Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 07:08
«Les OGM sont des éponges à herbicides », et autres balivernes

Alors que l’Europe continue à tergiverser à propos du renouvellement de l’autorisation du glyphosate, le quotidien suisse Le Courrier trouve nécessaire d’interroger le célèbre professeur Séralini[1].

Le temps passe, les postures ne changent pas, GES n’a aucune difficulté à « vendre » son image de chevalier blanc au journaliste. « Critiques du monde scientifique, attaques de la presse, tentatives de corruption... Il en aurait fallu plus pour déstabiliser Gilles-Eric Séralini qui revendique son attachement à une science transparente et indépendante ». Certaines de ses affirmations, même si elles sont récurrentes, méritent qu’on s’y attache, dans le contexte actuel, et que l’on rétablisse quelques vérités.

1/ On le sait, pour les « lanceurs d’alerte », l’enjeu de la bataille du glyphosate va bien au-delà de ce seul produit. C’est aussi et peut-être surtout une occasion de dénoncer les plantes génétiquement modifiées, dont une grande partie ont été conçues pour tolérer cet herbicide. Très logiquement, le Quotidien reprend à ce sujet l’expression tout en nuances de GES : « «Les OGM sont des éponges à herbicides». La réalité : dans une récente analyse de nourriture destinée à l’alimentation de rats de laboratoire, contenant entre autres de la nourriture issue de plantes génétiquement modifiées tolérantes au glyphosate,, GES lui-même n’a trouvé au maximum que 370 parties par milliards (PPB) de Glyphosate et de son produit de dégradation[2]. Pas très efficaces, les « éponges à herbicides ».

2/ « [les études des grandes firmes] sont totalement malhonnêtes. Par exemple, tester le glyphosate seul est une véritable fraude. Monsanto l’utilise comme faux-semblant. Ceci permet à la multinationale de déclarer non nocif le Roundup ». Une fois de plus, GES entretient la légende que seul le produit actif est évaluée. La réalité : « Dans le cadre des demandes de mise sur le marché, les préparations font également l’objet d’études spécifiques réglementaires qui permettent d’évaluer la toxicité des formulants et les effets cumulatifs potentiels de ces derniers avec la substance active.L’évaluation prend en compte les effets des formulants, sur la base d’une évaluation des dangers et des risques en utilisant des doses de référence comme la DJA pour le consommateur et l’AOEL9 pour l’opérateur et l’exposition qui est estimée en se basant sur des modèles ou des données expérimentales ».

3/ « Ceci permet à la multinationale de déclarer non nocif le Roundup. Or, dans ce produit commercialisé, nous avons détecté des poisons mille fois plus toxiques que le glyphosate lui-même

la description histopathologique des tumeurs était pauvre » . Simple question de bon sens. Pourquoi, si le glyphosate est réellement un poison, et que la formule commerce contient des produits « mille fois plus toxiques », les rats de son expérience de 2012 dépublié par Food and Chemical Toxicology soumis au RoundUp ne mourraient-ils pas foudroyés. Pourquoi ne mourraient-ils pas davantage, au moins dans le cas des mâles, que ceux qui n’avaient pas ingéré de Roundup ? « Nous avons établi que des rats, nourris avec du maïs transgénique, développaient des tumeurs cinq fois plus vite que le groupe contrôle recevant une nourriture parfaitement saine. » GES, décidément fâché avec les statistiques, tire des conclusions à partir d’un rat dans un seul groupe ! Et la réalité, c’est qu’en fin d’expérience, 9 des 10 rats du groupe mâle nourri avec de la nourriture « parfaitement saine » sont morts, soit le deuxième groupe en termes de mortalité. Ce qui n’est pas pour autant significatif, mais voilà ce qu’on peut dire lorsqu’on pousse la méthode GES jusqu’au bout , on pourrait dire « mieux vaut éviter la nourriture parfaitement saine » !

4/ Sa trop fameuse étude, toujours : « Nous avons simplement poussé les études plus loin, ce qui n’avait jamais été fait. Les rats, par exemple, ont été observés durant deux ans et non trois mois, comme le font les grandes firmes. Par ailleurs, nous avons effectué des prises de sang sur nos rongeurs et étudié 100 000 paramètres, du jamais vu. » La réalité : Son étude est très loin d’être la seule sur deux ans. Deuxièmement, il n’a évidement pas mesuré 100.000 paramètres, mais… 49 paramètres biochimiques. Nuance ! Éventuellement, si on compte le nombre de paramètres, le nombre total de rats, et la fréquence des analyses, on peut imaginer que 100.000 mesures ont été effectuées, ce qui d’ailleurs n’en fait en rien une étude plus valable que les autres. Ce chiffre est balancé uniquement pour impressionner les gogos.

5/ Nous laisserions bien volontiers de côté les accusations habituelles de « fraude », et de campagnes téléguidées par les « lobbyistes ». Remarquons simplement dans l’introduction du journaliste : « Son étude, «Toxicité à long terme d’un herbicide Roundup et d’un maïs tolérant au Roundup génétiquement modifié», a reçu un écho planétaire. En effet, le Centre international de recherche contre le cancer (CIRC), citant ses travaux, a classé, en mars 2015, l’herbicide phare de la multinationale Monsanto au rang d’«agent probablement cancérogène», soit la deuxième marche du podium en termes de nocivité ». La réalité : la classification du CIRC ne correspond en rien à la deuxième marche en termes de nocivité. Il s’agit uniquement d’un niveau de preuve estimé par l’agence. Ensuite, consultons l’avis du CIRC sur l’étude de Séralini, qui n’a observé que les éléments concernant la solution contenant du RoundUp . « le Groupe de travail a conclu que cette étude était inadéquate pour l’évaluation (du glyphosate, NDLR), à cause du petit nombre de rats par groupe, du fait de la description « pauvre » de l’histopathologie des tumeurs, et de l’incidence des tumeurs (par individu) qui n’était pas fournie ». Ho-ho ! Voilà, qui en résumé, confirme les plupart des griefs formulés par les soi-disant lobbyistes. Si on ne peut même plus compter sur le CIRC pour défendre les honnêtes chercheurs, où va-t-on ?

Anton Suwalki

[1] http://www.lecourrier.ch/139185/les_ogm_sont_des_eponges_a_herbicides

[2] Laboratory Rodent Diets Contain Toxic Levels of Environmental Contaminants: Implications for Regulatory Tests

[3] AFSSA

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patatra 25/09/2016 00:35

J’ai une question simple, quel est l’intérêt de tous ces anti-OGM ? D’après vous quel profit tirent-ils à dénigrer cette technologie ?
Pourquoi cela vous dérange que des gens souhaitent vivre différemment de vous ? Seriez vous intolérant ? Ami de la pensée unique, bonjour.
Où est le problème à ce que des gens, voire à ce qu’une une société entière, ne souhaite pas utiliser les OGM ? Y a-t-il un motif qui vaudrait à ces personnes d’aller en prison ? Parce qu’en revanche, empoisonner les sols, la faune et la flore me semble être une bonne raison.
Vous critiquez ces imposteurs qui soit disant détournent la science mais vous-même utilisez la science à vos fins en tournant les chiffres dans un autre sens.
Malheureusement pour vous la science n’est pas ce que vous voulez nous faire croire. Ce n’est pas une religion, elle n’a pas réponse à tout. En réalité, la science propose seulement des réponses à des questions précises. Les scientifiques posent les questions mais c’est la société entière qui fait un choix de vie.
Avez-vous si peu confiance en la nature humaine que vous pensez qu’elle ne puisse survivre sans OGM ? Pourtant c’est ce qu’on a fait jusqu’à aujourd’hui, mince alors.
Si vous êtes toujours sceptiques, plutôt que d’écouter et de boire les paroles des autres, je vous conseille à tous de mener l’enquête par vous-même. J’veux dire, sortir de chez vous, ouvrir les yeux, poser des questions à des agriculteurs, à des éleveurs, à des chasseurs, à des jardiniers, à des pêcheurs, à des écologues, à des philosophes, à des sociologues. Allez rencontrer le monde, ça vous fera du bien ! SI vous ne pouvez pas vous y rendre, pourquoi ne pas écouter les replay de l'émission Terre à Terre, le déplacement est fait à votre place ? Si vous avez un jardin, vous pouvez même y faire des expériences ! Les sciences participatives sont un bon moyen de découvrir ce qui vous entoure !
Depuis quelques temps les questions qui se posent concernent notre capacité à créer de nouvelles solutions qui prennent en compte les contraintes naturelles (le vent, la pluie, des trucs futiles comme ça). Hors la philosophie OGM est plutôt de contraindre les terres, qu’elles qu’elles soient, où qu’elles soient. Le point commun entre une terre du Brésil, de l’Europe et de l’Inde ? On peut y faire pousser les mêmes OGM, chic chic chic.
Si ça ne vous plaît pas, allez vivre sur Mars, là-bas en effet on ne peut pas s’adapter aux contraintes locales, vos OGM seront certainement très utiles. Par contre si vous êtes plutôt un gros troll, courez dans votre caverne !
Dernière question, quel profit tirez-vous à casser les anti-OGM ? Parlez-nous donc de vous. Une anti-OGM vous a largué ou quoi ?

PS : Et sinon, à quand un article prônant les nanotechnologies ?

Seppi 18/06/2016 16:15

Le Courrier a une politique éditoriale particulièrement intéressante.

Dans « En cent ans, un tiers des espèces de poissons ont disparu »*, on peut lire :

« Dans le Léman, 14 des 18 espèces indigènes sont toujours présentes. En revanche, aucun spirlin ni vairon n'ont été capturés, malgré 900 actions de pêche. Le plus grand lac d'Europe est désormais principalement peuplé par la perche, alors qu'il abritait auparavant en majorité la féra, l'omble et la truite, tous appartenant à la famille des salmonidés. »

C'est curieux... Nous avons le plus grand mal à trouver des filets de perche...

____________

(http://www.lecourrier.ch/140094/en_cent_ans_un_tiers_des_especes_de_poissons_ont_disparu

Arlene 08/06/2016 10:12

Ah, ça y est. Face à une pauvre bonne femme, votre mâle assurance vous autorise le mépris, avec une argumentation fondée sur l'invective et l'absence totale de rationalité. Donc, si je vous suis, parce qu'il y a eu des scandales sanitaires par le passé, il n'y en a pas aujourd'hui. Intéressant.

Quant à mon argumentaire, il ne se fonde nullement sur le seul fait qu'il a existé, par le passé, des scandales sanitaires. Il se fonde sur des éléments scientifiques publiés. S'agissant des pesticides, qui sont régulièrement dédouanés ici de toute forme de dégâts, l'INSERM a publié en 2013 une expertise collegiale rassemblant l'ensemble de la littérature pertinente sur le sujet et concluant à l'existence de risques sanitaires sérieux et, puisque des études épidémiologiques sont largement citées à l'appui de ce constat, de la réalité de dégâts tangibles sur les populations riveraines, ou parmi les applicateurs et les exploitants agricoles. Ce n'est pas de la théorie du complot ou je ne sais quoi, c'est simplement la conclusion d'une opinion collégiale et consensuelle, exprimée par des chercheurs compétents et non des militants ecolos. voir : http://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-societe/pesticides-effets-sur-la-sante-une-expertise-collective-de-l-inserm

donc les preuves scientifiques sont bien là, ne vous en déplaise. Et il y a bien d'autres histoire de ce genre.

Par ailleurs, tant mieux pour vous si vous n'écartez a priori pas la production de quelqu'un qui affirme que la terre est plate : cela signifie que vous avez beaucoup de temps libre. Il est toujours bon de se confronter à des opinions différentes, mais pas au grand n'importe quoi. Pour moi, et je pense que c'est une position qui se défend, un personnage qui estime que la terre est plate ou que le réchauffement anthropique n'existe pas ne dispose pas de la crédibilité minimale pour qu'on prenne le temps de le lire.

l'autre intervenant de ce forum confond tout sur le DDT (agriculture, contrôle des moustiques...).

Charles 08/06/2016 17:19

On notera la pas si subtile déviation du sujet de la population générale vers les professionnels du domaine, et la désignation d'un coupable tout trouvé. Or les choses ne sont pas aussi simples.

http://www.forumphyto.fr/2016/01/04/pesticides-et-sante-des-agriculteurs-attention-aux-faux-temoins/

"S'agissant des pesticides, qui sont régulièrement dédouanés ici de toute forme de dégâts,"

Par exemple dans quel(s) billet(s)?

"Pour moi, et je pense que c'est une position qui se défend, un personnage qui estime que la terre est plate ou que le réchauffement anthropique n'existe pas ne dispose pas de la crédibilité minimale pour qu'on prenne le temps de le lire."

Il est clair qu'en caricaturant à tout va les positions d'autrui, on fait rapidement le tri entre les lectures acceptables ou pas. Très confortable pour alimenter des biais de confirmation mais pas très utile pour construire une argumentation.

loup garou 08/06/2016 13:03

@Arlene

Je ne confonds rien du tout, les guignols qui ont prôné l'interdiction du DDT ont des morts sur la conscience..., et ce sont les mêmes qui empêchent d'utiliser perméthrine et deltaméthrine aux Antilles pour lutter contre les moustiques vecteurs du virus zika... mais donc si je comprends bien, vous êtes pour l'utilisation du DDT contre les moustiques ?

Arlene 06/06/2016 16:30

Moi j'aime bien parler avec tout le monde. Mais il est vrai que ce blog est très décevant et que sous prétexte de défendre la science, on défend juste les empoisonneurs et tout ce qui salope le monde... il y a un billet précédent à la gloire du dernier livre de Benoit Rittaud sans qu'un seul mot soit dit sur le fait que ce monsieur est le chef de file des climat-sceptiques en France. Pour un site qui dit défendre la science, c'est vraiment incroyable...!!! niveau pseudo-science, Rittaud, c'est Seralini a la puissance mille !!! mais non. pas un mot.

Charles 07/06/2016 19:04

Donc nous voilà face à un vide argumentaire, comme je le craignais. On exploite deux scandales sanitaires pour jeter l'opprobre sur tout et n'importe quoi selon les connivences ou les opportunités, sans preuve, sans même un début de raisonnement cohérent.

"Vous parlez d'homme de paille et vous insinuez que je suis contre la vaccination ou je ne sais quoi..."

Vous récupérez sans peut-être même le savoir la stratégie argumentative des anti-vax, ni plus ni moins. Les mêmes poncifs éculés assénés avec le même aplomb. "Des scandales de santé publique ont eu lieu par le passé, il s'en produit donc encore actuellement. Ne faites pas confiances aux vaccins, on vous empoisonne". Auriez-vous raison par principe sur les produits phytosanitaires alors qu'eux ont tort sur les vaccins? Si oui il est temps d'en faire la démonstration.
http://www.latimes.com/opinion/op-ed/la-oe-0128-morrison-conis-20150128-column.html

"Liriez-vous le livre d'un personnage qui affirme par ailleurs que la terre est plate ?"

Je ne l'écarterais pas a priori simplement parce que l'auteur ne partage pas tous mes points de vue sur tous les sujets. Comment peut-on espérer développer un esprit critique sans jamais sortir de sa zone de confort? Comment contre-argumenter sans savoir ce que son contradicteur dit sur le sujet en question?

loup garou 07/06/2016 18:37

@Arlene "le DDT a été interdit avec des décennies de retard en raison de la malhonneteté des firmes qui les commercialisaient, ce qui a entraîné des dégâts sanitaires considérables"

===> apparemment le fait de ne plus l'avoir utilisé dans certains pays a entraîné des dégâts sanitaires encore plus considérables...

" 15 septembre 2006 | Washington - Près de trente ans après l’abandon progressif de la pulvérisation à grande échelle de DDT et d’autres insecticides dans les habitations pour lutter contre le paludisme, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé aujourd’hui que cette méthode allait de nouveau jouer un rôle important dans son combat contre la maladie. L’OMS recommande désormais la pulvérisation d’insecticide à effet rémanent à l’intérieur des habitations non seulement dans les zones d’épidémie palustre mais aussi dans celles où la transmission de la maladie est constamment élevée, notamment dans toute l’Afrique.

« Les données scientifiques et programmatiques justifient sans conteste cette réévaluation », a déclaré le Dr Anarfi Asamoa-Baah, Sous-Directeur général de l’OMS chargé du VIH/SIDA, de la tuberculose et du paludisme. « La pulvérisation d’insecticide à effet rémanent dans les maisons est utile pour réduire rapidement le nombre de personnes contaminées par les moustiques porteurs de la maladie. Elle s’est révélée d’un aussi bon rapport coût/efficacité que les autres mesures de prévention du paludisme et le DDT ne présente pas de risque pour la santé s’il est correctement utilisé. »

L’OMS a activement encouragé le recours à cette méthode prophylactique jusqu’au début des années 80 quand, ayant de plus en plus de raisons de s’inquiéter des effets du DDT sur la santé et l’environnement, elle lui a préféré d’autres moyens de prévention. Depuis, de nombreux tests et travaux de recherche ont montré que la pulvérisation de DDT à l’intérieur des habitations dans le cadre de programmes bien gérés n’est dangereuse ni pour l’homme ni pour la faune et la flore.

« Nous devons fonder notre position sur la science et les données objectives », a expliqué le Dr Arata Kochi, Directeur du Programme mondial de lutte antipaludique à l’OMS. « L’une des meilleures armes que nous ayons contre le paludisme est la pulvérisation d’insecticide à effet rémanent dans les habitations. Sur la douzaine d’insecticides que l’OMS juge sans danger pour cet usage, le plus efficace est le DDT. »

http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2006/pr50/fr/

mais l'OMS est sans doute un repaire d'affreux lobbyistes...

Arlene 07/06/2016 18:00

L'amiante et le DDT ont été interdits avec des décennies de retard en raison de la malhonneteté des firmes qui les commercialisaient, ce qui a entraîné des dégâts sanitaires considérables : vous estimez que c'est du complotisme de dire cela ? Pourquoi dans ce cas l'Etat débourse-t-il environ 350 millions d'euros par an depuis 15 ans pour indemniser les victimes de l'amiante ? Vous parlez d'homme de paille et vous insinuez que je suis contre la vaccination ou je ne sais quoi... c'est complètement ridicule. Quant au livre de Rittaud, je ne le lirai pas pour une simple question de crédibilité. quelqu'un qui tient son discours sur le climat a perdu toute forme de crédibilité. Liriez-vous le livre d'un personnage qui affirme par ailleurs que la terre est plate ?

quant a votre reference, c'est très amusant de prendre Chateauraynaud comme caution de vos propos... vous devriez lire plus attentivement ce qu'il écrit !

Charles 07/06/2016 15:00

Quant à ce qui est censé me heurter ou pas, vous vous lancez dans un exercice de divination scabreux. Déjà, vous partez du principe que j'ai lu la totalité du blog ici présent et sous-entendez, dans un magnifique argument d'homme de paille, que je suis en accord avec l'ensemble de ce contenu, ce qui n'est doublement pas le cas.
Voilà, je vous laisse développer vos accusations.

Charles 07/06/2016 14:45

Il est amusant de constater que le DDT et l'amiante reviennent régulièrement sur les sites complotistes du genre anti-vaccination, anti-OGM ou autres marchands de peur lorsqu'il est question de justifier les positions les plus extrêmes et dogmatiques.

https://socioargu.hypotheses.org/2274

Charles 07/06/2016 14:27

Et vous estimez que l'amiante ou le DDT ont étés interdits de commercialisation alors que le fait que les risques qu'ils présentaient étaient "minimisés ou niés"? Quelle heureuse coïncidence! En gros vous accusez des entreprises d'empoisonner sciemment les gens, avec inévitablement la complicité des organismes en charge des contrôles et des homologations de produits, organismes qui, on ne sait trop par quel miracle, décident occasionnellement de se raviser. Si vous avez de quoi étayer vos accusations je serais intéressé d'en prendre connaissance.

Quant au contenu du livre de M. Rittaud je constate que vous noyez le poisson tant bien que mal mais vous n'avez toujours pas exposé les raisons de vos griefs à son sujet (du livre, pas de l'auteur), qui sont peut-être pertinentes mais qui se font attendre.

Arlene 07/06/2016 10:58

et par empoisonneurs j'entends toute une série de firmes qui vendent des produits dont les risques sont systématiquement minimisés ou niés, du DDT à l'amiante etc. tous ces gens qui sont toujours défendus bec et ongles sur ce site.

Arlene 07/06/2016 10:54

C'est amusant ce "deux poids, deux mesures" systématique ! Il n'y a essentiellement que des attaques ad hominem sur ce blog, mais ca ne vous dérange pas outre mesure quand cela va dans votre sens... quand on remonte le fil des billets, ce n'est que de l'attaque personnelle avec le "Vélot d'or" et ce genre de choses... mais cela ne semble pas vous heurter... c'est drôle, comme biais.

Charles 07/06/2016 06:23

Si on laisse de côté deux minutes les attaques ad hominem, que reprochez-vous au contenu du livre de M. Rittaud?
Et qu'entendez-vous par "empoisonneurs"?

Charles 05/06/2016 16:51

Anton: hé bien cette politique de tolérance aura au moins le mérite de montrer certains agités sous leur vrai jour.

Anton Suwalki 04/06/2016 00:20

@Paramo, on peut dire que vous, vous avez un culot bibendumesque. Venir parasiter ce site juste pour me traiter de gratte papier et expliquer à un nouveau venu que ce n'est pas la peine de parler avec moi... Des gens comme vous me font regretter la politique d'hyper tolérance que j'ai mis en place pour les commentaires.

Paramo 03/06/2016 21:58

Zut ! j'ai mis le mauvais texte. Le voici corrigé. Anton effacera le premier (ou tous les deux peut être)
.
Ariene,
.
Ce petit Anton a des positions plutôt religieuses. C'est un scientiste fanatique.

Il croit que l'on peut faire fi des questions politiques et obtenir directement de ce qu'ils appellent "la science" la parole divine qui nous guidera vers des lendemains meilleurs.
.
Comme sa foi est libéral, il voudraient utiliser le scepticisme pour faire la critique de toute pensée alternative. C'est la raison des pastiches de discours scientifique qui remplissent ce blog.
.
Il me semble que, le créateur de ce blog est un petit employé de l'INSE. Ce blog est un moyen pour lui de se donner de l'importance ainsi. Par bonheur il a un poste de gratte-papier qui lui donne du temps.
.
Ce n'est pas la peine de parler avec ce type.

Paramo 03/06/2016 21:49

Ariene,
Ce petit Anton a des positions plutôt religieuses. C'est un scientiste.

Il croit que l'on peut faire fi des questions politiques et obtenir directement de ce qu'ils appellent "la science" la parole divine qui nous guidera vers des lendemains meilleurs.

Comme sa foi est libéral, il voudraient utiliser le scepticisme pour faire la critique de toute pensée alternative. C'est la raison des pastiches de discours scientifique qui remplissent ce blog.

C'est, il me semble que, le créateur de ce blog un petit employé de l'INSE qui se donne de l'importance ainsi. Par bonheur il a un poste de gratte-papier qui lui donne du temps.

Ce n'est pas la peine de parler avec ce type.

anton 02/06/2016 17:12

La arlene vous vous foutez du monde je n'ai jamais dit que l'évaluation des préparations reposait sur des études à 2 ans. Si les modalités d'évaluation des cormorans ne vous convient pas , c'est votre droit mais arrêtez de mentir

Arlene 02/06/2016 19:12

ah non, c'est vous tordez la réalité et tout le monde peut s'en rendre compte en lisant votre billet. vous suggérez lourdement que l'étude sur 2 ans de GES est non seulement fausse mais en plus inutile parce que les formulations seraient bien évaluées et tout a coup on apprend qu'en fait, non, elles ne sont pas testées sur deux ans... mais simplement sur l'irritation cutanée et ce genre de choses... ce n'est pas honnête, surtout vu la virulence de vos propos

Arlene 02/06/2016 11:33

Je serais très curieuse de savoir d'où vient cette phrase : « Dans le cadre des demandes de mise sur le marché, les préparations font également l’objet d’études spécifiques réglementaires qui permettent d’évaluer la toxicité des formulants et les effets cumulatifs potentiels de ces derniers avec la substance active.L’évaluation prend en compte les effets des formulants, sur la base d’une évaluation des dangers et des risques en utilisant des doses de référence comme la DJA pour le consommateur et l’AOEL9 pour l’opérateur et l’exposition qui est estimée en se basant sur des modèles ou des données expérimentales » l'EFSA dit exactement l'inverse dans sa réponse à Portier http://www.efsa.europa.eu/sites/default/files/EFSA_response_Prof_Portier.pdf (p2).

drôle de façon de "rétablir la vérité"...

Anton Suwalki 04/06/2016 00:13

Arlène. Oui l'étude de Séralini c'est vraiment du n'importe quoi. D'autre part les études à deux ans n'apportent presque jamais rien par rapport aux études subchroniques, selon ce qui se dit dans les sociétés savantes de toxicologie. Comiquement, Séralini a réussi à confirmer cela (par l'absurde).Et comme je l'explais, il ment lorsu'il prétend que seul les substances actives sont évaluées. Si vous n'e^tes pas capables de le reconnaître, alors vous êtes indécrottables, point barre.

Arlene 02/06/2016 16:57

Voici ce qui est écrit page 10 : "A ce jour, la réglementation, conformément à l’a
vis des experts européens, n’exige aucune étude
de toxicité à long terme sur la préparation formulée
(substance active + co-formulants)."

il est donc incroyable que vous écriviez des contrevérités aussi patentes.

anton 02/06/2016 16:37

Malheureusement pour vous le document de l'an ses explique de manière détaillée l'évaluation des risques pour chaque préparation pages 9 et 10. Visiblement vous ne retenez que ce qui vous arrange

Arlene 02/06/2016 15:54

Non pas du tout convaincue. Le texte de l'Afssa n'est accompagné d'aucune références la formulation est très vague. On ne sait pas de quel genre d'études spécifiques il s'agit et ce ne sont à l'évidence pas des études cherchant les effets d'une exposition chronique sur des modèles animaux.

En 2012, l'Anses explique, à propos de l'étude de GES, que "cette étude présente la particularité de tester parallèlement sur cette longue période et à plusieurs doses une PGM traitée et non traitée par un produit phytopharmaceutique ainsi que la formulation phytopharmaceutique complète seule. A ce titre, il n’a pas été trouvé d’équivalent dans la littérature".

L'Anses ajoute que ses experts "soulignent l’absence de travaux étudiant les effets potentiels à long terme de l’exposition à différentes formulations de préparations à base de glyphosate et le nombre limité de ceux portant sur les effets à long terme d’une consommation d’OGM."

https://www.anses.fr/fr/system/files/BIOT2012sa0227.pdf

donc quand on se permet de traiter les autres d'imposteurs, on essaie de ne pas raconter d'âneries.

anton 02/06/2016 14:53

Réponse de loup garou OK. La note de référence à sauté je vais la remettre . D'autre part arlene la note de la efsa que vous citez précisé en page 2 que l'évaluation des formulations complètes relève des états de l'UE . Convaincue ?

loup garou 02/06/2016 14:36

@Arlene "Je serais très curieuse de savoir d'où vient cette phrase"

===> de cet avis peut-être (qui descendait déjà en flèche une étude sur le glyphosate, du professeur dont il est question ici) :

https://www.anses.fr/fr/system/files/DIVE2008sa0034.pdf

vérité rétablie ?

Matthieu 01/06/2016 09:44

Bonjour, merci pour ce travail. Petite remarque, au paragraphe 3, la phrase en gras n'a pas de verbe...

Le Bolduc 01/06/2016 08:50

Merci pour cette piqûre de rappel ! ;-)