Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 19:15

Le 29 janvier dernier, les Débats de l'AGRO organisaient au sein d'AgroParisTech une "conférence-débat" sur le thème de : "Étude Séralini, histoire d’une controverse". L'annonce a été relayée sur ce site, dans le commentaire de Vincent posté ici [1]. Christian Vélot était l'invité chargé d'assurer le spectacle. Un certain nombre de questions étaient envisagées dans le programme mais force est de constater que peu d'entre-elles furent abordées. L'exposé s'est résumé à défendre le "travail" de Séralini et sa publication retirée par le journal Food and Chemical Toxicology, et à taper sur tous ceux qui ont eu le malheur de critiquer un torchon qui n'aurait jamais dû passer le comité de lecture (voir la vidéo [2]). Je ne reviendrai pas sur cette affaire qui a déjà été maintes fois commentée sur internet et ailleurs et dont les critiques scientifiques sont facilement accessibles à tous sur la toile. Le mieux est de lire les divers avis des agences [3,4,5,6,7,8] qui ont descendu en flamme ce travail lamentable ainsi que la quinzaine de lettres envoyées à l'éditeur et qui accompagnent toujours la version barrée de rouge de l'"étude", toujours disponible sur le site du journal (contrairement à ce qu'affirmait C. Vélot à t=1:59:15 [9]). Les anti-OGM continueront à s'accrocher à cette publication comme un alcoolique à sa bouteille et seront insensibles à la raison et à la science, inutile donc d'en remettre des tartines.

Plus amusante a été la compétition au plus gros mensonge dans laquelle se sont engagés Pierre-Henri Gouyon, présent au premier rang de l'amphi, et C. Vélot. Je passe sur les noms d'oiseaux adressés à ceux et celles ayant le malheur de ne pas être anti-OGM, qui desservent plus leurs auteurs que les destinataires, pour m'en tenir à deux arguments anti-OGM avancés par le duo du CRIIGEN ; je les reprends ici car on les entend souvent dans la bouche des anti-OGM.

Gouyon (t = 01:10:42): "A quoi ça sert un OGM ? Je vais vous dire à quoi ça sert. Ça sert à mettre un gène breveté dans une plante, à laisser le vent emmener le pollen chez les voisins de telle façon que les graines des voisins appartiennent au type qui a mis le gène breveté dans la plante. Il y a maintenant de nombreux procès au Canada et aux USA où un agriculteur qui ressemait ses propres semences s’est vu attaqué par Monsanto parce que les gènes brevetés de Monsanto se trouvaient dans les semences. J’aimerais que tout le monde comprenne bien ça. Vous voyez pourquoi, du coup, l’enjeu financier est énorme. Si les entreprises en question, Monsanto en tête, mais Syngenta et d’autres derrière, réussissent leur coup, d’ici une quinzaine d’années toutes les plantes cultivées de la planète leur appartiendront. C’est clair ?"

Si seulement c'était si simple. Pour conquérir des marchés, les semenciers n'auraient donc pas à mettre au point plusieurs constructions génétiques capables de répondre aux différentes spécificités rencontrées par les agriculteurs en matière de ravageurs ou de gestions des adventices. Il leur suffirait de mettre au point un OGM pour chaque espèce cultivée, puis de demander des royalties à tout le monde une fois que le transgène aura disséminé à tout vent. Machiavélique, n'est-ce pas ? D'ailleurs le processus serait déjà engagé puisque de "nombreux procès" seraient déjà en cours aux USA et Canada. Démarche intéressante pour gagner des parts de marché : se constituer une petite clientèle d'agriculteurs disposés à mettre l'OGM en culture, et attaquer les voisins en justice. Il n'y a pas à chercher bien longtemps pour se rendre compte que ce P.H. Gouyon nous livre ici n'est que le fruit de son imagination fertile. Il y a pourtant moins d'un mois, la Cour Suprême américaine déboutait des associations d'agriculteurs bio et conventionnels qui tentaient, depuis 2011, à titre prétendument préventif, de poursuivre Monsanto pour l'empêcher de les attaquer pour présence accidentelle d'OGM dans leurs champs ou leurs récoltes [10]. Les plaignants étaient allés jusqu'à la Cour Suprême après avoir été déboutés en première instance puis en appel parce qu'ils n'avaient pas été capable d'apporter la preuve qu'ils risquaient d'être poursuivis [11]. Aucun d'eux n’avait été victime de poursuites de la part de Monsanto ! Pourtant cela faisait du monde susceptible d'être poursuivi puisque, d'après l’association à l’origine de la plainte, elle représentait ou prétendait défendre les intérêts de près de 300.000 personnes et 4500 exploitations agricoles. Malgré cela, d'après P.H. Gouyon, il y aurait déjà "de nombreux procès au Canada et aux USA" ! Pas un seul cas de procès faisant référence à une présence accidentelle d'OGM n'existe. Depuis, P.H Gouyon a précisé sa pensée dans un échange suite à un billet publié récemment sur le blog "Tout se passe comme si" [12]. Selon lui, "[l]a spécificité liée aux ogm est que Monsanto a dit qu’ils poursuivraient les paysans si leurs graines contiennent plus de 1% de semences contaminées ps (sic) leurs constructions brevetées" [13]. Nul doute qu'un procès fondé sur une présence fortuite d'un OGM à un niveau de l'ordre de 1% aurait laissé une traînée d'indignation sur la toile. Or il n'y en a pas. Par ailleurs Monsanto n'a jamais déclaré ou prétendu vouloir poursuivre des agriculteurs pour présence fortuite d'OGM dans leurs champs ou leurs récoltes. Et c'est P.H. Gouyon qui donne des leçons sur les "manipulateurs" et les "manipulés" ? Autre chose qui ne semble pas "clair" pour tout le monde, c'est que les brevets ont une durée de vie limitée et que "d’ici une quinzaine d’années" la plupart des OGM actuels verront leurs constructions génétiques tomber dans le domaine public. Pour la première génération de plantes RR, c'est dès l’année prochaine [14]. Bref, plutôt que de répéter ici le contenu des échanges qui ont eu lieu sur le blog "Tout se passe comme si" le mieux est de lire les commentaires publiés à la suite de l'article.

De son côté, C. Vélot n'est pas non plus en reste en matière de méconnaissance du sujet qu'il prétendait traiter. A un intervenant (t=1:41:44) qui se demandait pourquoi il a fallu "ruser pour obtenir le maïs utilisé" Vélot répond :

Vélot (t=1:52:00) "Attends Claude tu n'ignores pas que quand un agriculteur achète un maïs chez Monsanto ou n'importe quelle semence ogm il signe un contrat dans lequel il s'engage à ne pas le diffuser et à ne pas le ressemer et dans lequel il s'engage notamment, c'est la clause du brevet, et dans laquelle il s'engage notamment à utiliser le Roundup de Monsanto et pas le glyphosate générique."

On peut se demander en quoi cela répond à la question posée, mais passons. Je ne sais pas où C. Vélot est allé pêcher de telles informations. Certainement pas en France, ni même en Europe, puisque aucun OGM tolérant un herbicide n'est autorisé à la culture. L'agriculteur qui achète des semences – en fait, conclut un accord de licence – s'engage à ne pas les revendre à un autre agriculteur qui ne serait pas lié par cet accord. Cependant il est en droit de vendre sa récolte à celui qui veut bien l'acheter, sinon comment vivrait-il ? Une grande partie de la production américaine est exportée dans des pays susceptibles de refuser l'importation d'OGM. L'agriculteur est par conséquent aussi tenu de participer à la bonne gestion des marchés. L'événement NK603 est autorisé à l'importation en Europe. L'intervenant présent dans la salle n'est pas le seul à s'être interrogé sur la soit-disant ruse qu'il aurait fallut utiliser pour obtenir du maïs NK603. Déjà lors de l'opération de comm' qui a accompagné la sortie de l'"étude", les scientifiques canadiens s'interrogeaient. Ainsi, Dominique Michaud, biologiste à l'Université Laval, déclaraient, je cite : « C'est intrigant [...] moi et mes collègues, on trouve ça amusant que ça vienne d'ici. C'est mystérieux, parce qu'il n'est pas très difficile de se procurer ces semences. Dans les études, on ne prend pas la peine de dire leur provenance. Mon opinion personnelle, c'est qu'il s'agit d'une stratégie marketing pour mousser le livre et le film, qui sortent sous peu et qui parleront des travaux de Séralini » [15].

De plus, selon C. Vélot l'agriculteur aurait obligation d'utiliser "le Roundup de Monsanto". Il faudrait qu'il se mette à jour. Ceci était valable jusqu'en 2000, année où le brevet sur le glyphosate est tombé dans le domaine public. Depuis 2000 l'agriculteur peut tout à fait utiliser un générique moins cher, c'est indiqué dans le contrat que l'agriculteur signe avec son fournisseur de semences [16]. Je cite:

  1. GROWER AGREES:

To use on Roundup Ready® or Genuity ® Roundup Ready® crops only a labeled Roundup® agricultural herbicide or other authorized non-selective herbicide which could not be used in the absence of the Roundup Ready® gene (see TUG for details on authorized non selective product). (c'est moi qui graisse) MONSANTO DOES NOT MAKE ANY REPRESENTATIONS, WARRANTIES OR RECOMMENDATIONS CONCERNING THE USE OF PRODUCTS MANUFACTURED OR MARKETED BY OTHER COMPANIES WHICH ARE LABELED FOR USE ON CROPS CONTAINING ROUNDUP READY® TECHNOLOGIES. MONSANTO SPECIFICALLY DISCLAIMS ALL RESPONSIBILITY FOR THE USE OF THESE PRODUCTS IN CROPS CONTAINING ROUNDUP READY TECHNOLOGIES. ALL QUESTIONS AND COMPLAINTS ARISING FROM THE USE OF PRODUCTS MANUFACTURED OR MARKETED BY OTHER COMPANIES SHOULD BE DIRECTED TO THOSE COMPANIES. (les majuscules ne sont pas de moi)

Selon le contrat l'agriculteur accepte donc d'utiliser du Roundup ou un autre herbicide non sélectif qui ne pourrait pas être utilisé en l'absence du gène Roundup Ready. Dans le guide d'utilisation de la technologie (TUG) Monsanto est encore plus explicite [17], je cite:

Monsanto does not restrict your ability to use glyphosate-herbicides so long as the product is specifically registered and labeled for in-crop use on the applicable crop. Read the product label or contact the product manufacturer if you have questions about EPA or state approvals for in-crop use.

C'est écrit noir sur blanc. Monsanto n'empêche pas l'agriculteur d'utiliser d'autres herbicides à base de glyphosate sur ses champs Roundup Ready. Par contre Monsanto ne peut être tenu pour responsable de problèmes liés à l'usage de ces produits génériques sur ses produits Roundup Ready, et les questions éventuelles doivent être adressées au fabricant du produit générique utilisé.

On s'amusera donc de constater encore une fois que C. Vélot balance à son public des infos qu'il n'a pas pris la peine de recouper et de vérifier. De son côté, P.H. Gouyon qualifie de "manipulés", de "manipulateurs", d'inquisiteurs, de sectaires, d'"intégristes du progrès" ou tout simplement de "sales cons" ceux qui auraient le malheur de s'opposer à la propagande du CRIIGEN ou de défendre les biotechs. Je me demande tout de même dans quelle catégorie il se classe lui-même, ainsi que son confrère C. Vélot lorsqu'ils balancent des mensonges à un public qu'ils prétendent informer.

Alexis Thomann

alexis.thomann(a)wanadoo.fr

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sources:

[1] http://www.imposteurs.org/article-le-velot-d-or-a-christian-velot-121425083-comments.html#comment116869294

[2] http://www.agroparistech.fr/podcast/L-affaire-Seralini-histoire-d-une-controverse-rencontre-avec-Christian-Velot.html

[3] EFSA http://www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/pub/2986.htm

[4] l’Anses http://www.anses.fr/fr/content/l%E2%80%99anses-pointe-les-faiblesses-de-l%E2%80%99%C3%A9tude-de-s%C3%A9ralini-et-al-mais-demande-de-nouvelles

[5] le BfR (Allemagne) http://www.bfr.bund.de/en/press_information/2012/29/a_study_of_the_university_of_caen_neither_constitutes_a_reason_for_a_re_evaluation_of_genetically_modified_nk603_maize_nor_does_it_affect_the_renewal_of_the_glyphosate_approval-131739.html

[6] FSANZ (Australie Nouvelle-Zélande) http://www.foodstandards.govt.nz/consumer/gmfood/seralini/pages/default.aspx

[7] Le Conseil de Biosécurité belge http://www.bio-council.be/docs/BAC_2012_0898_CONSOLIDE.pdf

[8] DTU (Danish Technical University)
http://www.dtu.dk/upload/institutter/food/publikationer/2012/vurdering_gmostudieseralini_okt12.pdf

[9] http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0278691512005637

[10] http://www.supremecourt.gov/Search.aspx?FileName=/docketfiles/13-303.htm

[11] http://www.osgata.org/osgata-et-al-v-monsanto/

[12] http://toutsepassecommesi.cafe-sciences.org/2014/02/03/impressions-subjectives-sur-la-perception-des-ogm-via-twitter/

[13] http://toutsepassecommesi.cafe-sciences.org/2014/02/03/impressions-subjectives-sur-la-perception-des-ogm-via-twitter/#comment-5058

[14] http://www.monsanto.com/newsviews/pages/roundup-ready-patent-expiration.aspx

[15] http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201209/23/01-4576804-mystere-a-propos-du-mais-transgenique-canadien.php

[16] http://thefarmerslife.files.wordpress.com/2012/02/scan_doc0004.pdf

[17] http://www.monsanto.com/SiteCollectionDocuments/Technology-Use-Guide.pdf (page 7)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

http://www.lacentraledesvignerons.fr 25/11/2015 04:41

De son côté, C. Vélot n'est pas non plus en reste en matière de méconnaissance du sujet qu'il prétendait traiter.

icc world cup 2015 live streaming 17/02/2015 11:38

Great Post... I got inspired..

icc world cup 2015 live streaming
cricket world cup 2015 live streaming
icc world cup 2015 live stream
icc world cup online live streaming
icc world cup online live
live streaming cricket match icc world cup
icc world cup live match streaming
icc cricket world cup 2015 live
World Cup 2015 Live Streaming
ICC World Cup 2015 Live
cricket world cup 2015 live streaming
cricket world cup 2015 live
icc world cup 2015 live video streaming
icc cricket world cup 2015 live streaming
icc cricket world cup 2015 live stream
ICC World Cup 2015 Live
cricket world cup 2015 live
live streaming cricket match icc world cup
icc world cup live match streaming
icc cricket world cup 2015 live
World Cup 2015 Live Streaming
icc world cup online live streaming
icc world cup online live
icc world cup 2015
icc world cup 2015 live streaming
icc cricket world cup 2015
2015 icc world cup
icc 2015 world cup
2015 icc cricket world cup
icc world cup online live
cricket world cup live streaming hd quality
india vs South Africa live streaming world cup
india vs pakistan live streaming
india vs Australia live Streaming cup
India vs New Zealand live streaming
India vs West Indies live streaming
India vs Ireland live streaming
India vs New Zealand live streaming
India vs UAE live streaming
India vs Zimbawe live streaming
India vs England live streaming
India vs Sri Lanka live streaming
Bangladesh Vs Afghanistan World Cup match Live Streaming
ICC World Cup Live Score
Cricket World Cup Live Score

PhM 29/03/2014 19:12

Il est manifeste qu'il n'y a jamais eu de procès pour des contaminations de 1%. Néanmoins, des procès pour des contaminations (réelles ou alléguées suite à des fraudes, c'est difficile à dire) ont bien eu lieu. Par ailleurs, il est clair d'après vos documents que Monsanto se réserve la possibilité de poursuites si une récolte comporte plus de 1% d'OGM, même s'il n'a jamais utilisé cette possibilité.
En ce qui concerne les allégations de Séralini sur ses difficultés de fourniture en OGM, il serait nécessaire de revenir à la période où il a monté son étude pour être affirmatif ; il aurait effectivement dû documenter ses difficultés plus solidement. Mais présenter des documents datant de 2011 (ref 16) n'est pas non plus convaincant.

A.Thomann 31/03/2014 22:41

@ PhM
Je ne suis pas sûr de vous suivre entre les propos de votre première et ceux de votre deuxième phrase. Les poursuites qui ont été intentées par
monsanto l'ont été parce qu'il y avait eu violation de leur brevet, pas pour présence accidentelle d'OGM dans les champs ou les récoltes. Si vous avez d'autres exemples de procès en tête, n'hésitez pas à nous en faire part. Sinon je vous invite à relire le commentaire de Wackes Seppi posté il y a un mois en cliquant sur l'onglet "charger plus de commentaires" et qui aborde déjà ce sujet sur l'éventualité de faire un procès pour présence accidentelle d'OGM.

Le document cité en réf 16 date de 2011, effectivement, en quoi ce ne serait pas convaincant ? C. Vélot prétend qu'il est obligatoire de désherber au roundup les cultures RR. Ce contrat montre que les propos de C.Vélot sont un mensonge. Les termes du contrat sont les mêmes en 2014 http://www.siegers.com/pdfs/waivers/MonsantoTSA.pdf
Tout comme ils étaient les mêmes il y a dix ans.
http://issuu.com/rafi-usa/docs/farmers_guide_to_gmos/37

PhM 29/03/2014 19:06

Il est manifeste qu'il n'y a jamais eu de procès pour des contaminations de 1%. Néanmoins, des procès pour des contaminations (réelles ou alléguées suite à des fraudes, c'est difficile à dire) ont bien eu lieu. Par ailleurs, il est clair d'après vos documents que Monsanto se réserve la possibilité de poursuites si une récolte comporte plus de 1% d'OGM, même s'il n'a jamais utilisé cette possibilité.
En ce qui concerne les allégations de Séralini sur ses difficultés de fourniture en OGM, il serait nécessaire de revenir à la période où il a monté son étude pour être affirmatif ; il aurait effectivement dû documenter ses difficultés plus solidement. Mais présenter des documents datant de 2011 (ref 16) n'est pas non plus convaincant.

Anton Suwalki 09/03/2014 12:50

""Ce monsieur Olivier Cousin serait il un imposteur ?"
Ne serait-ce pas une énième tentative de diversion de notre cher Bill ?

bill 04/03/2014 19:06

Ce monsieur Olivier Cousin serait il un imposteur ?
http://rue89.nouvelobs.com/2014/03/04/sentinelle-vin-traditionnel-vs-gardiens-laoc-proces-anjou-250378

Sceptique 04/03/2014 10:54

L'écologisme et son symptôme constant, l'anti-ogémisme, est une religion, un acte de foi, comme je l'ai entendu de la bouche de GES en personne. Les adeptes disent leur messe selon son rite unique, en tout lieu. Ils ne mentent pas, ils "croient".
Il serait évidemment préférable que d'avantage de naïfs s'en rendent compte.

A.Thomann 31/03/2014 22:34

@ PhM,
Je suppose que par "théorie de l'égalité substancielle" (sic) vous
faites référence au concept d'équivalence en substance. Je serais
intéressé de savoir en quoi ce concept serait un "acte de foi".
Vous pouvez nous en dire plus ?

PhM 29/03/2014 19:12

Il est évident que beaucoup d'écologistes ont des réactions instinctives plutôt que scientifiques.
D'un autre coté, la théorie de l'égalité substancielle, qui a suffit aux autorités américaines pour autoriser de nombreux OGM, est aussi un acte de foi plutôt qu'une attitude scientifique.

Vincent 01/03/2014 14:12

Pendant ce temps-là aux USA, les magasins bio sont en rupture d'œufs bio par manque de soja et maïs bio produits aux USA, qui doivent maintenant être importés... de Chine ou d'Inde. Avec un baril à $200, la situation va devenir intéressante :-)

"Chickens That Lay Organic Eggs Eat Imported Food, And It's Pricey"

www.npr.org/blogs/thesalt/2014/02/26/283112526/chickens-laying-organic-eggs-eat-imported-food-and-its-pricey

Wackes Seppi 28/02/2014 17:43

Excellente analyse.

Mais ce ne sont pas des petits mensonges, mais des gros...

.

Vous avez écrit :

« Selon lui [Pierre-Henri Gouyon], "[l]a spécificité liée aux ogm est que Monsanto a dit qu’ils poursuivraient les paysans si leurs graines contiennent plus de 1% de semences contaminées ps (sic) leurs constructions brevetées" [13]. »

On peut penser – on est en droit de penser – qu'un éminent scientifique se serait renseigné avant de s'exprimer. Manifestement il ne l'a pas fait. Ou peut-être l'a-t-il fait à une source qui n'est pas la bonne – ce qui est aussi rédhibitoire pour un éminent scientifique.

.

S'il l'avait fait, il aurait trouvé ceci :

« Monsanto issued this statement:

“Monsanto never has and has committed it never will sue if our patented seed or traits are found in a farmer’s field as a result of inadvertent means. The lower courts agreed there was no controversy between the parties and the Supreme Court’s decision not to review the case brings closure on this matter.” »

« Monsanto a publié la déclaration suivante :

"Monsanto n'a jamais, et s'est engagé à ne jamais, engager de poursuites si nos semences ou nos traits brevetés se retrouvent dans le champ d'un agriculteur par suite de moyens accidentels. Les tribunaux inférieurs ont conclu qu'il n'y avait pas de controverse entre les parties et la décision de la Cour Suprême de ne pas revoir le cas met fin à la question." »

http://monsantoblog.com/2014/01/13/monsanto-statement-on-us-supreme-court-decision-not-to-hear-osgata-case/

.

Et s'il s'est renseigné à une mauvaise source (Monsanto étant infréquentable), il aurait dû lire en entier :

« “While the Supreme Court’s decision to not give organic and other non-GMO farmers the right to seek preemptive protection from Monsanto’s patents at this time is disappointing, it should not be misinterpreted as meaning that Monsanto has the right to bring such suits,” said Daniel Ravicher, Executive Director of the Public Patent Foundation (PUBPAT) and lead counsel to the plaintiffs in OSGATA et al v. Monsanto. “Indeed, in light of the Court of Appeals decision, Monsanto may not sue any contaminated farmer for patent infringement if the level of contamination is less than one percent. For farmers contaminated by more than one percent, perhaps a day will come to address whether Monsanto’s patents may be asserted against them. We are confident that if the courts ever hear such a case, they will rule for the non-GMO farmers.” »

« "Bien que la décision de la Cour suprême de ne pas donner aux agriculteurs non-OGM organiques et d'autres le droit de demander une protection préventive contre les brevets de Monsanto soit décevante à ce stade, elle ne devrait pas être interprétée comme signifiant que Monsanto a le droit d'intenter de telles poursuites", a déclaré Daniel Ravicher, directeur exécutif de la Public Patent Foundation (PUBPAT) et conseiller principal des plaignants dans OSGATA et al c. Monsanto. "En effet, à la lumière de la décision de la Cour d'appel, Monsanto ne peut pas poursuivre un agriculteur contaminé pour contrefaçon de brevet si le niveau de la contamination est inférieur à un pour cent. Pour les agriculteurs contaminés par plus d'un pour cent, un jour viendra peut-être où il faudra examiner si Monsanto peut faire valoir ses brevets à leur encontre. Nous sommes convaincus que si les tribunaux devaient entendre un tel cas, ils décideront en faveur des agriculteurs non-OGM. »

.

J'ai mis la fin en gras. Elle démontre que l'avocat des plaignants savait pertinemment qu'une « contamination » ne peut pas donner lieu à contrefaçon.

Et que M. Gouyon, ou bien n'a pas pris les précautions élémentaires pour se renseigner et s'est fié à des on-dit, ou bien n'a lu que ce qui l'arrangeait.

Je verrais avec ravissement un procès en contrefaçon en cas de « contamination »... Le semencier agissant en contrefaçon... L'agriculteur déposant une demande reconventionnelle en responsabilité du dommage à lui causé par le semencier...

.

J'ajouterai que, sauf erreur de ma part, l'histoire du un pour cent vient des plaignants, pas de Monsanto :

http://www.cafc.uscourts.gov/images/stories/opinions-orders/12-1298.Opinion.6-6-2013.1.PDF

(bas de la page 16).

bob 28/02/2014 05:21

Mea culpa, Vélot évoque bien les différents types d'herbicides en début de conférence. Le remarque de mon commentaire précédent faisait uniquement suite à la citation de Vélot de l'article.

Cette conférence est un modèle de communication militante. Le dosage est parfait: on touche à tous les domaine du vivant (du gène au brevet) avec assez de technique pour flouer le néophyte et semer le doute chez l'élève moyen, on romance l'histoire pleine d'embuche de l'expérience Séralinienne avec une touche d'humour et surtout on reste évasif sur les questions d'experts comme celle du prof de stat de l'agro.

Pour moi le climax est à 1h25 quand Gouyon s'élève en maître ayant formé tous les spécialistes de biologie végétale de France dont les meilleurs deviennent chercheurs et les ratés cadres chez Monsanto. Gouyon, le prochain Norman Borlaug?

bob 27/02/2014 17:22

Merci pour cet article. Vélot délire complètement. Une bonne partie de hybrides de maïs sont tolérants au glyphosate (RoundUp/Monsanto) et au glufosinate (Liberty/Bayer). Si ça se trouve l'hybride cultivé par Séralini l'était aussi.

Quant à Gouyon il devrait arrêter de tirer des conclusions générales à part de cas particuliers. Ces quelques procès représentent quel pourcentage des agriculteurs cultivant des OGM? Si la menace du procès est telle, alors pourquoi dans mon coin de pays plus d'un quart de la production de soja est IP (identité préservée, non OGM)? De mémoire Séralini avait dans son étude réussi à cultiver son maïs OGM en évitant toute contamination...

«These two types of maize were grown under similar normal conditions, in the same location, spaced at a sufficient distance to avoid cross-contamination. » (Séralini, 2012)