Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 15:04

   Un article de Gil Rivière-Wekstein

 

 

Les théories malthusiennes n’étant pas particulièrement appréciées en France, le WWF-France évite astucieusement ce sujet. Ce qui n’est pas le cas du WWF-International, dont le dernier bilan prône ouvertement « l’inversion de la croissance démographique ».

Dans une interview parue le 29 août 2007 dans Le Monde, Serge Orru, directeur général du WWF-France, affirmait qu’il est nécessaire de « lutter contre les avatars du malthusianisme, [qui] risquent de faire un retour en force ». Il ajoutait même que « face à ces enjeux environnementaux et géopolitiques, il nous faut aussi transmettre un enthousiasme, des rêves, afin que nos enfants aient envie de devenir parents ! » Des propos qui laissent entendre que le WWF-France serait favorable au développement démographique. En matière de réduction de « l’empreinte écologique », l’association se contente de proposer quelques mesures bien sympathiques, comme « faire sécher son linge sur une corde au lieu d’utiliser un séchoir électrique » (économie de 1.000 m2) ou « remplacer les ampoules classiques par des ampoules fluocompactes » (100 m2). Certes, en 2006, elle avait bien recommandé de « reporter d’un an la décision d’avoir un enfant ». Mais curieusement, cette mesure avait été aussitôt retirée, alors que selon la première version des « 10 recommandations du WWF », elle permet à elle seule d’économiser 26.000 m2 ! Ainsi, rien dans le discours officiel du WWF-France ne laisse transparaître que la filiale française de la plus grande organisation écologiste du monde est l’héritière des théories de Thomas Malthus.

Pourtant, les publications du WWF-International ne cachent rien de l’idéologie malthusienne de la multinationale verte.



La suite de l’article sur le site d’Agriculture et Environnement

 

http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article475


 

Quelques éléments sur le malthusianisme :

 

http://imposteurs.over-blog.com/article-20497875.html

http://imposteurs.over-blog.com/article-20739778.html

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sceptique 19/01/2009 07:04

Merci à Luc Marchauciel pour son complément d'information. Heureusement, cependant, les sociétés humaines apportent des correctifs aux lois impitoyables de la nature!
Le retour du malthusianisme serait-il corrélatif de la déification de La Nature? Et de sa nouvelle "Arche de Noé", la biodiversité, droit des non-hommes?

luc marchauciel 18/01/2009 20:29

Il y aura quand même eu un effet bénéfique aux théories de Malthus : son idée de "lutte pour l'existence" a donné des idées à Darwin et l'a aidé à formuler sa théorie de la "sélection naturelle".
Pour le reste, il me semble que Malthus est décrié pour la raison indiquée par Sceptique : son modèe ignore ce qui s'est passé ensuite : le développement économique a provoqué une baisse de la natalité bien mieux que les mesures (inverses) proposées par Malthus, qui conseillait de refuser l'assistance aux pauvres (et en gros de les laisser crever) parce que sinon les pauvres allaient trop se reproduire.... Ce sens particulier de la solidarité largement contribué à sa mauvaise réputation.

Sceptique 18/01/2009 17:40

Pour la raison simple qu'elle ne s'est jamais vérifiée. L'augmentation de la population, couplée à l'industrialisation, s'est traduite par une augmentation de la richesse produite et une amélioration du niveau de vie de tout le monde. La réduction spontanée de la natalité est une conséquence de cette évolution.
Si elle revient dans les fourgons de l'écologie politique, c'est parce que la réduction globale des activités qui est dans la logique de cette idéologie est incompatible avec la satisfaction des besoins d'une population trop nombreuse. Moins il y aura de rationnaires, mieux ce sera tenable!

juju 18/01/2009 16:45

Quelqu'un aurait il l'amabilité de m'expliquer les raisons pour lesquelles la théorie malthusienne est décriée ?
Je précise que c'est un sujet auquel je n'ai jamais eu l'occasion de m'intéresser... et que je pars donc sans a priori...