Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 14:33

Une des armes favorites des adversaires des OGM est de se dépeindre comme des victimes de la censure de médias manipulés et acquis à la cause des grands semenciers (1) . Pourtant même la presse régionale rend largement compte de leurs activités et semble parfois acquise à leurs thèses. A l'inverse , il est beaucoup plus difficile pour ceux qui entendent parler autrement des OGM de faire entendre leur son de cloche.

Le 9 Octobre 2007, l'ANAIS petite soeur nantaise de l'AFIS , organisait dans le cadre de la fête de la Science une conférence débat sur les OGM en compagnie de Louis-Marie Houdebine (2) spécialiste de la question . Aucun journaliste local n'avait daigné se déplacer pour l'occasion. Et aucun organe de presse  n'a publié a postériori ne serait-ce que quelques bribes du compte-rendu que lui avait adressé l'ANAIS. Simple désintêret de la presse provinciale pour une question qui dépasserait les centres d'intêret de son lectorat local ? Pas tout-à-fait ! Car Ouest-France, numéro un de la presse régionale, qui avait snobé la conférence de l'AFIS, publiait deux semaines plus tard (3) une interview détaillée de Christian Vélot, biologiste et opposant notoire aux applications des OGM en agriculture (4).

pale-rider02.jpg        Pourquoi cette partialité ? Peut-être tout simplement parce que le catastrophisme et les prophéties gratuites font vendre plus de papier qu'une conférence où le débat est respecté et où en tente d'échanger des arguments rationnels sur la question des OGM.
       Dans cette interview, Vélot prétend en gros qu'on ne sait rien ( !) et qu'on ne fait rien pour évaluer ( !) l'impact des OGM sur l'environnement et la santé, ce qui ne l'empêche pas de nous asséner qu'il est « persuadé que les OGM sont le prochain grand scandale sanitaire ».    Quand il s'agit de faire passer un tel message, on n'est pas à quelques approximations près sur la réalité des problèmes : « Il y a un autre danger : plus de 99 % des cultures (OGM) de la planètes accumulent des pesticides et des insecticides dans leur cellule ». Zéro pointé, cher professeur ! Sur les 100 Millions d' HA d'OGM, 20% environ concernent des plantes incluant un gène dont la fonction est effectivement de produire une protéïne insecticide. 70 millions d'HA concernent des plantes incluant des gènes résistant aux herbicides/pesticides , ce qui est très différent de « pesticides accumulés dans leur cellule ». Mais bon, à quoi bon faire la différence puisque ce qu'il s'agit de faire avaler, ce ne sont pas ces plantes, mais le discours anti-OGM.

«  Les OGM, prochain grand scandale sanitaire ». Sexy -n'est-ce pas ?- en cette période de surenchère médiatique où seul comptent le verbe haut et les propos sensationnalistes qui permettent aux médias de vendre du frisson ! Ouest-France, qui connaît bien son métier a d'ailleurs retenu la formule pour en faire son titre . Alors , les anti-OGM sont-ils  victimes de la censure ou bénéficient-ils plutôt du quasi-monopole de l'information ?


http://www.reseauxcitoyens-st-etienne.org/article.php3?id_article=1126 José Bové et Jean Moulin, même combat? La comparaison est plutôt moustachue !  
Notes :
   
(1) Voir notre article : prétendre être censuré quand on a les médias pour soi
(2) Biologiste , directeur de recherche à l'INRA et auteur de : OGM, le vrai et le faux (Editions Le
Pommier)
(3) Les OGM, prochain grand scandale sanitaire . Ouest-France 23 Octobre 2007.
(4) Ne craignant pas de se vautrer dans le ridicule, Christian Vélot comparait les faucheurs d'OGM à des
héros, des résistants .« Les faucheurs d'OGM sont au contraire des éveilleurs de conscience qui ont alerté l'ensemble des citoyens et ainsi fait en sorte que le débat puisse exister, y compris au niveau du monde scientifique(…) Ils seront demain les héros d'une résistance qui refuse que l'on sacrifie l'environnement et la sécurité sanitaire au nom de pressions mercantiles et d'idéologies scientistes. » 

Partager cet article

Repost 0

commentaires