffage, au prétexte d'éventuels risques liés à la laine de verre...

anton+suwalki 05/06/2009 16:23

Bonjour Cultilandes,je n'arrive pas à vous envoyer de message à partir de l'adresse indiquée dans mon administration de blog : vous pouvez m'écrire à domino-cube@voila.frAnton

Cultilandes 05/06/2009 14:40

Autres sources d'information, en anglais:

Une analyse des échecs (et succès) de rendement en réponse aux "concerned scientists" par des universitaires américains.
Ce document de consultants britaniques.

anton 03/06/2009 10:25

Merci Cultilandes je vous contacte donc par mail. A bientôt .

Cultilandes 03/06/2009 00:25

Cultilandes 03/06/2009 00:09

"Cultilandes, s'il pouvait  m'indiquer comment il a fait pour publier les courbes ...Anton"

Ce serait bien si on pouvait vous adresser un message privé, mais vous ne donnez pas d'adresse sur votre excellent blog...
J'ai vu que dans la fenêtre "Ajouter un commentaire" de votre nouvelle formule, il est possible entr'autres d'ajouter des images, à condition qu'elles soient déjà publiées sur le web, en donnant leur adresse propre lorsqu'elles en ont une.
J'ai fait une recherche d'images par Google, par exemple "corn yeld".
En faisant un clic droit sur une image, puis clic gauche sur "copier l'adresse de l'image"
Il ne reste plus qu'à coller cette adresse après avoir cliqué sur l'icône image symbolisé par l'arbre dans la fenêtre "Ajouter un commentaire".
Idem pour les liens hypertexte.

Evidemment, la pérennité de ces images dans Imposteurs est probablement dépendante de leur pérennité dans le site originel. Si je pouvais vous envoyer un courriel, je pourrais y joindre des copies d'écran, etc. Vous avez mon adresse!

anton+suwalki 02/06/2009 18:01


Aurélien , tu as dépassé les bornes en essayant de me faire passer pour l’auteur de tes sornettes. Des escrocs de ton espèce n’ont rien à faire ici. Tu es viré. Merci à nos amis de ne plus lui répondre.
Anton
 

aurelien 02/06/2009 11:03

Anton, merci de prendre conscience, ainsi que vos collègues, de vos "delusional beliefs"

aurelien 31/05/2009 15:55

cf le blog Le monde selon Monsanto

aurelien 31/05/2009 15:54

Merci d'éviter de signer vos messages avec mon prénom. Car il s'agit là d'une véritable falsification. J'en prends pour témoin Madame Marie-Monique Robin.

Anton Suwalki 01/06/2009 10:45


Aurélien Bernier, maintenant tu arrêtes une fois pour toutes de prendre les gens pour des cons. Tu as profité d'une fois que mes doigts ont fourché, et que répondant après toi sur le blog de MMR
j'ai écrit Aurélien à la polace d'Anton. Tu es le pire faux cul que je connaisse. Dans les dernières conneries que tu as postées,depuis que je sais aller trouver l'IP, je t'ai identifié,  il
s'agit bien de toi, aucun doute là-dessus.
C'était bien vu de la part de Fulmar entre autres...


anton 31/05/2009 14:56

Depuis qu'on te connait et qu'on a une idée de ta bétise abyssale, plus rien ne nous impressionne, Aurélien

aurelien 31/05/2009 14:08

La vue sphérique à l'intérieur du gouffre est également impressionnante...

aurelien 31/05/2009 14:04

A voir: la visite virtuelle intéractive à 360° du Gouffre de Padirac:http://www.gouffre-de-padirac.com/visite360_padirac/visite360/francais.htm

Sceptique 30/05/2009 06:36

Cet article m'a ramené à la classification par Karl Popper des "sciences". Les "vraies" sciences seraient "falsifiables". Elles pourraient être réfutées à partir de faits nouveaux incompatibles avec la théorie en vigueur. Le verbe "to falsify" ne me semblait pas avoir le même sens que "falsifier"en français, qui signifie une action volontaire pour produire un résultat faux. Cela arrive de la part de scientifiques.Dans le cas rapporté ici, il s'agit d'une interprétation carrément inversée de résultats statistiques correctement présentés. Les "antécédents" des interprètes attirent l'attention sur leur travail, et d'autres interprètes remettent dans le bon sens les résultats, en redressent les conclusions.Il y a eu "falsification", sur les mécanismes de laquelle je ne me prononcerai pas. Le terme de Karl Popper n'avait peut-être pas besoin d'être traduit. 

Ryuujin 30/05/2009 01:06

Il faudrait afficher les intervalles de confiance des deux régressions, Anton.

Anton Suwalki 29/05/2009 18:29

Excusez pour la coquille : soja au lieu de colza . C'est corrigé.Excusez aussi pour les graphiques : je n'ai pas trouvé le moyen d'exporter les graphiques d'Excel vers le blog, Donc j'ia fait une copie d'image depuis Paint et ....les années et certaines séparations ont sauté. Je vais essayer de trouver le moyen de remédier à ça.NB oui les courbes de tendance ici sont de simples régression linéaires...Merci à Cultilandes, s'il pouvait  m'indiquer comment il a fait pour publier les courbes ...Anton

Cultilandes 29/05/2009 00:49

Si les cultures de plantes génétiquement modifiées, c'est bien que les cultivateurs y trouvent un intérêt! Soit augmentation du rendement, soit diminution des coûts, soit aumentation de la qualité et donc du prix de vente (le maïs BT étant moins contaminé par des mycotoxines il est plus apprécié par les éleveurs, sauf dans nos pays où les OGM font peur).Les courbes de rendements sont certes difficiles à apprécier sur seulement quelques années à cause de la variabilité aléatoire du climat et des conditions économiques qui peuvent faire varier l'intensité des investissements dans les cultures, mais il existe d'autres moyens de prouver l'efficacité d'une technique: les essais comparatifs réalisés par les instituts techniques indépendants et autres organismes publics ou associatifs. C'est cela que les cultivateurs regardent, avant d'expérimenter eux-mêmes!Aux Etats-Unios, dans la Corn Belt, la rotation soja - maïs s'est fortement développée, favorisant l'augmentation du rendement du maïs. Toutefois, en France, en monoculture de maïs depuis plus de 30 ans, on améliore encore le rendement sans PGM! Mais aux Etats-unis depuis l'extension des PGM le rendement croît encore plus: cf Ecoworld. Notre compétitivité décroît.Même si les PGM actuels n'ont pas été spécifiquement conçus pour augmenter les rendements, ils y contribuent:

La protection contre les insectes foreurs (chenilles) par les PGM "BT" est plus efficace que les insecticides (et plus sélective),


le désherbant glyphosate dont l'utilisation est permise par les PGM "Roundup Ready" est plus sélectif de ces cultures (mieux "digéré" par les plantes cultivées) que la plupart des autres herbicides, plus ou moins sélectifs

Iowa State UniversityUSDACoton OGM en Inde.

Bruno 28/05/2009 22:15

Lorsque vous parlez de courbe de tendance, c'est bien d'une régression linéaire qu'il s'agit ? Si oui, sur quelles données est-ce basé ? Car vu l'état du 1er graphe illisble (original?), ça a l'air d'avoir été fait avec Paint...

DiadoreCronos 28/05/2009 21:00

Bonjour,comme souvent, un article fort intéressant. J'ai relevé deux points qui tiennent de la faute de frappe mais qui pénalisent la compréhension:- dans les graphiques où il est question de courbes de tendance, les années ne sont pas indiquées en abscisse. Il est donc difficile de savoir à quelle date vous séparez la période "pré-OGM" et "OGM" (d'ailleurs je suis surpris que l'on puisse arrêter à une année précise cette transition, même dans un pays aussi dynamique sur le plan technologique et scientifique que les USA);- vous indiquez que le rapport ne parle que du mais et du soja, soit deux des 4 grandes cultures OGM, les autres étant le coton ...et le soja! Je pense que c'est une faute de frappe, quelle est cette 4ème culture?En tout cas, un article pertinent.