Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 14:36

ICARE.JPGYves Cochet, ex-ministre de l'environnement sous le gouvernement Jospin, est un digne représentant de l'écologie politique, ou plutôt politicienne. Si on en croit les nombreuses références trouvées sur Internet, il avait par exemple signé la pétition d'Arnaud de Montebourg destinée à traîner Jacques Chirac devant la justice, puis avait très pragmatiquement retiré sa signature, craignant de ne pas être nommé ministre par celui-ci. Bel exemple de courage et de conviction !

Su le terrain de l'écologie, il n'est pas considéré comme un fondamentaliste, alors que dans la plupart de ses écrits, il promet l'apocalypse (1). Son parcours politique, débutant par le militantisme anti-nucléaire jusqu'à son discours actuel (évidemment anti-OGM), ainsi que les liens de son site personnel (2)attestent que derrière la sage carrière de politicien bourgeois menée sous des couleurs pâlottes (vert/rose), on retrouve les convictions de la Deep Ecologie.

Dans une tribune publiée sur Actu-Environnement (3) intitulé OGM-Non merci, on retrouve tous les lieux communs proférés par la mouvance anti-OGM, en particulier le mythe du savant fou et de la technologie démiurge ! La mythologie grecque est appelée en renfort pour désigner le péril que font courir les savants en transgressant les limites assignées à l'être humain (sic).

« La volonté de puissance - l'Ubris - était dans la mythologie grecque, la transgression des limites
assignées à l'être humain. Icare se brûlant les ailes en se rapprochant du Soleil pour imiter les oiseaux est le personnage caractérisant l'orgueil de l'homme refusant que la nature résiste à ses désirs. Contrarié dans ses aspirations, l'Ubris fait naître une colère aveuglante et conduit l'être humain à combattre le vivant en personne
. »
 
On constate une fois de plus que Dieu n'est jamais loin du discours « anti-scientiste » et derrière lui la punition de l'homme prétendant non pas s'affranchir de la nature, mais utiliser au mieux la connaissance de ses lois pour rendre celles-ci moins impitoyables pour l'être humain.

« En dépit des dangers évoqués, le projet OGM vient satisfaire l'aspiration centrale des productivistes : recréer la nature. C'est là que réside la dimension démiurgique du productivisme : l'être humain veut devenir architecte de l'Univers, maîtriser la nature pour mieux la plier à ses aspirations. »
« Une foi totale dans l'avancée de la science fait du progrès une sorte de Dieu moderne accordant un
sens immuable à l'Histoire
. »

Passons sur les dangers évoqués, avec visiblement autant d'ignorance du dossier que ses amis anti-
OGM.

« En manipulant la Nature, l'être humain fait de lui-même son propre terrain d'expérimentation. Aveugles aux risques sous-jacents, les promoteurs des OGM semblent oublier que même les compagnies d'assurance - qui ne sont pourtant pas des écologistes patentés - refusent d'assurer les cultures OGM. Les risques sont en effet indescriptibles, sans échelle et donc non évaluables. »

Des risques en vérité tellement indescriptibles, sans échelle !!!! Au point qu'en plus de dix ans de lutte
acharnée, les anti-OGM n'ont pas une seule pièce à conviction dans le dossier. Évidemment pour les
superstitieux , des risques indescriptibles, non mesrables, non objectivables, c'est forcément encore plus terrifiant.

L'épouvantail du Frankenstein transgénique est repris à son compte par Cochet, sous sa forme la plus
plate :« Ceux qui encouragent la culture des OGM n'ont pas pris conscience des conséquences du
franchissement de la barrière des espèces
. »

Le savant fou qui introduit des gènes de poisson dans une fraise…Décidemment, tout ceci manque
d'originalité.

Caractéristique de toute une philosophie rétrograde, Yves Cochet pose l'équation science et modernité= totalitarisme.    
 
« Cet affrontement constitue une épopée totalitaire de la Modernité qui surplombe le temps humain pour mieux court-circuiter la décision politique. »

Comme dans de nombreuses diatribes antiscience évoquées sur Imposteurs, la nature des rapports
économiques sous lesquels la science et ses applications technologiques sont mises en œuvre (et parfois Perverties) ne sont pas critiquées, c'est la science elle-même qui est confondue avec le système , totalitaire , « aseptisé et mécaniste où la machine et le microscope sont les réponses aux maux contemporains ». 

A ce bon vieux temps , où la famine , la saignée et le curé étaient les réponses aux maux de l'époque.

Pour conclure, le brillant éco-catastrophiste nous prévient de l'écocide généralisé que représentent les OGM : « Pour échapper à l'écocide organisé, il faut par tous les moyens restaurer l'art de vivre et les meilleures pratiques de l'agriculture française. Il convient pour cela de diffuser les méthodes de
l'agrobiologie : cultiver son jardin et son champ, sans chimie et avec recyclage.
»

Mais bien sûr soyons « bio », conchions la modernité, les OGM, la science, la technologie et soyons
ringards, puisque c'est terriblement mode ! Les solutions aux maux contemporains ne sont elles pas
dérisoirement simples ?

header.jpg

Notes :

(1) notamment la  « Pétrole Apocalypse » (Editions Fayard)
(2) 
http://www.yvescochet.net/wordpress/index.php
(3) http://www.actu-environnement.com/ae/news/chronique_Yves_Cochet_OGM_4533.php4

Partager cet article

Repost 0

commentaires

John Philip Manson 19/11/2011 13:54


Bonjour. Je pense que mon article (sur le même thème) devrait vous intéresser : http://jpmanson.unblog.fr/2011/10/23/le-livre-le-fanatisme-de-lapocalypse-de-pascal-bruckner/

Beurk 02/03/2008 10:56

C'est sûr, Cochet est un adepte de la catastrophe, dans tous les domaines. Ce qui est ennuyeux, c'est que lorsque, par hasard, il peut avoir partiellement raison, comme sur la question de la disponibilité des énergies fossiles, ses exagérations discréditent son discours.

PS: Arnaud Montebourg n'a pas de particule!