Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 11:14

En mars 2008, les Éditions Dupuis sortaient un numéro spécial , intitulé « Demain La planète » -comme c’est original ! - publié en partenariat -comme c’est original- avec Greenpeace et la WWF. (1)

En son temps, Pif le chien était peut-être connoté, destiné à sensibiliser les enfants à certaines injustices, mais jamais n’a été instrumentalisé de manière aussi grossière au service de la bonne cause. Les éditeurs de l’Humanité avaient peut-être un peu plus de scrupules que nos alter-écolos.

La bonne cause écologique se marie parfaitement avec la bonne cause commerciale. C’est à croire que chaque journal se doit d’y aller de son petit couplet pontifiant sur la planète pour rester dans la course. Mais notre cher Spirou fait beaucoup plus fort avec son numéro spécial . L’éditorial donne le ton :

” S’il n’est pas encore trop tard pour réagir, il ne faut plus tarder trop longtemps, si l’on ne veut pas se retrouver avec les pieds dans l’eau durant certains mois, accablés par la sécheresse à d’autres périodes, et obligés de porter un masque à oxygène dans des villes où la nature aura disparu pour cause de pollution. C’est original comme look, le masque à oxygène, mais à choisir, je préfère encore pouvoir respirer librement et avoir des arbres, des papillons et de petits oiseaux à regarder. Et pour cela, il nous suffit de changer nos habitudes. De consommer autrement. Et d’agir.”

Pourquoi pas évoquer les scènes de Mad Max ou de Soleil Vert pendant qu’on y est ? Lorsque nous parlons régulièrement des marchands de peur, on voit ici que ça n’a rien d’excessif. Effrayé et conditionné devant de tel scénario d’épouvante, que peut faire le bambin sinon épouser la cause des courageux qui combattent pour éviter cet apocalypse.

 

Selon le site Alerte et Environnement le numéro spécial inclut un jeu de l’oie « Lucie militante antimondialisation » . Parmi les missions de Lucie, elle doit entre autre bombarder de tomates l’OMC, détruire des essais d’OGM, et casser un … MacDonald !

 

Comment un enfant de 10 ou 12 ans, même d’une grande maturité pourrait-il élaborer des jugements sur des problèmes aussi complexes que l’organisation mondiale du commerce, ou sur les bienfaits ou méfaits des OGM ? Justement, profitons-en pour lui bourrer le crâne, lui apporter notre prêt à penser avant qu’il soit capable de porter sur nous un jugement critique, doivent penser nos alter-écolos.

 

Paradoxalement , alors qu’ils dénoncent en permanence l’uniformisation liée à la mondialisation, ils n’ont rien de plus pressé que de former des petits clones.

Anton Suwalki

 

Notes :

(1)     http://www.dupuis.com/servlet/javaparser?pgm=NEWScliViewActu&languageId=1&id_actu=337

      (2) http://www.alerte-environnement.org/?s=Spirou&submit=Go

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nebetbastet 13/02/2009 17:50

Ma petite sœur est abonnées à Spirou ; ça m'a vraiment gonflée !!!

Zobi 28/05/2008 11:25

C'est une excellente idée! Comme la nouvelle loi OGM prévoit un délit de fauchage, il suffit d'envoyer les enfants des faucheurs faire le travail à leur place. L'article 122-8 du code pénal prévoit seulement des sanctions pour les mineurs de plus de 13 ans. Donc, parents faucheurs voici la solution à vos problèmes! D'abord la théorie avec Spirou puis les applications pratiques le week-end. Offrez à vos enfants une sortie verte et "éducative"! ça les défoulera un peu et ils seront plus calme de retour à la maison.
Prochains numéros : "Astérix chez Monsanto" et "Tintin au pays des OGM".

lilou 27/05/2008 15:27

Si cet ouvrage et le jeu qui y est associé reste dans les familles déjà alter-écolo, je pense que le mal est moindre. Ces gamins connaissent depuis l'enfance un certain rabâchage de ce qui est "bien" et de ce qui est "mal"... Quand des copines de ma fille de 6 ans viennent chez moi, ou sur la ferme de mon mari, les sornettes que l'on entend sur l'agriculture, l'alimentation et l'environnement sont déjà de haut vol malgré leur jeune âge.
Le danger serait de laisser entrer ce genre de production dans les écoles, c'est la seule source d'information ou de références de nombreux enfants, et ils y prennent tout pour argent comptant... D'autant que c'est un enseignement "facile" et dans l'air du temps, séduisant pour tout le monde et plus attrayant que les sciences de base. Comment faire comprendre les notions complexes d'écosystèmes, de biodiversité, de mondialisation, de biotechnologie, à des enfants qui ne possèdent même pas le socle minimum et qui ont des légitimement des préoccupations bine plus urgentes.
Ce n'est pas comme cela qu'on élevera le niveau de nos bambins en tous cas, en les prenant pour des crétins à leur filer du pré-digéré