Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 17:11

 "Les nouveaux psys"  vient de paraître aux Editions Les Arènes , deux ans après le Livre noir de la psychanalyse. 29, 80 euros.

 

 

 

Présentation du livre sur le site de la FNAC

Partout dans le monde, des chercheurs révolutionnent nos connaissances sur l'esprit humain. Ils travaillent sur la mémoire, les émotions, la personnalité. Ils sont spécialisés en psychologie de l'enfant, en psychologie clinique, en psychologie cognitive ou en neurosciences.

La plupart de ces psys sont «nouveaux» pour le grand public. Leurs théories, souvent fascinantes, ne sont connues que de quelques experts. Nous avons demandé à de jeunes psys d'aller interroger ces grandes figures de la psychologie moderne.

Au fil des pages, des questions essentielles sont abordées : Quelle est la part de l'inné et de l'acquis ? Les enfants sont-ils déterminés par l'éducation de leurs parents ? La morale est-elle naturelle ? Peut-on réduire l'esprit au cerveau ?

Des expériences passionnantes sont racontées : l'effet Pygmalion, l'expérience du chamallow, le rejet d'une paie inégale, la «technique de l'enfant perdu dans un centre commercial», etc.

Des théories fascinantes explicitées : l'«altruisme réciproque», l'«environnement non partagé», la capacité à voyager mentalement dans le temps, etc.

De nouvelles formes de psychothérapies exposées : la thérapie des schémas, la thérapie de l'acceptation et de l'engagement.

Ce livre est une rencontre avec trente-sept des psys les plus éminents de notre temps. Ils nous racontent ce que l'on sait aujourd'hui de l'esprit humain.

Cédric Routier
Pascal de Sutter
Violaine Guéritault
Jacques Van Rillaer
Sous la direction de Catherine Meyer


Extrait de l'introduction

En 2005 paraissait Le Livre noir de la psychanalyse. Quarante auteurs de dix nationalités livraient en huit cent trente pages le bilan critique d'un siècle de freudisme. Ce pavé dans la mare suscita une abondante polémique, fut traduit en espagnol, en italien et en chinois et commenté en Allemagne, aux Pays-Bas et aux États-Unis l. La polémique suscitée par cet ouvrage était à la hauteur de l'inquiétude des psychanalystes face au reflux de leur discipline.
L'évolution de notre pays est en effet atypique par rapport au reste du monde. Longtemps marginale, la psychanalyse ne s'est vraiment développée en France qu'à la fin des années 1960, au moment même où elle commençait à reculer un peu partout dans le monde. Si les freudiens et leurs multiples ramifications, notamment lacaniennes, tiennent encore le haut du pavé à Paris, dominent l'édition, la presse, l'université française, ce sont les derniers des Mohicans à l'échelle internationale.
Aujourd'hui, la psychanalyse ne représente que 2,5% des travaux universitaires publiés à travers le monde. Le plus grand répertoire informatisé des publications en psychologie et en sciences de l'esprit (Psychinfo) nous livre cette information brute (voir page suivante).
Un cliché a fait florès, tentant de masquer le déclin du freudisme au-delà de nos frontières : la «guerre des psys». Une querelle opposerait d'un côté les freudiens, thérapeutes des profondeurs, gardiens de la liberté de l'Homme, et de l'autre côté les TCC (thérapies comportementales et cognitives), dont l'action se limiterait aux symptômes, soupçonnées de vouloir modeler un individu «performant».
Cette mise en scène est largement artificielle. Elle escamote la critique historique, philosophique et scientifique de la psychanalyse, qui va bien au-delà d'une opposition de méthode. Sur le terrain, dans les hôpitaux, on observe plus une tension informelle qu'un conflit ouvert. Mais surtout, si elle a jamais eu lieu, la guerre des psys est dépassée. À l'échelle internationale, en dehors de l'Argentine, de la France, la psychanalyse comme thérapie est derrière nous. Un article du New York Times de novembre 2007 soulignait que l'enseignement de la psychanalyse avait désormais disparu des facultés de médecine et de psychologie pour trouver refuge du côté de la littérature et de la philosophie.
Les contempteurs du Livre noir de la psychanalyse ont regardé le doigt et non la lune que montrait ce livre : depuis trente ans, la psychologie mondiale s'est développée en dehors du freudisme et bien au-delà des écoles de thérapie.

A lire notes de lecture du livre prochainement sur Imposteurs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anton Suwalki - dans Divers
commenter cet article

commentaires

canardos 26/04/2008 13:58

j'attend ta note de lecture, Anton, parce que ce n'est pas parceque la psychanalyse est une imposture et une fausse science que les autres psychothérapies sont forcement scientifiques.

Autant les TCC ont une base scientifique solide, autant l'ethnopsychiatrie présentée de façon totalement acritique dans le livre noir de la psychanalyse me parait non seulement totalement bidon mais aussi profondement réactionnaire puisqu'elle propose pour guérir de faire appel aux superstitions et croyances religieuses (excusez moi du pléonasme) et de s'appuyer sur les guerisseurs, sorciers pretres et gourous.

j'espere donc que cette defense et illustration d'une imposture n'apparaitra pas dans "les nouveaux psy" comme elle est apparue dans le "livre noir".

tes précisions conditionneront mon achat

Anton Suwalki 28/04/2008 08:50



Oui, c'était juste un avis de parution, la note de lecture interviendra quand j'aurai lu le bouquin, à moins que quelqu'un ne veuille s'en charger. Il y a des contributeurs suffisamment
intéressants pour que ça mértie au moins d'y jeter un coup d'oeil. Pour le reste, je suis d'accord que dans le "Livre Noir" le très bon cotoyait aussi du très discutable.
A.S