Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 18:07
Du glyphosate dans l’urine :  retour sur une mascarade des parlementaires européens
Du glyphosate dans l’urine :  retour sur une mascarade des parlementaires européens
Du glyphosate dans l’urine :  retour sur une mascarade des parlementaires européens
Du glyphosate dans l’urine :  retour sur une mascarade des parlementaires européens

Le contexte :

Ce jeudi 19 mai, la Commission Européenne et ses états membres doivent se prononcer à propos du renouvellement de l’autorisation du glyphosate.

Cet herbicide non sélectif, vous ne pouvez l’ignorer compte tenu du matraquage médiatique, est le « plus vendu dans le Monde ». Bien que tombé que dans le domaine public en 2000, il a été mis au point par Monsanto, et continue d’être associé à l’incarnation du diable sur terre. Stéphane Foucart, dans le quotidien anti-pesticides de référence (1), ne manque jamais de rappeler que le glyphosate est « la molécule active du célèbre Roundup de Monsanto ». Enfin, le glyphosate est utilisé conjointement et à une large échelle avec des plantes génétiquement modifiées afin d’y être tolérantes.

Pour ces trois raisons, il est victime d’une campagne internationale visant à obtenir son interdiction, alors qu’on connaît par ailleurs son efficacité, son intérêt pour l’agriculture, et son profil éco-toxicologique plutôt favorable : certes, aucun produit n’est totalement inoffensif !

La campagne anti-glyphosate a redoublé d’intensité au cours de ces derniers mois, après la publication douteuse du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC, émanation de l’OMS) classant l’herbicide comme cancérogène probable (2). Cet avis, de toutes façons, ne tenait pas compte des conditions d’exposition réelle au glyphosate, c’est-à-dire de la vraie vie. Après les avis des agences de sécurité européennes, puis celui de l’EPA américaine, c’est une communication conjointe de l’OMS et de la FAO (3) qui vient de désavouer celui du CIRC, sur lequel s’appuyaient évidemment les activistes anti-pesticides pour réclamer l’interdiction du glyphosate. « Au regard de l'absence de potentiel carcinogène chez les rongeurs à des doses humaines pertinentes, de l'absence de génotoxicité par voie orale chez les mammifères, et en tenant compte des données épidémiologiques de l'exposition professionnelle, les participants ont conclu que le glyphosate est peu susceptible de présenter un risque cancérogène pour l'homme de par l'exposition alimentaire », conclut l’avis OMS/FAO.

Cependant, pour les antis, l’absence de base scientifique pour justifier l’interdiction d’un produit est tout sauf un problème. L’utilisation des bonnes vieilles ficelles pour manipuler l’opinion est l’arme la plus efficace pour espérer peser sur les décisions politiques.

Frelatée, l’urine des parlementaires européens ?

On a donc appris que 48 parlementaires européens s’étaient volontairement soumis à une analyse d’urine, et que des traces de glyphosate avaient été détectées dans tous les échantillons (4) . Et alors ? Le glyphosate est un produit autorisée et largement utilisé. Il y a donc des résidus de glyphosate dans les aliments et les boissons que nous consommons. C’est plutôt l’absence de niveau détectable de glyphosate dans l’urine qui aurait été étonnante.

Reste à savoir si l’urine parlementaire est particulièrement frelatée. La presse rapporte que des parlementaires de toutes tendances se sont prêtés à ce qu’il faut bien appeler une mascarade. Un soupçon me vient à l’esprit .Se pourrait-il que la teneur en glyphosate de l’urine, dont les doses mesurées varient de 0,12 à 3,57 μg/L, soit un marqueur pertinent de la couleur politique ?

Inflexible dans sa ligne éditoriale anti-pesticides (5), Stéphane Foucart rapporte « des taux souvent élevés, la moyenne étant de 1,7 microgramme par litre (µg/l), soit dix-sept fois le seuil légal toléré dans l’eau potable. Les taux de contamination (sic !) les plus élevés sont plus de trente-cinq fois supérieurs à ce seuil. ». La belle affaire !

Le seuil légal toléré dans l’eau potable (0,1 μg/L), Foucart ne peut l’ignorer, ne correspond à aucun critère sanitaire. La valeur mesurée dans l’urine parlementaire la plus « frelatée » correspond à 5900 fois moins que la dose journalière admissible ingérable par un individu de 70 kilos (6) , et il n’y a même pas là de quoi embêter les coccinelles en faisant pipi sur le gazon. De plus, une concentration dans l’urine ne correspond pas à une valeur « d’exposition » et encore moins à une « contamination », contrairement à ce qu’écrit Foucart, mais à ce qui est excrété par l’urine, donc éliminé par l’organisme. Le glyphosate a un potentiel de bioaccumulation très faible, voire nul. Il est excrété en quasi-totalité au bout de quelques jours après ingestion (7) .

La manœuvre portera-telle ses fruits ?

A l’heure où ces lignes sont écrites, on ne connaît pas encore le résultat des tractations au sein de la Commission Européenne. On ne peut écarter que des coups médiatiques tels que ces « révélations » sur le pipi parlementaire puissent peser, au moins sur l’attitude de certains états membres. Si tel était le cas, cela en dirait long sur le degré d’indigence atteint par les décideurs politiques. Toujours est-il que cette pitoyable affaire n’a pas choqué la presse, et surtout pas Foucart, qui suggère aux eurodéputés belges à l’origine de la mascarade de «plutôt tenter de mettre la main sur des échantillons d’urine prélevés sur les ministres et les chefs d’États de l’Union »…La trajectoire normale de toutes ces manipulations, c'est celle de l'urine parlementaire : le caniveau.

Anton Suwalki

  1. http://imposteurs.over-blog.com/2016/03/le-monde-le-quotidien-anti-pesticides-de-reference.html
  2. http://imposteurs.over-blog.com/2015/04/le-glyphosate-le-circ-et-le-cirque-propagandiste.html
  3. Summary Report from the May 2016 Joint FAO/WHO Meeting on Pesticide Residues (JMPR)
  4. Pour obtenir l’analyse détaillée, chercher

« Members of the EU parliament excrete glyphosate with their urine”

  1. http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/05/13/du-roundup-dans-l-urine-parlementaire_4919434_3244.html
  2. DJA du glyphosate : 0,3 mg/kg pc/j selon l’OMS
  3. www.glyphosate.eu

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cdc 17/08/2016 10:45

Le CIRC "émanation" de l'OMS, oui, d'une certaine manière... En fait, c'est un drôle d'organisme inventé par de Gaulle et plus ou moins imposé par la France comme consultant de référence, mais ce n'est en aucun cas une branche de l'OMS (d'ailleurs il n'est souscrit que par 25 pays). De plus, c'est un certain Christopher Portier qui est à la base du classement du glyphosate, or ce Portier est un militant anti-pesticides notoire !

Paramo 21/05/2016 23:40

La crise agricole est une chose excellente.

Les agriculteurs ayant fait le pari du bio se portent bien et ceux ayant fait le pari de l'agriculture industrielle et des produits que vous défendez sont dans la panade. Ils sont chers et les consommateurs n'en veulent plus. Je trouve ça très bien.

Continuez !

yann 01/06/2016 15:18

Le "cinéma" sur la communication bio a permis de prendre 3% de part de l'alimentaire en 15 ans en France .

3% houuu lala mais c'est énorme!!!LOL (en part financière, c'est plus bien sur reLOL)

300% d'augmentation en 15 ans (et oui passé de 1% en 2000 à 3% en 2015= 300% d'augmentation).

Le bio nourri surtout une toutes petite parti de nanti bobobio qui pont les moyens (et qui mérite bien de payer plus chère)

Les pro bio sont tellement a coté des réalités qu'ils ne sont même plus capable de comprendre leur bêtises pourtant simple à constater.

Tout ce "b...el" pour 3% de part de marché!!

Décadence??

fm06 24/05/2016 11:26

Ce sont plutôt les produits bio qui sont chers, hein. Quand à l'agriculture industrielle, elle se porte très bien, merci pour elle. Et surtout elle est en mesure de nourrir la population, alors que le bio ne produit suffisamment que pour quelques bobos aisés.

Paramo 21/05/2016 23:35

https://www.youtube.com/watch?v=wNMTKiSjsAs

Fred 08/06/2016 12:25

Entendu à la radio suisse ce matin, où deux représentants de la filière bio étaient occupés à lister tous les avantages de ce mode d'agriculture (et aucun inconvénient, bien entendu): "le bio n'est pas trop cher, c'est le conventionnel qui ne l'est pas suffisamment". J'hésite entre rire et larmes.

Le Bolduc 26/05/2016 10:12

Brrrrrrrrrrrrrrr ! ça fait peur...................
Les poisons qui menacent l'avenir de l'espèce humaine !
Et ben dites donc !

Le bolduc 20/05/2016 11:19

@camarje
L'étude de Séralini encensée par la communauté scientifique... Tu veux dire "l'étude de Séralini dé-publiée" ?

yann 25/05/2016 19:08

le bio !!! il représente en France 3% de part de marché !
Parano c'est quoi à ton avis les 97% qui reste ??

camarje 19/05/2016 20:54

Oui, du Glyphosate dans les urines.
on connaît par ailleurs son efficacité, son intérêt pour l’agriculture, et son profil éco-toxicologique plutôt favorable : certes, aucun produit n’est totalement inoffensif !
Alors il n'y a pas une agriculture mes des agricultures. Il en existe de plus productive que la notre (celle qui fait consensus en Europe). Le roundup et son profil éco-toxique plutot favorable? Tout dépend de l'étude que vous lisez !... Celle du producteur certes cool mais toujours pas publiée. Celle de Séralini avec de faibles doses sur du long terme. Il me semble que les rats ont de multiples cancers. Cette étude n'a t elle pas été encensée par la communauté scientifique et décriée par les lobbies du producteur ?
Coté agriculteur vous pouvez continuer a être montrer du doigt par ceux que vous nourrissez.
Vous pouvez continuer a croire les agro-industries qui vous conseillent.
Vous pouvez aussi pensez par vous même. N'est ce pas le propre de l'homme de de créer?

Pierre Arthuis 19/05/2016 20:38

Quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage. J'imagine que si l'on a choisi d'aller mesurer la teneur en glyphosate des urines des députés c'est parce que tout simplement on en veut à cette malheureuse molécule; et pourquoi lui en veut-on à elle, si ce n'est parce que l'on n'aime tout simplement pas le méchant Monsanto. Je suis certain que si l'on passait au crible l'ensemble des dizaines de milliers de molécules (toutes avec des noms à coucher dehors) on en trouverait des traces pour à peu près toutes et chez tout le monde. Peut-être que les gens seraient alors encore plus effrayés, ou peut-être qu'au contraire ils en viendrait à se dire que "ben finalement" on s'affole toujours dès que l'on nous montre des trucs que l'on ignorait... L'ignorance est le terreau de la crainte.

fleury 20/05/2016 14:03

j ai failli perdre ma petite fille a l age de deux ans d une tumeur au rein.vos coups de poing gardez-les.il y a des choses intérressante sur ce blog, mais finalement le coté chien de garde agressif me débecqte.ciao.

Roland 20/05/2016 09:05

@fleury: l'emploi malhonnête de corrélations douteuses est comme un coup de poing à la figure d'un nourrisson: ce n'est pas parce que c'est à la portée de n'importe qui qu'il est acceptable d'y recourir.

Roland 20/05/2016 08:58

Sans parler des cas d'autisme qui augmentent en même temps que la vente de produits "bio".

fleury 19/05/2016 21:56

Peut-être ignorez-vous l augmentation constante des cas de cancer chez l'enfant depuis les années 70."ben finalement" pas de quoi s affoler... tant que cela ne vous touche pas.

Alberto Guidorzi 19/05/2016 19:50

Mais l'AMPA produit de degradation du gliphosate dans le terrain, n'est-il pas meme un produit de degradation des detersives?

Le Bolduc 26/05/2016 10:16

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2214

Armando 23/05/2016 14:23

@PierreArthuis ben oui et précisément, des milliers d'études analysées par de dizaines de chercheurs académiques montrent bel et bien le danger que constituent les pesticides pour les populations riveraines et exposées professionnellement (cf expertise collective 2013 de l'Inserm : http://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-societe/pesticides-effets-sur-la-sante-une-expertise-collective-de-l-inserm)... mais ce n'est pas sur ce blog que vous trouverez ce genre d'informations !

Pierre Arthuis 19/05/2016 23:05

S'il y a une augmentation constante du nombre des cancers, je n'ai aucun moyen moi, petit citoyen, de savoir d'où cela vient. Il y a des chercheurs dont c'est le métier de le faire; ils y passent des milliers d'heures, sont eux-mêmes des milliers et même pour eux, c'est difficile de conclure. Je préfère me fier aux résultats des scientifiques, lorsque ces résultats se trouvent confirmés par plusieurs; à la fin il finit par y avoir un consensus et tout le monde est d'accord. Mais on veut toujours avoir une opinion avant la conclusion des études. Faut être patient.