Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 09:45
La conférence sur le climat, entre comédie et délire collectif

La COP 21, késako ? Il s’agit de la « 21e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques ». Vous n’êtes pas plus avancé ? Le site gouvernemental nous en dit plus (1) : « [elle] va rassembler près de 40 000 participants – délégués représentants chaque pays, observateurs, membres de la société civile... Il s’agit du plus grand événement diplomatique accueilli par la France et également de l’une des plus grandes conférences climatiques jamais organisées ».

On comprend que cette grande messe va coûter très cher. Notre président, délaissant l’objectif, sans doute trop minable, d’inverser la courbe du chômage, pourra enfin enfiler un costume digne de sa carrure : celui de sauveur du Monde.

Officiellement, il s’agit donc « d’aboutir, pour la première fois, à un accord universel et contraignant permettant de lutter efficacement contre le dérèglement climatique et d’impulser/d’accélérer la transition vers des sociétés et des économies résilientes et sobres en carbone ».

Mouais, on attend de voir si son bilan dépasse celui des habituelles comédies diplomatiques, contrairement à Ségolène Royal qui annonce avant même la tenue de cette conférence que c’est déjà un succès ! D’ailleurs, confirmant son excellence en économie, elle explique que « 40.000 personnes qui viennent, c'est aussi beaucoup de pouvoir d'achat qui arrive »…

En attendant de connaitre l’issue réelle de la COP21, on peut surtout observer la surenchère délirante à laquelle se prêtent divers groupes et « autres dignitaires chrétiens, sages asiatiques, Indiens d'Amazonie ou philosophes occidentaux, des dizaines d'autorités morales du monde entier ( )réunies mardi à Paris pour un "sommet des consciences" sur le climat » mobilisés par François Hollande. Du coup, elle parait bien loin, la « laïcité exigeante » affichée après les attentats de janvier 2005.

Quand les "sages" donnent dans l’outrance

Côté sagesse asiatique, on peut remarquer un de ses représentants (Matthieu Ricard) parmi les signataires d’un appel « à en finir avec les crimes climatiques ». A la lecture de cet appel vibrant, on s’aperçoit vite que la sagesse ne rime pas forcément avec raison et sens de la mesure. Et on ne peut qu’être triste de constater que des climatologues influents, côtoient de parfaits obscurantistes.Et qu'ils aient signé un texte outrancier qui comporte en outredes contre-vérités scientifiques, telles que « la submersion [déjà observée] des îles du Pacifique Sud,[ou] la recrudescence des tempêtes et ouragans ».On passera sur l'affirmation très douteuse concernant les réfugiés climatiques...

Aucune ile n’a été submergée, et les observations récentes des marégraphes ne soutiennent nullement la thèse d’une submersion imminente des îles du Pacifique Sud (4). Dans bien des stations de la région, il n’y a même pas de tendance significative à la hausse du niveau de la mer. Et à part (sans doute) en Atlantique Nord, on n’observe pas de recrudescence, ni de violence accrue des tempêtes et des ouragans depuis les années 1970..Et celà, c'est le GIEC (AR5) qui le dit.

Au-delà de ces « détails », on pourrait espérer, même de la part de gens convaincus de la nécessité de réduire les émissions de CO2, qu’ils ne versent pas dans la folie : car proclamer que la consommation de pétrole est un crime alors qu’il est à la base même de notre développement et qu’on lui ne connaît pas, à ce jour, de substitut (5), c’est de la folie pure et simple. Renoncer à exploiter les ressources fossiles à l’heure actuelle signifierait la misère absolue, bien pire que si le pire des scénarios climatiques se réalisait. Enfin, lorsque ce « crime » est assimilé à l’esclavage, le totalitarisme, le colonialisme ou l’apartheid, la folie des auteurs devient carrément de l’indécence.

Ce genre de reductio at Hitlerum est d’ailleurs une figure rhétorique particulièrement prisée des extrémistes climatiques, qui n’omettent pas dans ce texte de pourfendre les « climato négationnistes ». En son temps, James Hansen, célèbre climatologue de la NASA, comparait les convois de charbon aux trains qui emmenaient les juifs vers les camps de concentration…

Les adorateurs de la Terre Mère s’en mêlent

On apprend aussi qu’à côté de la COP 21, se tiendra un « Tribunal International des Droits de la Nature » (6). « Le Tribunal propose une alternative systémique à la protection environnementale, en reconnaissant aux écosystèmes leurs droits à l’existence, au maintien, à la préservation et à la régénération ; et aussi que ces droits puissent être revendiqués en Justice ». Ces mythes conservateurs, qui fantasment des écosystèmes parfaitement figés (7) sans l’intervention de l’homme, ne visent donc que ce dernier. Et comme j’imagine mal la mare à côté de chez moi porter plainte pour faire valoir son droit à l‘existence et à la préservation, des êtres humains se chargeront d’évaluer ses souffrances, et de condamner en son nom : « un panel de juristes et de personnalités internationalement reconnus sur le thème de la justice planétaire statueront sur des cas emblématiques tels que le changement climatique, les OGM, les méthodes extractivistes (sic !)et d’autres violations environnementales ». Le délire qui consiste à doter un écosystème de la personnalité juridique unilatérale (des droits, mais évidement pas de devoirs), est manifestement l’alibi de gens pressés de dresser des potences : « [le Tribunal] formulera des jugements et recommandations dans une perspective de protection et de restauration de la Terre en se fondant sur la Déclaration Universelle des Droits de la Terre Mère. Cette déclaration définit entre autres les devoirs incombant à l’humanité afin de respecter l’intégrité des cycles écologiques vitaux de la planète. De ce fait, la Déclaration promeut la proposition d’amendements au Statut de la Cour Pénale Internationale permettant la reconnaissance du crime d’écocide ».

Jusqu’à récemment, on imaginait que ce genre de discours n’était que le fait d’une poignée d’illuminés. Il nous faut déchanter : on l’a déjà entendu à l’ONU (8), et dans le cas présent, ATTAC France fait partie des organisateurs…

Et maintenant, le retour de la « bombe P »

Comme on l’a vu dans l’appel, l’urgence climatique semble justifier aux yeux de ses promoteurs des alliances assez improbables. Alors, quand le Pape prétend lui aussi se mêler de changer le climat, même des médias a priori plutôt anticléricaux ne vont pas s’en plaindre. Sylvestre Huet, de Libération semble avoir trouvé un compromis : « Pape François : élève appliqué mais peut mieux faire », explique-t-il en rendant compte d’un commentaire de l’encyclique papale parue dans Nature Climate Change. Le ton adopté par le journaliste semble indiquer qu’il adhère aux thèses des auteurs, le célèbre Paul Ehrlich, et un certain John Harte.

« [Ceux-ci] font en revanche remarquer au chef de l’Église catholique une contradiction majeure entre son discours sur l'action à conduire pour éviter un dérapage climatique dangereux et celui qu'il tient sur la contraception et le contrôle des naissances. Et l'appellent à abandonner l'obsession de l’Église catholique sur la contraception et l'avortement, et de soutenir les droits des femmes et le planning familial ».

C’est la première fois, me semble-t-il que Huet manifeste, derrière une critique d’une position effectivement réactionnaire du Pape, une vision malthusienne qui l’est tout autant. Car si la contraception est évidemment une belle invention lorsqu’elle évite aux femmes des grossesses non désirées, elle devient tout autre chose entre les mains de ceux qui veulent en faire un instrument politique. Et ceci est bien l’obsession d’Ehrlich depuis près de 50 ans.

J’imagine que Sylvestre Huet a lu la Bombe P, paru en 1968, peu après un voyage d’Ehrlich en Inde qui semble l’avoir profondément traumatisé. Dans ce livre, celui-ci prédit l’épuisement imminent des ressources liés à la pression démographique et aux pollutions engendrées par celle-ci et notre mode de production, des famines massives peut-être dès les années 1970, et « certainement à partir de 1980 », et tout un tas d’autres fléaux, y compris dans les pays « surdéveloppés ». Les USA devaient mourir de soif à partir de 2004, selon ses calculs. A défaut d’un contrôle strict et généralisé de la natalité sur la planète, la régulation démographique se fera donc par la mortalité. Une reprise pure et simple des thèses de Thomas Malthus, formulées près de deux siècles plus tôt.

Difficile de se planter autant qu’Ehrlich, Huet ne peut l’ignorer : depuis, la population mondiale a été multipliée par plus de deux (de 3,5 Milliards d’humains à 7,3 aujourd’hui). Dans le même temps, la population sous-alimentée a reculé, tant en termes relatifs (passant de 33% en 1970 à 11% aujourd’hui, selon la FAO) qu'absolus. 11% de personnes souffrant de la faim, cela reste intolérable, bien sûr. Mais cela signifie que contrairement aux prédictions apocalyptiques d’Ehrlich, la terre a pu nourrir convenablement plus de 4 milliards d’être supplémentaires, sans que cela passe par une sobriété généralisée, plus ou moins volontaires. Le PIB mondial a été multiplié par 5 depuis la « Bombe P ».

Entre temps (cf. figure), la natalité a nettement baissé, malgré l’absence de contrôle généralisé des naissances, sauf dans la Chine maoïste (12).

Malgré ce fabuleux plantage, qui appellerait à un peu de modestie, Ehrlich et son collègue persistent et signent, et Huet suit. Cette fois-ci, c’est l’urgence climatique qui justifierait d’abandonner « «la fiction d'une croissance [démographique] perpétuelle», prouvant qu’ils n’ont toujours rien compris aux lois démographiques.

Que ce soit dans un sens restrictif ou au contraire populationniste, la volonté de contrôler la démographie est toujours suspecte. Certes, Ehrlich ne prône pas ouvertement des solutions autoritaires. Mais on peut craindre que faire des enfants s’ajoute bientôt à la liste des « crimes climatiques » dénoncés avec la légèreté d’un char Panzer par les « grandes consciences » et autres adorateurs de la Terre-Mère.

Anton Suwalki

  1. http://www.cop21.gouv.fr/fr/cop21-cmp11/enjeux-de-la-cop21
  2. http://www.rtl.fr/actu/politique/cop-21-segolene-royal-irritee-par-les-inquetudes-de-claude-bartolone-7779587489
  3. http://www.sudouest.fr/2015/07/21/rechauffement-climatique-avant-la-cop-21-paris-reunit-les-consciences-2059609-710.php
  4. http://www.psmsl.org/data/obtaining/map.html
  5. ,à part dans le domaine de la production d’électricité pour lequel le nucléaire est le meilleur candidat, mais parmi les pétitionnaires figurent bien entendu des anti-nucléaires !
  6. http://www.maisondesmetallos.org/2015/07/22/tribunal-international-des-droits-de-la-nature
  7. lire à ce propos : L’écologie est-elle encore scientifique ? Christian Lévêque, Éditions QAE
  8. http://imposteurs.over-blog.com/article-debat-sur-la-terre-nourriciere-l-onu-en-folie-73701530.html
  9. http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2015/09/pape-et-climat-peut-mieux-faire.html
  10. http://www.nature.com/nclimate/journal/v5/n10/full/nclimate2795.html

en accès payant

  1. http://imposteurs.over-blog.com/article-20497875.html

http://imposteurs.over-blog.com/article-20739778.html

(12) on peut quand même concéder que la politique de l’enfant unique dans les années 70 en Chine a renforcé cette tendance.

La conférence sur le climat, entre comédie et délire collectif

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Plombier Paris 16/01/2017 15:42

Le système Huet... Je reste perplexe !

http://www.gardenbaby.fr 11/01/2016 09:30

Dans le sens courant, la fraude suppose l’intention de tromper.

victoria secret uk 25/11/2015 03:47

Nous continuerons néanmoins d’essayer de faire reculer ce mur.

Sceptique 14/10/2015 17:09

Les religions et les totalitarismes n'ont pas des fonctionnements très éloignés. Mais le totalitarisme est d'abord un moyen. Il me parait évident que l'écologisme sera tenté d'y recourir pour parvenir à son but, un acte de foi. Il ne se contentera pas, comme les religions, d'admettre que les hommes sont des pécheurs incorrigibles. C'est le danger d'aujourd'hui. Il ne triomphera pas plus durablement que les autres totalitarismes, mais fera des morts.

Francois-Marie Bréon 04/10/2015 16:15

J'ajoute que l'affirmation "Dans bien des stations de la région, il n’y a même pas de tendance significative à la hausse du niveau de la mer." est pour le moins trompeuse. Il n'y a pas de doute que le niveau de la surface de l'océan s'élève dans le pacifique comme presque partout ailleurs, et ca ne risque pas de s'arréter.

Francois-Marie Bréon 05/10/2015 19:15

Le niveau des océans est mesuré très précisément pas satellites. Pour les tendances, voir par exemple
http://sealevel.colorado.edu/content/map-sea-level-trends
Les mesures satellite sont confirmées par les mesures des marégraphes

Monge 05/10/2015 14:48

L'absence de doute (" Il n'y a pas de doute que le niveau de la surface de l'océan s'élève ") est corroborée par quelles mesures ?
Avez-vous quelconques sources qui permette de s'en assurer ?

Francois-Marie Bréon 03/10/2015 13:38

Entièrement daccord avec ce qui a été écrit par Pierre Arthuis. Autant j'apprécie généralement les articles d'Anton, autant je trouve qu'il se trompe de cible dans ce billet.
Certes, il y a un certain nombre d'extrémistes et de manipulateurs autour de la question climatique. Mais Anton cherche ici à décrédibiliser la question (réelle) du réchauffement climatique sur la base des propos ou actions outranciers de quelques militants. C'est un peu facile.
Pour faire un parallèle, ce n'est pas parceque un idiot a pu dire un jour que le problème de la faim dans le monde sera résolu par la technologie qu'il faut en déduire que les OGM ne sont qu'une vaste escroquerie.

JG2433 02/10/2015 12:47

En rapport avec la « bombe P », pour rappel, ces deux extraits professés de son vivant par le réputé « bon » Commandant J-Y Cousteau…

« Notre société devient une société de consommation effrénée. C’est un cercle vicieux que je compare au cancer... Devrions-nous éliminer la souffrance, les maladies ? L’idée est belle, mais peut-être pas profitable à long terme. Notre peur des maladies ne doit pas mettre en danger le futur de notre espèce.
C’est une chose terrible à dire. Mais pour stabiliser la population mondiale, nous devons éliminer 350.000 personnes par jour. C’est une chose horrible à dire, mais ne rien dire l’est encore plus. »
Jacques-Yves Cousteau, interview publiée par le Courrier de l’Unesco, novembre 1991.
_____________

« Nous périrons sous les berceaux. Nous sommes le Cancer de la Terre ; la pullulation de l’espèce humaine est responsable d’une pollution ingérable par la nature. Cela est tellement évident qu’on se demande de quel aveuglement sont frappés nos dirigeants. La nature, dans sa grande sagesse, essaie de nous aider ; les cas de stérilité sans cause apparente s’accroissent - comme d’ailleurs s’accroissent les orphelins et enfants abandonnés et maltraités ! »
Jacques-Yves Cousteau, citation extraite du livre Le réveil de la conscience de Jacqueline Bousquet et Sylvie Simon, 2003.
http://www.larevuedesressources.org/eloge-de-la-denatalite,1045.html

Yver 02/10/2015 10:01

Il s'agit bien d'une grand messe;
et d'une nouvelle inquisition, avec ses bannis ses tribunaux et ses rituels populaires précédés de réunions de prêtraille.
Les phrases et mots sont là : accusé climatoseptique levez-vous !
...mais le climat est moins con et plus joueur que le pouvoir féodal en place.
Il y a même une nouvelle Science pour vous condamner sans appel: Agnotologie.
-Ayez peur braves gens-, les sophistes détiennent ce pouvoir au non de la Science.
en bref, nos maux sont ceux de la féodalité.
Vive la liberté et le rire...

Ounichibou 02/10/2015 09:43

De plus, je cite :
"Cette fois-ci, c’est l’urgence climatique qui justifierait d’abandonner « «la fiction d'une croissance [démographique] perpétuelle», prouvant qu’ils n’ont toujours rien compris aux lois démographiques."

Que disent ces lois démographiques ? Qui les énonce ? La croissance perpétuelle ed la population ne soulève-t-elle aucun problème sur l'exploitation des ressources ?

Ounichibou 02/10/2015 09:40

Salut Anton,
le lien concernant l'élévation du niveau de la mer est tout sauf clair. Que dit l'exploitation des données brutes ? (interprétation via étude scientifique des mesures, graphes synthétiques, et puis que dit le Giec AR5 ?)

Pierre Arthuis 02/10/2015 09:36

Bonjour, j’ai lu avec attention votre billet. Je dois dire que, contrairement à vos articles qui concernaient par exemple les OGM, et dont je partageais les thèses, pour ce qui concerne le réchauffement climatique, là je ne partage pas, hélas, votre optimisme. Mais l’important est que chacun défende son intime conviction pour que l’on dissipe un peu plus les brumes dans lesquelles nous baignons tous plus ou moins.
Ce n’est pas parce qu’il y a un tas d’illuminés, des gens par exemple pour prôner un tribunal où devraient siéger des animaux et des plantes avec l’homme comme avocat, pour y défendre leurs droits, ou ce n’est pas non plus parce qu’il n’y a pas encore aujourd’hui de conséquences indiscutables du changement climatiques, et ce n’est pas non plus parce qu’il y a eu avant même l’existence de l’homme moderne des changements climatiques, etc…. tous ces contre-arguments ne suffisent pas à nous rassurer sur le fond de cette affaire. Et moi je suis même plutôt convaincu qu’il faut s’alarmer sur ce sujet du réchauffement climatique. Et ce n’est pas par goût masochiste pour la décroissance ou même la catastrophe que je m’alarme sur cette question. Non, c’est pour des raisons plus triviales :
La première est qu’une majorité de scientifiques (très grande majorité : je parle du GIEC et qui planche sur ce sujet depuis plus de 20 ans) nous disent qu’il y a et surtout qu’il y aura réchauffement anthropique. Il serait donc bien présomptueux de ma part de balayer d’un revers de main ces conclusions de leurs études. Il y a de très nombreuses publications scientifiques sur lesquelles reposent leur diagnostic. Le fait qu’il y ait des incertitudes sur le détail (modélisation très complexe du climat) ne doit pas nous enfumer sur le fond de l’affaire.
Et puis, un peu de connaissances scientifiques héritées de mes études d’ingénieur me font penser que oui off course, les émissions de gaz à effet de serre tendent à augmenter la température du système Terre, donc en premier lieu des compartiments de surface : air et mers (Toutes choses égales par ailleurs). Le Co2 issu des combustibles fossiles (pour ne pas parler des autres gaz) est rejeté dans l’atmosphère en quantités qui viennent s’ajouter à un flux naturel de Co2 à peu près équilibré (flux mis en jeu par le cycle naturel du carbone). La Terre est un système bien fermé et ce Co2 en plus ne peut donc pas s’enfuir par le haut. Par le bas en partie seulement (dans les océans et dans l’accroissement de la végétation si tant est qu’il y en ait et tant qu’il peut y en avoir). Sans ce Co2 d’origine fossile, le Co2 atmosphérique resterait à peu près stable. Donc le Co2 en plus s’accumule dans l’atmosphère, année après année, décennie après décennie, siècle après siècle. Des mesures montrent qu’en 2 siècles il est ainsi passé d’environ 270 à 400 ppm. Et son effet physique lui, est bien réel et bien connu : En régime de croisière, la Terre (à température constante) restitue la totalité de l’énergie solaire qu’elle reçoit. (elle reçoit du visible et renvoie du visible et de l’infra-rouge et entre le deux il y aura eu pas mal de transformations sur Terre). Mais si l’on change le système, au niveau de la composition de son atmosphère par exemple, la Terre doit s’échauffer ou se refroidir jusqu’à ce que sa nouvelle température lui permette d’évacuer par rayonnement l’ensemble du rayonnement qu’elle a reçu. Aujourd’hui on estime à environ 2W/m² l’insuffisance d’énergie repartant (énergie qui ne parvient pas à ressortir à cause du supplément de gaz à effet de serre ; d’origine anthropique). Il faudra donc attendre que l’accumulation de tous ces Joules excédentaires finissent par augmenter suffisamment la température de la Terre pour que le rayonnement nouvellement atteint daigne un jour enfin repartir et que, partant, la température ainsi se stabilise à nouveau. D’ici là, avec quelques degrés de plus cela aura pu chambouler du tout au tout la couverture végétale et partant, tout ce qui en dépend c’est-à-dire campagnes, villes, économie, bref la vie tout court. Ce n’est pas rien ; c’est même géant comme problème. Prévoir dans le détail est impossible par contre on peut prévoir que la situation sera nouvelle et peu prévisible. Rien de bon à attendre d’un humanité de 7 milliards de terriens stressés.
Alors oui l’abandon des énergies fossiles, s’il est nécessaire, nous fait courir le risque de voir se profiler une ère de misère il ne faut pas se voiler la face (vous en parlez et je partage totalement cette crainte). Mais de toutes manières, après les énergies fossiles, ce sera plus difficile qu’avant et d’autant plus difficile que l’on ne s’y sera pas préparé suffisamment à l’avance; et d’autant plus difficile également que des changements climatiques brutaux auront entre temps rendu la vie des hommes sur Terre plus difficile, avec des besoins de déménager totalement en porte à faux avec nos modes de vie sédentaires et avec les investissements considérables qui auront été immobilisés dans des régions à déserter. Evidemment on pourra toujours me rétorquer que « le génie humain » trouvera etc…Mwouai.
Après, vous dites que l’on s’est déjà souvent trompé dans des visions malthusiennes sur les ressources (en eau, en énergie etc…). Moi aussi je me suis souvent trompé dans certaines prévisions : personnellement j’avais prévu de mourir un jour et à ce jour j’ai eu tort des milliers de fois, autant de fois que j’ai vécu de jours depuis lors. Pour autant ma prévision était-elle fausse ? Si l’homme peut effectivement inventer des tas de choses tout à fait imprévisibles aujourd’hui, on sait par contre très bien qu’il ne pourra pas sortir du bocal dans lequel il est (la biosphère) ni qu’il pourra s’affranchir des lois physiques qui sont tout sauf conciliantes avec nos aspirations. (Dire qu’on ne pourra jamais passer de l’état bébé à l’état adulte sans manger…est-ce faire preuve d’un manque d’imagination et se laisser enfermé dans le carcan des lois physiques connues ?) A l’intérieur des limites on est libre de créer, d’imaginer, mais franchir les limites des lois physiques, ça on sait parfaitement que cela nous sera impossible. La surface de la Terre, son volume, sa masse sont stables ; les stocks de métaux sont stables, les stocks d’énergie fossile eux décroissent, et le flux énergétique reçu par le soleil est stable également….Les richesses crées par l’homme, l’économie, c’est à la base de la physique et de la chimie en ce sens que c’est parfaitement indexé sur une production matérielle. La quantité produite est toujours fonction des quantités entrées dans le système (matières premières) et des quantités d’énergies mises en jeu pour assurer toutes les transformations ; Comment espérer faire produire par la machine économique des quantités infinies alors même que ce qui y rentre ne pourra qu’être fini, quelque grand que cela puisse être. La croissance indéfinie d’une production matérielle est totalement impossible dans un univers fini. L’infini existe en maths, mais pas en physique, en chimie ou en biologie. Donc, qu’il y ait des gens qui aujourd’hui se soucient du climat et de l’avenir de l’humanité, de transition énergétique, il ne faut pas s’en plaindre car personne ne sait très bien où notre grande barque doit aller ni comment, et nous sommes tous embarqués à son bord ; les terriens sont devenus aujourd’hui des colocataires et il va falloir se soucier de gérer les parties communes. Donc merci aux avis des uns et des autres pour nous aider à pas trop nous tromper sur ces enjeux. Vous voyez même mon texte que l’on pouvait croire sujet à une croissance infini montre qu’il est sujet à la finitude ; comme tout.
Merci quand même pour vos réflexions ; toutes peuvent aider chacun à se faire une opinion.
Et contre le doute qui parfois pourrait cacher la tentation du déni :

Ne me l’avouez point ; en cette conjoncture,
Le soupçon m’est plus doux que la vérité sure.
L’obscurité m’en plait et j’aime à n’écouter
Que ce qui laisse encore liberté d’en douter. (Pierre Corneille).

Mon Oncle 01/10/2015 11:42

Merci pour ce billet, comme toujours pertinent.