Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 15:43

Commentant le « rapport » Le Maho récemment adressé par le gouvernement français à l’Agence de sécurité européenne (EFSA) en soutien au rapport remis en février 2008 pour justifier la clause de sauvegarde sur le maïs MON 810 promise aux écologistes, nous écrivions (1): 

 

« On voit mal comment l’EFSA pourrait considérer ses arguments comme appuyant les « faits nouveaux » et « doutes sérieux » exprimés par Jean-François Legrand lors de la remise du rapport. En toute logique , elle devrait formuler une conclusion analogue à celles émises à l’encontre des demandes grecques ou hongroises d’interdiction du maïs MON 810 »

 

Ce pronostic était juste. L’EFSA vient de rendre public son avis scientifique sur le dossier français(2). Sa conclusion est sans appel.

 

Le panel OGM de l’EFSA n’ y a identifié aucune donnée nouvelle ou information scientifique susceptible de remettre en cause les évaluations précédentes sur les risques du maïs MON 810 qui font consensus dans l’Union européenne. Il considère que la France n’a apporté aucune preuve scientifique en terme de risque sur la santé animale ou humaine ou sur l’environnement qui justifierait la clause de sauvergarde et la suspension d’urgence du maïs OGM.

 

En clair , la manœuvre purement politicienne du gouvernement français n’a pas trompé l’autorité européenne et son dossier « scientifique » bâclé n’a pas impressionné le panel OGM.

 

Ayant recensé 13 « problèmes » parmi les documents remis par la France, l’EFSA précise que certains sortent de son domaine de compétence : en particulier, sur les aspects socio-économiques de l’introduction du maïs MON 810 (2).

 

Voici quelques aspects des commentaires de l’EFSA (3):

 

- Pour les conséquences éventuelles sur l’environnement, aux objections récurrentes empruntées aux anti-OGM sur les risques de dissémination, de flux de gènes, d’apparition de résistance de ravageurs ou d’effets sur la faune non cible, de persistance de la protéine Cry1Ab dans le sol etc.. l’ EFSA oppose les résultats de nombreuses études et tests effectuées en champs et les analyses comparatives avec du maïs conventionnel. Un retour aux faits constatés là où la propagande anti-OGM que le gouvernement français caresse dans le sens du poil ne vit que d’hypothèses et de scénarios catastrophes.

 

- Concernant les effets de la consommation de MON 810 sur la santé,  l’EFSA observe notamment à propos des dangers d’allergénicité évoqués par le CHPA que ces hypothèses ont déjà été pris en considération et que selon le panel OGM, rien n’a pu être trouvé qui indiquerait un quelconque potentiel allergène de la protéine Cry1Ab du MON 810. Des précisions sur l’étude de Kroghsbo et al (2008) mettent par ailleurs en évidence la nature du travail fourni par le CPHA qui n’en a retenu que ce qui l’arrangeait et ne s’est pas donné la peine de lire jusqu’aux bout certaines études citées à charge contre le MON 810, ignorant les conclusions ou les réserves formulées par les auteurs eux-mêmes sur la portée de leurs résultats.   

 

- Concernant le fait que la structure primaire de la protéine Cry1Ab produite par le MON 810 ne soit pas strictement identique à la protéine naturelle, le panel OGM a considéré l’abracabrantesque parallèle fait par le CHPA et Le Maho avec le prion pathogène et la maladie de la vache comme « hautement spéculatif ». Une manière polie de dire que c’est… n’importe quoi !

 

Le gouvernement français ne sort donc pas grandi de son opération. Il est très probable qu’il n’ignorait pas la nature de l’avis que formulerait le panel OGM et la fin de non recevoir de l’ EFSA. Mais fidèle à ses pratiques, le gouvernement français a annoncé qu’il ne tiendrait pas compte de l’avis scientifique de l’EFSA (4). Selon Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet l'avis de l'EFSA n'est qu'une "étape" du processus et que la décision revient au Conseil des ministres européens puis éventuellement à la Commission européenne.

 

Admettons, mais pourquoi alors des organismes scientifiques si c’est pour ne tenir aucunement compte de leur avis ? L’ EFSA a démonté l’argumentaire présenté par le gouvernement français. Donc il suffit de dire que l’EFSA n’est pas « un bon club » !  Il ne reste plus au gouvernement qu’à demander la dissolution de l’autorité européenne pour la sécurité alimentaire et son remplacement par une CPHA européen qui à l’instar de son homologue français rendra des avis conformes à ce qui a été décidé par les politiques ! 

 

La raison scientifique et les raisons politiciennes ne font décidemment pas bon ménage .

Anton Suwalki


Notes :

      

(1)   http://imposteurs.over-blog.com/article-23382906.html

(2)   http://www.agriculture-environnement.fr/telecharger/Efsa-ogm.pdf

(3)   qui de toute façon avaient été abordés avec autant de légèreté que les aspects sanitaires et environnementaux par le CPHA et Yvan le Maho. Cf le 5ème paragraphe du lien proposé en note (1)

(4)   nous ne détaillerons pas l’avis de l’EFSA dans la mesure où il s’agissait que de réaffirmer des acquis scientifiques maintes fois évoqués face à un dossier qui selon la formule de l’agence européenne n’apportait rien de nouveau… Nous nous contentons de résumer quelques points abordés dans le document de l’EFSA qui mettent en relief la différence de méthode entre l’EFSA et le CHPA instrumentalisé par le gouvernement.

(5)   http://fr.news.yahoo.com/2/20081031/tsc-ogm-la-france-maintient-sa-position-c2ff8aa.html

 

Partager cet article

commentaires

Fulmar 20/11/2008

Dans une dépêche AFP, suites médiatiques de la dernière étude discutée ci-dessus, Greenpeace et Global-2000, ont appelé à "l'interdiction immédiate et totale dans le monde entier" non seulement du maïs transgénique "Mon810", mais aussi de tous les organismes génétiquement modifiés (OGM).

On notera donc que Greenpeace et Global-2000 ne savent pas du tout en vérité ce que sont des OGMs, au vu d'une telle ânerie!

La contestation anti-OGM est plus que ridicule, pour ne pas dire inutile et dérisoire. Des doux illuminés ne comprenant rien à rien. Sans aucun intérêt de les écouter.

aurelien 20/11/2008

En général lorsque l'on cite une source, on pointe vers les pages exactes du document et non vers celles du support ou du format de diffusion.

"Respectivement, 16 19 32 38 pour le groupe non-OGM (total, 105), et 2 19 2 24 pour les groupes OGM (total, 47, soit deux fois moins)."

Il semble que l'aspect cyclique de l'événement vous ait échappé Ryuujin. Il ne s'agit pas ici de faire la somme de ces données sans en comprendre les tenants et les aboutissants dans un processus biologique héréditaire.

1ière portée: 16-2 -> différence significative
2ième portée: 19-19 -> différence non significative
3ième portée: 32-2 -> différence significative
4ième portée: 38-24 -> différence non significative

Nous sommes bien face à un phénomène biologique cyclique qu'il va falloir expliquer.

Il y a clairement une alternance

anton suwalki 20/11/2008

Aurélien, décidemment tu t'enfonces :
"Nous sommes bien face à un phénomène biologique cyclique qu'il va falloir expliquer.
Il y a clairement une alternance".....
1) Je ne suis pas sûr que tu aies vraiment compris la notion statistique de significativité. A mon avis, non .
2) et là c'est cocasse, parce que sans t'en rendre compte, tu demandes d'expliquer un phénomène en apparence cylcique, mais EN FAVEUR des OGM. Ca t'auras sans doute échappé.
A moins que la mortalité moindre dans le groupe nourri GM soit l'élément qui t'inquiète. Avec toi on ne peut écarter aucune hypothèse.
Anton

Ryuujin 20/11/2008

1ière portée: 16-2 -> différence significative
2ième portée: 19-19 -> différence non significative
3ième portée: 32-2 -> différence significative
4ième portée: 38-24 -> différence non significative

Déjà, si tu veux parler de significativité, il te faut les données groupe par groupe.
En outre, il faut exprimer la mortalité en % des naissances, sinon ça n'a aucun sens ; il y a moins de naissances dans le groupe "OGM".

Ensuite, ce n'est pas sur 4 générations qu'on met en évidence un phénomène cyclique.

Enfin, si le protocole est bien conçu, la seule différence entre les deux groupes est que l'un mange du maïs OGM et l'autre pas.
Si tu veux dire que la différence de mortalité n'est pas liée au caractère OGM, il va falloir supposer que le protocole en question est mal conçu...

aurelien 20/11/2008

A la base, le protocole n'était pas conçu pour cela...

Ryuujin 20/11/2008

Mais oui, bien sûr.

Et si la hausse de mortalité avait été du coté du groupe OGM et non l'inverse, ça aurait fait les titres des journaux, et tu nous aurais tanné avec ça...

Ce protocole est fait pour mettre en évidence les effets (notamment transgénérationnels) d'un aliment.
Une mortalité significativement plus élevée dans un groupe que dans l'autre, c'est bien un effet de l'aliment, non ?

Le titre de l'étude est bien : "Biological effects of transgenic maize NK603xMON810 fed in long term reproduction studies in mice" ?

Donc, l'étude était bien conçue pour ça...


Bon, qu'est-ce que tu va encores inventer pour essayer de noyer le poisson ?

aurelien 20/11/2008

"Déjà, si tu veux parler de significativité, il te faut les données groupe par groupe.

En outre, il faut exprimer la mortalité en % des naissances, sinon ça n'a aucun sens ; il y a moins de naissances dans le groupe "OGM"."

Ryuujin 20/11/2008

Oui, et ?

C'est pas moi qui le dit, que les pertes de souriceaux sont significativement plus élevées dans le groupe non-OGM ; c'est l'auteur, qui lui dispose des données par groupe, et a fait les tests statistiques appropriés.

GFP 24/11/2008

Si ça intéresse certains... sur l'étude autrichienne vous pouvez visiter cet excellent blog http://gmopundit.blogspot.com/ où vous trouverez une analyse des résultats. D'autres se sont aussi étonnés de la proportion de souriceaux morts ainsi que d'autres bizarreries dans les calculs. Je n'ai pas encore eu le temps de tout lire.

anton suwalki 24/11/2008

Nous aurons bientôt un commentaire détaillé de cette étude sur Imposteurs. Merci GFP pour ce lien.
Anton