Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 17:32

0-picture.gifLes lecteurs de la première partie de l'article auront-ils été convaincus que l'homéopathie est un attrape-nigaud ? J'ai souvent entendu que ce genre d' exercice ne servait à rien, et n'était reçu que par ceux qui étaient déjà convaincus. Ca me paraît un peu défaitiste. Je n'ignore pas qu'il y a malheureusement des gens totalement hermétiques aux arguments rationnels. Mais entre ceux-là et ceux qui ne sont plus à convaincre, il y a sans doute des gens tout simplement peu informés ou des futurs adultes, futurs consommateurs convoités par les marchands d'illusions  en tout genre.
 
Cela ne vaut-il pas la peine d'essayer de les éduquer au scepticisme et à l'esprit critique ?

Autre objection classique : « de toute façon, à quoi bon s'acharner puisque les gens sont libres de se soigner comme ils l'entendent , et de toute façon , l'homéopathie est inoffensive ».Pas du tout d'accord avec cette façon de voir les choses ! L'homéopathie n'est inoffensive que dans la mesure où les produits qu'elle vend sont du vent (ou du sucre), comme nous l'avons vu précédemment. Avaler du vent alors
qu'on pense avaler de vrais remèdes peut produire un effet placebo pour les petits bobos, comme le sparadrap qui soulage l'égratignure sur le genou du gamin de 4 ans. D'autres pratiques de médecines « parallèles » sont par contre loin d'être sans danger. Mais les croyances en l'homéopathie ou autres sont dangereuses lorsque les gens souffrent des pathologies plus lourdes et qu'on les convainc qu'il s'agit de compléments voire d'alternatives à  la véritable médecine. Les gens peuvent alors être tentés et
encouragés par les charlatans à renoncer à des traitements efficaces au profit de pseudo-remèdes. L'offensive actuelle contre la médecine moderne dont l'  « appel pour une médecine écologique » évoqué sur ce blog est une des manifestations  ne peut qu'aggraver le phénomène.  Un sondage IFOP estimait que le nombre de français ayant recours à l'homéopathie était passé de 22 à 36% entre 1983 et 1994 et il ne fait presqu'aucun doute que cette proportion est plus forte aujourd'hui. Et c'est vrai pour l'ensemble des médecines parallèles. On ne peut être que frappé lorsque au cours d'une conversation, dès que quelqu'un se plaint d'une douleur ou d'un quelconque mal , mille suggestions fusent : as-tu essayé l'homéopathie ? je connais un excellent ostéopathe qui fait des "miracles" (sic). Et l'autre connaît qui un magnétiseur, qui un rebouteux etc-etc… A la fin, un peu timidement vous dites : et pourquoi ne  commencerais tu pas par consulter un médecin ? Ca jette tout de suite un froid !

On me fera observer que la plupart des consultations en homéopathie (ou en acupuncture) sont faites dans un cadre légal, par des médecins, ce qui représenterait une sécurité. Il y a quelque chose qui me gène énormément là-dedans : Sous prétexte de parer au danger que représentent   sorciers et guérisseurs de toutes obédiences, les vrais médecins doivent-ils devenir eux-même un peu sorciers, un peu guérisseurs , voire un peu gourous ? De toute façon, ça n'empêche pas les gens qui y croient de tester d'autres « alternatives » au-delà du cadre médical  . Ensuite il faudrait se pourquoi et comment les médecins choisissent une « orientation » en médecine parallèle . Est-ce parce que ça leur assure un créneau de marché important et croissant ? Est-ce que c'est parce qu'ils y croient vraiment ? Dans le premier cas, il y a une évidente question d'éthique. Parce que s'ils y viennent par opportunisme et qu'ils considèrent ces techniques comme des placébos qui ne supplantent pas la vraie prescription médicale , comment répondent-ils alors à la demande croissante des patients d'irrationnel et à leur refus croissant d'une vraie médecine ? Affrontent-ils courageusement les croyances de leur patient ? Je connais deux personnes qui se vantaient ouvertement d'avoir obtenu de leur médecin des certificats de complaisance pour des vaccinations obligatoires qu'elles n'avaient pas effectuées , et pas uniquement pour elles mais pour leurs enfants. J'ignore si c'était vrai, mais ça me paraît très grave de la part de ces personnes et inqualifiable de la part des médecins. Dans le deuxième cas, s'ils y croient , c'est différent mais tout aussi problématique ! Comment peuvent coexister dans le même thérapeute le médecin -qui dispense la médecine basée sur les preuves (« Evidence-Based Medicine »)- et le guérisseur ?  

Dernière chose sur une question évoquée plus haut : la liberté du patient . On l'a déjà dit, il ne s'agit nullement d'empêcher quiconque de croire et d'avoir recours à ces pseudomédecines, ça serait contre-productif. Mais à la liberté du patient de choisir, correspond la liberté d'être informé sur la nature réelle de ces médecines alternatives. Et il faut surtout se rendre compte que le thème de la liberté du patient est utilisé par les promoteurs des pseudomédecines pour graver dans le marbre de la loi le fait que
leurs praticiens bénéficient des structures légales tout en  étant dispensés de toute obligation de rendre des comptes. Ne soyons donc pas éblouis à l'excès par les beaux idéaux de liberté affichés par les marchand de granules  de petites aiguilles , d'émetteurs d'orgone, d'énergie cosmique etc…

Au fait, les notion d'abus ,de tromperie, d'exploitation de la crédulité d'autrui doivent-elles totalement disparaitre dans la novlangue "post-moderne"? Pas sûr que ce soit une victoire de la liberté...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Astre Noir 07/12/2009 14:28


Les processus vibratoires liés à la dynamisation...

C'est ça qu'on appelle la masturbation intellectuelle ?

Bon, OK, je sors  


anton suwalki 03/12/2009 23:38


c'est le nombre de gens qui maitrisent à mort la physique quantique parmi ceux qui n'ont pas intégré les bases de la démarche expérimentale. . Il faudrait d'ailleurs se demander pourquoi les spécialistes de la physique théorique accueillent avec tant de scepticisme le principe de
la "mémoire de l'eau", de la "dynamisation", des "trous blancs" et autres lapins théoriques tirés du chapeau des partisans de l'homépathie. Ca doit être des nuls...


Luc Marchauciel 03/12/2009 22:00


D'ailleurs, il y a un truc qui m'a toujours halluciné, c'est le nombre de gens qui maitrisent à mort la physique quantique parmi ceux qui n'ont pas intégré les bases de la démarche expérimentale.
Impressionnant.


luc marchauciel 03/12/2009 16:50


Avant de chercher à convoquer la physique quantique - tant qu'à faire ! - pour expliquer l'efficacité de l'homéopathie, encore faudrait-il  commencer par constater celle-ci.
La constater, ce n'est pas mutliplier les témoignages de gens disant "j'en ai pris, et ensuite j'allais mieux" (l'autre fois, je me suis habillé en rouge, et après j'allais mieux, c'est la preuve
que le rouge guérit..."). Il faut avoir beaucoup de gens qui en prennent pour le même problème, sous contrôle, et qui ne savent pas si ils en prennent ou si ils prennent un placebo (et même le
médecin ne doit pas savoir ce qu'il donne !), et là constater si le produit homéopathique soigne mieux que le placebo. Donc : quelle étude menée de cette manière (= en double aveugle) a conclu à un
efficacité avérée de ce type ? Tant que la réponse sera comme aujourd'hui : "aucune", il n'y a pas lieu de s'emmerder à essayer de comprendre les subtilités de la physique quantique.


anton suwalki 03/12/2009 16:36


 

Romain, l’évocation de la physique quantique est l’argument tarte à la crème des partisans de l’homéopathie qui veulent donner à celle-ci une apparence scientifique. Quel mécanisme quantique SVP
? Les soi-disant « processus vibratoires liés à la dynamisation » , c’est du jargon pseudo-scientifique. Si un jour, un protocole expérimental est à même de faire la différence entre de l’eau
« dynamisée » pour une dilution > 12 CH (nombre d’Avogadro) et de l’  « eau pure », on en reparlera. En attendant, l’homéopathie ne fonctionne pas en dehors de l’effet placebo (reportez-vous
aux publications de Lancet à ce sujet), il n’y a pas à chercher d’explication à un mécanisme qui n’est pas avéré. Reportez-vous à la première partie de cet article :
http://imposteurs.over-blog.com/article-13767675.html

, qui traite précisémment de l’argumentaire classique des laboratoires Boiron : les arguments des homéopathes relèvent de la pensée
magique…



Romain 03/12/2009 13:08


Une fois encore, que de raccourcis ! Il conviendrait d'effectuer peut être un peu plus de recherches cliniques réelles avant d'avancer un avis aussi péromptoire. Les quelques recherches effectuées
sur l'homéopathie n'ont pas été concluantes car basées uniquement sur l'aspect biochimique (où effectivement on ne retrouve que du sucre, de l'eau, et de l'alcool). Mais alors comment expliquer les
effets que cela peut avoir, et pourquoi non seulement la dilution, mais surtout la dinamisation sont elles à prendre en compte ?
La médecine allopathique a tout misée sur la biochimie, pour traiter les troubles métaboliques subis par l'individu.
Or, il y a d'autres lois (cf physique quantique) qui régissent notre monde organique. La physique (et notamment tous les processus vibratoires liés à la dynamisation en homéopathie) trop souvent
oubliée serait peut être à prendre en compte !!! Mais qui financera ces études pour voir le bien fondé de pratiques telles que l'homéopathie ou l'ostéopathie ? L'industrie pharmaceutique à n'en pas
douter (sic) !!! Le jour où on sera à même d'avoir des études claires et impartiales sur ces deux médecines, peut être pourrez-vous juger de manière aussi tranchée ! En attendant je conçois votre
ton partisan, mais il frole lui aussi la désinformation que vous semblez combattre avec véhémence. Interrogez peut être plutôt que d'affirmer en l'état actuel des choses ...
Cordialement