Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 15:10

AFP , 12 Février 2009

« Le maïs génétiquement modifié du semencier américain Monsanto, dont la culture a été suspendue en France l'an dernier, ne présente pas de danger pour la santé humaine, selon un avis de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments, révélé par le site internet du Figaro mercredi soir.

L'Afssa considère que les éléments du rapport Le Maho (...) n'apportent aucun élément nouveau qui remettraient en cause la sécurité des maïs portant l'évènement (le transgène) MON 810", selon le site du quotidien qui cite l'agence.

Le Figaro précise que l'avis "attendu en octobre" n'a été signé par "Pascale Briand, la directrice de l'agence, que le 23 janvier dernier, soit avec trois mois de retard" et maintenu secret depuis.

Début novembre, les autorités sanitaires européennes avaient estimé infondé le maintien d'une clause de sauvegarde en France contre le maïs MON810. Monsanto avait alors jugé "difficile à comprendre" le maintien de la clause de sauvegarde.

Invoquant "le principe de précaution", le gouvernement français avait interdit début février 2008 la culture de cette semence transgénique et déclenché auprès de l'Union européenne cette clause de sauvegarde, suivant ainsi l'avis de la Haute autorité provisoire sur les organismes génétiquement modifiés (OGM).

Le mois suivant, Monsanto avait tenté sans succès de faire lever la mesure devant le Conseil d'Etat.

Avant son interdiction, le MON810 était le seul OGM cultivé en France.(1) »

 

 

Le rapport Le Maho censé consolider les arguments de celui Comité de Préfiguration de la Haute Autorité sur les OGM (débouté par l’EFSA)  n’apportait en effet rien de nouveau. On peut s’étonner qu’un si long délai de réponse ait été nécessaire à l’AFSSA qui devait se prononcer dessus en Octobre 2008.

 

Comme le remarquait récemment Agriculture et Environnement (2):

« Comment expliquer qu’après presque six mois, l’Afssa n’ait toujours rien publié à ce sujet ? Les experts de l’agence ne considéraient-ils pas ce dossier comme important ? N’auraient-ils pas eu le temps d’en discuter ? Ceci serait d’autant plus curieux que le 29 octobre 2008, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa/Aesa) a rendu public un texte qui démonte un par un les arguments présentés dans le rapport Le Maho. Une tâche pas très difficile, comme l’ont également démontré Agnès Ricroch et Jean-Baptiste Bergé dans leur propre analyse critique dudit rapport, publiée sur le site de A&E (3) »

 

Le rapport est publié sur le site du Figaro (4) (nous y  reviendrons dès que possible),tandis que Pascale Briand ,directrice de l’AFSSA, se défend de l’avoir maintenu secret ni d’avoir traîné les pieds pour le signer ou le rendre public (5) . C’est juste qu’il n’y avait pas urgence, paraît-il. …

Ce rapport devait être mis en ligne le 20 Février selon Pascale Briand, or Jean-Louis Borloo devait défendre devant la Commission européenne la clause de sauvegarde activée par la France début 2008  le 16 février prochain , 4 jours avant. Mais « « compte tenu des éléments qui attestent que cet avis suscite beaucoup d'intérêt, il a été mis en ligne jeudi dans la matinée ».

 

 

Hypothèse raisonnable : il y avait bien rétention pour laisser les mains plus libres au ministre et l’avis de l’AFSSA n’a été mis en ligne qu’à cause de la fuite du Figaro…

 

La pirouette de l’inénarrable Arnaud Apoteker est à conserver dans les annales : « scandaleux qu'une agence publique garde un tel rapport secret et en organise comme par hasard les fuites à la veille d'une décision européenne » . [Autant que je me souvienne]  lui et Greenpeace ne se sont pas empressés de demander la publication dudit rapport dont ils devaient bien se douter qu’il était défavorable à la copie de Le Maho (7). C’est sa publication avant le 16 Février qui les gène , parce qu’il gène l’accord passé entre les écologistes et le duo Borloo Kusciusco-Morizet.

 

La transparence, d’accord, mais pas trop vite !

 

La réaction d’ Arnaud Gossement, porte-parole de la fédération France Nature Environnement ne manque pas de sel non plus :  "l'avis de l'Afssa est un avis politique, ce n'est pas un avis scientifique", a -t-il déclaré à l'AFP.

Tandis que l’engagement du gouvernement d’activer la clause de sauvegarde sur le maïs MON 810 au Grenelle de l’environnement, et réitéré le 9 Novembre 2007 par Nathalie Kosciusko-Morizet dans une rencontre en tête à tête la Confédération Paysanne,les Faucheurs volontaires, les Amis de la terre et Greenpeace (6), était motivé par des raisons purement scientifiques, et absolument pas politicienne…

En ces temps de grande morosité, il est toujours réconfortant de constater que le comique français se porte à merveille.

Anton Suwalki.



 

(1) http://fr.news.yahoo.com/2/20090212/tsc-le-mais-ogm-de-monsanto-sans-danger-c2ff8aa.html

(2) http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article481

(3) http://www.agriculture-environnement.fr/telecharger/Analyse-critique-rapport-LeMaho.pdf

(4) http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/BIOT2008sa0266.pdf

(5) http://fr.news.yahoo.com/2/20090212/tsc-avis-sur-le-mais-ogm-aucun-secret-pa-c2ff8aa.html

(6) http://www.infogm.org/spip.php?breve502

(7) Dernière minute , je découvre une interview d’Apoteker sur Le Point :

-Lepoint.fr : Étiez-vous au courant de l'existence de cette note de l'Afssa ?

 

-Arnaud Apoteker : Non, je ne savais pas qu'elle existait et nous allons essayer de nous la procurer.

Ben voyons, il ne savait pas qu’elle existait…. Monsieur Apoteker prend vraiment les gens pour des imbéciles !

 

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/interview-note-de-l-afssa-des-fuites-organisees-par-des-pro-ogm/920/0/316423

 


 

 

Lire sur Imposteurs à propos du rapport Le Maho :

 

http://imposteurs.over-blog.com/article-23382755.html

http://imposteurs.over-blog.com/article-23382856.html

http://imposteurs.over-blog.com/article-23382906.html

 

Notes :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nebetbastet 13/02/2009 18:04

C'est de la simple démagogie...
Bon en tout cas j'aime beaucoup votre blog, ça change de ce qu'on entend d'habitude. Ça fait du bien.

Ryuujin 13/02/2009 16:11

C'est quand même une sacrée gifle pour le gouvernement que ce rapport qui était visiblement enterré ait été publié : le seul point un tant soi peu argumenté scientifiquement par les anti-OGM francais est celui de leur effet sur la santé.

Le gouvernement se trouve dans une drôle de position pour défendre son moratoire vis à vis de l'Europe, un pan entier de son "dossier" étant démoli par ses propres autorités sanitaires.

Ryuujin 13/02/2009 16:11

C'est quand même une sacrée gifle pour le gouvernement que ce rapport qui était visiblement enterré ait été publié : le seul point un tant soi peu argumenté scientifiquement par les anti-OGM francais est celui de leur effet sur la santé.

Le gouvernement se trouve dans une drôle de position pour défendre son moratoire vis à vis de l'Europe, un pan entier de son "dossier" étant démoli par ses propres autorités sanitaires.

Yann02 13/02/2009 08:51

Je suis 100% d'accord pour dire que cette clause de sauvegarde est purement politique.
Et quand on y réfléchit bien, ça me fait mal de le dire, son activation et son maintient coute que coute est même un très bon coup politique. On sacrifie la transparence et la vérité sur les ogm sur l'autel de "l'écologie politique".
Une reculade du gouvernement, dans le contexte actuel de sa popularité et vu la conjoncture, serait très mal perçue par l'opinion publique.

Une petite satisfaction cependant, certains journalistes ne sont pas dupes, et le font même savoir dans leurs éditos ( http://www.lefigaro.fr/debats/2009/02/12/01005-20090212ARTFIG00001-les-ogm-une-affaire-tres-politique-.php ). Espérons que cela puisse se disséminer et être contagieux !

Sceptique 12/02/2009 17:49

Ce n'est bien sûr pas la position de l'AFSSA qui est politique, mais la décision du gouvernement. La science n'a plus sa place dans cette affaire, si elle en a eu une(pas longtemps).
Le rapport de l'AFSSA sera une satisfaction morale, sans traduction sur le terrain.
Pauvre société française!

gattaca 12/02/2009 15:40

Oui, c'est exactement ce qu'il est en train de faire (cf ci dessous).
Le ministère de l'écologie se rabat sur l'aspect environnemental pour justifier SA clause de sauvegarde !

Le hic, c'est que continuer à baser l'argumentaire d'un risque environnemental sur les éléments d'un rapport Le Maho qui mentionne notamment l'existence de plants de maïs mâles et d'autres femelles en dit très longs sur les compétences et les conclusions des "experts" missionnés par le gouvernement !
De plus, s'il s'agissait de colza GM voire même de betterave... on pourrait avoir quelques arguments d'un risque environnemental éventuellement possible (et cela resterait à disséquer dans le détail) mais prendre le maïs comme pouvant être responsable de risques environnementaux... c'est vraiment ne rien connaître à la plante elle-même, à sa biologie florale, à son mode de culture. Ont ils jamais vu un plant de maïs ?
S'il est bien une plante (bien qu'allogame), -avec d'autres plantes fortement autogames (blé par exemple, le jour où il y aura des blés GM sur le marché) - qui ne risque rien, alors c'est sûr le maïs en fait partie.

Communiqué du ministère de l'Ecologie http://www.environnement.gouv.fr/article.php3?id_article=4304


12.02.09 - Maïs OGM Mon 810 : l’avis de l’AFSSA, qui ne concerne que des sujets sanitaires, ne remet pas en cause la clause de sauvegarde, décidée par le Président de la République, sur des fondements environnementaux

Mis à jour le 12/02/2009
Le fondement de la clause de sauvegarde, qui concerne la culture en plein champ du maïs Monsanto 810, repose sur des risques jugés sérieux pour l’environnement et non pas sur des risques sanitaires, objet de l’avis de ce jour de l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments), conforme à ses avis antérieurs.

Par ailleurs, le Conseil des ministres européens de l’Environnement du 20 octobre a unanimement décidé le renforcement de l’évaluation environnementale des plantes génétiquement modifiées.

Puis, le Conseil des ministres européens de l’Environnement du 4 décembre a demandé à l’unanimité à l’AESA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) de réviser avant mars 2010 l’évaluation des risques environnementaux des OGM pour y inclure notamment une évaluation détaillée des effets à long terme.

En outre, le maïs Monsanto 810 fait l’objet d’une ré-évaluation décennale, en cours.

La Hongrie, l’Autriche, la Grèce ont, comme la France, pris une clause de sauvegarde.
Les clauses de sauvegarde de la Hongrie et de l’Autriche sont à l’ordre du jour du Conseil des ministres européens de l’Environnement du 2 mars. Les clauses française et grecque devraient être à l’ordre du jour d’un prochain Conseil des ministres de l’Agriculture, probablement au printemps.

Contacts presse :
Benoît PARAYRE 01 40 81 72 36
Frédérique HENRY 01 40 81 31 59
Muriel DUBOIS-VIZIOZ 01 40 81 31 73

Bref, la fuite en avant ... quand on a plus d'arguments et que l'on ne veut pas admettre que l'on est sur une fausse route !

ptoufle 12/02/2009 15:20

Évidemment l'AFSSA ne prononce un avis que sur le volet sécurité sanitaire (alimentation humaine et animale). Le ministre soutiendra sa position sur les volets "impact sur l'environnement".