Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 18:12
La patate douce est naturellement transgénique

Une équipe internationale de chercheurs a publié dans la revue PNAS (1) une étude sur la patate douce. En analysant de nombreuses variétés de patates douces cultivées (291 échantillons étudiés), ils ont découvert la présence dans leur génome de deux segments d’ADN d’une bactérie du sol, Agrobacterium. L’un deux était également présent dans les parents sauvages analysés, mais pas le second. Ces gènes bactériens ont donc été acquis après la domestication de la patate douce, et transmis à la descendance. La patate douce peut-être considérée comme un organisme naturellement transgénique, dans le sens où elle a incorporé des gènes étrangers sans autre intervention que celle de Dame Nature.

Ces transgènes sont exprimés dans tous les tissus de la plante, y compris dans le tubercule qui est la partie consommée de la patate douce. Il est possible que ces plantes aient été choisies par les agriculteurs, en raison des caractères intéressants qu’elles présentaient. Nos ancêtres auraient ainsi, sans le savoir, profité de la transgénèse naturelle .

La découverte faite par ces chercheurs n’a certes rien de révolutionnaire, mais elle peut s’avérer utile pour faire progresser le débat sur les plantes génétiquement modifiées.

Les OGM, c’est naturel, et c’est universel !

En 1907, un article paru dans Sciences décrivait l’origine bactérienne de la galle du collet, une maladie des plantes qui se manifeste par des excroissances tumorales au niveau du collet ou des racines. Il a néanmoins fallu attendre près de 70 ans pour que les mécanismes d’infection soient compris . Au milieu des années 1970, plusieurs études, dont celles de Marc Van Montagu et ses collègues, décrivent ces mécanismes : une bactérie du sol, Agrobacterium tumefaciens, est capable de transférer une partie de son « plasmide » (un ADN circulaire) dans les chromosomes de la plante (cf schéma). C’est l’expression de ces gènes qui entraine chez celle-ci la prolifération tumorale. En utilisant ces mécanismes , Marc Van Montagu et son collègue Jozef Shell ont créé en 1983 le premier tabac transgénique, résistant à un antibiotique.

Ces phénomènes de transferts horizontaux de gènes, connus dès les années 1960 pour les micro-organismes, étaient en fait très répandus : on les considère désormais comme l’un des mécanismes importants de l’évolution des espèces (sans doute de toutes les espèces). Une très récente étude (2) portant sur une étude détaillée de 26 espèces animales (dont l’homme) conclut : « Bien que la fréquence d'acquisition de gènes par transfert horizontal soit généralement inférieure chez les eucaryotes que chez les procaryotes. Entre des dizaines et des centaines de gènes étrangers sont exprimés chez tous les animaux que nous avons étudiés, y compris les humains. Il apparaît que, loin d'être un événement rare, ces transferts horizontaux ont contribué à l'évolution de nombreux, et peut-être de tous les animaux, et que le processus continue dans la plupart des lignées ».

A travers la patate douce, recadrer le débat sur les plantes génétiquement modifiées

Comme nous l’annoncions, cette étude sur la patate douce naturellement transgénique, apporte de la connaissance nouvelle sur une espèce végétale en particulier, mais ne constitue pas vraiment une surprise. Cependant selon les auteurs, cette découverte sur une plante consommée depuis des millénaires dans les pays tropicaux, pourrait modifier la perception actuelle du public sur le caractère prétendument non naturel des plantes génétiquement modifiées.

En effet, on imagine mal des personnes qui mangent de la patate douce depuis des décennies sans se poser de questions, la rejette tout d’un coup en découvrant qu’elle contient des gènes étrangers. Comment alors éviter de manger des produits issus d’espèces « non GM » ? Comment et où trouver un quelconque organisme « génétiquement pur » ? Il n’est même pas sûr que ce terme ait un sens … les organismes actuels sont constitués des gènes qui les ont précédés.

En utilisant la transgénèse, l’homme n’a fait que copier un mécanisme générant de la biodiversité qui est largement répandu dans la nature. Pourquoi accepter de manger des produits issus d’organismes naturellement transgéniques, et refuser ceux provenant d’une opération réalisée par l’homme, qui de plus est évaluée réglementairement de manière tatillonne ?

Comme trop souvent, ce genre de débat risque de se heurter au mur de l’irrationnel. Nous continuerons néanmoins d’essayer de faire reculer ce mur.

Anton Suwalki

(1) http://www.pnas.org/content/112/18/5844.full

(2) Crisp et al. Genome Biology (2015) 16:50

(Version PDF accessible à partir de Google Scholar)

La patate douce est naturellement transgénique

Partager cet article

Repost 0

commentaires

http://www.kodiak-footus.fr 11/01/2016 09:27

Dans le sens courant, la fraude suppose l’intention de tromper.

victoria secret uk 25/11/2015 03:45

Nous continuerons néanmoins d’essayer de faire reculer ce mur.

Pierre Arthuis 21/11/2015 15:41

D'accord avec vous Anton; je dirais même que nous sommes tous des OGM; ou plutôt des descendants d'OGM. Si nous avions une traçabilité de nos origines on trouverait ici ou là à certains moment des accidents; pour le meilleur et pour le pire il n'y a pas de règles car la Nature bricole et peut faire du bon et du mauvais (l'Amanite phalloïde etc...). Recombiner de l'ADN est en soit parfaitement neutre car tant qu'on ne sait pas ce à quoi cela a donné naissance on ne peut pas juger. On ne peut pas juger "les" OGM de même qu'on ne peut pas juger "les" produits pharmaceutiques, "les" produits chimiques etc...tout dépend de l'OGM du médicament ou du produit pharmaceutique. Bannir les OGM parce qu'ils sont OGM c'est pas loin de bannir globalement des gens en raison de leur catégorie: c'est toujours à côté de la plaque. Je me souviens qu'on nous disait (dans nos études) que les mitochondries, organites présents dans chacune de nos cellules avaient peut-être (ou sans doute?) été des sortes de bactéries ayant un jour, par accident, colonisé nos cellules et, s'y sentant bien, y aurait assuré leur petit rôle bénéfique (respiration cellulaire). La nature ce jour là bricola et nous en en sommes aujourd'hui l'un des résultats. Tous OGM donc.

Anton Suwalki 21/11/2015 14:06

Bonjour AlexO et merci pour votre réponse .Pouvez-vous néanmoins étayer votre thèse selon laquelle "l'absence de diversité des semences augmente le risque de maladie, le brevetage du vivant pose des questions éthique, les cultures OGM poussent à la surutilisation de pesticides polluants, les gains de productivité ventés s'effacent rapidement avec l'épuisement des sols, etc." ? Avec quelques sources fiables ?
Cordialement,

AlexO 21/11/2015 13:43

Je suis un anti OGM convaincu tels qu'ils existent aujourd'hui, et l'irrationnel qui domine dans la mouvance anti OGM m'énerve beaucoup. Les bons arguments pour s'opposer à la culture des semences modifiées sont nombreux sans tomber dans une sorte de luddisme moderne : l'absence de diversité des semences augmente le risque de maladie, le brevetage du vivant pose des questions éthique, les cultures OGM poussent à la surutilisation de pesticides polluants, les gains de productivité ventés s'effacent rapidement avec l'épuisement des sols, etc.

Je pense qu'un débat de fond devrait avoir lieu non pas sur les OGM eux même mais sur le comment et le pourquoi des OGM, et que ce débat est rendu impossible par le conflit entre quelques grandes entreprises capitalistes qui n'y voient que du profit à court terme sans se soucier du long terme et des altermondialiste souvent anti science.

Batiste 14/12/2015 17:36

AlexO Merci de garder l'esprit ouvert néanmoins j'ai de la peine à te suivre sur tes points:

"l'absence de diversité des semences augmente le risque de maladie"

Oui mais en quoi les OGM promeuvent cela? En fait il existe une multitude de variations pour chaque cultivar OGM adapté au conditions locale. Une fois qu'une variété OGM est acceptée elle peut être sans autre croisée avec la variété locale sans devoir repasser le lourd processus d'homologation (désolé mais j'ai pas de source solide autre qu'un podcast). Donc en fait il n'y pas vraiment de raison de croire que c'est pire que la cultivation traditionnelle.

"les cultures OGM poussent à la surutilisation de pesticides polluants"

Les variétés type RoundUp ready permettent en effet une deuxième application après la pousse de la plante plutôt qu'une seule. Reste à définir une "sur utilisation" et si ce pesticide est vraiment pire qu'un autre. Il y en a vraiment des vraiment des pas terrible et le glyphosate semble de loin pas le pire avec un très faible toxicité.

Comme contre example la variété des OGM type BT a fortement diminué l'utilisation de pesticide en Inde et donc ce n'est pas si simple et beaucoup d'OGM n'ont rien à voir avec les pesticides.

"les gains de productivité ventés s'effacent rapidement avec l'épuisement des sols"

En quoi les OGM épuisent plus les sols que les autres plantes? Cela doit être démontré et non juste affirmé. Et encore une fois même si une variété OGM est plus demandeuse cela ne prouvent en rien que TOUTE les variétés OGM sont plus demandeuse en ressource... En fait il y a beaucoup d'OGM développé dans le but d'être plus économe et d'absorber mieux les intrants ou encore de fabriquer son propre nitrogen.