Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 13:55

 

Article publié le 31.03.2008 , republié le 24.03.2010, pour compléter le dossier Vélot…

Anton



Nous remercions Philippe Joudrier Chargé de mission INRA, expert OGM à l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, de nous avoir autorisé à publier une critique des propos de Christian Vélot, interviewé dans Libération .

(http://www.liberation.fr/actualite/economie_terre/307837.FR.php?rss=true)

Libération : Le projet de loi sur les OGM, première traduction législative du Grenelle de l’environnement sera débattu au Sénat à partir de demain, après plusieurs semaines de polémique politique et scientifique. Décryptage avec le chercheur en génétique moléculaire Christian Vélot, critique envers les OGM agricoles.
Pourquoi les scientifiques sont-ils si divisés ?
Christian Vélot :Que la communauté scientifique soit divisée n’est pas propre aux OGM. Pour lever les controverses, en général, on fait des expériences. Mais avec les OGM, on est dans une situation de carence d’évaluation. Quand on parle d’un maïs pesticide, qui produit un insecticide, la moindre des choses serait qu’il soit évalué comme un pesticide. Or ces plants sont sans doute mieux évalués que les autres plantes, mais ils sont évalués bien en deçà des pesticides. On ne dit pas que les études prouvent que cet OGM est toxique, on dit qu’elles sont suffisamment inquiétantes pour au moins demander à ce que des tests soient refaits par un laboratoire indépendant.
Philippe Joudrier : Contrairement à ce qu’écrit Vélot, les véritables scientifiques et spécialistes des PGM ne sont pas divisés sur les OGM.
La première question qu’il convient de se poser, c’est à quel titre Monsieur Vélot se permet de se présenter comme spécialiste du domaine. Il devrait pouvoir montrer, au minimum quelques publications qui indiqueraient 
qu’il a quelques compétences dans le domaine dont il parle et se pose en juge.
Mais pire, il fait état même de concepts montrant qu’il ignore des éléments fondamentaux de biologie de base.
Ainsi, et avec un autre scientifique non spécialiste du domaine également (Gilles-Eric Séralini : quelles sont ses publications scientifiques du domaine ?), ils ne cessent de mettre en avant le concept de plantes à pesticides   spécifiquement pour les PGM.
C’est alors largement ignorer que tous les organismes vivants possèdent des protéines qui ont une action « biocide » et donc « pesticide » sur tel ou tel organisme.
Et il se trouve qu’on ne les connaît pas toutes encore. Elles ne sont donc pas toutes  identifiées et du coup non étudiées et même pour celles qui le sont, elles sont très loin d’avoir fait autant d’études que celles volontairement mises dans une PGM donnée.
Jusqu’à présent, on a jamais considéré que les protéines devaient subir une évaluation équivalente à celle qui est pratiquée sur un pesticide chimique (de synthèse).
Pourquoi, parce qu’on connaît très bien quel est le devenir des protéines chez les êtres vivants. Elles participent à sa structure ou sont fonctionnelles avec un turn-over plus ou moins rapide, ou elles sont accumulées dans des organites spécifiques. Il se trouve que les protéines toxiques en question ne s’accumule pas dans l’organisme pour la bonne raison qu’elle ne possède pas de signaux leur permettant de le faire.
Mais même si c’était le cas, elle ne serait pas obligatoirement toxique pour autant.  
Les analyses devraient être faites par des labos indépendants dit-il !… mais c’est justement le cas ! c’est révéler ainsi qu’il ignore largement la manière de procéder des semenciers pour réaliser l’évaluation toxicologique.
 
Vous doutez de cette indépendance ?
Les études sont faites par des laboratoires choisis par la firme semencière, au prétexte du secret industriel. Et chaque fois qu’on a voulu avoir accès aux données brutes, ça a été au prix de batailles juridiques et administratives monstrueuses.
Les études sont sous-traitées par des laboratoires indépendants qui sont spécialisés sur ce genre de tests acceptés et reconnus au niveau international. Qui plus est, ces laboratoires travaillent le plus généralement selon des bonnes pratiques de laboratoire, label dont peu de labo du public pourrait revendiquer, aujourd’hui encore !
Vélot joue sur la notion de secret industriel… répétant bêtement le discours d’une juriste membre de l’association dont il fait partie. Les dossiers ne sont pas secrets, ils sont confidentiels… nuance de taille ! Cela veut dire que les 
experts, en charge de l’évaluation des dossiers, ont accès, très facilement, à toutes les données brutes. Il est complètement normal que tout un chacun, y compris n’importe quelle association non représentative et sans aucune légitimité puisse y avoir accès pour d’évidentes raisons de compétitivité économique.

Une pétition lancée par des chercheurs contre le moratoire sur le maïs OGM a reçu plus de 1 000 soutiens…
Ces chercheurs se réfugient derrière la prétendue neutralité de la science pour donner plus de poids à leurs arguments. Le principal problème, ce n’est pas tant les lobbys financier ou semencier, c’est le lobby scientiste. Ils restent persuadés que la science va répondre à tout.

 Ah, oui l’argument des pros qui sont des scientistes… !
Est ce que CV pourrait donner une définition de ce qu’est le scientisme.
Je crois que la définition de Karl Popper s’applique très bien justement à CV et consorts :
Pour Popper, est scientiste celui qui ne comprenant pas vraiment les méthodes des sciences exactes, en fait un usage naïf en science humaine ou sociale.
Ainsi, étalant son ignorance de différents concepts en biologie (qu’il est au passage censé enseigner), il semble tout à fait correspondre à la définition de K. Popper.

Que pensez-vous de la polémique qui a suivi la suspension du maïs Mon 810 ?
Pour la première fois, on avait à côté des scientifiques un collège économique et social. Et pour la première fois, un comité d’experts a pris en considération un certain nombre d’études de ces dernières années qui jusqu’ici avaient été ignorées ou négligées, et qui mettent en évidence que le pollen ne s’arrête pas à 50 mètres, comme le nuage de Tchernobyl. Le collège scientifique a conclu à des «interrogations». Ensuite, que le sénateur UMP qui présidait cette autorité, Jean-François Le Grand, se permette une interprétation personnelle, c’est normal. Ce n’est pas au scientifique de décider, mais au politique.
Si vraiment CV était un scientifique et donc qui appliquerait les principes de base de toute démarche scientifique, il n’oserait jamais écrire (dire) cela.
Il prouve qu’il ne sait pas quelle a été la démarche suivie par le comité de préfiguration de la haute autorité pour aboutir à son avis !
Au passage, dire que ce cpha a pris en considération un certain nombre d’études de ces dernières années … jusqu’ici ignorées est un grossier mensonge.
On peut facilement et aisément démontrer que l’avis n’est qu’un brouillon, ne relatant rien de nouveau qui ne fut déjà connu antérieurement et ne relate que quelques publications sur les plusieurs centaines récentes existantes. (cf site du colloque au sénat du 17/01/08) :
http://agribiotech.free.fr/
Sur la pollinisation, CV semble vouloir faire croire que la dissémination pollinique est une spécificité des PGM et plus grave encore, il ne sait pas faire la différence entre flux de pollen et flux de gènes ! Faut-il rappeler que dès 1972, Raynor avait déjà noté que le pollen du maïs pouvait parcourir 50 m sous vent dominant. Cela ne veut pas dire pour autant et bien que parcourant cette distance voire des distances largement supérieures, qu’il a toujours un pouvoir fécondant ! 

 
Les OGM permettraient d’utiliser moins de pesticides…
On nous ment en nous faisant croire que les OGM sont la solution aux pesticides. Effectivement, l’agriculteur n’a plus à pulvériser l’insecticide, mais ce pesticide est toujours dans l’environnement puisque le maïs le fabrique en permanence.
Qui ment dans l’histoire… là encore, un concept basique en biologie semble lui manquer… pourrait-il nous dire quel est le devenir normal et classique de toute protéine fonctionnelle ?
Par ailleurs et par utilisation systématique de la pensée magique et non pas de la pensée rationnelle, il essaye de faire croire à tout un chacun qu’il n’y aurait qu’une seule protéine dangereuse… pour l’homme, pour l’environnement… c’est celle qui est nouvelle chez la plante transgénique… les dizaines de milliers d’autres ne le sont évidemment pas, a priori !
Faut il rappeler, là aussi que l’AB (mais pas seulement) utilise le bacille de Thuringe comme insecticide (c’est chez ce bacille que le gène responsable de la synthèse de la toxine Cry1Ab présente chez le maïs MON810 a été pris) depuis des dizaines d’années.
Notons aussi que l’on a identifié plus de 250 toxines chez cette bactérie du sol. Et que celles qui ont été complètement étudiées sont justement celles que l’on trouve dans les PGM.

Ont-ils vraiment un impact sur la santé ?
Je ne peux pas répondre à cette question. Au regard des données brutes que l’on a pu obtenir à partir de tests sur des animaux, on voit des perturbations des paramètres hépatiques et rénaux. On dit donc : «Soyons prudents, prenons le temps.» Le problème, c’est que le temps de l’évaluation scientifique n’est pas compatible avec l’urgence du brevet et des profits.
Le problème majeur ici est qu’il relate les conclusions de son collègue GES qui s’est permis de tirer des conclusions (à partir de différences déjà mises en évidence par les études précédentes) alors qu’il n’est pas toxicologue. Le genre de conclusion qu’il en a tiré a été illustré de la manière suivante (par des personnes qui sont elles compétentes) :
"Une association statistique entre deux variables n’est pas suffisante pour conclure qu’un lien de cause à effet existe entre celles-ci. Par exemple, si vous étudiez le lien entre le fait de porter un briquet et le cancer du poumon, vous allez trouver fort probablement une association statistique. Cependant le fait de posséder un briquet ne cause pas le cancer du poumon, mais augmente le risque que vous soyez un fumeur et c’est la cigarette qui cause le cancer du poumon. De plus, vous ne trouverez pas de lien dose-réponse entre le nombre de briquet et le risque d’avoir le cancer du poumon. Que vous ayez 1, 2, ou 3 briquets ne changera pas votre risque d’avoir le cancer du poumon. La même chose s’applique pour l’étude du CRIIGEN à savoir que les animaux exposés à des doses plus élevées n’étaient pas plus à risque de développer des problèmes de santé."  

La France ne menace-t-elle pas sa recherche en se coupant des OGM ?
De quelle recherche parle-t-on ? On fait beaucoup d’amalgames avec les OGM. Ça fait trente ans qu’on s’en sert en recherche, je suis utilisateur de cette technologie. C’est un outil utilisé de manière routinière dans les laboratoires, c’est un peu la clé à molette du biologiste moléculaire. Dire qu’on prend du retard en recherche n’est pas vrai. Concernant le domaine agricole, ce n’est pas dans la recherche qu’on va prendre du retard, mais dans les applications dans les champs et dans les assiettes. Mais est-ce qu’on peut vraiment parler d’un retard ? Est-ce qu’on doit absolument concurrencer les Etats-Unis sur tout et n’importe quoi ? On pourrait au contraire jouer la carte de la biosécurité.

Preuve là encore que CV ne connaît pas du tout ce qui se fait en matière de recherche sur les OGM.
La France a évidemment pris un retard considérable sur les OGM. Les dirigeants de l’Inra disent qu’il n’y a plus un seul chercheur travaillant sur les OGM à vocation alimentaire !
Qu’est ce que la France, la recherche publique, a été capable de sortir ces dernières années en matière de PGM … rien, aucune !
Qu’est ce que la recherche publique est capable de transformer comme plante de grande culture ? mis à part le maïs et le riz (CIRAD) !
Recrute t-on des chercheurs sur ces problématiques ? où sont passés les doctorants … tous partis à l’étranger !
Pire même l'argent disponible pour l'appel d'offre OGM de l'ANR n'est même pas distribué entièrement car il n'y a pas assez de projets (dixit son président Marc Fellous).

Mais sans débouchés, comment la recherche sera-t-elle financée ?
C’est tout le problème de la politique de recherche depuis vingt ans, qui met la recherche appliquée en amont de la recherche fondamentale. C’est catastrophique. Si on faisait de la recherche tous azimuts en utilisant les OGM comme un outil parmi d’autres, et qu’on trouve des applications socialement utiles, on serait dans une démarche scientifique saine. Aujourd’hui, on fait des OGM pour faire des OGM. Et pour que ça se vende, on nous invente une utilité sociale.

C’est ici que CV étale toute son incompétence et montre qu’il ose parler d’un sujet qu’il ne comprend pas et qui le dépasse.
Il faudrait qu’il soit capable de parler d’amélioration variétale, expliquer à tout un chacun pourquoi nous avons besoin en permanence de nouvelles variétés. Ainsi s’il était capable d’expliquer pourquoi l’on met de l’ordre de 300 à 400 nouvelles variétés sur le marché chaque année depuis des décennies… il y a longtemps qu’il aurait compris l’utilité sociale des OGM. Mais il doit penser que l'évolution n'existe pas, ni les mutations ! Il doit s’imaginer que tous les ravageurs des plantes n’évoluent pas et qu’on peut indéfiniment cultiver les mêmes variétés !!!

Mais les OGM ne sont-ils pas une solution aux crises alimentaires mondiales ?
Le problème de la faim dans le monde n’est pas scientifique et technologique mais politique. Sinon, il faudrait qu’on m’explique pourquoi, alors qu’on produit deux fois plus que les besoins, il y a des gens qui meurent de faim. On veut nous faire croire qu’on va résoudre la faim dans le monde avec des OGM dont le seul but pour les firmes semencières est de mettre des brevets sur des plantes et d’avoir la mainmise sur l’alimentation mondiale.
Une fois de plus, la question de la faim dans le monde est évoquée. Alors qu'en fait, cet argument a été mis dans la bouche des « pros » (pour faire simple) par les antis. Comme si ceux qui faisaient des OGM ne connaissaient pas cette problématique et prétendraient la résoudre sans en connaître les tenants et les aboutissants et en ignorant qu’elle est uniquement politique.
Une fois de plus, CV est un tantinet outrancier dans ses arguments… on ne produit certes pas deux fois plus que nécessaire… on voit bien que des crises alimentaires redeviennent possibles tant les stocks des principales céréales (base de l’alimentation mondiale) sont faibles actuellement (quelques mois). Il suffirait d'une mauvaise récolte une année !
Par ailleurs, une donnée qu’il ne faudrait pas oublier trop systématiquement :
Ce n’est que grâce aux excédents qu’il est possible d’aider les populations qui n’ont pas assez !  
Comment se fait-il que les PGM sont cultivées par près de 10 millions de paysans dans le monde vivant dans des PeD ?. Les brevets ne semblent pas les arrêter !

Qu’attendre alors du débat sur le projet de loi ?
La discussion c’est toujours bon à prendre. Mais il faut qu’elle prenne en compte les conclusions du Grenelle, notamment sur les questions de responsabilité, de transparence. Dans son discours, Nicolas Sarkozy a pour la première fois - on peut lui rendre ça - désigné les OGM agricoles par leur nom : des «plantes pesticides». Mais on ne trouve pas une seule fois ce terme dans le projet de loi. J’ai peur que ce soit à nouveau du vernis sur des ongles sales, qui va permettre en fait d’autoriser la contamination par les OGM.

Que Le président Sarkozy utilise l’expression « plantes pesticides » n’a rien de surprenant compte tenu du matraquage permanent des antis-OGM. Il est comme les 70% de français à s’être laissé avoir par un discours systématiquement mensonger depuis 10 années, qui a joué sur le registre de la peur à tel point que maintenant un postulat de base à malheureusement réussi à passer dans l’esprit de nos concitoyens, c’est qu’OGM = danger !
Mais on se demande bien pourquoi ! Pourquoi devraient ils être dangereux a priori ? Là aussi, il serait intéressant que CV fournisse des arguments biologiques qui indiqueraient qu'un OGM est intrinsèquement dangereux du fait de son mode d'obtention ou que la sélection conventionnelle est intrinsèquement non dangereuse !
Au final, le plus grave est que non seulement CV utilise son statut de scientifique pour proférer tout un tas d’inexactitudes voire de mensonges mais aussi qu’il enseigne la biologie sur de faux concepts à nos étudiants. 
Et, qu'au final, il a même réussi à avoir une renommée médiatique que ses maigres travaux seraient bien en peine de lui donner (3 publications en 7 années).
Comme l'a très justement écrit G. Kafadaroff dans son livre "OGM : le gâchis" : "De la communauté scientifique on ne relate que les propos d'une poignée de scientifiques en mal de notoriété qui, en jouant sur la peur et grâce au relais actif des activistes anti-OGM ont acquis une renommée médiatique facile que leurs travaux n'ont pu leur donner. La science pourtant si présente au quotidien à travers ses applications innombrables s'est marginalisée dans les esprits de nos concitoyens, victimes de l'insignifiance médiatique."  
 
Philippe Joudrier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Luc Marchauciel 27/12/2010 17:50



C'ets brai que les rares "anti" qui passent ic laissent très rarement ne serait-ce qu'un argument (au profit d'une vertueuse indignation plus ou moins insultante), ou en tous cas ne sont jamais
capables de tenir même un embryon de discussion.


L'inverse n'est pas vrai sur les sites de Greenpeace, MM Robin, etc.



Vélib 27/12/2010 12:58



Com N° 28 PACMAN :


Aux anti qui souhaitent poster des commentaires, est-il vraiment hors de votre portée d’écrire deux lignes sensées et
argumentées :


1/ « Encore un bel exemple de désinformation  » : où est la désinformation ? Avez-vous un seul exemple ? 
Non ? Alors abstenez-vous.


2/ ca veut dire quoi, « désinformation non
contradictoire » ?


3/ « De plus avec l'exclusion d'une personne qui ne pense pas comme vous, vous venez une nouvelle
fois de nous donner une vraie leçon de démocratie. » Si c’est au bannissement d’Aurélien (qui date d’il y a
plus de deux ans) que vous faites référence, ne faites pas semblant de vous en indigner, SVP. Ce bannissement est survenu après des dizaines de provocations de ce personnage. Celle-ci était la
dernière. 



pacman 25/12/2010 13:37



Encore un bel exemple de désinformation non contradictoire.


De plus avec l'exclusion d'une personne qui ne pense pas comme vous, vous venez une nouvelle fois de nous donner une vraie leçon de démocratie.



Anglaret 25/04/2010 21:55



L'INRA travaille essentiellement pour l'industrie agro-alimentaire. Si l'état paye encore les salaires, les moyens de recherche sont attribués sur contrats.


Dans cet institut "Recherche fondamentale" est devenu un gros mot depuis longtemps.


Si les paysans faisaient un peu plus d'agronomie et un peu moins de chimie, ils se passeraient des OGM !


L'ancien directeur de recherche de l'INRA, il travaille pour qui maintenant ?



aatea 01/04/2010 11:54



Bonjour


Flute, il n'y a pas de troisième sujet sur cette personne.


Le seul intérêt que je lui est trouvé c'est de m'ouvrir les yeux sur les mensonges des antis, et encore je crois que c'est plus une totale méconnaissance du sujet, avec un aplomb pour affirmer
ces contre-vérités qu'autre chose.


C'est aussi une volonté de me pas apprendre et surtout de ne pas se remettre en cause.



ZOE 27/03/2010 15:14


Oui , pas mal , mais on peut surement trouver mieux sur d'autres témes ou le même .... Sur les religions c'est banal , sur la culture de la pomme de terre c'est plus original .


La coupe est pleine 27/03/2010 12:32


@cdc

Je connais ce site, c'est bien dommage qu'il ne soit pas plus relaté dans les médias nationaux.
Tu as toi aussi un doute sur le mouvement unanime de nos "journaliste" contre les OGM ?
Tu devrais chercher à voir comment est traité le problème de l'introduction de l'ours dans les Pyrénées ... Entre les journaux Espagnols et Français on se demande si on parle des mêmes ours !
 Une autre anecdote sur l'objectivité suspecte du journalisme à la Française :
 L'été dernier des touristes filment avec leurs portables une vache adultes en train de se faire massacrer par des vautours dans le Val-d'Azun (65).
Les Gendarmes ont été alertés, ils ont tenu un barrage à Argeles (plus bas) pour retrouver les images !
Résultat pas une ligne dans les journaux ! Rien à la TV ni même sur France3  région !
Parfois je me demande si l'on ne vit pas une forme nouvelle de dictature dans ce pays ! 


La coupe est pleine 27/03/2010 12:24


@Zoe

Si tu veux du Godwin à la pelle va sur GreenPeace.fr :

http://ogm.greenpeace.fr/litalie-interdit-par-decret-la-culture-du-mon-810-sur-son-territoire?__utma=1.1229246607.1266416152.1269684514.1269688192.160&__utmb=1.4.8.1269688194748&__utmc=1&__utmx=-&__utmz=1.1266416152.1.1.utmcsr%3D(direct)|utmccn%3D(direct)|utmcmd%3D(none)&__utmv=-&__utmk=- Entre
Zeppe et Bambou c'est un vrai concours !


Julien 26/03/2010 21:40


Je crois que BHL mériterait un prix à lui tout seul : le BHL de platine pour
1) ses contributions inimaginables, inaltérables et inégalables dans le temps et l'espace en philosophie.
2) sa vision politique, qui en plus d'être originale, est d'un courage herculéen (et encore Hercule n'était qu'à moitié dieu), qui le place du côté des faibles et des sans défense de par le
monde.
3) sa compréhension transcendentale de la vie et de l'oeuvre de Kant.


cdc 26/03/2010 16:06


@ la coupe est pleine : allez faire un tour sur http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?page=sommaire :
enfin un magazine sérieux sur... l'agriculture et l'environnement, justement. Cela dit, entièrement d'accord avec vous sur ce curieux unanimisme de la Presse.


tonton Sigmund 26/03/2010 11:35



La phrase de Séralini « Pour preuve, pendant la guerre les résistants résistaient aux nazis, les collaborateurs toléraient les nazis. » rappelle assez furieusement celle d’un autre grand imposteur national, Bernard-Henri Lévy, déclarant, dans une interview où il voulait critiquer
les Lumières et intitulée sobrement La raison est totalitaire : « Le fascisme n'est pas issu de l'obscurantisme, mais de
la lumière. Les hommes de l'ombre, ce sont les résistants... C'est la Gestapo qui brandit la torche. La raison, c'est le totalitarisme. » (dans feu
Le Matin de Paris, 26-27/11/1977).


Ça
mérite bien un Vélot d’or, à titre rétroactif  ça, non ?



ZOE 26/03/2010 11:12


Bon , moi sur ce sujet , j'en reviens à " La loi de Godwin " .
C'est trés interessant à étudier , il suffi de tapper : Loi de Godwin , et voila .....


aatea 26/03/2010 09:07


Bonjour

Le problème d'aurélien ,c'est que je crois que je le connais sous un autre pseudo (ce n'est que des doutes) sur un autre forum, et je trouve (alors que la mode est au recyclage) de ce débarrasser
ce chose ou de personnes et très très moyen (pour ne pas dire plus).

Bonne continuation



La coupe est pleine 26/03/2010 09:01


C'est bien dommage de censurer "Aurélien" !
Il aurait pu développer un peu son sujet (s'il en est capable ?)
"l'amalgame des plantes-pesticides" est sans conséquences ?
"nous obliger à bouffer des plantes génétiquement modifiées" :
Mais ce n'est pas en interdisant la culture sur notre sol que l'on retire les OGM de notre assiette !
Si cela devait être aussi dangereux Sarkozy aurait du interdire l'importation ! 

D'autre part je trouve tellement anti-démocratique de vouloir "IMPOSER" de force l'agriculture Bio et les produits BIO à tout un pays. De plus justifier cette position idéologique en se basant
 sur des raisons sanitaires IMAGINAIRES !

Pour ce qui est de Christian Vélot moi sa citation que je préfère c'est une vidéo où on le voit s'enflammer sur les OGM :
"Maintenant on envisage de faire du colza sans pétales ! Rendez-vous compte pourquoi pas un homme sans couilles ?"
 C'est totalement scientifique comme raisonnement et super argumenté dans le raisonnement ... Franchement on embauche vraiment n'importe qui dans la "Recherche publique Française" ...
Je crois que Laurent Berthaud a raison :
Il faut vulgariser ! refaire tout le chemin de retard la-dessus !

Seulement  les médias ont tous l'oreille attentive aux théories fumeuses des "Escrolos". C'est vendeur certes, mais je trouve curieux cette unanimité de la presse sur ce sujet ... même La
France Agricole se met à l'apologie de la biodynamie !
Qui peut bien  piloter les médias aussi efficacement ?
Nous sommes bien trop "faibles" (les Pro-OGM) pour faire le contre-poids d'un gouvernement de pleutres qui ne gouvernent qu'au gré des sondages du jour, ils ont inventé la gouvernance de "l'instant
présent". De l'autre des journalistes dont l'obsession est d'écrire un papier dans "l'air du temps", relater les faits, argumenter, faire des recherches ... c'est accessoire !
De plus toute dissonance est désormais banie !
Regardez le sort de Jaillette !
Non la puissance médiatique n'est pas encore prête de changer, il y a encore un TRÈS GROS travail de fond à fournir. 


cdc 25/03/2010 21:45


Cela dit, et sans vouloir m'imposer ici, je remercie gattaca pour ses références que je me permettrai d'insérer dans mon ancien post à ce sujet.


cdc 25/03/2010 21:40


Parfaitement d'accord avec AW. Donc plus vous mangez "bio" (ou autre, je l'admets), plus vous ingérez des carcinogènes ! A dire vrai, je ne suis point légumiste comme disait Jules
Verne dans son Voyage de la Terre à la Lune, je suis carnivore et même carnassier (j'aime la viande rouge et crue, et le poisson cru également. Je suis damné, donc).


AW 25/03/2010 20:04


Ames et al précisent dans leur abstract (PNAS 87:7782) que ces molécules sont carcinogènes, mutagènes, etc à forte dose.


gattaca 25/03/2010 17:35


Oui en effet, la lecture d'au moins les deux publications suivantes de Ames et al est capitale :



Bruce N. Ames, Margie Profet and Lois Swirsky Gold. 1990.
Dietary pesticides (99,99% all natural).
Proc. Natl. Acad. Sci., USA, Vol.87, pp.7777-7781, Oct. 1990.


 


Bruce N. Ames, Margie Profet and Lois Swirsky Gold. 1990.


Nature's chemicals and synthetic chemicals : Comparative toxicology (carcinogens/mutagens/teratogens/clastogens/dioxin)


Proc. Natl. Acad. Sci. USA Vol. 87, pp. 7782-7786, Oct. 1990.

Rappelons pour ceux qui sont moins dans le coup qu'Ames a mis au point un test pour voir l'effet mutagène de n'importe quelle molécule. Ce test est maintenant la référence dans le monde entier
pour l'étude de tels effets.
 



cdc 25/03/2010 10:28


Selon Bruce Ames - qui en connaît tout de même un bout sur la question - la moitié des pesticides "naturels" (intrinsèques au vivant) connus sont carcinogéniques, et 99,99% des pesticides que nous
ingérons quotidiennement sont justement ces pesticides "naturels"...


Laurent Berthod 24/03/2010 23:24


Malgré l'abandon aujourd'hui, espérons-le définitif, de la taxe carbone, je partage le pessimisme de Sceptique.

Je crois qu'il faut faire un énorme effort de vulgarisation. Malheureusement beaucoup de sites qui militent dans ce sens sont difficilement compréhensibles par le péquin moyen.  Ce n'est pas
un reproche, mais je crois que celui-ci, très utile pour tous ceux qui ont un minimum de culture scientifique, n'échappe pas à cette observation.

Comment faire ?