Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 09:57

 

Dans un article récent du Monde  « Les OGM, une solution à la famine ? »

 (16/02/08) trois biologistes ‘non-moléculaire’ (P-H. Gouyon, Y. Le Maho, M. Dufumier) critiquent les propos de « 6 éminents biologistes moléculaires » (article du Monde du 31/01). Les propos de ces trois personnes ne sont d’ailleurs qu’un moyen de plus de faire de la propagande anti OGM.

 

 

Il ne m’appartient pas évidemment de répondre à la place de ces 6 biologistes (A. Boudet, M. Caboche, M. Delseny, R. Douce, C. Dumas, G. Pelletier) ni de prendre leur défense car ils pourraient le faire eux-mêmes aisément. Je ne pourrais pas plus obtenir un droit de réponse dans le Monde n’étant pas cité ou mis indirectement en cause. J’avais initialement envisagé de leur répondre directement…mes nombreuses expériences de réponse directe à des antis notoires (GE Séralini, A Apoteker, C Vélot, Kastler) m’ont montré qu’ils ne répondent pas, tout simplement. C’est pourquoi, il me paraît plus important de faire connaître cette réponse à un plus grand nombre via un site internet.

Philippe Joudrier


 

Pour des raisons de commodités, je vais répondre en rappelant les passages commentés.


PHG, MD, LM :

« Six éminents biologistes moléculaires vantent, dans les colonnes du Monde (daté 31 janvier), "les résultats spectaculaires de la biologie moléculaire des plantes" et défendent l'idée que ces techniques seront indispensables pour nourrir les 9 milliards d'êtres humains de demain. Une telle prise de position, dans le contexte des débats actuels, appelle quelques commentaires. »

 

PJ : Que des scientifiques se sentent concernés par ces questions est éminemment louable. Ils ne laissent pas entrevoir le fait que seule leur discipline serait capable de résoudre la faim dans le monde.

D’ailleurs le titre de leur article ne laissait pas supposer qu’il allait traiter de ce sujet !

Dans tous les cas, cela ne voudrait pas dire pour autant qu’ils n’en tiendraient pas compte ?

Sans doute le fait d’être un biologiste moléculaire empêche de penser à d’autres problématiques et notamment celles qu’ils prétendraient contribuer à résoudre !

 

PHG, MD, LM :

« Disons-le tout net, il y a en effet de sérieux doutes sur le fait que les OGM représentent la solution ‘magique’ »

 

PJ : Ont-ils jamais parlé de solution magique ?

 

PHG, MD, LM :

« Aux problèmes de sous-nutrition dans notre monde. Il y a de plus des risques avérés et de nombreuses incertitudes liés à la culture de ces OGM. »

 

PJ : Des risques avérés, mais lesquels ?

Si dans la catégorie des risques avérés, vous mettez la pollinisation croisée … alors oui, mais en quoi cette pollinisation croisée crée t’elle un risque supérieur à celle qui a toujours existé et qui existe toujours avec les Plantes non-GM ? Si tant est que cela soit un risque ? On était d’ailleurs dans la quasi impossibilité de la mettre en évidence (avant l’ère des OGM) mais ce n’est pas pour autant qu’elle ne s’est pas produite et qu’elle a arrêtée de se produire avec l’arrivée des PGM !

Un dommage économique (perte de label) oui, sans doute, mais un risque ? En quoi serait-il différent et spécifique de ce qui s’est toujours fait et passé ?

 

PHG, MD, LM :

« Concernant les problèmes relatifs à la faim et à la malnutrition dans le monde, ce ne sont pas les disponibilités alimentaires qui font globalement défaut. La question est directement liée à l'inégale répartition des ressources. »

 

PJ : Merci de le leur rappeler, ils ne le savent sans doute pas !!!

 

PHG, MD, LM :

« Une part croissante des céréales et des protéagineux produits dans le monde est destinée de préférence à l’alimentation animale plutôt qu’à la nourriture des moins fortunés. Les deux tiers des personnes qui souffrent de la faim dans le monde sont des paysans qui n’ont guère les moyens de produire par eux-mêmes de quoi s’alimenter correctement. »

 

PJ : Et vous pensez, honnêtement, que les signataires de l’article sur lequel vous faites des commentaires ignorent tout cela !!!

 

PHG, MD, LM :

« L'accroissement de leurs revenus suppose bien un accroissement de leur productivité, mais les agronomes s'accordent pour dire que le potentiel génétique des plantes cultivées ne représente que très rarement le facteur limitant de celles-ci. Il existe d'ores et déjà des techniques qui leur permettraient d'accroître leurs rendements à l'hectare à des coûts monétaires et environnementaux relativement faibles. Mais la question n'est pas tant celle de "l'amélioration variétale" que celle d'une utilisation plus intelligente des cycles biologiques du carbone, de l'azote et de multiples éléments minéraux au sein des écosystèmes cultivés. »

 

PJ : Et en quoi ces problématiques ne feraient pas partie de l’amélioration variétale ? elles font justement partie des préoccupations permanentes du sélectionneur et depuis longtemps !

 

PHG, MD, LM :

« L'étude de la façon dont les OGM actuels sont en ce moment introduits dans les pays du Sud montre les risques induits. L'extension de la monoculture du soja transgénique dans les savanes du Brésil jusqu'aux confins de la forêt amazonienne se traduit déjà par une dégradation des sols et des pertes considérables de biodiversité. »

 

PJ : Il faudrait s’entendre sur le terme biodiversité, mais plus encore, on ne voit pas très bien en quoi le fait que le soja soit transgénique aurait une action spécifique sur une perte de biodiversité par rapport à un soja non-GM.

Je n’imagine pas une seconde que les auteurs de ces commentaires voudraient faire croire à leurs lecteurs que cela ne se serait pas produit si le soja n’avait pas été GM !

 

PHG, MD, LM :

« L'épandage des herbicides associés à ces OGM constitue une sérieuse menace pour les cultures vivrières environnantes. Si, dans l'avenir, on produisait des génotypes capables de résister à la sécheresse ou à la salinité des sols, il est exact que ces gènes pourraient être utiles, mais à la condition qu'ils soient fournis aux paysans et intégrés dans leurs variétés en conservant leur diversité. »

 

PJ : Oui mais pour cela, il faudrait et d’une que les faucheurs ne réduisent pas à néant les essais destinés à évaluer ce type de plante (cas l’an dernier d’un maïs tolérant la sécheresse de Limagrain).

Et de deux, il faudrait parallèlement laisser le temps aux semenciers d’en mettre plusieurs simultanément sur le marché !

 

 

PHG, MD, LM :

« Si au contraire, comme c'est actuellement le cas avec les OGM pesticides, on les amène à ne cultiver qu'une ou quelques variétés industrielles sur de grandes surfaces, on les conduit à un désastre écologique à moyen terme. »

 

PJ : L’expression « désastre écologique » est sans doute un peu forte (mais classique dans le discours) car en quoi la culture de toutes les SAU d’un pays (quelles que soient les plantes cultivées) ne modifient pas de manière similaire cette biodiversité.

De plus, et à nouveau, le concept de « OGM pesticides » est repris suivant là l’expression favorite d’un médiatique anti-OGM !

Je suis inquiet de voir que vous puissiez, vous aussi, l’utiliser !

Cela voudrait-il dire que vous n’avez jamais réalisé que toutes les plantes (comme sans doute tous les organismes vivants) sont « à pesticides » ?

Ne savez vous pas que l’on a identifié chez Bacillus thuringiensis plus de 250 toxines rien que pour les Cry sans compter une vingtaine de toxines Cyt et sans doute bien d’autres encore non encore recensées !

Vous avez l’air d’ignorer alors que les graines (mais pas seulement cet organe) sont bourrées de pesticides … Avez-vous entendu parler des PR (Pathogenesis Related) protéines ?

Ce qui est simplement fait (et, donc rien de révolutionnaire là-dedans, on ne fait que copier ce qui existe déjà), c’est de donner à la plante une protéine insecticide qu’elle n’avait pas dans sa panoplie pourtant déjà bien fournie !

 

 

 

PHG, MD, LM :

« Ajoutons à cela le fait que les OGM sont brevetés, ce qui prive les paysans de la propriété de leurs semences. Il s'agit là de risques avérés, on n'est plus dans la précaution mais bien dans la responsabilité directe vis-à-vis des producteurs du monde entier. »

 

PJ : Vous semblez ignorer, (ce qui serait particulièrement grave à votre niveau mais comme je ne le crois pas, vous mentez alors par omission vis à vis des lecteurs), qu’il y a maintenant plusieurs décennies que tout cultivateur d’hybrides F1 (bien que propriétaire des graines qu’il récolte) ne va pas « s’amuser » à les ressemer ! Et que donc il rachète chaque année de la semence.

Et en quoi cela a t-il représenté un risque depuis cinquante ans ?

Mieux que cela, certains agriculteurs ont bien compris, mêmes pour les plantes autogames, qu’il était plus satisfaisant de renouveler jusqu’à 30% de leurs semences chaque année afin de financer les semenciers qui leur fourniront les nouvelles semences dont ils auront nécessairement besoin demain ! (obtenir une nouvelle semence, c’est beaucoup d’argent et surtout beaucoup de temps !).

Dans tous les cas, cela ne relève certainement pas de risques avérés. En quoi cela est-il un risque ? pour quoi ? pour qui ?

 

PHG, MD, LM :

« Si l'on ajoute à cela qu'il existe des incertitudes concernant la toxicité pour les êtres humains ou les écosystèmes des pesticides produits par les OGM ou utilisés grâce à eux, on voit que le tableau idyllique où les biotechnologies constituent "la" solution aux problèmes de la production agricole mondiale s'effrite. »

 

PJ : Heureusement, vous avez ici l’honnêteté intellectuelle de parler d’ « incertitudes », on n’est donc pas cette fois ci dans le risque avéré.

Il ne faudrait pas non plus laisser croire et d’une qu’il n’y a pas de différences entre un insecticide chimique de synthèse (qui ne fait pas de détail, au passage) et une protéine insecticide et de deux, que seules les PGM utilisent des herbicides !

 

PHG, MD, LM :

« Nous ne contestons pas le fait que les biotechnologies puissent être utiles à l'agriculture et il faut évidemment continuer une recherche de haut niveau dans ce domaine. »

 

PJ : Mais que toute ‘votre’ attitude négative depuis 10 ans (voire plus) a conduit à faire disparaître !, Certains des hiérarques de l’INRA « aiment » à dire qu’il n’y a plus un seul chercheur à l’INRA travaillant sur des OGM à vocation alimentaire. Résultat d’ailleurs d’une non-volonté d’avoir voulu les développer ces 15 dernières années en raison de la mauvaise perception qu’en avaient certains dirigeants eux-mêmes.

 

PHG, MD, LM :

« Mais, pour cela, il faudrait qu'elles soient utilisées dans des conditions qui réduisent les risques et garantissent leur utilité. Il faudrait que les scientifiques acceptent l'idée que le laboratoire dans lequel ils travaillent ne leur donne accès qu'à une toute petite partie du monde, et qu'une réflexion impliquant les diverses disciplines concernées - la biologie depuis l'ADN jusqu'aux écosystèmes, en passant par les organismes ainsi que les sciences économiques et sociales - permet de faire émerger des procédures d'utilisation acceptables de ces technologies. »

 

PJ :

Je vous remercie de nous dire ce que nous faisons déjà depuis longtemps et sans avoir attendu vos précieux conseils.

Vous en êtes encore au stade du discours cher aux antis : « oui aux OGM dans les labos, pas dans les champs » !

Vous demandez aux biologistes moléculaires de rester dans leur labo mais alors, pour vous, il serait alors temps de sortir un peu de l’hexagone et de constater qu’en 2007 c’est une augmentation des surfaces de 12% par rapport à 2006 pour atteindre 114,3 millions d’ha de PGM cultivées dans le monde sans poser le moindre problème sanitaire depuis 13 années de culture !

De plus, vous avez l’air d’imaginer que les seuls biologistes moléculaires (BM) seraient impliqués pour réaliser un OGM… Mais ce n’est malheureusement soit rien y connaître soit avouer son ignorance sur la chaîne des compétences qui sont nécessaires pour arriver à en obtenir un. Les biologistes moléculaires (BM) n’en sont que l’un des maillons.

Il faut, en effet, partir d’observations du terrain, repérer des génotypes ayant certaines caractéristiques, les BM ne font qu’une toute partie dans tout le processus créatif qui est sans doute la plus rapide et la plus simple (isoler des gènes, faire des constructions géniques et l’opération elle même de transgénèse qui déjà demande non plus les compétences de biologistes moléculaires mais de biologistes cellulaires).

Mais ensuite il faut toute sorte d’autres compétences : des biochimistes, des bioinformaticiens, des généticiens (plutôt des plantes qu’un généticien animal lorsqu’il s’agit de PGM), des agronomes (soucieux, eux aussi, de l’environnement), des sélectionneurs et s’entourer de compétences annexes mais indispensables en toxicologie, allergologie… !

 

PHG, MD, LM :

« Tant que nos collègues biologistes moléculaires prétendront qu'ils peuvent seuls régler les problèmes de la planète … »

 

PJ : C’est leur faire beaucoup d’honneurs !

 

PHG, MD, LM :

«… en ignorant les avertissements qui leur arrivent de l'ensemble des autres disciplines… »

 

PJ : Mais ils ne les ignorent aucunement comme rappelé ci-dessus !

 

PHG, MD, LM :

ils ne seront pas crédibles.

Il faut d'ailleurs remarquer que dès que paraît un article présentant une recherche qui montre un effet négatif d'un OGM, on voit une foule de critiques s'élever qui contestent la validité de telle ou telle affirmation de l'article et clouent l'auteur au pilori (en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, ceci est allé jusqu'au licenciement du scientifique concerné). »

 

PJ : Il est ici fait implicitement allusion à deux « affaires » :

L’affaire Pusztaï (chercheur retraité qui fait état publiquement de résultats non publiés, alors qu’il n’a même pas une position officielle dans le labo où il se trouve et qui ne respecte pas la déontologie de tout scientifique) et l’affaire Quist et Chapela !

Il n’est pas à votre honneur de défendre scientifiquement les « résultats » mis en avant par ces chercheurs ! Doit-on en conclure que vous auriez, en tant que reviewer, laisser publier de telles études ?

Faut-il rappeler que la revue Nature a, par deux fois dans son histoire, retiré des papiers qui avaient été publié (l’un de Benveniste sur la mémoire de l’eau et l’autre celui de Quist et Chapela justement).

 

PHG, MD, LM :

« Et si les défenseurs des OGM s'appliquaient cette sévérité à eux-mêmes ? Quelles preuves ont-ils de ce qu'ils avancent ? »

 

PJ :

Mais les plus de trente milles publications qui concernent les OGM (bilan de 2003) !

Un article récent de Nature Biotechnology comptabilisait  31848 publications (comptes arrêtées en 2003) sur les biotechnologies végétales, dont 30624 dans le domaine « science et technologie » et 1224 sur l'"alimentation, les aspects sociologiques, politiques, éthiques et légaux".

* Le fait qu’il n’a pas été possible de leur attribuer, à ce jour, un seul problème sanitaire avéré !

* Le fait qu’ils soient contrôlés sous toutes les coutures avant d’être mis sur le marché, ce que les variétés conventionnelles seraient bien en peine de pouvoir revendiquer et s’il y a eu des accidents, c’est justement avec des variétés conventionnelles !

* Le fait qu’aucun OGM n’est responsable d’aucun problème allergique alors que toutes les allergies alimentaires connues sont le fait de variétés obtenues par des méthodes d’amélioration conventionnelles.

 

PHG, MD, LM :

« Quelles études agro-écologiques leur permettent-elles d'affirmer qu'ils pourront nourrir la planète dans un contexte économique, agronomique et écologique qui sera celui de l'avenir ? »

 

PJ :

La question de « nourrir la planète » c’est bien plutôt les antis qui la mettent dans la bouche des « pros » pour faire simple. Le discours de ces derniers est plutôt de dire que la transgénèse est un outil qu’il serait dommage d’écarter car, il m’apparaît, là encore, étonnant de laisser transparaître une certaine ignorance de l’amélioration variétale.

* Pourriez-vous nous expliquer pourquoi chaque année et depuis des décennies, le catalogue des espèces cultivées s’enrichit chaque année de 300 à 400 nouvelles variétés (sur plus de 1000 testées d’ailleurs) ?

Car la question fondamentale à se poser est de savoir avec quelles méthodes obtient-on les nouvelles variétés dont nous aurons besoin demain ? et alors :

 

* Pourriez-vous nous expliquer en quoi la transgénèse est intrinsèquement plus dangereuse que la réalisation d’un simple croisement ? argument sous-tendu dans tous vos commentaires !

* Pourquoi, selon vous, un OGM est dangereux a priori ? Qu’ont ils de plus dangereux par rapport à tout nouveau génotype réalisé par tout autre méthode d’amélioration conventionnelle ?

 

Il me paraîtrait important qu’en tant que biologistes, vous répondiez à ces questions !

 

On pourrait citer, malheureusement, des dizaines de millions de cas (mais sans doute plus) de croisements naturels qui ont conduits, conduisent, (et continueront à conduire) à des catastrophes… il suffit de prendre comme exemple l’espèce humaine !

 

PHG, MD, LM :

« Nous attendons qu'avec un tout petit peu d'humilité chaque discipline vienne contribuer à l'avenir de l'humanité en se donnant le mal de tenter de comprendre que seule une coopération entre les différents champs du savoir permettra réellement d'avancer avec sagesse sur ces questions d'une grande complexité. »

 

PJ : C’est vrai, on est au moins d’accord là dessus puisque c’est déjà une réalité (cf. supra) et depuis longtemps. Mais on se demande bien aussi comment tous les hommes au cours des siècles précédents ont réussi à faire (et pas si mal que cela d’ailleurs) avec ‘100 000’ fois moins de connaissances de ces questions complexes qu’aujourd’hui !

Par ailleurs, il eut été certainement plus intéressant de nous dire qu’elles sont les disciplines manquantes dans ce processus d’amélioration variétale qui pourraient plus efficacement contribuer à un meilleur avenir de l’humanité.


 Marc Dufumier est professeur à AgroParisTech ;

Pierre-Henri Gouyon est professeur au Muséum national d'histoire naturelle et à l'Ecole polytechnique ;

Yvon Le Maho est directeur de recherches au CNRS et membre de l'Académie des sciences.

 

Philippe Joudrier est chargé de mission INRA, expert OGM à l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

best e juice flavors 17/02/2015 09:18

Equable for this reason, anybody testament monitor important shock educators and that is nearly all earlier smidgen befriend since unwanted on track unequaleds.

Top Essay Writing 06/02/2015 09:28

I just now obtained time to this kind of remarkable web site a little bit previously. As i have been basically harnessed with all the part of assets exhibiting the following. Large thumbs further up to produce this type of wonderful website website!

instagram bot 10/01/2015 12:20

The specific accuses vias priests published as a result of any person within the web page tend to be unpretentious useful individually!

China PCB Factory 06/11/2014 07:07

The fact that no GM is hardly liable for some allergic complication though sum notorious comestible allergies are the consequence of varieties obtained by traditional training formulas.

Powered Essays 28/10/2014 13:09

I did so therefore a new seek out regarding him or her in addition to learned nearly all men and women will definitely admit your internet site.

détourage photo 22/09/2014 13:46

On riddles akin to desire plus malnutrition in the mankind, it is negative the availability of nutriment that are largely incomplete.

Wedding Cufflinks 21/09/2014 18:37

commentaires voudraient faire croire à leurs lecteurs que cela ne se serait pas produit si le soja n’avait pas été GM !

what causes snoring 29/05/2014 13:58

A very informative post about the affairs going on in science field. The information about the need of molecular technology to feed 9 billion people in the future seemed surprising to me. But there are a lot of protests going on against GMO. Anyway, thanks.

Cetrumo 29/09/2012 00:10


Est il en position de garantir l'indépendance de son point de vue ?


http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/09/21/le-mais-les-rats-et-l-urgence-de-l-expertise_1763650_3244.html


"Car ses travaux, même s'ils s'avèrent non conclusifs ou biaisés, soulèvent la question cruciale de l'indépendance de l'expertise. Ils mettent en lumière les
failles profondes du système d'homologation des OGM, des produits phytosanitaires et, en général, de tout ce qui entre dans la chaîne alimentaire.

Ce système repose aujourd'hui sur des protocoles expérimentaux standardisés établis par des organisations intergouvernementales. Bon nombre de scientifiques
jugent qu'ils sont obsolètes, inadaptés, voire frappés de cécité.

En outre, dans le système d'homologation actuel, ce sont les industriels eux-mêmes qui mènent ou commandent ces études toxicologiques. Le conflit d'intérêts est
donc institutionnalisé. Avec des conséquences en termes de santé publique qui sont désormais tangibles : l'explosion des cancers hormonodépendants depuis trente ans et la baisse générale de la
fertilité humaine.

Cette énième controverse illustre donc la nécessité de disposer - en France et en Europe - d'une expertise publique forte et indépendante, afin de refonder la
toxicologie réglementaire."

Jorj X. McKie 16/06/2008 00:15

Oh Aurelien, notre vert apôtre,
Que ta persévérance est touchante
Dans la bêtise et l'ignorance
Avec ta myopie du monde,
Et ton fade esprit en vert et noir
Le seul mérite de tes insultes et propos
Auraient été de pouvoir les poser sur l'intelligence
Absente, elle fait de toi un perroquet
Troll tu es, troll tu resteras.

Cette prose à deux balles est le reflet de l'inintérêt de tes propos.
(Par ce que j'étais de bonne humeur, et pour sourire)
JxM

Charles II 15/06/2008 16:03

Aurélien dans toute sa splendeur.
Un tissu de lieux communs, d'inepties et de mensonges, répétés ad nauseam par les anti-ogm mystiques et auxquels il ne comprend rien.

aurelien 15/06/2008 14:47

~~Droit de réponse à Philippe Joudrier et aux auteurs de l'article du Monde~~

1°) La manière la plus efficace d'éliminer les risques est de proclamer qu'il n'y en a pas, ou de ne pas étudier les contextes susceptibles d'en révéler des effets. Ainsi, les études d'impact des OGM alimentaires ne sont pas réalisées, tandis que des études de toxicité sont très fortement limitées pour favoriser une autorisation de mise sur le marché normalisée de produits issus de prêts bancaires aux industries concernées et nécessitant des retours sur investissement rapides.

2°)Le contexte d'amélioration variétale n'est pas un concept de génétique, mais un concept d'agronomie. Aussi, une modification génétique de type OGM chez un organisme végétal ne constitue pas une amélioration végétale. Cet usage du concept d'"amélioration végétale" pour promouvoir la diffusion des OGM agricoles est tout simplement erroné, et doit être réfuté.

3°)La culture de soja transgénique facilite leur expansion monoculturelle dans les pays du Sud, critiquée à juste raison dans l'article, par le fait même que l'épandage direct d'un herbicide total sur les cultures est pratiqué.

4°)La biodiversité s'acclimate d'elle-même au changement climatique, car par définition, la biodiversité est ce qui dépasse l'homme dans la diversité biologique. Ce n'est pas l'homme qui contrôle la biodiversité (il peut en avoir l'illusion), mais bien la biodiversité qui constitue l'environnement dans lequel se développe les sociétés humaines, d'un point de vue biologique et environnemental. et il est illusoire de prétendre à conserver un accroissement démographique et consommatoire identique dans un contexte climatique global différent. Ce n'est pas l'homme qui doit modifer la nature pour faire face à un changement climatique global, mais bien le changement climatique global qui doit susciter une adaptation développementale de l'homme en fonction de celui-ci.

5°)Les plantes transgéniques sont en soi une menace pour la biodiversité et les processus de régulation génétique des populations variétales naturelles. La large diffusion de plantes modifiées par ingiénerie génétique dans l'environnement a des effets ignorés sur les processus darwiniens de régulation génétique macroscopique (génétique des populations, espèces, variétés).

6°)Il est économiquement et éthiquement incorrect de breveter les caractéristiques du vivant. Aucune approche trandisciplinaire sérieuse ne peut accréditer de tels développements idéologiques comme logiques et fondés, et le débat scientifique doit être intransigeant avec toute forme d'imposition idéologique imposée par des biais économiques ou de développement industriel.

7°)Un risque est en soi une incertitude, sinon il ne serait pas risque. Affirmer qu'il n'y a pas de risques est affirmer l'absence d'incertitudes, et c'est entrer dans le dogmatisme cher au promoteur de ces produits.

8°)La pertinence de l'utilisation des biotechnologies de type "transgénèse" dans l'obtention d'organismes à part entière dotés de nouvelles caractéristiques génétiques choisies est contestée. Aussi, la diffusion d'OGM agricoles est en soi contestée.

9°)La biodiversité et la diffusion d'organismes dans la nature, par la culture, ou la dissémination volontaire ne concerne pas directement la biologie moléculaire, mais bien plutôt les sciences agronomiques, l'écologie scientifique, et la biologie des populations, espèces et variétés dans une analyse évolutionniste.

10°)L'impact des techniques de transgénèse sur le développement cellulaire et des organismes est non étudiée.

11°)Les ingénieurs généticiens effectuant des modifications génétiques ne savent pas ce qu'ils font, en terme d'activation de processus biologiques directs ou indirects (dissémination de leurs produits dans l'environnement). Ils ne savent que ce qu'ils appliquent en fonction de cahiers des charges prédéterminés.

rageous 13/06/2008 21:15

Je s'rais tentée de dire "no comment", mais plutôt "à diffuser sans modération"...Merci PJ...(soupirs)
"Je n’imagine pas une seconde que les auteurs de ces commentaires voudraient faire croire à leurs lecteurs que cela ne se serait pas produit si le soja n’avait pas été GM !"
Malheureusement si! Et sans doute du fait des crises précédentes (sang contaminé, farines animales, hormones de croissance,...) alors qu'il y'ait des "sentinelles vigilantes" (je plaisante!) pour leur sécurité alimentaire, ça rassure, et surtout en y faisant des amalgames douteux avec tout autres sujets (PCB, orange, amiante, etc...), le décor d'apocalypse est planté, ils peuvent jouer la comédie!
"Le monde" devrait publier ce droit de réponse valant explication de texte pour ses lecteurs, il ne peut les laisser dans une telle ignorance!