Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 14:03

photos-groupe-grenelle-jpg.jpgLes mois qui viennent de s'écouler ont vu la propagande anti-OGM se renforcer pour atteindre des sommets: il suffit de voir en France la prolifération des campagnes à l'automne 2007 au moment des présidentielles, les déclarations non seulement stupides mais malhonnêtes de certains candidats, le travail de désinformation des médias audio-visuels … Un consensus semble se dégager parmi les principaux prétendants au pouvoir et ceux qui dominent les médias pour épouser les thèses des faucheurs volontaires, thèses qui sont en passe de devenir la vérité officielle, une vérité extrêmement éloignée de la vérité tout court. 

En décembre 2006, les ministres européens de l'environnement avaient déjà recalé la requête de la Commission de Bruxelles demandant à l'Autriche de lever son interdiction sur 2 variétés de maïs transgéniques(1) . Arnaud Apoteker, responsable des campagnes anti-OGM à Greenpeace, ne pouvait qu'exulter à cette annonce : « Félicitons les ministres européens d'avoir défendu l'environnement et les consommateurs contre la pression et les intérêts commerciaux de deux multinationales relayés par la Commission. Il est temps que la Commission leur emboîte le pas, au lieu de s'acharner pour forcer les États membres à accepter des OGM dont ils ne veulent pas. Après ce second camouflet à propos du moratoire autrichien, elle doit abandonner ses autres propositions visant à forcer la Grèce et la Hongrie à lever leurs interdictions.(5) »

grenelle1.jpgA l'ouverture du Grenelle de l'environnement, Jean-Louis  Borloo qui n'avait pas grand chose à mettre sur la table pour tout ce qui concerne les véritables problèmes écologiques, avançait l'idée d'un gel des cultures OGM. Or le 9 Novembre, InfoGM annonce (2) que « plusieurs organisations  ont rencontré Nathalie Kosciusko-Morizet sur la question de la mise en œuvre de la clause de sauvegarde sur le maïs MON810. Au cours de cette rencontre, la secrétaire d'État à l'environnement a confirmé la très prochaine activation de la clause de sauvegarde par le gouvernement français sur la culture du maïs MON810, seul maïs actuellement cultivé en France. » Et de noter que « la rencontre a ainsi établi la détermination du Gouvernement à aller au-delà du simple gel des cultures en hiver. » Il faut préciser que les seules organisations rencontrées à cette occasion sont les ennemies les plus acharnées des cultures OGM : la Confédération Paysanne, les Faucheurs volontaires, les Amis de la terre et Greenpeace. Toute l'ironie de cette affaire est que lorsque ces organisations dénoncent le manque de démocratie sur la question des OGM, elles ont bien raison. Mais c'est vraiment l'hôpital qui se moque de la charité.
 
Jeudi 22 Novembre, c'est au tour du commissaire européen à l'Environnement Stavros Dimas de confirmer publiquement pour la première fois jeudi son refus d'autoriser la culture de deux variétés de maïs transgénique dans l'UE, en invoquant des risques pour l'environnement (3). "J'envisage de donner un avis négatif pour la demande d'autorisation" (…)"Le risque est trop élevé pour l'environnement selon plusieurs études scientifiques récentes » Inutile de dire que Mr Dimas se garde bien de dire à quelles études il se réfère et encore moins de les rendre publiques. 

Que se cachent-ils derrière toutes ces décisions qui convergent ? En réalité, gouvernements, membres de la commission européenne sont très divisés, entre les partisans de l'alignement sur l'OMC, ceux qui sont hostiles aux OGM pour des raisons de démagogie intérieure ou peut-être plus simplement pour défendre des intérêts protectionnistes. Toujours est-il que les anti-OGM surfent habilement sur ces divergences pour se poser en interlocuteurs incontournables et imposer de plus en plus largement leur point de vue comme le seul réellement légitime. En retour, la bienveillance des gouvernements envers les piailleurs volontaires et les grandes messes environnementales peuvent notamment en France se payer des pseudo-consensus  à un moment où sa politique économique et sociale risque de le rendre très impopulaires. De moins en moins , l'avis des organismes de recherche ou de vigilance sanitaire nationaux et internationaux qui eux produisent des études sérieuses (4) semblent de moins en moins intervenir dans les décisions politiques au profit de petits arrangements mesquins. 

On avance vraiment à reculons !

 
(1) AFP. 21/12/2006.
(2)
http://www.infogm.org/spip.php?breve502
(3) AFP . 22/11/2007
(4) et pas des études bidons ou fantômes évoquées par les politiciens
(5) Certes Monsanto qui est la cible principale des écologistes est une multinationale de surface plus importante que Greenpeace, avec selon Infogm un chiffre d'affaires de 1,4 Milliards d'euros.Mais par modestie ou pudeur surement, Apoteket oublie de rappeler que Greenpeace est également une multinationale d'une surface financière très respectable : 170 Millions d'Euros (selon Alerte et Environnement) . la plus puissante des organisations écologistes WWF atteint un budget de 320 Millions annuels. Bref, pas de quoi rougir et de jouer les courageux petits David combattant le méchant Goliath.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

un commentaire posté par mail 05/12/2007 11:02

on me signale que le chiffres d'affaires de Monsanto ne serait pas de 1,4 Milliard d'Euros mais de 5,4 Milliards.(voir réponse)
A.S

Anton Suwalki 05/12/2007 11:17

Chiffre publié dans Wikipédia, alors que je tenais le mien d'Info'Gm. Comme quoi, on ne peut vraiment pas faire confiance à Info'gm!... Ceci dit, Wikipédia n'est pas d'une fiabilité absolue non plus, et il faudrait recouper avec d'autres sources. D'autre part l'auteur du commentaire me reproche de comparer des organisations telles que Greenpeace avec des multinationales capitalistes dont la logique n'est pas comparable. Suite à l'échange que nous avons eu sur les méthodes et la nature de Greenpeace ou la WWF, je vous livre intégralement ses dernières remarques :"Quant à greenpeace c'est une organisation certes dotée d'un appareil bureaucratique mais qui bidonne moins que d'autres et fait parfois du bon boulot, directive reach, thon rouge, essais nucléaires francais...a mon avis on ne peut pas la qualifier purement et simplement de multinationale. Il ne faut pas hésiter pour autant a l'aligner quand elle dit et fait des conneries c'est à dire tres souvent mais aller plus loin serait a la fois faux et contreproductif vis a vis des gens que tu veux convaincre."