Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 15:05

Nous vous invitons à lire l’article de Gil Rivière Wekstein sur le document signé Yvon Le Maho remis par les autorités françaises à l’EFSA à propos de la clause de sauvegarde sur le Maïs MON 810. Nous y reviendrons d’ici quelques jours sur Imposteurs.
Anton Suwalki


OGM : le mystérieux rapport d’Yvon Le Maho

Dans le cadre de la clause de sauvegarde sur le maïs OGM MON 810, la France a remis à l’Efsa le 16 juin 2008 un bien curieux document, signé du Pr Le Maho. Censé convaincre le Panel OGM de l’agence européenne, ce texte – officiel ou officieux ? – relève plus de la prose militante que du rapport scientifique...

Qu’en est-il de la clause de sauvegarde française sur le maïs OGM MON 810 ? Pourquoi rien ne s’est-il encore passé, alors que Catherine Geslain-Lanéelle, directrice de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa/Aesa), estimait dans un courrier du 11 mars 2008 que l’Efsa « [devait] certainement donner un avis scientifique pour la fin d’avril 2008 » ? Encore aurait-il fallu pour cela que le dossier français soit complet. Or, la France a attendu le 12 juin, soit six mois après la remise de sa demande à la Commission européenne, pour apporter « l’argumentation manquante de la position française suite au document présenté par Monsanto le 30 janvier 2008 ». Ce texte lui avait pourtant été réclamé par l’Efsa dès le 11 mars 2008. Rédigée par Yvon Le Maho, directeur de recherches au CNRS et membre du Comité de préfiguration de la Haute autorité sur les OGM, la réponse française [1] est accompagnée d’une curieuse Note des autorités françaises à l’Aesa de deux pages... non signées ! Celles-ci ont-elles été rédigées par le ministère de l’Agriculture ? par un représentant du ministère de l’Environnement ? ou s’agit-il d’une missive émanant de l’Elysée ou de Matignon ? Mystère...


Lire la suite sur le site d’agriculture et environnement :

http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article441


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fulmar 15/10/2008 13:16

Au fait aurelien, bravo pour ton dernier brûlot sur Naturavox :attaquer la revue Science pour dérapage marketing sur les OGM, quel panache, quel courage, c'est du vrai reportage citoyen ça :D T'as pensé à le vendre à "Le Monde" ?

C'est à ne pas rater :

http://www.naturavox.fr/Science-Magazine-derapage-dans-le-marketing-sur-la-question-des-OGM.html

anton suwalki 09/10/2008 12:20

Pauvre Aurélien, on aurait espéré que cette cure de silence t'aurait été bénéfique, mais non, toujours les mêmes sottises. Où vois tu du mystique là-dedans ? Achète toi un dictionnaire.
Mystérieux faisait notamment allusion au statut bien indéfinissable de ce rapport écrit écrit par Le Maho "contact scientifique désigné auprès de l'AESA" mais qui n'engage ni les autorités françaises ni le CHPA. Tout le monde l'aura compris en lisant l'article de GRW, t'es-tu seulement donné cette peine ?

aurelien 09/10/2008 11:47

Les imposteurs, toujours dans la rhétorique mystique du mystère...

GFP 01/10/2008 12:57

Demander à un spécialiste des pingouins, par ailleurs anti-OGM notoire, d'écrire un tel rapport est assez risible. Ce sont les agriculteurs qui vont être contents, la France fait tout pour que ce maïs soit de nouveau autorisé à la culture dès l'année prochaine.

Antonin 01/10/2008 12:10

Si la fortune sourit aux audacieux, la France doit être très riche en ce moment...

Astre Noir 01/10/2008 10:09

Le plus drôle (ou le plus consternant, c'est selon votre choix), c'est que parallèlement la Direction Générale de la Santé du Ministère du même nom a demandé à l'AFSSA de procéder à une expertise du rapport du Pofesseur Le Maho.
voir sur le même site :
http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article442

Autrement dit, il ne semble plus y avoir de commandant sur le navire français.

Mais qu'attend donc l'Europe pour dire au gouvernement français "Vous nous avez assez baladé comme ça, votre clause de sauvegarde, vous pouvez vous la mettre..."

NB : oui, je sais, les fonctionnaires européens ne parlent pas comme ça! ;-)