Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 20:28
La biodynamie est une pseudoscience

Certains commentaires, postés à la suite de notre article sur l’expérience menée par GE Séralini et J Douzelet, appellent à faire une mise au point sur la biodynamie, à partir notamment du texte posté par « un physicien ». Un document édité par le Mouvement de l’Agriculture biodynamique.

Il existe beaucoup de confusion autour de l’agriculture biologique et dynamique, ou « biodynamique ». En effet, au cours du temps les agriculteurs qui la pratiquent ont intégré des idées et des pratiques rationnelles qui existent dans l’agriculture biologique ou conventionnelle. On ne peut donc juger ce système qu’à partir des théories et pratiques qui lui sont spécifiques, et qui elles, n’ont guère évolué depuis les années 20. Elles reposent sur les idées ésotériques et totalement dépourvues de scientificité du fondateur de l’anthroposophie, Rudolf Steiner.

Côté pratiques, la biodynamie s’appuie essentiellement sur deux pseudosciences : l’astrologie, et particulièrement les croyances lunaires, et l’homéopathie pour ce qui concerne ses fameuses préparations. Des pratiques qui ont donc été transposées à la vinification.

Des analogies naïves

Toues les pseudosciences reposent sur une symbolique et des analogies naïves qui sont prises au pied de la lettre par leurs adeptes.

« Travailler sur le vin représente symboliquement ce que l’on fait sur le sol lors d’un binage. On l’ouvre vers les forces de la périphérie» explique ainsi ce document. Et ces forces de la périphérie, cela serait celles exercées par les planètes.

On recycle alors les vieilles analogies des almanachs pour jardiniers amateurs qui nous expliquent par exemple que la lune « montante »… fait monter la sève des plantes des racines vers les feuilles. Miracle ! Cela marche aussi pour le soutirage du vin : « Si le vin présente un caractère très réduit ou trop fermé, le soutirer en lune montante peut lui être bénéfique, et en jour fruit afin de l’ouvrir davantage. Un vin trop ouvert peut être soutiré en jour racine pour le recentrer un peu sur lui-même, le resserrer. La Lune descendante a un effet réducteur et resserre les vins ».

Un peu de physique (enfin , un tout petit peu)

La méthode biodynamique convoque à la marge quelques notions de physique, la loi universelle de la gravitation, ou la force de marée, pour les mettre au service d’affirmations totalement fantaisistes.

La première loi est celle de Newton qui décrit l’attraction réciproque de deux corps ayant une masse (cf schéma): elle est proportionnelle au produit des masses des deux corps (mA.mB) et inversement proportionnelle au carré de leur distance (d2 ). Et si elle est universelle, il faut admettre, qu’elle s’exerce entre la lune et, par exemple la cuve dont le vin doit être soutiré.

Seulement, un petit calcul permet de se rendre compte que la force d’attraction de la lune sur un objet à la surface de la terre vaut de l’ordre de 300 000 fois moins que la pesanteur. Quant à la force de marée, qui est liée à cette loi de gravitation, mais qui dépend également de la force centrifuge liée à la rotation de la terre, elle est environ 10 000 000 de fois plus faible que la pesanteur. Et je défie quiconque d’en sentir l’effet sur une masse de liquide telle que le contenu d’une cuve de vin…voire de la sève qui circule dans une plante !

A vrai dire, il serait plus raisonnable de se questionner sur l’effet sur le vin des vibrations produites par le passage d’engins agricoles près d’une cave, que sur les effets de la lune.

Cela n’empêche pas la biodynamie de mettre celle-ci à toutes les sauces, ainsi que les autres planètes, « [les infra-solaires] ont une action sur le calcaire et les forces de croissances. Les planètes supra-solaires plutôt sur la silice et les forces de structuration ». Par quels mécanismes ? Mystère.

« Le calendrier des coefficients de marées s’invite de plus en plus dans les caves des biodynamistes ». Par exemple, par des coefficients de marée bas (<60), «les micro-organismes sont au repos ». Heureusement pour nous, les chirurgiens ne suivent pas le calendrier des marées pour choisir le moment de leur intervention.

Les préparations homéopathiques, où comment mettre un peu d’eau dans son vin.

On connaissait les préparations « 500 » à « 507 » de la biodynamie appliquée à l’agriculture. Pour le vin, on utilise les dilutions homéopathiques pour le souffre et pour le cuivre. Pour cela, nos biodynamistes ne se sont pas penchés sur des bouquins de chimie, mais …sur le Cours aux agriculteurs de Rudolf Steiner. C’est forcément beaucoup plus riche, puisque selon lui, « le carbone est lié à plus de 400.000 éléments ». Pauvre Mendeleïev ! S’affranchir de la chimie classique permet sans doute de trouver un sens à ce genre de discours : « le soufre s’immisce dans le fort intérieur du carbone ….».

Concernant les dilutions de souffre , il est affirmé que « des résultats intéressants sont apparus avec les dilutions 4CH, 5CH, 27CH et 41CH. Chacune de ces dilutions apporte une caractéristique propre, les 4CH et 5CH offrent un côté plus esthétique et opulent au vin, la 27CH est proche d’un sulfitage classique, la 41CH verticalise et raffermit le vin. » Il n’est pas précisé si d’autres dilutions dégradent au contraire le vin. On apprend donc qu’une dilution au : 1/10 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 (vous pouvez vérifier le nombre de zéros) verticalise et raffermit le vin . Attention toutefois, ne verser qu’un demi-litre de la solution pour 20hl, ce qui correspond au final, à presque 43 CH.

Personnellement, je n’en retiens qu’une chose : il est toujours sage de mettre un peu d’eau dans son vin.

Tout cela ne remet pas en cause, en soi, la qualité du vin qui serait produit par tel ou tel biodynamiste. Mais on peut sincèrement douter que cette qualité doive quelque chose au folklore pseudo-scientifique dont il s’entoure. Par contre, cela a sans aucun doute un rapport avec le choix de certains « cobayes » dans l’expérience de GE Séralini et J Douzelet que nous avons décrite, et avec leur réaction à l’expérience, conforme à ce qu’attendaient les expérimentateurs.

Anton Suwalki

Partager cet article

Repost 0

commentaires

http://www.r-e-v-i.fr 11/01/2016 09:30

Dans le sens courant, la fraude suppose l’intention de tromper.

victoria secret uk 25/11/2015 03:46

Nous continuerons néanmoins d’essayer de faire reculer ce mur.

Thibault 03/11/2015 12:39

Les starts up à la recherche de crédules s'en régalent : http://www.bioaddict.fr/article/la-biodynamie-desormais-accessible-a-tous-les-jardiniers-a5145p1.html

Vincent 20/10/2015 22:03

En tant que total néophyte, jusqu'à ce qu'il mentionne la biodynamie, je trouvais l'agronome Claude Bourguignon a priori convaincant.

Et là, paf.

un physicien 20/10/2015 13:49

Un autre sujet qui pourrait intéresser : http://www.snhf.org/images/stories/4_Les_publications_de_la_SNHF/purin_ortie_bd.pdf

Thibault 03/11/2015 12:37

Il y a l'efficacité des préparations biodynamiques testées (en plus du purin d'ortie inefficace) sur le développement racinaire : ca ne montre aucune différence entre la préparation corne de vache+enrichissement avec purin d'ortie. Mais il y a une différence significative avec le bio classique (rotation). Cependant, le conventionnel reste supérieur...

Anton Suwalki 20/10/2015 16:42

Avant même d'avoir lu ce texte, je vous poserai ("un physicien") une question Quel rapport avec le texte ci-dessus ?

Pierre Arthuis 18/10/2015 16:11

Bien d'accord; quand on entend des gens parler de Biodynamie (à la radio ça m'est arrivé), on a très rapidement une impression qui se dégage: ça c'est un truc de croyants, réservé aux croyants, à ceux qui aiment tout ce qui a du sens, qui aiment les constructions intellectuelles où la cohérence est préférée à la vérité. Le galimatias de mots savants et abscons sont les signes extérieurs qui ne trompent généralement pas: il faut passer son chemin. Après, ces gens là, ces croyants font-ils du mal aux autres ? Eventuellement à eux-mêmes s'ils consacrent beaucoup de leurs moyens, de leur temps à s'égarer dans ce genre de techniques où les issues paraissent à priori (je dis paraissent car le risque zéro n'existant pas, j'admets pouvoir me tromper) totalement hasardeuses; au delà de cette nuisance à eux-mêmes, et tant qu'ils n'engagent pas les autres ou bien des moyens publics dans leurs errances, on peut bien leur reconnaître au moins ce mérite c'est d'être inoffensifs à autrui.

André Fuster 19/10/2015 22:35

" tant qu'ils n'engagent pas les autres ou bien des moyens publics dans leurs errances"
Alors c'est raté, puisqu'à la fin du document en question est indiqué : "Cette publication bénéficie du soutien du ministère de l'Agriculture, de l'Agro-alimentaire et de la Forêt", or j'imagine qu'il ne s'est pas agi d'un soutien moral.

JFP 18/10/2015 08:28

Bonjour,
Merci pour cet article.
2 petites remarques de détail... orthographique
Soufre (avec un seul f)
for intérieur (fort sans t)
+ qqs autres qui sont de simples étourderies.
Vous pouvez bien sûr effacer mon message une fois corrigé
Meilleures salutations
JFP

André Fuster 17/10/2015 13:18

Merci, et bienvenue au club !

http://vitineraires.blogspot.fr/2015/06/a-propos-de-la-biodynamie-et-de-son.html

Anton Suwalki 17/10/2015 15:26

Merci pour votre lien,votre article est vraiment très drôle !!!!