Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 09:53

Je n’ai pas encore lu de commentaires « autorisés » sur cette thèse qui contredit l’explication admise depuis plusieurs décennies du trou dans la couche d’ozone. C’est moi qui ai rajouté le point d’interrogation au titre. Affaire à suivre.

Anton


La théorie classique du cycle de l'ozone remise en question par le rayonnement cosmique

Depuis plus de deux décennies, il était généralement admis que la couche d'ozone s'épuisait à cause des atomes de chlore produits lors de la décomposition par le rayonnement ultraviolet provenant du soleil des molécules de chlorofluorocarbures (modèle photochimique). Or, le Dr. Qing-Bin Lu, professeur de physique et d'astronomie à l'Université de Waterloo (Ontario) et spécialiste de la couche d'ozone, a une théorie tout à fait différente.

Le Dr. Lu a étudié les données certifiées concernant la couche d'ozone sur une période de 1980 à 2007. Ces observations ne peuvent pas être expliquées par le modèle photochimique jusqu'à présent accepté. Cependant, si les données concernant le rayonnement cosmique, provenant en partie du soleil, sur cette même période sont prises en compte, il est alors possible de montrer sans équivoque non seulement une corrélation temporelle entre l'intensité du rayonnement cosmique et la réduction globale d'ozone mais aussi une corrélation entre l'intensité du rayonnement cosmique et le trou d'ozone sur le pôle sud.

Grâce à cette étude qui couvre 11 années de cycles solaires, le Dr. Lu a pu prédire quantitativement en août dernier la variation d'ozone du mois d'octobre 2008. En effet, le travail du Dr. Lu indiquait que, du fait d'un cycle de rayonnement cosmique, le trou d'ozone en octobre sur l'Antarctique devrait atteindre en moyenne 187 unités Dobson (DU). Les données provenant du satellite OMI de la NASA (données révélées le 13 mars 2009) montrent que la moyenne de la couche d'ozone en Octobre 2008 sur cette même zone a été de 197 DU, soit une erreur de moins de 5% de la prédiction du Dr. Lu, justifiant de facto sa théorie.

 


 

Voir l’article d’origine dans bulletins électroniques

 

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/58534.htm

 

Source :

 

http://newsrelease.uwaterloo.ca/news.php?id=5051

 

http://scitation.aip.org/getabs/servlet/GetabsServlet?prog=normal&id=PRLTAO000102000011118501000001&idtype=cvips&gifs=yes

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Matrok 21/04/2009 15:55

Une discussion intéressante de cet article est ici (c'est en angliche) :http://physicsworld.com/cws/article/news/38398Il me parait important de faire une remarque : ce travail ne remet en aucun cas en cause le rôle des CFC, au contraire leur rôle est explicite dans le travail de Qing-Bin Lu. Il suppose une destruction des CFC par des électrons libérés dans la haute atmosphère par les rayons cosmiques.

douar 16/04/2009 09:37

De même, les rayonnements cosmiques sont suspectés d'avoir une influence sur la formation des nuages et donc d'influencer le climat, voir à ce sujet, le projet CLOUD mené au CERNhttp://cloud.web.cern.ch/cloud/

Sceptique 15/04/2009 21:12

Je vois une analogie avec les affaires criminelles. Il faut trouver un coupable. Le procès, à charge, est rondement mené. Le présumé coupable est condamné. Les crimes continuent. Zorro arrive. Il trouve le vrai coupable. Il faut refaire le procès. La communauté scientifique traîne les pieds. Pas de souci pour les procès encore en instruction. Ils iront jusqu'à leur terme, la condamnation du coupable, homo sapiens sapiens.